Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Il y a cent ans - Un joyeux Noël avant la guerre

Publié le par Perceval

Il y a cent ans ...

Un-joyeux-Noel-avant-la-guerre.jpg

*****

L-Illustration--Decembre-1913.png

L'Illustration, 20 Décembre 1913

*****

Noël, en Allemagne, en France, aux Etats-Unis, ou en Angleterre ...

En 1923

Montage Noel 1923
*****

En 1933

Montage-Noel-1933.jpg

*****

En 1943

Montage-Noel-1943.jpg

 


Voir les commentaires

L'histoire de la Mère Noël.

Publié le par Perceval

En Franche-Comté, ce n’était ni saint Nicolas, ni le père Noël qui portaient des cadeaux aux enfants : c’était la vieille tante Arie.
En Espagne, on l’appelle Sainte Catherine.

Tante Arie 1920

La tradition populaire la décrivait comme une très vieille dame au visage resté jeune. En guise de pieds, elle avait fort curieusement des pattes d’oie. Habillée chaudement, elle faisait le tour du pays tout emmitouflée, un bâton dans une main, le licol de l’âne qui l’accompagnait dans l’autre. Un grelot autour du cou, l’âne portait sur son dos deux gros paniers chargés de tous les jouets et de toutes les friandises que la tante Arie devait distribuer.

En Italie, le 6 janvier, les cadeaux étaient apportés par la Befana. Elle est décrite comme une vieille femme volant sur un balai telle une sorcière, la méchanceté en moins et le sourire en plus !
En Russie, La Babouchka ressemble à la Befana italienne. 

 

Cette grand-mère fée aurait elle aussi croisé les Rois mages, venus en plein hiver lui demander de l’aide pour retrouver leur chemin vers Bethléem à travers la forêt. Mais il faisait si froid qu’elle se contenta de leur montrer la direction depuis le seuil de sa porte, sans oser faire un pas dans la neige.
Quelques heures plus tard, saisie de remords, elle s’emmitoufla, prit avec elle une hotte remplie de jouets et de friandises, puis partit vers le Sud pour rattraper la caravane des Rois mages. Hélas, le vent et la neige avaient effacé toutes leurs traces…
C’est pourquoi, assurent les conteurs russes, la fée Babouchka vient tous les ans à Noël distribuer des cadeaux aux enfants pour se faire pardonner. Elle y ajoute parfois un peu de pain noir, car c’est ce qu’elle avait offert aux rois Mages cette fameuse nuit, deux mille ans plus tôt…

Voir les commentaires

Elisabeth 1ère - 4/4 -

Publié le par Perceval

Elizabeth_I_-Armada_Portrait-.jpg

A l'époque de Shakespeare, il y a un regard élisabéthaine sur le monde... On pourrait l'appeler « la grande chaîne de l'être ». Andreas-cellarius-Sphere-armillaire-ptolemaique.-Harmoni.jpgL'univers est ordonné par Dieu. Au ciel, Dieu règne sur les archanges et les anges; sur la terre,un ordre similaire sous-tend un système hiérarchique.Tout dans la société a sa place avec des classes fixes de la plus haute à la plus basse. Il y a également un ordre fixe pour les plantes, les animaux et les minéraux. Chaque fois que quelqu'un tente de briser cette grande chaîne de l'être, la conséquence est un désordre universel....

L'univers est constitué d'une série de sphères, l'une dans l'autre ou de cercles concentriques. Ils sont tous créés à partir d'une substance cristalline appelée éther. La sphère la plus éloignée est appelé le firmament, où se situent les étoiles ; à l'intérieur une petite sphère, contient le soleil, la lune, et les planètes; au centre est la terre. spheres-De-Les-Echecs-amoureux-Manuscrit-fait-pour-Louise-d.jpgLorsque les sphères se déplacent, elles font un son harmonieux, fruit du travail de la création. C'est la musique des sphères...

La matière est composée de quatre éléments: le feu, l'air, l'eau et la terre. Ces quatre éléments ont leurs homologues dans le corps humain. Ces éléments humains sont appelés humeurs. Voici les correspondances: - la terre: froide et sèche avec la mélancolie ; - l'eau: froise et humide avec le flegme ; - l'air: chaud et humaide avec le sanguin , et - le feu: chaud et sec avec la colère . Chaque fois que l'un de ces éléments est prédominant dans le corps, cela se reconnaît dans l'humeur de la personne. Si les quatre éléments sont équilibrés, la personne est d'humeur équilibrée, si elles ne sont pas équilibrés, la personne est de « mauvaise humeur».

 


bartholomeus-anglicus--Les-elements-et-les-humeurs-jpg 4-elements-et-4--humeurs.jpg


La science se différencie difficilement de l'alchimie, elle est parfois citée comme une preuve de crédulité populaire. Elisabeth elle-même prêta un crédit de courte durée à un certain Cornélius Alvetanus, (1565 ), qui finit dans la tour de Londres.

Elizabeth-first-sir-john-dee.jpgL'astrologie fait partie des données enracinées dans la mentalité collective.

Élisabeth appelait John Dee (1527-1608/9) son philosophe. Mathématicien, géographe et astronome respecté, il avait aussi un profond intérêt pour l’astrologie et l’occultisme. Il a conseillé la reine sur le choix du jour le plus favorable pour son couronnement, et pratiquait ses arts à la cour. Reconnu pour avoir popularisé l’expression “ Empire britannique ”, il a encouragé Élisabeth à se considérer comme l’impératrice d’un futur empire qui se bâtirait par la maîtrise des océans et la colonisation de nouveaux territoires.

John-Dee-realise-une-experience-devant-la-reine-Elizabeth.jpgÀ cette fin, il a formé des explorateurs à la navigation, particulièrement pour la recherche de passages vers l’Orient par le Nord-Est et le Nord-Ouest, et il a soutenu les projets de colonisation du continent nord-américain

 

John Dee réalise une expérience devant la reine Elizabeth I

Voir les commentaires

Elisabeth 1ère - 3/4 -

Publié le par Perceval

Elizabeth1Encee6-6a380.jpgLe célibat d'Élisabeth 1ère inspire un culte de la virginité. Dans la poésie et la peinture, elle est représentée comme une vierge ou une déesse et non comme une femme ordinaire

L'opposition de Rome à la politique d'Elisabeth survient qu'en 1570 où, à la suite de mesures trop répressives, le pape Pie V excommunie Elizabeth et reconnaît Marie Stuart comme la vraie reine d'Angleterre, décision symbolique qui ne sera d'ailleurs suivie d'aucun effet.

Des complots plus ou moins avérés sont découverts par des ministre prompts à les exploiter...

marie Stuart et son fils le futur Jacques 1er
Marie Stuart et son fils le futur Jacques 1er

 

 

 

La principale victime de cette répression élizabéthaine est Marie Stuart, l'ex-reine d'Ecosse, après sa reddition en 1567 est trainée de prison en prison pendant dix-huit années d'hésitations d'Elizabeth qui ne sait que faire de son encombrante cousine; elle craint les réactions possibles des puissances catholiques européennes et elle résiste aux pressions d'un entourage attaché à la mort de l'ex-reine d'Ecosse; la reine d'Angleterre n'a aucune sympathie pour sa rivale écossaise qu'elle n'a jamais rencontrée et dont elle condamne la vie dissolue, elle n'a pas supporté que Marie n'ait pas accepté d'épouser l'homme qu'elle lui destinait, Dudley, duc de Leicester, son ancien favori...

 Le danger est grand pour Elizabeth, en l'absence de descendance, la couronne d'Angleterre reviendrait à Marie et il en résulterait un retour au papisme; l'élimination de Marie offrirait le trône à son fils Jacques d'Ecosse élevé par Elizabeth dans la foi anglicane ; la raison d'état impose la mort de la reine d'Ecosse qui a, par ailleurs, commis l'imprudence d'entretenir une correspondance avec les comploteurs catholiques. Marie est condamnée à mort le 25 octobre 1586 et exécutée le 8 février 1587.

 Elizabeth-I-Armada-Portrait-George-Gower-1588-detail.jpg

 Elizabeth 1ère Armada Portrait-George-Gower-1588

1588, Elizabeth Ière règne sur l'Angleterre depuis trente ans. Le vent destructeur du catholicisme fondamentaliste souffle sur l'Europe, sous la conduite de Philippe II d'Espagne. Soutenu par l'Eglise de Rome, le roi dispose d'une armée puissante et d'une Armada qui domine les mers. Philippe II est déterminé à renverser la reine "hérétique" et à ramener l'Angleterre au sein de l'Église romaine catholique. Philippe II lance contre l'Angleterre l'Invincible Armada... Les circonstances donnent la victoire à la Royal Navy...

La-Procession-Photo---c.-1600--montrant-Elizabeth-I-porte-.jpgLa Procession Photo , c. 1600, montrant Elizabeth 1 porté par ses courtisans

La période élisabéthaine se caractérise par un souci constant d'économie. L'essor économique profite au développement de l'industrie lainière, de la multiplication des mines de houille et de fer et de l'ouverture de chantiers navals nécessaires pour satisfaire aux besoins de la navigation commerciale...

Dans le domaine du théâtre des arts et des lettres, le grand homme est bien sûr Shakespeare... Les pièces de Christopher Marlowe sont aussi très jouées.

LC-Photo-Shoot-2013-detail.jpg

Elisabeth 1ère est morte le 24 mars 1603. Quelques heures plus tard, le fils de Marie Stuart: Jacques VI d'Écosse est proclamé roi d'Angleterre.

A Westminster, de par la volonté de Jacques 1er, Marie et Élisabeth unies dans la mort, partagent la même tombe, à quelques mètres de Marie Stuart...

Elisabeth-Ire-Unknown-English-artist-1600.jpg Elisabeth-Ire-peint-apres-la-mort-de-la-reine.jpg
Élisabeth Ire par un artiste anglais inconnu vers 1600 Élisabeth 1ère peint après la mort de la reine



Voir les commentaires

Elisabeth 1ère - 2/4 -

Publié le par Perceval

elisabeth-1ere.jpgLe monde d'alors, est coupé en deux, entre la réforme protestante, et la Rome catholique.... Pour les catholiques, Elisabeth est une souveraine hérétique mais aussi illégitime. La rupture entre l'Anglettere et Rome a directement trait à sa naissance et sa mère. Sa demi-sœur Marie la catholique a tenté de ramener l'Angleterre dans le giron du pape at a même fait enfermer un temps Elisabeth dans la tour de Londres, parce qu'elle était protestante et soupçonnée de fomenter l'agitation.

 


Quand Elisabeth 1ère monte sur le trône, elle promet à son peuple la tolérance, et de défendre l'Eglise anglicane contre le « papisme ».

Mary, Queen of Scots after Nicholas Hilliard Marie en capti
Mary stuart, Queen_of_Scots_after_Nicholas_Hilliard Marie - en captivité, c. 1578

 

Pour les catholiques, Elisabeth est donc une usurpatrice. Pour eux, la véritable reine d’Angleterre est… Marie Stuart (1542-1587). En effet, la grand-mère de Marie Stuart, Marguerite Stuart qui épousa en 1503 Jacques IV, roi d’Ecosse, n’est autre que… la sœur aînée du roi Henri VIII !

 

1577, Alors qu’Élisabeth a 43 ans, elle reçoit – une nouvelle fois - une lettre passionnée d'un prétendant ; mais cette fois, l'homme a 22 ans et se nomme François de France.

Encore une fois, elle s'arrange pour échapper à  un mariage qui pourrait la priver du plein exercice de son autorité.

Belle et coquette... Elisabeth Ire fera de sa virginité supposée un atout politique et symbolique.


Portrait-d-Elisabeth-Ire-par-Quentin-Metsys-le-Jeune-vers-.jpg
Portrait d'Élisabeth Ire par Quentin Metsys le Jeune vers 1583. La reine tient un tamis symbole de virgnité

Poussé par ses ministres pour assurer la succession au trône d'Angleterre, elle profite de ces mariages en vue, pour négocier une politique étrangère... Elle refuse la main de Philippe II d'Espagne en 1559 et négocie pendant plusieurs années pour épouser son cousin Charles II d'Autriche-Styrie. En 1569, les relations avec les Habsbourgs se détériorent et Élisabeth Ire envisage – la proposition de Catherine de Médicis - d'épouser un prince français de la maison de Valois, Henri d'Anjou puis son frère François d'Anjou de 1572 à 1581...

L'alliance avec la France lui permettrait d'envisager une alliance contre l'Espagne...

Elisabeth-Ire-et-son-favori-Robert-Dudley-sur-deux-miniatu.png


 

 

 

 

 

Élisabeth Ire et son favori Robert Dudley sur deux miniatures de Nicholas Hilliard, vers 1575

 

Elisabeth a un favori, dont elle est amoureuse ( 1559): son ami d'enfance, Robert Dudley, il est marié, et son épouse est malade … Après sa mort, elle envisage de l'épouser, mais son entourage la décourage, craignant un soulèvement de la noblesse. Elle a d'autres amants, qu'elle choisit intelligemment et exigent d'eux la discrétion. Elle les couvre de cadeaux, et reste loyale en amitié... parmi eux, Robert Dudley ( Comte de Leicester), sans doute Walter Ralegh, pirate au service de Sa Majesté ; et même Francis Drake... sur le tard, le comte d'Essex de quarante ans son cadet.  

Isaac_Oliver--1556-1617--_I_Reduite.jpgIsaac Oliver (1556-1617)  Allégorie sur l'amour conjugal

Voir les commentaires

Elisabeth Tudor - 1/4 -

Publié le par Perceval

Elizabeth-I-and-the-Three-Goddesses-detail.jpg

L'époque élisabéthaine constitue une sorte de mythe, comme un âge d'or britannique : elle a duré un demi-siècle ( 1558-1603). Alors que le mot « victorien » ( règne de Victoria 1827-1901) évoque un conformisme pesant, l'adjectif élisabéthain implique un rayonnement exceptionnel... Au rayonnement mystique de la royauté, s'est ajouté un climat de paix, de tolérance, de liberté individuelle... La personnalité de la reine a fasciné ; non dénuée de passions et de tourments, elle n'a pas manqué d'autorité et d’habileté politique...

Arbre-genealogique-Elisabeth-1.jpg

Élisabeth est née en 1533. Son père le roi Henri VIII, l'a conçue avec Anne Boleyn, sa deuxième femme. En 1547, Édouard, le demi-frère d'Elisabeth, monte sur le trône. Quelques années plus tard, il meurt de la tuberculose.

La sixième et dernière épouse d'Henri VIII, Catherine Parr, obtient - avec Thomas Seymour avec qui elle se remaria - la garde d'Elisabeth. Thomas, avant et après la mort de sa femme, force quelque peu ses "avances" envers la jeune Elisabeth … Enfin, il est arrêté, accusé de vouloir épouser Élisabeth et de renverser le roi, et décapité le 20mars 1549.

filles-du-roi-Henri-VIII-du-portrait-La-famille-du-roi-Henr.jpg
Deux filles du roi Henri VIII ... Marie est sur ​​la gauche et Elizabeth est sur ​​la droite.

Marie Tudor, en 1553 succède à Edouard VI, son premier souci est de rétablir le catholicisme. Elle épouse l'infant Philippe d'Espagne. C'est une erreur politique énorme, le peuple anglais hait l'Espagne et craint de souffrir une nouvelle inquisition. Marie fait publier le 20 janvier 1555 une loi contre l'hérésie qui provoque jusqu'en 1558 de nombreuses exécutions, environ trois cents, qui lui valent le surnom de "bloody Mary", Marie la Sanglante. Le 17 novembre 1558, âgée de quarante trois ans , la reine décède le même jour que son ami et complice le légat pontifical Richard Pole; toute l'Angleterre est en joie. C'est donc au tour d'Elisabeth d'accéder au trône. Elle a vingt cinq ans.

Voir les commentaires

29 mai 1913 : Le Sacre du printemps fait scandale à la première à Paris

Publié le par Perceval

theatre-Champs-Elysees.jpg le-Sacre-du-Printemps--affiche.jpg

29 mai 1913 : Le Sacre du printemps du compositeur russe Igor Stravinski et du chorégraphe Vaslav Nijinski dansé par les Ballets russes de Serge de Diaghilev fait scandale à la première à Paris.

Igor Stravinsky et Vaslav Nijinski habillé en Petrouchka

En 1910, Stravinsky a triomphé avec L’oiseau de feu et en 1911 avec Petrouchka. Quant aux Ballets russes de Serge Diaghilev, ils sont la référence attendue pour chaque saison parisienne.

Nijinski n’en est certes pas à son coup d’essai, puisqu’il a créé, dansé, en 1912, Le prélude à l’après-midi d’un faune de Claude Debussy, qui avait – déjà – fait quelque scandale.

 

FAUNE-NIJINSKI.jpg

Le Sacre du Printemps est né d’une idée d’Igor Stravinsky en 1910, alors qu’il se consacrait à l’écriture de L’Oiseau de Feu. Il « entrevit dans [son] imagination le spectacle d’un grand rite sacral païen : les vieux sages, assis en cercle et observant la danse à la mort d’une jeune fille, qu’ils sacrifient pour leur rendre propice le dieu du printemps. Ce fut le thème du Sacre du Printemps » (Chroniques, 1950).

le-Sacre-du-Printemps---1913.-choregraphie-de-Vaslav-Nijin.jpg

Le Sacre du Printemps - les danseurs : Julitska, Rambert, Jejerska, Boni, Boniecka, Faithful, dans les costumes de Nicholas Roerich, In le magazine The Sketch, Londres, 1913

 

le-Sacre-du-Printemps---choregraphie-de-Vaslav-Nijinski--m.jpgDès les premières notes, des rires et des moqueries retentirent (« faites venir un dentiste pour la dame ! », « ta gueule ! », « qu’on arrête de se moquer de nous ! »). « Ces manifestations, d’abord isolées, devinrent bientôt générales et, provoquant d’autre part des contre-manifestations, elles se transformèrent très vite en un vacarme épouvantable. Je n’avais jamais été aussi furieux de ma vie ». On sait aujourd’hui que Diaghilev, en prévision d’un potentiel scandale, avait distribué des billets d’arrières corbeilles à de jeunes étudiants parisiens, chargés de soutenir l’œuvre par des applaudissements nourris. Ce qu’ils firent avec force et conviction, rendant l’atmosphère encore plus électrique.

La salle était en ébullition. « Je passais en coulisses et demeurait là pendant toute la représentation à côté de Nijinsky. Celui-ci était debout sur une chaise, criant éperdument aux danseurs (« seize, dix-sept, dix-huit !»). Naturellement les pauvres danseurs n’entendaient rien à cause du tumulte dans la salle et de leur propre trépignement. Je devais tenir Nijinsky par son vêtement car il rageait, prêt à tout moment à bondir sur la scène pour faire un esclandre. Diaghilev, dans l’intention de faire cesser ce tapage, donnait aux électriciens l’ordre tantôt d’allumer, tantôt d’éteindre la lumière dans la salle. C’est tout ce que j’ai retenu de cette première ».

De son côté, Monteux dirigeait l’Orchestre des Ballets Russes et restait « impassible et blindé comme un crocodile ». Cocteau retrouva à deux heures du matin Stravinsky, Nijinsky et Diaghilev. Ce dernier, en pleurs, répétait sans cesse : « c’est exactement ce que je voulais » dans les bras d’un Nijinsky, blanc comme un linge. Pendant ce temps, le compositeur, excité, furieux et dégoûté faisait les cents pas dans la pièce.Marie-Piltz--danse-du-sacrifice---croquis-de-Valentine-Gros.jpg

 

Pierre Lalo, dans le Temps :

« Tout est laid, lourdement, platement et uniformément laid. Danseurs et danseurs ne s’élèvent jamais de terre, restent ramassés sur eux-mêmes, bras et jambes contractés, s’agitant avec une pesante et gauche frénésie. On se doit de faire face à l’inadmissible refus de la grâce traditionnelle ; le choix est entre civilisation et barbarie. »

Adolphe Boschot, dans L’Echo de Paris, évoque les danseurs :

« [ils] répètent cent fois de suite le même geste : ils piétinent sur place, ils piétinent, ils piétinent et ils piétinent… Couic : ils se cassent en deux et se saluent. Et ils piétinent, ils piétinent, ils piétinent… Couic…. »

 

*****

Recréation par le Joffrey Ballet de la chorégraphie originale de Nijinsky pour "Le Sacre du printemps" d'Igor Stravinsky (1913)

 

Voir les commentaires

Avant, le bruit et la fureur ...

Publié le par Perceval

maxresdefault-detail.jpg*****

Joaquin_Sorolla-lighthouse-walk-at-biarritz-1906.jpg

Joaquín Sorolla (1863-1923) , espagnol, est né en 1863 à Valence. Il est le « peintre de la lumière »

JOAQUIN-SOROLLA-MARIA-AT-THE-BEACH-BIARRITZ.JPG

Chaque oeuvre est un hymne au soleil, à la vie, et chaque personnage se trouve caressé ou aveuglé par l'astre brûlant. Lors de l'Exposition universelle de Paris en 1900, il reçoit le Grand Prix. 

Joaquin_Sorolla_-_Paseo_a_la_orillas_del_mar.jpg

Dans les années 1910, son œuvre devient plus lumineuse, sa manière plus brusque (Enfants sur la plage, 1910, Casón, Madrid ; Baie de Valence le matin,1908... ) 

Joaquin-Sorolla--Apres-le-bain.jpg Joaquin_Sorolla-strolling-along-the-seashore-1909-1.jpg
  1909

Un hymne à la vie qui n'empechera pas la guerre...!

Affaiblit par une attaque cardiaque en 1920, Joaquin Sorolla doit renoncer à peindre et meurt trois ans plus tard.

Joaquin-Sorolla--Apres-le-bain-2.JPEG

Voir les commentaires

Photographies 1911

Publié le par Perceval

Photos de l'agence Henri Meurisse ( 1872-1935)

1911 Aux courses:

1911-Photos-Henri-Meurisse.jpg

Voir les commentaires

La fin d'un monde: Henry Gerbault

Publié le par Perceval

Caricature:

« C’est la représentation dans laquelle la vérité et la ressemblance exacte ne sont altérées que par l’excès du ridicule. L’art consiste à démêler le vice réel ou d’opinion qui était déjà dans quelque partie, et à le porter par l’expression jusqu’à ce point d’éxagération où l’on reconnaît encore la chose, et au-delà duquel on ne la reconnaîtrait plus ; alors, la charge est la plus forte qu’il soit possible. » Diderot dans l'Encyclopédie...

Henry Gerbault  (1863-1930) caricature la fin d'un monde ...

Henry-Gerbault---10.jpg Henry-Gerbault---9.jpg
Henry-Gerbault---LA-REPONSE-DE-LA-BERGERE-AU-BERGER---L.png Henry-Gerbault---Au_bois-1907-Bonjour-ma-petite--bonjour-mo.png
Henry-Gerbault---Ambition-d-une-mere.png Henry-Gerbault---Sage_conseil.png

*****

Henry-Gerbault---8.jpg Henry-Gerbault---7.jpg
Henry-Gerbault---5.jpg Henry-Gerbault---2.jpg
Henry-Gerbault---4.jpg Henry-Gerbault---3.jpg

*****

Le-rire-1903-dessin-d-Abel-Faivre.jpg Henry-Gerbault---Le-Rire-.-France--1903.jpg
Henry-Gerbault---An-Indecent-Proposal.jpg Henry-Gerbault-Das_werdenSie_ja_nachher_schon_sehen.jpg


Voir les commentaires