Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Guenièvre: la femme convoitée - 1/2 -

Publié le par Perceval

L'origine du nom Guenièvre se réfère à un mot gallois « Gwenhwyfar » qui signifie « blanc-fantôme ».La-reine-Guenievre-par-William-Morris.jpg

Fille du roi de Carmélide, Léodagan, Guenièvre est l’épouse du roi Arthur. Elle est enlevée par Méléagant qui la désire. Arthur reste passif, et laisse Gauvain se charger de ramener la reine à la cour. Rencontre avec Lancelot, coup de foudre … Il la sauvera du bûcher, alors qu'elle est condamnée pour adultère. Guenièvre se fera nonne à Amesbury, où elle finira ses jours.

 

* Comme Hélène de Troie, elle est à l'origine de la guerre et de la mort du roi. Comme Mélusine, Guenièvre passe un contrat avec Lancelot, semblable à celui de Mélusine avec son amant. Comme elle, peut-être est-elle une figure de l’Autre-monde, indice qui donne à la saga arthurienne une connotation spirituelle...

La reine prend dans les récits une posture féerique ou du moins magique de la femme. Elle est la résurgence du « blanc fantôme » des sagas nordiques

dame-du-lac-1.jpg* Guenièvre, comme les fées apprécie la proximité des lieux aquatiques. Lancelot retrouve le peigne de la reine avec quelques-uns de ses cheveux sur le rebord d’une fontaine. L'homme est un personnage en quête... Genièvre, Mélusine répondent en créatures de l'Autre-monde …. Dans le conte, la fée-alors - jette son dévolu sur l'homme et lui promet son amour total à une seule condition qui, … ne se réalisera pas !

  lancelot-et-Guenievre-dans-La-Queste-del-saint-gaal-XIVe.jpg

* Elle est la Reine, et c'est même elle, qui tient les rênes du pouvoir ( et non plus ...Arthur), elle représente au yeux de tous la représentation du pouvoir politique dérobé à Arthur. Également, c'est elle qui gouverne, véritablement le chevalier Lancelot...

Lancelot, dans Le Chevalier de la Charrette (1176-1181), apparaît comme son amant soumis à ses volontés, au risque de se voir humilié et bafoué dans son honneur.

« Sur le moment, le chevalier a poursuivi sa route sans y monter ; il a eu tort, tort d’avoir honte et de ne pas aussitôt sauter dans la charrette car il le regrettera un jour. Mais Raison, qui s’oppose à Amour, lui dit de ne pas monter, le retenant de ne pas monter, le retenant et lui enseignant de ne rien faire ni entreprendre qui puisse lui apporter honte ou reproche. Ce n’est pas du cœur mais de la bouche que vient ce discours, que Raison ose lui tenir. Mais Amour, enfermé dans le cœur, l’exhorte et l’invite à monter tout de suite dans la charrette. Amour le veut alors il y saute ; il n’a plus peur de la honte, puisque c’est l’ordre et la volonté d’amour. » Cr de Troyes:  (N° des vers: 329-380)

Voir les commentaires

La vie d'une bourgeoise au XIXe s.

Publié le par Perceval

la-vie-d-une-bougeoise-au-XIXe.jpgLien vers le site

"La bourgeoisie n'est pas une classe, c'est une position ; on acquiert cette position, on la perd. Le travail, l'économie, la capacité la donne ; le vice, la dissipation, l'oisiveté la font perdre. " Journal des Débats, 1847.

Grande gagnante de la Révolution, la bourgeoisie domine tout le 19e siècle. Mais, pour être plus juste, devrait-on parler des bourgeoisies. En effet, cette catégorie comprend aussi bien les grands propriétaires, ceux qui ont fait fortune dans les affaires, les professions libérales, les fonctionnaires que l'artisan arrivé ou celui qui tient boutique en ville. De plus une grande différence existe entre la bourgeoisie rurale et la bourgeoisie urbaine parmi laquelle les parisiens tiennent le haut du pavé. Un point commun cependant, la croyance en la nécessité du travail et la mystique de la réussite.

 

Voir les commentaires

Femmes peintres: autoportrait -3/6-

Publié le par Perceval

 Abraham Solomon (1823-1862)  Autoportrait – Anna Bilinska (1857-1893)
 Abraham Solomon (1823-1862)  Autoportrait  – Anna Bilinska (1857-1893)

*****

Autoportrait – Caroline Bardua (1781-1864) Autoportrait – Caroline Von Der Embde (1812-
 Autoportrait – Caroline Bardua (1781-1864)  Autoportrait – Caroline Von Der Embde (1812-

*****

Autoportrait – Elizabeth Nourse (1859-1938) Autoportrait – Henriette Lorimier (1775-1854)
 Autoportrait – Elizabeth Nourse (1859-1938)  Autoportrait – Henriette Lorimier (1775-1854)

*****

Autoportrait – Marie Bashkirtseff (1858-1884) Autoportrait – Rolinda Sharples (1793-1838)
 Autoportrait  – Marie Bashkirtseff (1858-1884)  Autoportrait – Rolinda Sharples (1793-1838)

*****

Berthe Morisot (1841-1895) par Edma Morisot (1839-1921) Sofia Vasiyevna Sukhova-Kobylina (1825-1867)
 Berthe Morisot (1841-1895)  par Edma Morisot (1839-1921)  Sofia Vasiyevna Sukhova-Kobylina (1825-1867)

*****

James N. Lee XIXe siècle

" La femme au chevalet " : peinture de James N. Lee  XIXe siècle

Voir aussi:

Voir les commentaires

Femmes peintres: autoportrait -2/6-

Publié le par Perceval

 Autoportrait – Adelaide Labille-Guiard (1749-1803)  Autoportrait – Angelica Kauffman (1741-1807)
 Autoportrait – Adelaide Labille-Guiard (1749-1803)  Autoportrait – Angelica Kauffman (1741-1807)

*****

Autoportrait – Anna Rosina de Gasc (1713-1783) Autoportrait – Élisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)
 Autoportrait – Anna Rosina de Gasc (1713-1783)  Autoportrait – Élisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)

*****

Autoportrait– Marguerite Gérard (1761-1837) Autoportrait Marie Denise Villers (1754-1820)
 Autoportrait– Marguerite Gérard (1761-1837)  Autoportrait  Marie Denise Villers (1754-1820)

*****

Autoportrait – Marie Gabrielle Capet (1761-1818) Autoportrait – Marie Geneviève Bouliard (1763-1825)
 Autoportrait – Marie Gabrielle Capet (1761-1818)  Autoportrait – Marie Geneviève Bouliard (1763-1825)

*****

Autoportrait – Marie Guillemine Benoist (1768-1826) utoportrait – Anne Vallayer Coster (1744-1818)
 Autoportrait – Marie Guillemine Benoist (1768-1826)  Autoportrait  – Anne Vallayer Coster (1744-1818)

voir aussi:

Femmes peintres: autoportrait -1-

Voir les commentaires

'B E A U T Y' de Rino Stefano Tagliafierro

Publié le par Perceval

Et si, les tableaux prenaient Vie ? Au moins, juste le temps d'un soupir, et voir la peau qui frémit... ?

Le réalisateur Rino Tagliafierro le permet... Il survole l'histoire de l'art, de la Renaissance au Romantisme, en passant par le néo-classicisme, et chaque toile prend vie grâce à la technologie numérique, et 3D.

 C'est un peu comme si ...En passant le long des murs du musée … Soudain, là sur le tableau … ! lentement, un bras bougeait, une tête se tournait, une épée s'abattait, un objet de guingois tombait, un paysage s'animait…

 C'est là... Voyez !

 

Par ordre d'apparition:

Asher Brown Durand - La vallée de Catskill ‬

Thomas Hill - Emerald Bay, Lake Tahoe

Albert Bierstadt - Parmi les montagnes de la Sierra Nevada

Ivan Chichkine - Lisière de la forêt

James Sant - Frau und Tochter ‬

William Adolphe Bouguereau - L'Innocence

William Adolphe Bouguereau - Chanson des anges

Ivan Chichkine - Bach im Birkenwald

William Adolphe Bouguereau - Le Baiser

William Adolphe Bouguereau - Fan-fille de la nature avec un enfant

William Adolphe Bouguereau - La Patrie

Ivan Chichkine - Matin dans une forêt de pin

William Adolphe Bouguereau - Les ramasseurs d'écrou

William Adolphe Bouguereau - Deux soeurs

William Adolphe Bouguereau - pas trop à porter

Thomas Cole - La Course de l'Empire: Desolation

Martinus Rørbye - Entrée d'un Inn dans le Praestegarden à Hillested

William Adolphe Bouguereau - Couture

William Adolphe Bouguereau - La leçon difficile

William Adolphe Bouguereau - La révérence

William Adolphe Bouguereau - Petite fille avec un bouquet

Claude Lorrain - Paysage pastoral

William Adolphe Bouguereau - Cupidon

William Adolphe Bouguereau - Admiration

William Adolphe Bouguereau - Une jeune fille se défendant contre l'eros

William Adolphe Bouguereau - Aube

William Adolphe Bouguereau - L'Amour et Psych

William Adolphe Bouguereau - Spring Breeze

William Adolphe Bouguereau - Le Invation

William Adolphe Bouguereau - Nymphes et satyre

William Adolphe Bouguereau - La jeunesse de Bacchus

William Adolphe Bouguereau - La naissance de Vénus

William Adolphe Bouguereau - Le Nymphée

Gioacchino Pagliei - Le Naiadi

Le rêve de Faust - Luis Ricardo Falero

Luis Ricardo Falero - Nu couché

Jules Joseph Lefebvre - La Cigale

John William Godward - Tarot de Delphi

Jan van Huysum - Bouquet de fleurs dans une urne

Adrien Henri Tanoux - Salammbô

Guillaume Seignac - Nu couché

Tiziano - Venere di Urbino

Louis Jean François Lagrenée - Amor et Psyché

Corrège - Giove e Io

François Gérard - Psyché et l'Amour

John William Godward - Contemplatio

John William Godward - Far Away Pensée

John William Godward - Une beauté Auburn

William Adolphe Bouguereau - Flore Et Zephy

Louis Jean François Lagrenée - Mars et Vénus, Allégorie de la Paix

Fritz Zuber-Bühle - Un couché de beauté

Paul Peel - Le Reste

Guillaume Seignac - L'Abandon

Victor Karlovich Shtemberg - Nu à la peau de bête

Pierre Auguste Cot - Portrait de jeune femme

Ivan Chichkine - mât Tree Grove

Ivan Chichkine - pluie dans une forêt de chênes

 

William Adolphe Bouguereau - Biblis

William Adolphe Bouguereau - Elegy

La pierre de Marcus - aime Daydream Fin

William Adolphe Bouguereau - Tête d'une jeune fille

Hugues Merle - Marie-Madeleine dans la grotte

Andrea Vaccaro - Sant'Agata

Jacques-Luois David - Accademia (o Patroclo)

Michelangelo Merisi da Caravaggio - San Giovanni Battista

Roberto Ferri - In Nomine Deus

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Cristo alla colonna

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Incoronazione di colonne vertébrale

Paul Delaroche - L'Exécution de Lady Jane Grey en la tour de Londres, l'un 1554

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Decollazione di San Giovanni Battista

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Sacrificio di Isacco

Guido Reni - Davide e Golia

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Giuditta e Oloferne

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Davide e Golia

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Salomé con la testa del Battista

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Davide con la testa di Golia

Jakub Schikaneder - Jour des Morts

Michelangelo Merisi da Caravaggio - San Gerolamo scrivente

Guido Reni - San Gerolamo

Pieter Claesz - Vanitas

Gabriel von Max - Le Euphorique Vierge Anna Katharina Emmerich

William Adolphe Bouguereau - Portrait de Mlle Elizabeth Gardner

Jan Lievens - Une jeune fille

Johannes Vermeer - Portrait d'une jeune fille

Luis Ricardo Falero - clair de lune Beauties

Joseph Rebell - Burrasca al chiaro di luna nel golfo di Napoli

Luis Ricardo Falero - Sorcières d'aller à leur sabbat

William Adolphe Bouguereau - Dante et Virgil dans l'enfer

Théodore Géricault - Cheval arabe gris-blanc

Peter Paul Rubens - Satyre

Felice Boselli - pelé Tête d'une jeune Bull

Gabriel Cornelius von Max - singes que les juges de l'art

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Medusa

Luca Giordano - San Michele

Théodore Géricault - Étude des pieds et des mains

Peter Paul Rubens - Saturne dévorant son fils

Ilya Repin - Ivan il suo figlio e Terribile Ivan

Franz von Stuck - Lucifer Moderno

Gustave Doré - Enigma

Arnold Böcklin - Die Toteninsel (III)

Sophie Gengembre Anderson - Elaine

John Everett Millais - Ophélie

Paul Delaroche - Jeune Martyre

Herbert Draper - Le Lament pour Icare

Martin Johnson Heade - Crépuscule sur la rivière St. Johns

Gabriel Cornelius von Max - Der Anatom

Enrique Simonet - Anatomía del corazón

Thomas Eakins - Portrait du Dr Samuel D. Gross (The Gross Clinic)

Rembrandt - Lezione di anatomia del dottor Tulp

Peter Paul Rubens - Die pleurer le Christ

Paul Hippolyte Delaroche - Die Frau des Künstlers Louise Vernet auf ihrem Totenbett

Elizabeth Jane Gardner Bouguereau - Trop Imprudent

William-Adolphe Bouguereau - La prière

Michelangelo Merisi da Caravaggio - Amorino dormiente

Augustin Théodule Ribot - Saint-Vincent (de Saragosse)

Caspar David Friedrich - Abtei im Eichwald

   

Voir les commentaires

La création de la femme et de l'homme. 3/3

Publié le par Perceval

Lilith (Lilitu) démone mésopotamienne

En Mésopotanie, au néolithique :

Les deux dieux primordiaux des débuts du Néolithique étaient Ki (la Terre ; la Grande Mère) et An (le Ciel, le taureau), étroitement unis, restant indistincts, tels « deux jumeaux ».
Les dieux ont demandé à la déesse-Terre Ninhursag de créer l'humanité pour eux. Elle a créé l'humanité à partir d'argile et de sang : quatorze morceaux d'argile primordiale qu’elle a formé en son sein, sept à gauche et sept à droite avec une brique entre eux, qui ont produit les sept premières paires d'embryons humains. Elle a créé les hommes, afin qu'ils puissent travailler le sol et creuser des canaux, et elle a créé les femmes afin qu'elles puissent continuer à porter les hommes.



En Inde :
Prajapati, de sa bouche conçoit les dieux, qui, sitôt créés, prennent possession du ciel. De son souffle intérieur, il créé les esprits mauvais, les Asuras, qui, sitôt créés, prennent possession de la terre : ce sont les ténèbres. Il donne l’existence aux hommes, aux mélodies, au Soleil.

Le roi des morts. Yama est aussi le premier des mortels. Yama a une sœur, Yami. Il s’est uni à elle pour créer l’humanité. Yama, le premier homme, se trouve également le premier à connaître la mort. Il est de ce fait, le chef des morts.

En Perse :

Anahita  lady-of-beasts-statue


Le Yasht V (Aban Yasht)( texte sacré ) est consacré à la déesse Ardvi Sura Anahita, décrite comme une jolie femme au corps ferme et élancé. Elle est la déesse de toutes les eaux à la surface de la terre ainsi que de la pluie, de l’abondance, de la fertilité, des unions, de l’amour, de la maternité et de la victoire. Les Anciens voyaient en elle la source de la vie et elle symbolise la prépondérance du rôle féminin dans la société.

Dans la mythologie nordique :
Les dieux Odin, Vili et Vé sont aussi à l'origine de la création de l'homme (Gylfaginning, 8). Ayant trouvé deux troncs d'arbre le long du rivage de la mer, ils les façonnèrent pour former deux êtres humains( un frêne pour l'homme, et un bouleau pour la femme ). Odin leur donna le souffle et la vie, Vili l'intelligence et le mouvement, Vé l'apparence, la parole, l'ouïe et la vue. Ils leur donnèrent aussi des vêtements, et les nommèrent Ask et Embla.
Tablette de Nippur décrivant la création du monde.
Enlil ( le dieu de l'air) emportait la terre, sa mère. L’union d’Enlil et de sa mère la terre fut à l’origine de l’univers organisé, de la création de l’homme, des animaux et des plantes, de l’établissement de la civilisation.

 







Mawu-Lisa


Mawu (masculin) et Lisa (féminin) sont les enfants d’une mère primitive, Nana Buluka, créatrice du monde. La nuit et le jour sont séparés. Mawu, la Lune, vit à l’Ouest et Lisa, le Soleil, à l’Est. ( Bénin)

Terre-mère et jumeaux Nommo


Voir les commentaires

La création de la femme et de l'homme. 2/3

Publié le par Perceval

Dans la mythologie égyptienne :

Mythologies africaines.
Mamiwata, mère des eaux

Dans la mythologie égyptienne, l'homme ne se fait qu'une fois l'univers mis en place et les dieux venus à l'existence. Sa création semble presque secondaire comparée aux œuvres majeures que sont la formation de l'Univers et la naissance des dieux. La création de l'homme est, en général, un acte accompli délibérément par les dieux et souvent décrit comme une activité humaine familière. Comme bien des divinités africaines qui façonnent les premiers hommes avec de la glaise, tout comme les potiers.
Cependant, un des récits de la création de l’Homme est qu’elle résulte des larmes de l’œil du démiurge Atoum. Et Chou ( le dieu de l'air ) a insufflé la vie.

Dans la mythologie chinoise :
La Déesse Nüwa vint se promener sur la Terre. Admirant la création du dieu Pangu : l'éclat du Soleil, de la Lune et des étoiles, arpentant les majestueuses montagnes et les luxuriantes vallées où poussait une abondante végétation et vivaient toutes sortes d'animaux, Nüwa en fut toute réjouie. Néanmoins, elle sentit qu'il y manquait quelque chose. Il fallait sur la Terre un être vivant intelligent, capable de travailler, de dominer et de présider aux destinées de la nature. Sinon, quelque splendide que se montre la grande nature et quelque nombreux que soient les êtres vivants, la Terre resterait toujours morne et solitaire.

Poussée par son imagination, Nüwa s'accroupit et se mit à pétrir de la glaise et à modeler des figurines sur son propre modèle.

Nuwa

Au bout d'un moment, des petits êtres vifs et intelligents, capables de marcher et de parler, sortirent les uns après les autres de sa main. Fière de sa création, elle rassembla encore plus de boue et continua son jeu. Elle se trouva bientôt entourée d'une foule des deux sexes qui dansait et l'acclamait joyeusement. Elle en éprouva un bonheur immense.
Afin de perpétuer l'humanité, Nüwa apprit aux hommes l'amour et le mariage, et les rendit procréateurs.

« ...rien d'humain ne peuple la Terre. Les Empereurs du ciel se succèdent et Nüwa vient à régner. C'est un être d'une grande beauté et dont toutes les vertus sont celles d'un sage.

Son corps est de serpent et sa tête a les traits des humains qu'elle veut faire naître sur la Terre.
Ce beau serpent vient ramper sur la Terre. Nüwa respire les émanations du sol et constate qu'elles ont le parfum de la vie. »

à suivre ....

Voir les commentaires

La création de la femme et de l'homme. 1/2

Publié le par Perceval

Catherine Ballu-Santenoise  - La création d’Ève -

Dans la plupart des récits, la création de la femme n'est pas distinguée de celle de l'homme... Sauf dans la mythologie grecque.
Dans la Bible, le premier humain, est homme et femme. Ensuite il est séparé en deux, de la même façon que le créateur crée en "séparant" le jour et la nuit ….
Dans la mythologie Grecque :
Pandore – la première femme - sera envoyée et causera la malédiction de toute l’humanité nouvelle ! ( Question misogynie, il n'y a pas mieux  ! )
Le Titan Prométhée et son frère Épiméthée eurent pour mission de fabriquer toutes les créatures de la Terre.

Prométhée était un sage contrairement à son frère. Il façonna des créatures avec de la boue et Épiméthée devait leur donner des aptitudes. Ainsi, il donna des ailes aux oiseaux ou des griffes aux tigres. Mais, cet écervelé d’Épiméthée se retrouva à court d’aptitudes au moment où Prométhée façonna les hommes.
Les humains se retrouvèrent donc bien démunis et totalement dépourvus de la moindre aptitude particulière. Mais, par chance, Prométhée les avait créés à l’image des dieux ( et ce fut Athéna qui insuffla la vie en eux...) (1) et ils se montrèrent les plus rusés de toutes les créatures.
(1) Prométhée, façonne la race humaine avec de l'argile. Ou plutôt la « quatrième race » humaine, qui est encore la nôtre…

Prométhée n’est pas immortel et il s’oppose à Zeus . Il protège son humanité de la colère de Zeus qui refuse de donner le feu aux hommes . Déjà ce dieu jaloux a détruit plusieurs races .

 

Pour punir les hommes, Zeus entreprend d'inventer un "beau mal (...), terrible fléau installé au milieu des hommes mortels", selon Hésiode. Alors Zeus demande à Héphaïstos de créer un être inconnu, la première femme, que les dieux orneront chacun d'une qualité, et qui reçoit pour nom Pandore, ce qui veut dire "don de tous les dieux".
La création de l'homme par Prométhée et Athéna (Louvre)
A suivre .... 

Voir les commentaires

Felix Vallotton (1865-1925): du feu sous la glace - 3/3 -

Publié le par Perceval

« Vallotton est d'abord un peintre de nus » G Besson. Cette profusion illustre l’attraction mainte fois attestée qu'exerçait les femmes sur Vallotton : «  C'est par des gestes, dont il ne restait pas toujours maître, que se trahissait une sensualité toujours en appétit de toutes sortes de gourmandises, d'aucune plus que de la chair féminine », se souvient Thadée Natanson en 1948.

 felix-vallotton La Blanche et la Noire, 1913

« La blanche et la noire » Odalisque troublante, que ce face à face silencieux qui suscite des abîmes d'interrogations … Pourquoi... ? Mais, tout ici n'est que semblance et lubie... !

Félix Vallotton – La chambre rouge, Etretat, 1899 Félix Vallotton, La Liseuse, 1922
Madame G Vallotton et sa nièce 1899 Félix Vallotton, La Liseuse, 1922

Artiste polymorphe donc, mais aussi anarchiste rebelle et solide bourgeois, membre du groupe des nabis et solitaire impénitent, comique et neurasthénique, Vallotton échappe à toutes les classifications. 

felix-vallotton bainturc1907

« Toute ma vie j'aurais été celui qui, de derrière une fenêtre, voit vivre et ne vit pas ». Vallotton

 Felix Vallotton La malade 1892

Le Grand Palais de Paris propose, du 2 octobre 2013 au 20 janvier 2014, une grande rétrospective de Félix Vallotton, artiste inclassable, à la fois peintre, graveur sur bois, écrivain et critique d'art. D'origine suisse et naturalisé français en 1900, Félix Vallotton (1865-1925) à laissé notamment plus de 1700 peintures et 200 gravures.

Félix Vallotton - Le chapeau violet - 1907 Félix Vallotton, Portrait de femme en chapeau noir (1908)

Gabrielle_Vallotton-1905-copie-1.jpg

Gabrielle Vallotton 1905

vallotton-felix-14


Sources : «  Le feu sous la glace » Grand Palais … Isabelle Cahn, Katia Poletti, ...

Voir les commentaires

Felix Vallotton (1865-1925): du feu sous la glace - 2/3 -

Publié le par Perceval

affiche expo Le feu sous la glace« L’œuvre de Félix Vallotton ( 1865 à Lausanne – 1925 à Paris) est d'une grande complexité. Si le jeu des formes et des couleurs opère intuitivement au premier regard, le sens véritable se décèle peu à peu, sombre, ironique, surprenant provocateur. Le regard aigu de l'artiste scrute, examine, désosse et analyse. Le dessin est précis, le cadrage audacieux, l'aspect lisse et les perspectives aplaties. Vallotton découpe, sculpte et modèle la réalité pour en représenter une version transfigurée par sa propre perception. Ses scènes domestiques tragi-comiques sont des moments d'intimité volés. Il peint des individus écrasés par la vacuité de leur existence, des femmes futiles et triomphantes, des hommes faibles et vaincus. Une vision pessimiste et violente du monde et des rapports entre les sexes, marquée par une profonde ambivalence.. Son art est à la fois sensible et cruel, sensuel et cérébral, réaliste et étrange, classique et moderne, intime et universel. »

F Vallotton Le mensonge -1898 Félix Vallotton, La Chambre rouge, Étretat, 1899
Le mensonge 1898 La chambre rouge - Etretat - 1899


(...)

« Resté le « Nabi étranger » au sein du seul groupe auquel il a appartenu, aux côtés de Bonnard, Vuillard et Maurice Denis, contemporain des peintres post-impressionnistes, de Gauguin, Van Gogh, Cézanne, des fauves et des cubistes, il a tracé son chemin en solitaire dans le maquis des avant-gardes esthétiques. Le style de ce peintre de l'étrange se distingue par un aspect lisse et froid ; des couleurs raffinées, un dessin précis découpant la forme, des cadrages audacieux, des perspectives aplaties empruntées aux estampes japonaises et à la photographie. Il a mis en scène avec une précision obsessionnelle des situations psychologiques nées de conflits entre désir et interdit et donné une dimension mythique à l'éternelle guerre des sexes. Sa sensibilité fortifiée par un don d'observation aigu lui a permis de rester à l'abri des banalités déprimantes pour n'exprimer que la force mystérieuse des choses. »

Guy Cogeval, Président Musée d'Orsay

Felix_Vallotton_Interior_with_Couple_and_Screen_-Intimacy-.jpg

Refoulement et mensonge :

De 1897 jusqu'en 1920, Vallotton s'adonne avec plus ou moins de constance à la représentation de saynètes de mœurs : tableaux tragi-comiques avec personnages représentés dans des intérieurs bourgeois. Mari et femme, ou amant et maîtresse : les situations amoureuses ne manquent pas d'ironie. Et, même les meubles ne manquent pas de jouer leur rôle …

Felix-Vallotton le baiser Félix Vallotton chaste-suzanne-1922
Le baiser Chaste Suzanne 1922


«  On rit, on frémit, on s'attendrit, on s'indigne, on frisonne. Le délicieux, l'inquiétant spectacle... » s'enthousiasme l'ami Thadée Natanson ( la revue Blanche) à propos des « Intimités »

A travers le labyrinthe secret des sentiments et des pulsions, du refoulement et du mesonge, Vollotton dénonce la névrose sociale du mariage et de l'argent.

 

 Felix-Vallotton la loge de théâtre, le mosieur et la dame

La loge de théâtre ..

Un petit gant blanc, vivant et blotti comme une colombe... Il anime la présence passive de la jeune femme au visage impassible. Quelque chose ne préoccupe t-il pas ce couple ? Quelle économie pour exacerber cette relation !


Voir les commentaires