Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Elle méritent mieux...!

Publié le par Perceval

violence-contre-les-femmes.jpgL’Union européenne publie un sondage inédit sur les violences faites aux femmes dans l’ensemble du continent européen. Les Françaises sont parmi celles qui se déclarent le plus victimes.

(*) L'Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (UE) a interrogé 1 500 femmes dans chacun des 28 pays membres de l’UE (42 000 personnes au total). Cette enquête, obéissant à la méthode des quotas, s’est déroulée d’avril à septembre 2012.

• 22 % des femmes interrogées dans cette enquête européenne déclarent avoir été victimes de violences sexuelles ou/et physiques ; 8 % d’entre elles disent avoir subi ce genre de violences au moins une fois au cours des 12 derniers mois.

• 43 % d’entre elles disent avoir été victimes de violences psychologiques. • 35 % déclarent avoir fait face à des violences physiques, sexuelles ou psychologiques avant l’âge de 15 ans.

• 55 % disent avoir été harcelées sexuellement

(le harcèlement est le fait de « soumettre quelqu’un à de continuelles pressions, sollicitations » d’après le Larousse) ; 21 % d’entre elles déclarent avoir été victimes de tels agissements au moins une fois au cours des 12 derniers mois.

• 22 % déclarent avoir été victimes d’une traque furtive (photo, SMS, coups de téléphone menaçants ou insultants) ; 5 % disent avoir été confrontées à une telle situation au moins une fois sur la dernière année écoulée.

Violence-femme-3.jpg

 

Voir les commentaires

Apollinaire: Viviane et Merlin

Publié le par Perceval

Larose-Guillaume-Appolinaire-Livre.jpg

 

Guillaume Apolllinaire, s'est penché sur une réécriture merveilleuse du mythe arthurien, cela donne un long récit en prose poétique : l'Enchanteur pourissant, paru pour la première fois en 1921, trois ans après le décès du poète.

enchanteurpourrissant.jpg

La première édition de cet ouvrage parut en 1909, illustrée de 12 gravures sur bois en pleine page, et de lettrines par André Derain.

Vivien_and_Merlin_by_Julia_Margaret_Cameron--1874-.jpg

<--- Vivien_and_Merlin_by_Julia_Margaret_Cameron (1874)

 

Il reprend l'histoire de Merlin, captif de Viviane, et imagine que l'enchanteur enfermé dans un tombeau est mort, mais encore conscient, capable de dialoguer et de susciter des visions, mais en même temps son corps pourrit lentement.

Une série de créatures , réelle ou imaginaires, se succèdent devant le tombeau de Merlin, tenant des discours apparemment décousus, mais qui tous visitent les questions de l'homme et de la femme, de leur ressemblance mais aussi de leurs « éternités différentes ».

Comme le dit Viviane à Merlin à la fin de l'ouvrage, les hommes et les femmes ne sont pas de la même époque : l'homme est au centre mais la femme est toujours là un peu avant ou un peu après, et c'est la raison pour laquelle ils ne peuvent vraiment se rencontrer.

 

Finalement, l'essentiel pour Apollinaire est d'exprimer le drame éternel de l'homme enfermé dans sa solitude, destiné, malgré son savoir des choses et de lui-même, à ne rien dominer de lui-même et à rester la victime de son sort.

appolinaire-kkkk.jpg Caligramme-apollinaire-fond-noir.jpg
Apollinaire avce la belle Lou (Louise de Coligny de Châtillon)  


L' Enchanteur, par ce qu'il a de différent des autres hommes, par ses dons de voir ce que les autres ne voient pas, de connaître ce qu'ils ne connaissent pas, devient alors autre chose: c'est le poète, le prophète, l'individu parfaitement seul et rejeté.

Viviane, est habitée par un désir de revanche et de victoire définitive sur l'homme. Tous les mythes vont converger vers l'enchanteur pourrissant, des rois mages à Hélène de Troie, entouré d'une faune magique et ensorcelante, démoniaque et charmeuse … Merlin abdique.

Voir les commentaires

Frida Kahlo et Maïakovski, la rencontre improbable.

Publié le par Perceval

524395_426568394053266_174752146_n.jpg

Tina Modotti, a rencontré Maïakovski en 1925, avant qu'elle même soit engagée dans le parti, alors qu’il faisait une tournée internationale de conférences durant laquelle il avait également visité Cuba et les États-Unis. C’était un an après la mort de Lénine (le 21 janvier 1924). 

Contrairement à son amie Tina, Frida Kahlo ne le rencontra jamais.

Ce portrait de Maïakovski - détourné pour composer un faux couple - est une photographie du poète à 17 ans, en 1910... La photo de Frida Kahlo ( ici, à 24ans en 1934 ) au revolver, semble également truquée : il s'agirait d'un autre buste et d’autres bras empruntés à une autre femme tenant un revolver... Tina Modotti, ne peut donc être l'auteur de cette photo...

Néanmoins, cette image d’un couple qui ne s’est jamais rencontré, et qui n’avait rien pour s’entendre idéologiquement, et qu’au contraire tout opposait : l’une est trotskiste et l’autre stalinien, reste fascinante...

 

Frida kahlo: féminité souffrante

(...)  est Frida la colombe, parce qu’il est Diego l’éléphant. Elle l’a rencontré chez Tina modotti… Ici, chez « ces gens là », l’Amour est un personnage au même titre que la…

Tina modotti, artiste et muse … ( 1 ) - Sur cette image - bien trompeuse – on voit une femme qui fait du batik, tandis que son mari ( le peintre et poète Roubaix de l’Abrie Richey (…

Tina modotti, artiste et révolutionnaire .. ( 2 ) - Sur une fresque de Rivera : "En el Arsenal » (1928) on y voit, à droite, Tina offrant une ceinture de munitions à son amant, Julio…

Voir les commentaires

Lilya Brik, muse de Maïakovski -2-

Publié le par Perceval

Lilya-Brik-in-their-house-on-Gendrikov--presently-Mayakovsk.jpg
Lilya Brik in their house on Gendrikov 
photo by Osip Brik

Tout au long des années 1920, le groupe se déplacés entre Berlin et Paris, où la sœur de Lilya, Elsa, vit maintenant avec son mari, le surréaliste Louis Aragon. Maïakovski développe une passion pour les voyages et du shopping, apportant des cadeaux à Rodchenko et à Brik.

À la fin des années 20 Lilya écrit à Maïakovski qu'elle trouve leur vie «trop routinière»...

Lili-Brik-et-Vladimir-Maiakovski--Yalta--ete-1926.jpg

Lili Brik et Vladimir Maïakovski,

Yalta, été 1926

Au cours d'une pause à Paris, Maiakovsky a une liaison avec une jeune mannequin russe, Tatiana Yakovleva. Au même moment Ossip rencontre la femme qui allait devenir sa seconde femme, Eugenia Sokolova-Zhemchuzhnaya... Cependant le trio continue à partager leur vie.

De retour à Moscou en 1928 Lilya et Maïakovski réunis à nouveau, sont pris d'une frénésie d'écriture. Lilya, s'engage dans la réalisation de films. Mais, commence une répression de plus en plus féroce, envers les artistes : le stalinisme et ses mécanismes de contrôle, annoncent des temps difficiles pour les décennies à venir.

Au printemps de 1930, sans avertissement, Maïakovski assis dans son bureau se tire une balle dans la tête. Dans une note, il écrit: «Ne pensez pas que je suis un lâche. ». 150 000 personnes suivent son cercueil dans les rues de Moscou.

Lilya répond à cette horreur par un sursaut d'énergie furieuse; le poète lui a accordé ses droits sur son œuvre, et elle classe ses écrits pour les éditer. Plus étonnamment encore, cette même année, ayant divorcée d'Ossip, elle épouse un commandant militaire stalinien, Vitali Primakov. C'est peut-être, une tactique habile de garantir une reconnaissance concernant Maïakovski … ? Effectivement, Staline a écrit : «Il est le poète le plus talentueux de notre époque soviétique. L'indifférence à son patrimoine culturel est un crime. » Les œuvres complètes ont été publiées en 1935. Un an plus tard, M. Primakov est arrêté comme traître, emprisonné et fusillé.Lilja-Brik-2.jpg

En 1938, elle épouse un jeune critique littéraire, Vassili Katanian, avec qui elle est restée jusqu'à sa mort en 1975.

En 1955, Lilya visite Elsa à Paris, après avoir reçu la permission de voyager en dépit de la fermeture des frontières de l'URSS. Trois ans plus tard, elle publie ses lettres avec Maïakovski.


Boris-Pasternak--Sergei-Eisenstein--Vladimir-Mayakovsky-y-L.jpg Lilya-Brik-modelling-one-really-avant-garde-outfit-by-Laman.jpg
Boris Pasternak, Sergei Eisenstein, Vladimir Mayakovsky et Lili Brik Lilya Brik modelling one really avant-garde outfit by Lamanova 1920s


Voir les commentaires

Lilya Brik, muse de Maïakovski -1-

Publié le par Perceval

rodchenko-brik-1.jpg arts-graphics-2008-copie-1.jpg
  Lilya Brik à l'affiche de Alexander Rodchenko pour l'éditeur soviétique Gosizdat 1924

Sur cette affiche d'Alexander Rodchenko (1891-1956) - pour Gosizdat importante éditeur russe (entre 1919 et 1930) – le modèle photo. est Lilya Brik (1891-1978) femme d'une forte personnalité, coqueluche et muse de l'avant-garde et post révolutionnaire russe. Elle est la sœur d'Elsa Triolet, et sera la compagne de Vladimir Maïakovski ( après sa liaison avec Elsa...) jusqu'à son suicide en 1930.

- Dès 1905, elle a rejoint la révolution russe. En 1912, elle se marie avec Ossip Brik, un écrivain qui lui fait découvrir le monde artistique et avant-gardiste russe. Ensuite, Lily, son mari Ossip Brik et Maïakovski forment une sorte de ménage à trois.

MartineFranck LiliBrik 1976
Ici Lily Brik est photographiée par Martine Franck en 1976, atteinte d'une maladie incurable, elle se suicide en 1978

Après la disparition du poète, elle se marie avec Vitaliy Primakov qui meurt en 1937. Elle devient la compagne de Vasily Katanian et le couple passe la plupart de son temps à diffuser l'œuvre de Maiakovski.

 *****

Lilya est la muse de la poésie de Maïakovski, et le couple a affirmé sa présence dans les nouveaux mouvements littéraires et artistiques de l'Union soviétique. Elle inspire également le photographe pionnier et graphiste Alexander Rodchenko.

Lilya Yurevna Kagan est né en 1891 à Moscou d'un avocat juif et une professeure de musique. Elle et sa soeur, Elsa, ont reçu une éducation bourgeoise typiquement européenne, elle joue du piano et parle le français et l'allemand. Lilya a étudié l'architecture à l'Institut de Moscou, s'est formée en privé à la danse et écrit des poèmes.

 Lilja_Brik-Kagan.jpg

La rencontre amoureuse entre Lilya et Maïakovski fut subite et sous-tendue par sa poésie. Le couple ne se quitte plus … Arrive ensuite, Rodchenko en 1915, et avec Ossip, le quatuor devient un groupe créatif et passionné...

En 1918, Lilya écrit: «Après avoir testé mes sentiments pour le poète, j'ai pu tout dire à Brik sur mon amour pour Maïakovski. Nous avons tous décidé de ne jamais nous séparer et de passer notre vies en restant intimes, étroitement liés par des intérêts communs, des goûts et le travail ».

Lilya-Brik--photo-a-la-fois-avec-son-mari-Ossip--a-droite.jpg
Lilya Brik,  avec son mari Ossip (à droite) et son amant Mayakovsky

Mais, compte tenu de la personnalité mélodramatique de Maïakovski, il n'est pas étonnant que l'ambiance soit instable et que le groupe vive des périodes tourmentées.

 

Avec Ossip Brik, les deux hommes publient un magazine sur les arts de gauche, LEF (Front de gauche des Arts), une vitrine pour les nouveaux écrivains et les dessins de Rodchenko. Son portrait en gros plan d'Ossip Brik, avec des lettres cyrilliques L.E.F. collées sur ses lunettes, reste un modèle emblématique.

Lilya est aussi une muse pour Rodchenko. « Elle a toujours été, une femme très individualiste libre - avant, pendant et après la Révolution, dit Olga Sviblova ( fondatrice du Musée d'art multimédia (MAMM) à Moscou. ) .... Elle était une muse, elle a inspiré les gens, et c'est un rôle très important." (…) «Sa beauté n'était pas conventionnelle, mais elle avait le talent de pouvoir donner de l'énergie à d'autres personnes, afin de stimuler leur inspiration. C'est au-delà d'être belle ou d'être amante ... »

32_01_00.jpg

0a19e1bb58f165f583e4d9e468c5f579--1-.jpeg

 

 

Lilya Brik n'était pas jolie. Petite taille, mince, voûtée, avec des yeux énormes, elle semblait tout à fait une adolescente. Cependant, il y avait quelque chose de spécial, très féminin, qui a attiré les hommes et ceux qui sont forcés d'admirer cette femme étonnante

 

 

....

 Lilya Brik et Vladimir Maïakovski  


Voir les commentaires

Reading is sexy - 5 -

Publié le par Perceval

Reading-is-sexy2.jpg

A voir, aussi:

Reading is sexy, avec les stars -2-

- Les vacances … Presque rien d'autre à faire, que lire … Et le plaisir, de les voir … Lire ..: Elisabeth Taylor, Nataly…

- Ce sont les vacances: changement d'habitude… Le temps s'arrête, mais j'ai préparé quelques images anonymes, avec quelques stars ( Kate Moss dans sa…

- De la plage au café, il n'y a qu'un pas … ***** Un bon polar, et des images plein la tête … C'est " mauvais genre " … Vous…

- Et, le dire en peinture… Ce n'est pas mal non plus .

Voir les commentaires

Qui fut Meret Oppenheim (Berlin 1913-Bâle 1985) ?

Publié le par Perceval

Issue d’une famille juive cultivée où elle croise aussi bien l’écrivain Hermann Hesse que Carl Jung qui l’encourage à noter tous ses rêves.

meret-oppenheim 01

Meret Oppenheim se cache , le nez dans un carnet de croquis ( lui-même à l'intérieur de son livre de cantiques pendant les services religieux de longues et fastidieuses...). Elle décide qu'elle ne se marierait jamais !

 meret-oppenheim Man-ray  Meret Oppenheim-04
 Meret Oppenheim-07  Meret Oppenheim (Berlin 1913-Bâle 1985) 0

Arrivée à Paris en mai 1932, elle présente son cahier à André Breton... Elle passe ses journées dans des galeries et cafés, à écrit ses premiers poèmes dans le Café du Dôme où elle rencontre Giacometti en 1933. Grâce à lui, elle a rencontre Sophie Taeuber et Hans Arp, Kurt Seligmann et Max Ernst. Giacometti et Arp sont ses premiers mentors artistiques; Ernst et Man Ray ses compagnons intimes.

Ma gouvernante- mein Kindermädchen, 1936


Ses œuvres témoignent d’une quête d’identité profonde. L’artiste y détourne les attributs traditionnels de la féminité comme le bijou ou le maquillage pour s’ouvrir à d’autres rôles ...

 

Ma gouvernante- mein Kindermädchen, 1936  -->

 

Son mot d’ordre ? « La liberté n’est donnée à personne, il faut la prendre. »

Meret-Oppenheim-2.jpg 1959_oppenheim_le-festin.jpg
            Man Ray: Meret Oppenheim  1959 - de M. Oppenheim,  le-festin

Pour échapper peut-être au machisme dominateur de la bande à Breton et trouver sa voie singulière, elle repart à Bâle en 1937.

En 1933, Man Ray réalise ses photos de nus de Meret Oppenh Meret Oppenheim, Le déjeuner en fourrure 2

En 1933, Man Ray réalise

ses photos de nus de Meret Oppenheim

Meret Oppenheim, Le déjeuner en fourrure, 1936


La-femme-pierre--Die-Steinfran--de-Meret-Oppenheim--1938.jpg

 La femme pierre  Die Steinfran  

de Meret Oppenheim (1938)

Sa Femme-pierre (1938), peinte allongée sur une plage, sans bras, impuissante, semble annoncer la dépression profonde qu’elle connaîtra durant la Seconde Guerre mondiale et jusqu’en 1954.« C’était comme si la discrimination séculaire envers la femme pesait sur mes épaules (…), comme un sentiment persistant d’infériorité », confiera-t-elle plus tard.

En 1945, elle rencontre Wolfgang La Roche. Ils se marient quatre ans plus tard à Berne où ils s'installent. Mais en 1950, Meret Oppenheim revient à Paris, seule. En 1954, elle se remet à travailler après dix-huit ans d’inactivité artistique. Deux ans plus tard, elle dessine les costumes et les masques pour la pièce de Picasso « Le Désir attrapé par la queue » représentée à Berne. 

Si vous me dites ce qui est juste, je sais

vous chanter l'Eloge du corbeau avec les pieds

qui changent et qui scintillent.

Ce que je préfère, ce sont ces froides fleurs de rire

Et leurs clins d'œil, dont les ombres luisent dans

l'obscurité.

 

Qui prendra la folie aux arbres ?

A qui le ciel fait-il cadeau de violettes de vapeur ?

Comment une chute conseille-t-elle une suivante ?

 

On trouve comme ceci la solution de ces questions et

d'autres :

 

Qu'on sépare la senteur de son parcours et qu'on essaie

de faire un nœud à son oreille tout en courant un mille.

L'air peut alors raccourcir ses limites de deux degrés et

le résultat ne se fait pas attendre.

Poème de Meret Oppenheim

Meret-Oppenheim-Expo.jpg

Meret Oppenheim,1975Meret Oppenheim,1975



Voir les commentaires

Les jupes de Ho Ryon Lee

Publié le par Perceval

Ho-Ryon-Lee-11.jpg

Des illustrations plus proches de la photographie, alors qu'il s'agit bien de peinture.


La double exposition est ici utilisée sur toile par l’artiste Coréen(ne.. ?) Ho Ryon Lee. Des peintures à l’huile où il (elle ) explore le mouvement et la sensualité féminine, « un point de vue flou sur le désir ». 

 


Et si le sujet, était la nature du désir... Jeu ambigüe, mené par ces femmes qui jouent sur une 'sexualisation' d’elles-mêmes. Ce mouvement qui tout à tours cache et dévoile ...

 

 

 

 

 

 

*****

 Ho Ryon Lee 1  Ho Ryon Lee 5
 Ho Ryon Lee 8  Ho Ryon Lee 9

Ho Ryon Lee 2

*****

Ho Ryon Lee 7

*****

Ho Ryon Lee 4

Voir les commentaires

Erik Satie, l'excentrique

Publié le par Perceval

Si l'on cherche la femme, derrière Erik Satie (1866-1925), on ne trouve qu'une relation amoureuse et quelques amitiés …

Le-boheme-poete-de-Montmartre--Portrait-d-Erik-Satie--Ram.jpg
Le bohème poète de Montmartre- Portrait d'Erik Satie - Ramon Casas Evanston

À Montmartre, Satie croise Bruant, Suzanne Valadon qui est sa voisine et son fils Maurice Utrillo. Il fréquente assidûment, pour y boire autant que pour y gagner sa vie, les cabarets de Montmartre, comme le Chat Noir ou il devient second pianiste dès 1891, l’Auberge du Clou avenue Trudaine, où il se lie d’amitié avec Debussy ( 1891) , le Divan Japonais qui deviendra la Divan du Monde, ou le Lapin Agile. Sa dégaine est celle du "gymnopédiste" : barbe hirsute, cheveux longs et haut-de- forme, vêtements sombres et lavallière.

Erik Satie, est un étrange personnage, excentrique même et provoquant pour ce qui est de la musique … Il suit dès 1879, des études au Conservatoire de Paris, où il y brille par son absence. Vers 1886, il adopte un mode de vie bohème et fantasque qui séduit nombreux artistes et musiciens.

Il compose, en 1888 : GYMNOPEDIES*, pour piano, 1890-1891 6 GNOSSIENNES, clôturant une première période d'œuvres très expressives et sensibles.

En 1891, Il adhère au mouvement des Rose - Croix à Paris, puis fonde à partir de 1895 une Église métropolitaine d'art de Jésus conducteur, dont il est le seul adepte. Parallèlement, il écrit des œuvres engagées au service d'une foi, d'un esthétisme ou d'une pure dérision : MESSE DES PAUVRES, (1895), PIECES FROIDES (1897).

Erik_Satie_Cheminee.jpg1898 SATIE s'installe à Arcueil dans une chambre retirée, une tour d'ivoire où il ne laissera entrer personne, à part quelques chiens errants.

En 1905, Nouveau départ pour SATIE qui entreprend des études sérieuses de composition, à la Schola Cantorum, avec Vincent d'INDY et Albert ROUSSEL.

1917 Création de son ballet PARADE, commande de DIAGHILEV sur un argument de COCTEAU. Le scandale de cette œuvre propulse SATIE au premier rang de l'actualité.

1924 Composition du ballet RELÂCHE, associé au mouvement DADA. Lors de sa création, le rideau porte la légende : Erik SATIE est le plus grand musicien du monde ; quiconque est en désaccord avec cette notion est prié de quitter la salle.

1925 Mort de SATIE, pauvre et néanmoins célèbre, à l'hôpital Saint-Joseph à Paris.


Erik Satie, n'a peut-être aimé qu'une femme : Suzanne Valadon (1865-1938).

Suzanne_Valadon_-_Portrait_d-Erik_Satie.jpg Puvis_de_Chavannes-_Pierre_-1824-98-__Suzanne_Valadon_1880.jpg
de Suzanne Valadon - Portrait d'Erik Satie Puvis de Chavannes (1824-98) Suzanne_Valadon en 1880


Sa liaison avec Suzanne Valadon n'a duré que, comme il le note lui-même, du 14 janvier au 20 juin 1893. Suzanne Valadon a été d’abord trapéziste, puis peintre. Elle posait pour le peintre que Satie préférait, Puvis de Chavanne. Satie et Suzanne vont au Luxembourg et jouent à faire flotter des petits bateaux en papier. Ils ont des rapports très conflictuels. La nuit, ils dorment par terre sur une couverture, c’est la Bohême montmartroise. Suzanne peint un portrait à l’huile de Satie, c’est l’une de ses toutes premières peintures à l’huile. Elle dessine également un médaillon du profil de Satie sans barbe. De son côté, Satie dessine lui aussi Suzanne, et compose, un jour d’orage conjugal, les Danses gothiques. Il dédie à Valadon une œuvre minuscule "Bonjour Biqui".

Une fois, il s'accusa d'avoir tué Suzanne Valadon : Accourus sur place, les gendarmes n’avaient cependant pas trouvé de cadavre, car son entraînement d’acrobate avait permis à la jeune de femme de sortir sans dommage de cette aventure.

« Un après-midi où Suzanne, après avoir rendu visite à Degas, est montée chez Satie, le musicien tourmenté par un mauvais pressentiment lui à barré le passage : – Ne pars pas :  Valadon s’est fachée : – Laisse-moi passer… je suis déjà en retard ! – J’ai déjà à peine le temps de te prendre dans mes bras que tu es déjà envolée ! Depuis que je t’aime, je vis dans l’appréhension de te perdre ! Alors qu’elle allait ouvrir la porte de force, il l’a saisi à bras-le-corps sa maîtresse qui s’est débattue. Après les protestations, les insultes ont jailli. Suzanne a traité le musicien de tous les noms.

Five-O-clock-paulette-Darty.jpg
Five O'clock avce Paulette Darty

Emporté par la fureur, Satie a giflé l’enragée qui s’est mise à hurler. Pour étouffer ses cris, il l’a enfermée dans un placard. Un peu plus tard, un voisin alerté par le vacarme est venu délivrer Suzanne. Tandis que son amant s’effondrait à ses pieds en lui demandant pardon, la jeune femme à moitié asphyxiée a prié le voisin de la raccompagner chez elle. Cet esclandre a porté un coup fatal à une liaison déjà bien bousculée. Malgré ses supplications, Suzanne a refusé de revoir Satie pour lequel elle n’a plus que crainte et mépris. » Extrait de  « Suzanne Valadon ou la recherche de la vérité » de Jeanne Champion.


 On dit aussi, qu'Erik Satie aurait pu demander à Paulette Darty ( chanteuse ) de devenir sa femme, s'il n'avait craint de devenir « cocu », selon ses propres mots. Satie lui a composé, quelques titres, dont «  Je te veux » (1904).  

blanche-six.jpg 
Conçue comme le volet d'un tripyque dédié au compositeur Erik Satie, la toile de Jacques Emile Blanche (1861-1942)  doit à ce projet sa forme allongée et son titre, "Hommage à Erik Satie".
Mais le compositeur ayant refusé de poser, Blanche abandonna le triptyque et seule cette toile fut achevée.
Elle présente le "groupe des six" qu'une admiration commune pour l'oeuvre de Satie réunit à partir de 1917 :

De gauche à droite : en bas à gauche,  Germaine Tailleferre ;

au-dessus  de face, Darius Milhaud ;

derrière de profil, Arthur  Honegger ;

au fond, debout de profil, Louis Durey

de face,  Francis Poulenc ;

en haut à droite, Jean  Cocteau ;

assis à droite, Georges Auric 

 Il manque Luis Durey. Derrière l'épaule de Poulenc, figure Jean Cocteau, tout jeune, et l'homme à lunettes, au fond, est Jean Wiener, pianiste et compositeur français, ami du groupe. Enfin, créant le pivot de cette composition compacte qu'elle aère et anime par sa pose non conventionnelle, sa silhouette très élancée et sa jupe blanche aux délicates broderies bleues, la pianiste Meyer-Bertin pose une touche de lumière et de fantaisie à ce portrait de groupe

C'est Bertin qui introduit sa jeune épouse auprès de Satie, dont, à 20 ans, elle devient l'interprète préférée.
Les Six étaient membres d'un groupe de compositeurs célèbres qui écrivaient en France dans la première moitié du XXe siècle. Le nom leur a été donné par le critique Henri Collet en 1920. Leur musique réagissait essentiellement contre l'impressionnisme et le wagnérisme. Ils étaient très influencés par les idées d'Erik Satie et de Jean Cocteau.
Les_six.jpg les-six.jpg
   

 Erik Satie vit dans la misère à Arcueil. Il n'a pas assez d'argent pour suivre le groupe des jeunes, de vingt-cinq ans ses cadets.

Erik Satie: Gnossienne No. 1, 2, 3
Pianist: Daniel Varsano

 

Erik_Satie-detail.jpg

Voir les commentaires

Laura Knight, peintre et 'dame' commander ... - 2/2 -

Publié le par Perceval

Laura-Knight--Self-Portrait-with-Ella-Napper.jpg

Le travail de Laura n'a pas toujours été bien reçu des critiques, en particulier ses nus, en commençant par cet auto-portrait ( ci-dessus ) de 1913 avec le modèle nu : Ella Napper, qui a été sévèrement critiqué pour sa nudité "vulgaire". Dans le numéro de Juillet 1928 du "Creative Art" magazine, il est écrit que " les nus agressifs de Laura Knight sont trop lourdement banals et trop laborieusement réalistes pour être esthétiquement acceptables. "Dans le numéro de Juin 1930 de la même revue, il est écrit plus gentiment que" Mme Laura Knight peut être évoquée pour son design intéressant dans ses présentations de clowns de cirque et danseurs de ballet, surtout quand elle évite les grandes compositions... ".

Laura-Knight-3.jpg Laura-Knight-2.jpg
Laura Knight (1877-1970) Laura Knight (1877-1970)


Le travail de Laura Knight travail peut être fort, coloré, gai, plein de vie et passionnant, jamais fade et ennuyeux. On a dit que ses croquis de danseurs de ballet dans les années 1930 ont été considérées comme si précis qu'un célèbre professeur de danse s'en sert pour parler à ses élèves de technique. 

Alors que Laura travaille sur une grande variété de sujets, et difficiles, Harold est à la maison dans son atelier et peint d'excellents portraits et des intérieurs façon Vermeer-...

laura-kite.jpg laura-knight-1.jpg
Laura-Knight-10.jpg lauara-knight-13.jpg

Laura Knight s'est imposée comme l'artiste-femme la plus importante en Grande-Bretagne. En 1929, elle est faite 'Dame Commander of the Order of the British Empire', elle est la première femme artiste à recevoir cet honneur, et en 1936 elle devient la première femme à être élue à la Royal Academy of Arts... Un an après l'élection de Laura, Harold est également élu académicien royal.

LAURA-KNIGHt--Ruby.jpg LAURA-KNIGHt--4.jpg
   
Laura-Knight---Corporal-Elspeth-Henderson-and-Sergeant-Hele.jpg LAURA-KNIGHt--nuremberg-trial.jpg
Laura Knight - Corporal Elspeth Henderson and Sergeant Helen Turner, 1941 LAURA KNIGHt - Procés de Nuremberg


Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Laura devient artiste de guerre officiel.  

Voir les commentaires