Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-

Publié le par Perceval

L'histoire d'amour d'Elena Nyurenberg et Mikhail Bulgakov

L'action se resserre sur Marguerite et son amant ( le Maître), qui est à ce moment interné. Marguerite Nikolaïevna est mariée, n'étant informée de rien sur la disparition du Maître, elle est retournée à sa vie d'avant … Mais, malheureuse, elle n'oublie pas le Maître ; elle relit ce qu'il reste de son roman.

Un rêve de son amant lui fait reprendre espoir,

« Ah ! vrai, je donnerais bien mon âme en gage au diable, seulement pour savoir s’il est mort ou vivant… »

et alors qu'elle est assise sur un banc, dans un petit jardin au pied des murs du Kremlin, où elle est témoin des funérailles de Berlioz ; elle rencontre Azazello, assis soudainement sur le même banc.

Il lui donne rendez vous dans la soirée avec Woland, et lui donne un pot de crème : elle doit s’en enduire le corps


 

Satan fait une offre à Marguerite : il donne un bal de minuit, qui coïncide avec la nuit du Vendredi saint. Il lui propose de devenir une sorcière douée de pouvoirs surnaturels le temps du bal, et servir à Satan de « maîtresse de maison » pour recevoir ses invités. Elle accepte :

« La crème d’Azazello » ( Chap 20)

Marguerite se frictionne le visage et tout le corps avec cet onguent qui la transformer en la rajeunissant et l’embellissant, ce qui la fait partir « d’un rire fou » : rire diabolique et libérateur ...

Elle devient une sorcière... Azazello la contacte à nouveau et lui dit de voler au fleuve pour rencontrer Woland.

Complètement nue sur son balai elle survole la ville et sur sa voie elle détruit, dans le bâtiment de Dramlit, l'appartement de Latounski, l'homme qu'elle tient responsable de la misère du maître. Sa femme de chambre Natasha a utilisé sa crème aussi, et elle est ainsi devenue une sorcière aussi, elle suit Marguerite dans l'air. Elle vole sur un cochon, qui semble être Nikolaï Ivanovitch, qui habitait le rez-de-chaussée de sa grande maison.

Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-

« Dans les airs ». ( Chap 21)

Voyage de Marguerite au dessus de Moscou sur son balai : Elle tombe par hasard sur la « maison des dramaturges et des littérateurs » - c’est là qu’habite le fameux Latounski qui a tant critiqué l’oeuvre du Maître, elle se venge sur tout l’immeuble puisqu’il n’est pas chez lui.

Elle rassure un petit garçon apeuré, elle lui raconte ( pour l'endormir) comment elle est devenue une sorcière ...

Sur le chemin, Natacha, sa femme de chambre la rattrape sur un pourceau. Elle s’est aussi enduite de crème, et en a enduit le crâne d’Ivan, le voisin, transformé en pourceau.

Marguerite est accueillie par des ondines, faunes et sorcières autour d’un feu. Ils lui donnent une voiture et elle repart à Moscou.

Sources : Le site du '' Maître et Marguerite'' : http://www.masterandmargarita.eu

Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 5/.-

Voir les commentaires

Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-

Publié le par Perceval

Puissant, magistral, vertigineux … Pour caractériser ce roman... Trois récits s'y font écho : la vie littéraire dans  la Moscou stalinienne des années 1930 ; la Jérusalem sous gouvernement de Ponce Pilate ; l'intervention fantastique du Diable... Récits rythmés par la symbolique de la semaine Sainte …

par Aleksandra Botvinova

Je rappelle que Mikhaïl Boulgakov est né à Kiev en 1891, d’une famille d’intellectuels. Son père était professeur de théologie. Lui même devient médecin puis abandonne ce métier en 1921 pour s’installer à Moscou et écrire. Il se confronte tout au long de sa carrière à la censure politique...

L’écriture de ce livre s’étend sur dix années et s’achève quelques jours avant sa mort en 1940. Il ne sera publié dans son intégralité en URSS qu’en 1973.

Voir aussi, précédemment : LE MAÎTRE ET MARGUERITE DE MIKHAÏL BOULGAKOV – 3/.-

Ici: http://eve-adam.over-blog.com/-9

Nous en sommes au Chapitre 18 :

par Aleksandra Botvinova

Vendredi :

La police enquête sur ce qui est arrivé dans le théâtre des Variétés. Les billets de banque appelés '' Tchervontsi '' ( nouvelle monnaie russe qui devait remplacer le rouble en 1922) et qui sont tombés du ciel le jour précédent lors du spectacle, semblent avoir été changées en étiquettes des bouteilles d’eau minérale.

Woland et ses amis agissent toujours à Moscou : Koroviev et Béhémoth, et une jeune fille rousse qui fait office de femme de ménage, intimident Maximilien Andreïevitch Poplavski "économiste-planificateur", un oncle de Berlioz qui est venu de Kiev en espérant pouvoir reprendre l'appartement 50 de son cousin à Moscou. Il est expulsé par Azazello ...

Ils annoncent à Andreï Fokitch Sokov - buffetier du théâtre des Variétés -, alors que l'argent qu'il avait reçu pour les consommations au bar du théâtre a été changé en bouts de papier, qu'il va mourir dans neuf mois, au mois de février prochain, d'un cancer du foie, à la clinique du quartier de l’Université, salle 4.

par Aleksandra Botvinova

«Y eut-il, cette nuit-là, à Moscou, d’autres événements insolites? Nous l’ignorons et, naturellement, nous ne chercherons pas à le savoir - d’autant plus que le moment est venu de passer à la seconde partie de cette véridique histoire », écrit Boulgakov.

Et puis, il continue: «Lecteur, suis-moi!». Il est temps de passer à la deuxième partie...


 

La deuxième partie du récit se concentre sur Marguerite, amoureuse du Maître, un écrivain maudit (à l'image de Boulgakov ?) qui, elle ne le sait pas, vit désormais dans un hôpital psychiatrique. Marguerite est prête à tout pour le retrouver, à tout... même à donner son âme au Diable.


 

Sources : Le site du '' Maître et Marguerite'' : http://www.masterandmargarita.eu


 

Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 4/.-

Voir les commentaires

Chie Yoshii, artiste japonaise

Publié le par Perceval

Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise

Voici une série d'images empruntées à l'oeuvre de Chie Yoshii.

Née au japon, elle a étudié aux Etats-Unis, au Massachusetts College of Art and Design et elle vit actuellement à Los Angeles.

Ses peintures, qui débordent de couleurs vives, parcourent un univers mythologique... Une de ses expositions s'intitulait '' Dans les ténèbres de l'être '' tirée d'une citation de Carl Jung: « L'existence humaine doit allumer une lumière dans les ténèbres de l'être intime...»

Son site Web  

Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise
Chie Yoshii, artiste japonaise

Voir les commentaires

La chute de la belle Lady Eleanor

Publié le par Perceval

Ce tableau d'Edwin Austin Abbey  (1852–1911), représente la pénitence de la duchesse de Gloucester, Eléonore Cobham...

Ce tableau d'Edwin Austin Abbey  (1852–1911), représente la pénitence de la duchesse de Gloucester, Eléonore Cobham...

Nous sommes au XVe siècle, Eleonore, née Eleonore Cobham, Duchesse de Gloucester (1400 - 1452), fut la maîtresse et la seconde épouse de Humphrey de Lancastre, Duc de Gloucester.

Accusée de sorcellerie, elle est emprisonnée pour trahison et nécromancie en 1441.

Jacqueline de Hainaut

Eléonore, la fille du Baron de Sterborough, devient la dame de compagnie de Jacqueline de Hainaut qui, divorcée de Jean IV de Brabant, s'était enfuie en Angleterre en 1421.

En 1423, Jacqueline ( héritière du comté de Hainaut ) épouse le Duc de Gloucester :Humphrey de Lancastre. il est le frère du roi Henri V... A cette date, il est '' Lord Protecteur '' du jeune roi Henri VI jusqu'à sa majorité en 1437...

 

Humphrey de Lancastre tente de prendre possession des territoires de son épouse... Epouse avec laquelle il s'entend mal ; il entretient une liaison ouverte avec une noble anglaise, Eleonore Cobham, précisément... Finalement, le divorce est prononcé (1428), le Hainaut tombe entre les mains du duc de Bourgogne et Humphrey épouse sa maîtresse.

 

Eléonore est « belle, intelligente et ambitieuse » et Humprey, « cultivé, épicurien et illustre».

Lady Eleanor Cobham

Les années qui suivent, au Palais de Placentia, sont au centre d'une cour modeste mais non moins flamboyante. Ils sont entourés de poètes, de musiciens, de professeurs, de médecins, d'amis et d'acolytes. En novembre 1435, Gloucester partage l'ensemble de ses territoires avec Eléonore et six mois plus tard, en avril 1436, en robe de Duchesse, elle est reçue « dame de la jarretière ».

En 1435, le frère aîné de Gloucester, Jean de Lancastre, Duc de Bedford, meurt, faisant de Gloucester un prétendant au trône. Gloucester a également revendiqué le rôle de régent, jusque-là occupé par son frère, mais le conseil s'y oppose. Son épouse, Eléonore, a une certaine influence à la cour et semble être appréciée par le jeune Henri VI d'Angleterre.

La belle et intrigante Eléonore, est connue également pour s’intéresser à la connaissance de toute sorte de livres dont le "Ricardi Beselei Angli, medicinae, Artiumque liberalium, et sacrae Theologie professoris, Liber". Et c'est son intérêt pour pour l'astrologie qui sera sa chute... !

Le 29 juin 1441, Eleonore, apprend l'arrestations de trois de ses proches: Maître Thomas Southwell, chanoine de la chapelle St Stephen à Westminster, et maître Roger Bolyngbroke, savant, astronome, et clerc; et John Home, son secrétaire personnel. Ils sont arrêtés pour avoir tiré l'horoscope du Roi et avoir prédit sa mort. Les ennemis de Gloucester dénoncent un complot contre le jeune roi, et affirment qu'Eleonore est coutumière des consulations d'astrologues ...

Shakespeare: The conjuration from Henry VI

Enfin, Margery Jourdemayne (nommée la ''witch of Eye ')' est arrêtée et emmenée à la tour de Londres. Margery, est connue comme quelqu'un qui peut fournir des sorts et des potions utiles en amour et en provoquant ou en terminant une grossesse.

Les accusés avouent à leurs tortionnaires qu'Eléonore est complice de leurs pratiques diaboliques. L'épouse de Gloucester concède qu'elle a parfois recours à certains sortilèges, non pour empoissonner quelqu'un, mais pour devenir féconde.. On dira plus tard qu'Eléonore avait payé la sorcière Margery Journemayne pour préparer des boissons et des médecines qui inciteraient le duc à "l'aimer et l' épouser ."

Éléonore est interrogée et sur 28 accusations portées contre elle, elle en admet 5. Eleanor nié les accusations de trahison, mais reconnaît avoir obtenu des potions de Jourdemayne afin de l'aider à concevoir un enfant. En attendant d'autres démarches, alors qu'Eleanor restait au Sanctuaire de Westminster, plaidant la maladie, elle tente de s'échapper par la rivière. Contrainte, elle est escortée jusqu'au château de Leeds le 11 août et y est détenue pendant deux mois.

De retour à Westminster, Eleanor est jugée par un tribunal ecclésiastique le 19 octobre ...

Eleonore est reconnue coupable de sorcellerie. Elle échappe au bûcher, en raison de son rang, et elle est condamnée à la pénitence publique et à l'emprisonnement perpétuel. Son coaccusé; Bolyngbroke est pendu et écartelé, Southwell est mort dans la tour de Londres et Margery Jourdemayne est brûlée sur le bûcher à Smithfield.

A trois reprises, Eleonore est obligée de faire pénitence publique en diverses églises de Londres; le 1er novembre, le 13 novembre 1441, tête nue et vêtue de noir portant un cierge, elle marche de Temple Bar à la cathédrale Saint-Paul, où elle offre le cierge au maître-autel. Après deux autres pénitences, à Christ Church et St Michael's à Cornhill, Eleonore est envoyée d'abord au château de Chester, puis à Kenilworth.

 Eleonore reçoit l'ordre de signer son divorce.. La conviction de sorcellerie d'Eleonore discrédite son mari... Les ennemis de Humphrey, Marguerite d'Anjou (reine de Henri VI) et le comte de Suffolk, convainquent le roi que son oncle complotait contre lui. En février 1447, Humphrey est arrêté et interné à Bury St Edmunds. Il meurt une semaine plus tard, le 23 février...

Eleanor est déplacée au château de Peel sur l'île de Man, en 1446, et une dernière fois en 1449, elle est transférée au château de Beaumaris sur Anglesey.

Eleanor Cobham, devenue Duchesse de Gloucester et épouse de l'héritier du trône d'Angleterre, s'étant élevée si haut et tombée si bas, meurt encore prisonnière au château de Beaumaris le 7 juillet 1452.

Voir les commentaires

Prudence Heward du groupe de ''Beaver Hall''

Publié le par Perceval

Sur une très courte période des '' années folle '' (1920-1923) un groupe d’artistes ont donné une vitalité nouvelle à la vie artistique canadienne...

« Anna », de Lilias Torrance Newton (1923); « Jeune fille en robe à pois », d’Emily Coonan (vers 1923); « Ludivine », d’Edwin Holgate (1930); « Intérieur », d’Edwin Holgate (1933); « Nus », de Regina Seiden (1925); « Portrait de mademoiselle B. Warner », Randolf S. Hewton (1924); « Portrait de Marcelle » de Lilias Torrance Newton; Autoportrait de Lilias Torrance Newton (1929)
« Anna », de Lilias Torrance Newton (1923); « Jeune fille en robe à pois », d’Emily Coonan (vers 1923); « Ludivine », d’Edwin Holgate (1930); « Intérieur », d’Edwin Holgate (1933); « Nus », de Regina Seiden (1925); « Portrait de mademoiselle B. Warner », Randolf S. Hewton (1924); « Portrait de Marcelle » de Lilias Torrance Newton; Autoportrait de Lilias Torrance Newton (1929)
« Anna », de Lilias Torrance Newton (1923); « Jeune fille en robe à pois », d’Emily Coonan (vers 1923); « Ludivine », d’Edwin Holgate (1930); « Intérieur », d’Edwin Holgate (1933); « Nus », de Regina Seiden (1925); « Portrait de mademoiselle B. Warner », Randolf S. Hewton (1924); « Portrait de Marcelle » de Lilias Torrance Newton; Autoportrait de Lilias Torrance Newton (1929)
« Anna », de Lilias Torrance Newton (1923); « Jeune fille en robe à pois », d’Emily Coonan (vers 1923); « Ludivine », d’Edwin Holgate (1930); « Intérieur », d’Edwin Holgate (1933); « Nus », de Regina Seiden (1925); « Portrait de mademoiselle B. Warner », Randolf S. Hewton (1924); « Portrait de Marcelle » de Lilias Torrance Newton; Autoportrait de Lilias Torrance Newton (1929)
« Anna », de Lilias Torrance Newton (1923); « Jeune fille en robe à pois », d’Emily Coonan (vers 1923); « Ludivine », d’Edwin Holgate (1930); « Intérieur », d’Edwin Holgate (1933); « Nus », de Regina Seiden (1925); « Portrait de mademoiselle B. Warner », Randolf S. Hewton (1924); « Portrait de Marcelle » de Lilias Torrance Newton; Autoportrait de Lilias Torrance Newton (1929)
« Anna », de Lilias Torrance Newton (1923); « Jeune fille en robe à pois », d’Emily Coonan (vers 1923); « Ludivine », d’Edwin Holgate (1930); « Intérieur », d’Edwin Holgate (1933); « Nus », de Regina Seiden (1925); « Portrait de mademoiselle B. Warner », Randolf S. Hewton (1924); « Portrait de Marcelle » de Lilias Torrance Newton; Autoportrait de Lilias Torrance Newton (1929)
« Anna », de Lilias Torrance Newton (1923); « Jeune fille en robe à pois », d’Emily Coonan (vers 1923); « Ludivine », d’Edwin Holgate (1930); « Intérieur », d’Edwin Holgate (1933); « Nus », de Regina Seiden (1925); « Portrait de mademoiselle B. Warner », Randolf S. Hewton (1924); « Portrait de Marcelle » de Lilias Torrance Newton; Autoportrait de Lilias Torrance Newton (1929)
« Anna », de Lilias Torrance Newton (1923); « Jeune fille en robe à pois », d’Emily Coonan (vers 1923); « Ludivine », d’Edwin Holgate (1930); « Intérieur », d’Edwin Holgate (1933); « Nus », de Regina Seiden (1925); « Portrait de mademoiselle B. Warner », Randolf S. Hewton (1924); « Portrait de Marcelle » de Lilias Torrance Newton; Autoportrait de Lilias Torrance Newton (1929)

« Anna », de Lilias Torrance Newton (1923); « Jeune fille en robe à pois », d’Emily Coonan (vers 1923); « Ludivine », d’Edwin Holgate (1930); « Intérieur », d’Edwin Holgate (1933); « Nus », de Regina Seiden (1925); « Portrait de mademoiselle B. Warner », Randolf S. Hewton (1924); « Portrait de Marcelle » de Lilias Torrance Newton; Autoportrait de Lilias Torrance Newton (1929)

Randolf S. Hewton, Lilias Torrance Newton, André Biélier, Prudence Heward, Anne Savage, Sarah Robertson, Regina Seiden, Edwin Holgate et Emily Coonan seront - par la vitalité de leur coup de pinceau, par le réalisme évoqué et par leurs couleurs vives et chatoyantes – réunis dans le groupe de Beaver Hall.

Portrait photographique de Prudence Heward, v. 1927

Les nombreux portraits, où la femme est mise en valeur, sont la tendance principale du groupe de peintres, composé d’hommes, mais aussi de femmes, une première à l’époque !

L'une des caractéristiques de la peinture du groupe sont les couleurs vives et prononcées qui attirent tout de suite le regard. Et, l’aspect plutôt singulier de l’image de la femme incite la discussion et la curiosité. L'image d'une femme indépendante, sûre d'elle-même...

La mise en premier plan du corps nu de la femme aux traits ''modernes '' est aussi une autre percée dans le monde de l’art...

À cette époque, le corps de la femme-modèle devait être mince, musclé et bronzé. On le remarque dans l’œuvre de Prudence Heward : Jeune femme sous un arbre, représentation typique du corps féminin de l’époque.


 

Prudence HewardFemme sur une colline (Girl on a Hill), 1928

Il s'agit du portrait de la danseuse montréalaise Louise McLea assise devant un paysage. La coiffure et la robe ample de McLea reflètent la mode moins contraignante de l’époque. Ses pieds sales, ses joues et son nez rougis donnent l’impression qu’elle vient de sortir de scène, et ajoutent une touche de réalisme à l’œuvre.

Son expression légèrement méfiante, accentuée par sa bouche aux lèvres sombres et à la moue sérieuse, donne de la personnalité à cette femme...

Le tableau 'Femme au bord de la mer' (The Bather) de Prudence Heward à suscité une controverse : celle de la représentation d'une femme aux traits grossiers, qui n'est pas qualifiée de ''belle'' … Elle semblerait '' exprimer une surprise ravie à la vue d’une « laitue » à ses pieds, tandis que les grosses formations rocheuses sont transformées en assiettes cassées.''

En présentant un sujet féminin, non idéalisé, Prudence Heward trouble les spectateurs de son époque, et réalise une œuvre qui bouscule la conception de la façon dont les femmes doivent être représentées au début du vingtième siècle dans l’art canadien.

Prudence HewardFemme sous un arbre (Girl Under a Tree), 1931

Ce tableau est l’un des préférés de l’artiste ; la seule de ses œuvres qu’elle accroche au mur de sa chambre à coucher...

On reproche à ce nu, de n'être pas déshabillé dans le but de prendre un bain de soleil. « Un nu de Bouguereau sur un fond de Cézanne» dit-on...

Lilias Torrance Newton

Cependant ce nu féminin dans un paysage comme dans le tableau de Prudence Heward est acceptable, alors que ce '' Nude in a studio'' 1933, de Lilias Torrance Newton (1896-1980) sera retiré de la galerie ( = représentant une ''vraie femme nue'' ) ...

Voir les commentaires

Reines d'Angleterre, venues de France : Isabelle d’Angoulême.

Publié le par Perceval

Robin Hood ( 2010): Eleanor d'Aquitaine, Isabelle d'Angoulême, Prince Jean et William Marshal

Robin Hood ( 2010): Eleanor d'Aquitaine, Isabelle d'Angoulême, Prince Jean et William Marshal

Jean sans Terre (1167, 1199, 1216), est le dernier fils du Roi d’Angleterre Henri II et de son épouse Aliénor d’Aquitaine. Enfin roi, il parcourt ses provinces en terre de France. A Lusignan, il serait tombé amoureux d'Isabelle Taillefer ( 14 ans), l'héritière du Comte d'Angoulême, installée dans la famille de son futur époux, puisqu'elle est fiancée à Hugues de Lusignan, comte de la Marche...

Le château d'Angoulême

 

où est née Isabelle

 

Isabelle - unique héritière du comte d’Angoulême - est donc un parti très recherché. En plus de sa dot, la jeune fille est très belle, et avide de connaissances.

Le roi Jean, alors comte de Cornouailles, a déjà épousé le 29 août 1189, Isabelle de Gloucester, 1199, il obtient l'annulation de son mariage, infécond. Le divorce est accepté par le pape Innocent III pour cause de consanguinité. En effet, ils sont cousins, descendant l'un et l'autre du roi Henri Ier. En juillet 1200, le roi du Portugal refuse de lui donner sa fille en mariage...

A Bordeaux où il tient sa cour, le roi organise l’enlèvement d’Isabelle au cours d’une chasse organisée sur les terres de son vassal le comte d’Angoulême. Sans prêter attention aux hurlements de terreur de la jeune fille, il l’enlève sur son cheval, et galope avec sa troupe jusqu’à Bordeaux où les noces sont expédiées le 24 août 1200... Il empêche aussi ainsi Hugues de Lusignan de devenir trop puissant...La reine Isabelle (1186 -1246) , à 15 ans est couronnée à Westminster le 8 octobre 1201.

Isabelle et Jean sans Terre, dans Robin Hood ( 2010)

Jean et Isabelle, se découvrent tous deux férus d’arts et de lettres.. et apprécient ensemble la chasse au faucon... Le roi Jean installe son épouse à Marlborough, et la comble de cadeaux somptueux. Fort amoureux d’Isabelle, il la couvre de cadeaux précieux …

Le roi Jean sans Terre à la chasse au cerf

En 1202, le roi de France exige de son vassal, le roi Jean, de donner à son neveu Arthur de Bretagne les terres qu’il réclame, à savoir : l’Anjou, le Poitou et la Normandie... Jean refuse et Arthur de Bretagne part à la conquête de l’Anjou et du Poitou, aidé par les troupes levées par Hugues de Lusignan...

Arthur et Hugues de Lusignan sont fait prisonniers par le roi Jean et expédiés dans un cachot à Caen. Arthur de Bretagne est assassiné...

En 1204, le roi Jean perd définitivement la Normandie et le Maine, et les provinces d’Anjou et de Touraine se déclarent pour le roi de France.

En 1207, Isabelle à 19 ans, elle donne à la couronne un garçon, le futur Henri III ; suivent Richard, duc de Cornouailles, en 1219, Jeanne, future reine d’Ecosse, en 1210, Isabelle, future Impératrice du Saint-Empire, en 1214, et Eleanor en 1215.

King John

Les relations entre les deux époux se dégradent, le roi est infidèle ( sa maîtresse Havise de Tracy lui donnera douze enfants...). Les chroniqueurs relèvent l'impiété de Jean, et également le caractère orgueilleux d'Isabelle et sa fierté blessée la rend finalement dure et impopulaire. On l’accable de tous les vices, on la traite de sorcière ; on prétend même que pour se venger du roi, la reine prend des amants de passage et se mêle à toute sorte de débauches.

 

Le roi Jean refuse une nomination à l’Évêché de Cantorbery ; cette dispute ira jusqu'à ce que le pape prononce l’excommunication du roi et du royaume d’Angleterre... (1209-1213)

En Aquitaine, les seigneurs de Lusignan père et fils, refuse de rendre hommage au Roi Jean... Après le siège de leur ville, ils se soumettent et acceptent une promesse de mariage entre l'ancien fiancé d'Isabelle à la fille du Roi … !

La campagne de France se clôt par la l’éclatante victoire de Bouvines du roi Philippe Auguste... De plus, en l’absence du roi Jean, la guerre civile éclate en Angleterre.

Le 12 juin 1215 accorde à ses barons ''la Magna Carta''... Mais le pape Innocent III l'annule la déclarant irrecevable. Furieux, les barons anglais envisagent de détrôner le roi Jean, et de mettre à sa place le prince Louis, l’héritier du roi Philippe Auguste.

La ''magna-carta'' - Jean sans Terre et les barons

 

Le roi Jean, en fuite... meurt le 19 octobre 1216.. La reine Isabelle fait promptement couronner son fils Henry âgé de neuf ans ; il est fait chevalier par Guillaume le Maréchal, comte de Pembroke, et est couronné le 28 octobre 1216. La noblesse et le clergé se rallient très vite au jeune Henry III.

Isabelle, détestée des anglais, laisse ses enfants dans les mains du comte de Pembroke, qui lui ravit la régence... Elle entreprend de retourner en Angoumois. Elle débarque à la Rochelle en été 1217, laissant ses enfants en Angleterre

Isabelle d’Angoulême, rehaussée de son statut de reine, à 34 ans est toujours aussi belle... Hugues de Lusignan, à 44 ans, est l’un des barons les plus imposants du Poitou. En août 1220 la reine Isabelle épouse son ancien fiancé... La reine donne naissance à son fils Hugues à la fin de l’année 1220.

Le chateau de Lusignan dans la Vienne, fut l'un des plus grand châteaux forts construit en France.

Isabelle est revenue à ses premières amours.

Isabelle se considérera humiliée par Hugues, alors qu'il rend hommage au Roi de France... Elle entraîne dit-on son mari dans des guerres désastreuses et, au soir de sa vie elle va, comme Éléonore d’Aquitaine, mourir à Fontevrault...

 

 

Depuis le remariage d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenêt en 1152, l’Ouest de la France était sous domination anglaise. Cependant, suite à l’enlèvement d’Isabelle et au dommage subi par les Lusignan … Philippe II Auguste obtient ainsi un prétexte pour confisquer les terres des Plantagenets...

Le mariage Hugues X de Lusignan avec Isabelle entraîne la création d’une nouvelle entité dans la France de l’Ouest dont les bases sont les comtés de la Marche et d’Angoulême, ainsi que les territoires poitevins des Lusignan... Les possessions s’étendent approximativement sur sept départements actuels : la Charente, la Charente-Maritime, la Vienne, les Deux-Sèvres, une partie de la Vendée, la Creuse et la Haute-Vienne.

Voir les commentaires

La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand

Publié le par Perceval

La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand

Des peintures surréalistes, expressionnistes et étonnantes... Des êtres humains qui exacerbent une féminité à la fois belle et effrayante et qui fraye avec des bêtes étranges, des hybrides humains...

Ces représentations contemporaines évoquent des modèles anciens, Bosch, Grünewald, Altdorfer et aussi des maniéristes italiens comme Pontormo ou Bronzino...

Ce peintre, c'est Heinz Zanders, un artiste allemand né le 2 Octobre 1939 à Wolfen. De 1959 à1964 , il étudie à Leipzig à la Hochschule für Grafik und Buchkunst. Il enseigne de 1967 à 1970 à l'Académie des Arts de Berlin.

La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand

Difficile d'entrer plus avant dans cet univers …

Discernez-vous plutôt de la tragédie ou de l'humour noir... ? Le conte de fée n'est-il pas ici menaçant … ?

Ne reconnaît-on pas la déesse de l'amour Vénus et la déesse des fleurs Flora, qui évoquerait un certain âge d'or... A moins qu'il s'agisse de la mythique andromède enchaînée à un rocher … ?

Plusieurs motifs se chevauchent avec leurs significations symboliques...

On reconnaîtrait la mystérieuse et belle Mlle VonWaldenburg – une Salomé raffinée - dans celle qui porte sur un plateau, une tête de créature fantastique … ?

La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand

La femme est richement habillée, elle est imposante, sa tête peut être tournée sur son épaule vers l'observateur, qui peut se sentir attiré par une paire d'yeux sensuels, des joues légèrement modelées et des lèvres charnues. Mais le regard de l'observateur doute sur l'épaule nue comme un symbole de froideur, de distance et de calcul... Serait-ce de l'arrogance ?

 

 

A côté de cette femme, l'homme se représente en petit homme obèse, échoué dans cette représentation mythologique...

La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand
La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand

Parfois, l'image féminine est emplit de la laideur de figures-marionnettes aux bras et jambes maigres qui tiennent ensemble par des cordons noués aux articulations, tandis que les mains gracieuses à longues doigts de femmes empêchent ces mécanismes de tomber.

On reconnaît dans les figures féminines de Zander, les images de la Mère de Dieu, de Diane ou Vénus, de la Crucifixion, des Trois Rois, de Salomé, de Persée, de la Méduse ...

La Femme de Heinz Zanders, peintre allemand

Voir les commentaires

Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-

Publié le par Perceval

Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-

Jeudi :

Stepan Likhodieïev, est le directeur du théâtre des Variétés... Il est manipulé par Woland, qui le contraint par contrat à laisser sa salle pour un spectacle …

Stepan, va se retrouver en un instant à des milliers de kilomètres de Moscou, à Yalta ; et le président cupide des locataires du bâtiment, Nicanor Ivanovitch Bossoï, est arrêté par la police …

Apparaissent d'autres personnages diaboliques, comme Hella ( une femme vampire), une «jeune fille rousse complètement nue dont les yeux brillaient d’un éclat phosphorique ».

Et, Azazello, un homme de petite taille aux épaules extraordinairement larges. Ses cheveux sont d’un roux flamboyant, et il porte un chapeau melon. Une canine saille de sa bouche, rendant hideuse sa physionomie, par elle-même singulièrement abjecte.

 

A l'hôpital, Ivan rencontre le patient résidant dans la chambre à côté de lui. Il s'agit du héros du roman, ''le maître''. Ivan lui raconte ce qui est arrivé les derniers jours et le maître y voit la patte du diable. Alors le maître raconte son histoire ...

Le Maître est un auteur aigri, désespéré du rejet dont a fait l'objet son roman sur Ponce Pilate et le Christ, au point d'en avoir jeté au feu le manuscrit avant de se détourner du monde, y compris de son aimée Marguerite. Après une période de vagabondage, il se fait interner dans l'hôpital psychiatrique où va échouer plus tard Yvan. Ladite maison de fous joue un rôle d'importance puisque, tout au long du roman, des victimes des farces de la troupe de Satan s'y trouveront enfermées.

Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-
Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 3/.-

Le spectacle de Woland au théâtre des Variétés est fantastiquement démesuré …Il se termine dans une grande confusion, et des «choses honteuses et dégoûtantes» sa passent à Moscou...

En Palestine, les hommes condamnés se mettent en marche pour le lieu de l’exécution. Matthieu Lévi est témoin de leur mort et s'en considère responsable. Il devient furieux et insulte Dieu. Une lourde tempête éclate et Matthieu Lévi disparaît avec le corps d'Yeshoua.

Woland et ses acolytes continuent à semer le désordre et la panique. Woland se fait engager comme illusionniste au théâtre des Variétés de Moscou et donne avec Koroviev, Béhémoth et la sorcière Hella un spectacle qui provoque un énorme scandale.
Woland et ses acolytes continuent à semer le désordre et la panique. Woland se fait engager comme illusionniste au théâtre des Variétés de Moscou et donne avec Koroviev, Béhémoth et la sorcière Hella un spectacle qui provoque un énorme scandale.
Woland et ses acolytes continuent à semer le désordre et la panique. Woland se fait engager comme illusionniste au théâtre des Variétés de Moscou et donne avec Koroviev, Béhémoth et la sorcière Hella un spectacle qui provoque un énorme scandale.
Woland et ses acolytes continuent à semer le désordre et la panique. Woland se fait engager comme illusionniste au théâtre des Variétés de Moscou et donne avec Koroviev, Béhémoth et la sorcière Hella un spectacle qui provoque un énorme scandale.
Woland et ses acolytes continuent à semer le désordre et la panique. Woland se fait engager comme illusionniste au théâtre des Variétés de Moscou et donne avec Koroviev, Béhémoth et la sorcière Hella un spectacle qui provoque un énorme scandale.
Woland et ses acolytes continuent à semer le désordre et la panique. Woland se fait engager comme illusionniste au théâtre des Variétés de Moscou et donne avec Koroviev, Béhémoth et la sorcière Hella un spectacle qui provoque un énorme scandale.
Woland et ses acolytes continuent à semer le désordre et la panique. Woland se fait engager comme illusionniste au théâtre des Variétés de Moscou et donne avec Koroviev, Béhémoth et la sorcière Hella un spectacle qui provoque un énorme scandale.

Woland et ses acolytes continuent à semer le désordre et la panique. Woland se fait engager comme illusionniste au théâtre des Variétés de Moscou et donne avec Koroviev, Béhémoth et la sorcière Hella un spectacle qui provoque un énorme scandale.

Voir les commentaires

Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser

Publié le par Perceval

Claire Streetart est une artiste française; sa proposition est simple et forte; son thème est '' embrasser''

 

Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser
Claire Streetart - Dans la rue, s'embrasser

Voir les commentaires

Le maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov – 2/.-

Publié le par Perceval

Satan en personne vient visiter Moscou. La première partie du roman se concentre sur les victimes du Diable, connu sous les traits d'un mage noir étranger répondant au nom de Woland.

L'epigraphe du roman : - « Qui es-tu donc, à la fin ? Je suis une partie de cette force qui, éternellement, veut le mal, et qui,éternellement, accomplit le bien. » Faust de Goethe, – est à lire en se référant à l'époque stalinienne, où chacun se sent espionné... pour le Bien, ou le Mal … ?

Nous sommes à la pleine lune du printemps ( la nuit de la résurrection), pendant la semaine sainte... Ce qui nous renvoie à une partie entre-lacée du roman : la comparution de Yeshoua Ha-Nozri devant Pilate, et sa condamnation...

 

Mercredi :

Woland, un étranger ( donc suspect d'être un espion..) surgi de nulle part, parvient à s’immiscer dans la conversation de deux écrivains, Berlioz (athée notoire), le rédacteur en chef d’une revue littéraire, et Ivan Nikolaïevitch Ponerief, le jeune poète prolétarien académique à qui il a commandé, à l’occasion de la fête de Pâques, un poème anti-religieux destiné à montrer que Jésus n’a jamais existé.

Woland prédit à Berlioz qu'il ne se rendra pas à la réunion de l'association littéraire Massolit où il est attendu le soir même, et qu’il sera décapité par une fille, membre de la Jeunesse communiste, avant le soir du même jour..

The Master and Margarita - Oleg Kantorovitch

L'histoire se déplace à Jérusalem, où Ponce Pilate instruit le procès d'Yeshoua Ha-Nozri. Yeshoua est accusé d'inciter les gens à incendier le temple et à résister à l'empereur Tiberius. Pilate finit par condamner Yeshoua à mort.

A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.
A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.
A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.
A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.
A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.
A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.
A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.
A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.
A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.

A Moscou, dans les années 20, "au déclin d'une journée de printemps, sur la promenade de l'étang du Patriarche", deux citoyens soviétiques, Mickaël Alexandrovitch Berlioz, rédacteur en chef d'une revue littéraire et président de "l'une des plus considérables associations littéraires de Moscou, appelée en abrégé "M.A.S.S.O.L.I.T." et le jeune poète Ivan Nikolaëvitch Ponyriev "plus connu sous le pseudonyme de Biezdomny" (le "sans logis" en russe) font la rencontre d'un étrange personnage qui prétend être le professeur Woland, spécialiste de magie noire. A la stupéfaction des deux écrivains, il affirme également avoir rencontré Kant et vécu en Palestine du temps de Jésus et annonce à Berlioz sa mort prochaine.

De fait, peu après, Berlioz glisse sous un tramway et est décapité. Témoin de toute la scène, le jeune poète Ivan Biezdomny (dont le nom signifie « sans-logis ») tente vainement de poursuivre et capturer Woland...

Woland, est rejoint par ses compagnons : - Korovyev ( ou Fagott) qui se présente comme un maître de choeur, ou comme le traducteur-interprète d'un conseiller étranger qui «n'a eu besoin d'aucun interprétariat», il porte d'habitude un costume à carreaux, une casquette de jockey et un pince-nez. - Et un géant chat noir ( Béhémoth), extrêmement méchant et fou des armes à feu ...

Ivan tente d'avertir les autorités de la nature diabolique du trio, mais ne parvient qu'à se faire jeter dans un asile de fous.

Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.
Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.
Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.
Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.
Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.
Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.
Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.
Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.
Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.

Tout arrive comme le mystérieux inconnu l'avait prédit. Après avoir quitté Woland et Biezdomny, Berlioz meurt décapité après avoir glissé sous les roues d'un tramway.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>