Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La vie de Palace à Aix les Bains – 1/.- Établissement Thermal

Publié le par Perceval

Je reviens d'un séjour à Aix les Bains, et j'ai rêvé de Palaces...

A vrai dire, j'étais en cette fin XIXe, un visiteur attentif des charmes d'être riche, et accessoirement curiste …

Curiste bien avant les thermes Chevalley d'aujourd'hui. Avant encore la construction des thermes Pétriaux (1933), avec le hall monumental au style Art Déco, et ces deux cabines dîtes de l’Aga Khan qui représentent également le luxe de l’époque.

 

Aix est une petite ville de l’Etat de Piémont - Sardaigne. Puis, Aix les Bains devient au XIXe siècle une station thermale mondaine. Devenue à la mode, de nombreuses personnalités issues de l’aristocratie, des grandes fortunes d’Europe ainsi que de nombreux artistes s’y pressent. On y vient autant pour aller aux bains que pour s’y montrer. On retrouve dans les archives trace des séjours de la Reine Victoria, l’Impératrice Sissi, la famille de Napoléon, Sarah Bernhardt, Georges Sand, Maupassant, Lamartine … 

AIX LES BAINS - Le Bâtiment royal des Bains, milieu du XIXe siècle.

 

On vient aux bains depuis l'époque romaine … Et, c'est la construction du Bâtiment royal des Bains en 1783, à l’initiative du roi Victor Amédée III, qui signe le redémarrage du thermalisme aixois, tombé en sommeil depuis le IVe siècle.

La première moitié du XIXe siècle voit l’ouverture de plusieurs pensions et hôtels, installés dans des bâtiments préexistants, pour accueillir les villégiateurs.

AIX LES BAINS -La villa Chevalley et son parc. - La cure à droite

Le début du XIXe siècle est marqué par les premières villégiatures aristocratiques. La villa Chevalley, implantée au-dessus, a accueilli les séjours des membres de la famille impériale napoléonide puis ceux de la famille royale sarde.

 

Complément de la ville thermale, la ville de plaisirs émerge en 1824 avec la création d’un cercle, soit un lieu de rencontres, d’échanges et de jeux dédié aux villégiateurs. Installé d’abord dans le château des marquis d’Aix, le cercle commandite la construction d’un casino en 1849 à l’architecte Charles Pellegrini. Le Casino Grand Cercle, est inauguré par le Roi Victor-Emmanuel II de Savoie, en 1850.

Dans les années 1850, l’établissement thermal fait l’objet d’un projet d’agrandissement important... Les thermes Pellegrini prennent place devant le Bâtiment royal des Bains dont ils masquent désormais la façade principale. Leur présence sur la rue se caractérise par une élévation néoclassique, rythmée de trois grandes baies en plein cintre donnant accès au hall d’accueil central 

A suivre ... avec les Palaces et Lamartine...

Voir les commentaires

De la Beauté, sinon rien ...

Publié le par Perceval

De la Beauté, sinon rien ...

Du peintre : Frank Cadogan Cowper - Molly, Duchess Of Nona.

Molly est l'une parmi les nombreux personnages de ''Little Novels of Italy'' (1899) ; où belle de corps et de cœur, elle est mariée au calculateur Duc de Nona....

L'auteur est Maurice Henry Hewlett (1861–1923), anglais, poète et essayiste. Il écrit également des nouvelles historiques...

Egalement, de Frank Cadogan Cowper ( 1877-1958) :

Ce tableau qui représente Lucrèce Borgia ''régnant'' sur le Vatican durant l'absence du Pape Alexandre VI ( son père...), œuvre datée de 1908-1914 

Frank Cadogan Cowper est un des derniers représentants du Préraphaélisme. Il peint en particulier des portraits et des œuvres historiques et littéraires.

De la Beauté, sinon rien ...
De la Beauté, sinon rien ...

Ce tableau représente un incident obscur et scandaleux de l'histoire des papes. En 1501, la fille du pape Alexandre VI, Lucrèce Borgia, ( fille ''reconnue'') prend sa place lors d'une réunion.

Ici, le peintre imagine ce moment suggestif pendant lequel deux nobles écartent la robe de Lucrèce pour qu'un frère Francisain puisse embrasser sa chaussure...

Voir les commentaires

Conte: Les trois dés.

Publié le par Perceval

 * Non loin de Brocéliande, la femme d'un meunier cousait près du canal qui acheminait l'eau à la roue du moulin.

Soudain, son dé tomba dans le courant et disparut. Le dé est un outil indispensable, de plus, celui-ci était de cuivre et décoré... La couturière hurla de désespoir, invoqua les saints et même Merlin... Et, - c'était une autre époque … - c'est Merlin qui lui apparut :

- Chère fille, pourquoi pleures-tu ?

- Mon dé est tombé dans l'eau !

- Est-ce si grave ?

- Oui, j'en ai besoin pour aider mon mari à nourrir notre famille.

Le druide plongea la main dans l'eau, et  en sortit un dé en or avec des saphirs... Et, il lui demanda :

 - Femme, est-ce là ton dé ?

- Non, répondit la couturière.
Il plongea à nouveau la main dans l'eau, et en sortit cette fois un dé en argent avec des rubis,    et il lui demanda :

- Femme, est-ce là ton dé ?

- Non, répondit encore la couturière.

Il plongea une troisième fois la main dans l'eau et en sortit un dé en cuivre et il lui demanda encore :

- Femme, est-ce là ton dé ?

- Oui, répondit la couturière.

Merlin fut satisfait et content de l'honnêteté de cette femme, lui donna les trois dés. 

La femme rentra toute contente à la maison.

** Quelques années plus tard, pendant une promenade avec son mari au bord de la rivière, le mari tomba dans l'eau , et disparut dans le courant.

La femme hurla de toutes ses forces et le sage Merlin, alerté par ses cris, apparut. 

- Ma chère fille, pourquoi pleures-tu ?

- Mon mari est tombé dans la rivière ! 
Merlin plongea la main dans l'eau, et en sortit, le chevalier Gauvain.

-  Femme, est-ce ton mari ?

-  Oui oui ! hurla la gente dame ! 
- Le Saint, furieux, lui dit :

-  Tu as menti : ce n'est pas ton mari ! 

La femme répondit : 

-  Il y a un malentendu. 

    Si j'avais dit "non" au chevalier Gauvain
    Vous auriez sorti Lancelot.

    Et si j'avais dit "non" à lui aussi ; vous auriez sorti mon mari... Et si à ce moment là j'avais dit "oui", vous m'auriez donné les trois !

- Et, ma santé n'est plus si bonne : je n'aurais pas pu prendre soin de trois maris.

- C'est pour cela que j'ai dit "oui" à Sir Gauvain.

On dit que la réponse plut à Merlin... Aussi il lui permit de garder Sir Gauvain. Enfin, pendant le temps de cette histoire ...

Conte: Les trois dés.

Voir les commentaires

Gothic - Fantasy - Art

Publié le par Perceval

Arantza Sestayo, est une illustratrice espagnole.

Son travail d'illustration évoque souvent une ambiance gothique et fantasy, avec une image de la femme sensuelle et ténébreuse...

Dans sa première compilation, Baisers maudits, on y trouve une série magnifique sur le monde des vampires et de la Fantasy.

Gothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - Art
Gothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - Art
Gothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - Art

Victoria Francés est une artiste peintre née à Valence, en Espagne, le 25 octobre 1982. Elle est diplômée de la Facultad de Bellas Artes de San Carlos de l'Université polytechnique de Valence, Espagne.

Citant volontiers des auteurs tels qu'Edgar Allan Poe, Anne Rice et H. P. Lovecraft, et des illustrateurs tels que Brian Froud et Arthur Rackham dans la liste de ses influences, son travail est fortement inspiré par le fantastique et l'univers gothique. Ainsi, évoluant dans des environnements lugubres, vampires, succubes ou simplement jeunes femmes spectrales vêtues de robes traditionnelles sont le genre de personnages que l'on retrouve souvent dans ses œuvres.

Victoria Francés a illustré plusieurs livres et plusieurs posters. Son art peut aussi être admiré dans des calendriers édités de 2006 à 2009.

Gothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - Art
Gothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - Art
Gothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - ArtGothic - Fantasy - Art

Voir les commentaires

Julia Fullerton-Batten, The Act.

Publié le par Perceval

Julia Fullerton-Batten est née en Allemagne, elle a grandit aux États-Unis et en Allemagne. Elle déménage en Angleterre à l'âge de 16 ans. Depuis, elle voyage partout dans le monde. Après avoir étudié la photographie, elle travaille pour Vogue magazine à Londres où elle participe à des shooting avec des photographes de mode reconnus.

* Ce projet de la photographe Julia Fullerton-Batten, The Act, capture des images de femmes qui ''travaillent'' dans l'industrie du sexe au Royaume-Uni. Elle les interview puis les met en scène sur une scène de théâtre et leur permet ainsi -dit-elle- de raconter leurs propres histoires.

Cette activité est en fait très diversifiée ; il y a de plus en plus de manière de vivre et travailler par le sexe ; et elle reste très stigmatisée, ce que toutes ces femmes regrettent...

Julia Fullerton-Batten a exploré les raisons de leur choix... Après une année d’essais, Julia Fullerton-Batten a choisi quinze modèles, dont certaines avaient reçu une bonne éducation et possédaient des diplômes universitaires. Parmi elles, se trouvent des acrobates, une strip-teaseuse de ping-pong, une dominatrice, une escort girl, et des stars du web et du porno.

Ces photos – par une mise en scène théâtrale - expriment la manière dont ses femmes se voient, et soulignent “leur acte”. Toutes, raconte Julia Fullerson, vivent leur vie comme sur une scène. Elles sont fières de leur corps, et utilisent leur apparence pour générer un revenu.

L'éclairage, l'esthétique de l'image veut suggérer une interprétation énigmatique de cet acte. La sexualité reste un continent obscur... « J'ai évité une représentation sexuellement explicite. Les images se veulent sexy et provocantes, mais aussi ludiques. »

« Le rôle des femmes dans l'industrie du sexe est fortement débattu: certaines féministes affirment que le travail sexuel devrait être aboli, d'autres prétendent qu'il contribue à la liberté de choix de la femme, quant au travail dans lequel elle s'engage. »

« Bien que ce ne soit pas un choix de carrière que je ferais ... Je suis admiratrice de ces 15 femmes », explique Julia. « Elles sont honnêtes envers elles-mêmes et présentent un degré élevé de respect de soi. Je laisserai à leur histoire le dernier mot derrière cette expérience qui pour moi fut extraordinaire. »

Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.
Julia Fullerton-Batten, The Act.

Voir les commentaires

Eser Afacan: féminité

Publié le par Perceval

Eser Afacan est né en 1953, il est artiste peintre et sculpteur turc. Son père, également un artiste, est assyrien, tandis que sa mère est d'origine grecque. 
Afacan a commencé à dessiner à un jeune âge. Il a étudié à Manchester, en Angleterre avant de passer à la Norvège en 1978 pour étudier les mathématiques et la physique à l'Université de Bergen. En tant qu'étudiant, il a rencontré l' artiste norvégien Odd Nerdrum, avec qui il a travaillé par la suite. 
A partir de 1986, Afacan expose son travail dans de nombreux pays (Norvège, Turquie, USA, Canada). Sa technique de peinture utilise peintures à l'huile pour créer une couche transparente sur des couches de base...

Après avoir vécu entre l' Angleterre et la Norvège jusqu'en 1985, il a déménagé aux États-Unis avant d' émigrer au Canada en 2003, et s'installer avec sa famille à Kingston, en Ontario.

Ces deux tableaux expose des féminités opposées et complémentaires ...

Eser Afacan: féminité
Eser Afacan: féminité

Voir les commentaires

Edina Altara et le paquebot Rex

Publié le par Perceval

En 1932, Edina Altara ( 1898-1983) illustre la brochure destinée à annoncer ''le Rex'' - le plus grand paquebot italien de son temps (et jusqu'en 1991), construit par le chantier naval Ansaldo à Sestri Ponente. Le paquebot est en présence du roi Victor Emmanuel III, le 1er Août, 1931. L'objectif de la brochure et donc de l'artiste sarde est de séduire la classe riche de l'Italie fasciste.

Ce travail est réalisé avec son mari Vittorio Accornero : elle dessine les personnages et lui les décors...

 

Edina Altara et Vittorio Accornero de Testa se marient en 1922 et s'installent dans un premier temps à Casale Monferrato puis déménagent à Milan.

Dessinateur déjà confirmé, connu sous le pseudonyme de Victor Max Ninon, Accornero est le représentant typique d'une illustration conventionnelle et élégante, selon les formes d'un art Déco plutôt impersonnel. Quand le couple commence de travailler ensemble, ils signent « Edina et Ninon ». L'accent original d'Edina Altara tend à se ''mimétiser'' jusqu'à disparaître derrière le professionnalisme correct de son époux...

Edina Altara et le paquebot Rex

Le 27 septembre 1932, le Rex lève l'ancre depuis Gênes pour le voyage d'inauguration à New York et toute l'Italie est en fête.

Ce bateau, le plus grand transatlantique jamais lancé par l'Italie, devient une icône nationale : il est le sommet de la technologie de son époque, il doit étonner et se distinguer des grands bateaux étrangers et des transatlantiques classiques qui se côtoient à New York. C'est un bateau à la conception nouvelle, pensée pour un nouveau passager, le touriste, qui voyage par plaisir et non par nécessité. Il offre de grands espaces constellés de parasols, chaises longues et petites tables, deux grandes piscines découvertes, des bars-vérandas, des terrains de badminton et de tennis, des salons, une salle de lecture, entre autres.

Dans son film Amarcord (1973), Federico Fellini rend hommage au Rex en faisant émerger de la nuit la silhouette du bateau tout illuminé...

 

Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot Rex

La brochure comporte trente-six pages de grand format. La couverture représente les armoiries du bateau surmontées d'une couronne couleur or de la maison de Savoie. L'impression de la brochure fut réalisée par les Officines d'arts graphiques Richter & Co. de Naples. Diverses librairies anciennes et de très nombreux hôtels des ventes ont vendu des copies de ce livret dans le monde entier.

Edina Altara et le paquebot RexEdina Altara et le paquebot RexEdina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot RexEdina Altara et le paquebot RexEdina Altara et le paquebot Rex
Edina Altara et le paquebot RexEdina Altara et le paquebot Rex

Voir les commentaires

'The Book of beauty' des Reines d'Angleterre .. -7 -

Publié le par Perceval

'The Book of beauty'  des Reines d'Angleterre .. -7 -

Catherine d'Aragon (1485 – 1536),  infante de Castille et d'Aragon.

Catherine est reine d'Angleterre (1509-1533), et la première femme du roi Henri VIII.

Auparavant elle fut la princesse de Galles comme l'épouse du prince Arthur ( et mariés le 14 Novembre 1501). Catherine avait 16 ans, Arthur Tudor 15 ans. Arthur est décédé subitement le 2 avril 1502.

Après la mort d'Arthur, Henri VII n'avait nulle intention de restituer la grosse dot de la jeune femme, alors Catherine resta en Angleterre pendant sept ans. Le motif de cette prolongation de séjour est purement politique et financier. Comme Catherine était encore jeune et belle, Henri VII avait pensé à la marier à son second fils, Henri (futur Henri VIII) mais il était encore trop jeune

Le mariage ( le précédent est déclaré non consommé..), est célébré le 11 juin 1509.

De son union avec Henri VIII naissent six enfants, seule survit une fille, Marie (1516–1558), la future reine Marie 1ère d'Angleterre.

C'est vraisemblablement vers 1525 ou 1526 qu'Henri VIII tombe éperdument amoureux d'une des suivantes de la Reine, une certaine Anne Boleyn.

Privé d'héritier mâle légitime, le roi entame l'interminable procédure en vue d'obtenir l'annulation de son mariage avec Catherine d'Aragon... Le Roi répudie Catherine en 1532, contre la volonté du Pape Clément VII qui lui oppose un refus définitif, ce qui est directement à l'origine du schisme d'Angleterre et de la création de l'Église anglicane.

'The Book of beauty'  des Reines d'Angleterre .. -7 -

Anne Boleyn (1501 - 1536)

Anne Boleyn est reine d'Angleterre de 1533 à 1536, comme la seconde épouse du roi Henri VIII. Henry et Anne se sont mariés secrètement. Elle tombe enceinte bientôt, et une seconde cérémonie de mariage a lieu à Londres le 25 Janvier 1533. Henry avait 42 ans, Anne 32.

Les infidélités du roi, les fausses couches de la reine alimentent la disharmonie du couple … Le 2 mai 1536, Anne est arrêtée. Le matin du vendredi 19 mai, accusée d'adultère, d'inceste et de haute trahison, elle est exécutée par décapitation. 

... Un certain nombre de personnes ont affirmé avoir vu le fantôme d'Anne à Hever Castle, Blickling Hall, Salle Eglise, Tour de Londres, et Marwell Hall. En 1960, Canon WS-Pakenham Walsh, vicaire de Sulgrave, Northamptonshire, a rapporté avoir des conversations avec Anne.

'The Book of beauty'  des Reines d'Angleterre .. -7 -

Jane Seymour (1508 -.1537) est la fille de Sir John Seymour de Wiltshire et Margaret Wentworth.

Henri VIII se fiance à Jeanne Seymour le 20 mai 1536, le lendemain de l'exécution d'Anne Boleyn, et l'épouse dix jours plus tard. Elle a 28 ans.

Les fastes de la cour, son rayonnement social, particulièrement extravagants sous Anne Boleyn, sont remplacés sous le règne de Jeanne Seymour par une austérité et une atmosphère oppressantes.

Elle donne naissance à un héritier mâle, le futur Édouard VI d'Angleterre, le 12 octobre 1537.

Elle meurt d'une fièvre puerpérale le 24 octobre 1537, à Hampton Court après plus d'un an de mariage. Quand le roi meurt en 1547, il se fait enterrer auprès d'elle.

Voir les commentaires

De la beauté, sinon rien ... Des camées ''fantasy''

Publié le par Perceval

De la beauté, sinon rien ... Des camées ''fantasy''
De la beauté, sinon rien ... Des camées ''fantasy''
De la beauté, sinon rien ... Des camées ''fantasy''
De la beauté, sinon rien ... Des camées ''fantasy''

Le camée est une technique de gravure, voire de sculpture en bas-relief, de la glyptique utilisée essentiellement sur les matériaux présentant des strates de couleurs contrastées (camaïeu). Il s'agit de tirer parti de cette structure en faisant apparaître ces couleurs à des endroits voulus pour créer des formes.

 

 

Les artistes ( dont Gennaro Mazza avec ses fils Vincenzo et Ciro ) sculptent ces camées et travaillent dans un village de pêcheurs du sud de l'Italie, Torre del Greco .

De la beauté, sinon rien ... Des camées ''fantasy''
De la beauté, sinon rien ... Des camées ''fantasy''

Voir les commentaires

'The Book of beauty' des Reines d'Angleterre .. - 6 -

Publié le par Perceval

'The Book of beauty'  des Reines d'Angleterre .. - 6 -

Elizabeth Woodville (1437 - 1492) appartient à l’aristocratie anglaise moyenne.

Selon la légende, Élisabeth serait venue implorer l'aide financière d'Édouard qui lui aurait proposé en échange de devenir sa maîtresse. Subjugué par son refus, il l'aurait demandée en mariage.

Elizabeth est reine consort d'Angleterre et l'épouse du roi Edouard IV de 1464 jusqu'à sa mort en 1483.

En 1452, Elizabeth Woodville a épousé – en 1ères noces - Sir John Gray de Groby. Elle avait 15 ans, il en avait 20 ans. Elizabeth a été appelé « la plus belle femme dans l'île de la Grande-Bretagne » avec des « yeux aux paupières lourdes comme celles d'un dragon », ce qui suggère un critère inhabituel de beauté...

Son fils aîné, brièvement proclamé roi sous le nom d'Édouard V d’Angleterre, est destitué par son beau-frère, Richard III. Elle assure l’accession au trône de son gendre Henri VII en 1485, ce qui met fin à la Guerre des Deux-Roses.

Par sa fille Élisabeth d'York, elle est la grand-mère maternelle du roi Henri VIII d'Angleterre

'The Book of beauty'  des Reines d'Angleterre .. - 6 -

Elizabeth de York ( 1466 - 1503) est la fille d'Édouard IV et nièce de Richard III.

En 1475, elle se voit proposée en mariage à Charles, le dauphin de France. Ce plan échoue car le père de Charles, Louis XI, refuse.

Elle épouse le 18 janvier 1486 le roi Henri VII Tudor, un mariage destiné à mettre fin à la guerre des Deux-Roses en unissant l'héritière de la maison d'York à l'héritier de la maison de Lancastre.

Elizabeth est reine consort d'Angleterre de 1486 jusqu'à 1503. Henry et Elizabeth se marient le 18 Janvier 1486. ​​Leur premier fils, Arthur, est né le 20 Septembre 1486. ​​Elizabeth a été couronnée reine le 25 Novembre 1487. Élisabeth, d’une beauté renommée, a eu sept enfants d’Henri VII.

Le 14 novembre 1501, le fils aîné d’Élisabeth, Arthur, épouse l’infante d’Espagne, Catherine d’Aragon, fille des rois catholiques Ferdinand II d'Aragon et Isabelle Ire de Castille.. Six mois plus tard, Catherine se retrouve veuve. 

Le deuxième fils d'Elizabeth, Henri succède à son père sous le nom d’Henri VIII d’Angleterre, sa fille Marguerite épouse Jacques IV d'Écosse, et Marie épouse Louis XII de France.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>