Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Reading is sexy - 5 -

Publié le par Perceval

Reading-is-sexy2.jpg

A voir, aussi:

Reading is sexy, avec les stars -2-

- Les vacances … Presque rien d'autre à faire, que lire … Et le plaisir, de les voir … Lire ..: Elisabeth Taylor, Nataly…

- Ce sont les vacances: changement d'habitude… Le temps s'arrête, mais j'ai préparé quelques images anonymes, avec quelques stars ( Kate Moss dans sa…

- De la plage au café, il n'y a qu'un pas … ***** Un bon polar, et des images plein la tête … C'est " mauvais genre " … Vous…

- Et, le dire en peinture… Ce n'est pas mal non plus .

Voir les commentaires

Qui fut Meret Oppenheim (Berlin 1913-Bâle 1985) ?

Publié le par Perceval

Issue d’une famille juive cultivée où elle croise aussi bien l’écrivain Hermann Hesse que Carl Jung qui l’encourage à noter tous ses rêves.

meret-oppenheim 01

Meret Oppenheim se cache , le nez dans un carnet de croquis ( lui-même à l'intérieur de son livre de cantiques pendant les services religieux de longues et fastidieuses...). Elle décide qu'elle ne se marierait jamais !

 meret-oppenheim Man-ray  Meret Oppenheim-04
 Meret Oppenheim-07  Meret Oppenheim (Berlin 1913-Bâle 1985) 0

Arrivée à Paris en mai 1932, elle présente son cahier à André Breton... Elle passe ses journées dans des galeries et cafés, à écrit ses premiers poèmes dans le Café du Dôme où elle rencontre Giacometti en 1933. Grâce à lui, elle a rencontre Sophie Taeuber et Hans Arp, Kurt Seligmann et Max Ernst. Giacometti et Arp sont ses premiers mentors artistiques; Ernst et Man Ray ses compagnons intimes.

Ma gouvernante- mein Kindermädchen, 1936


Ses œuvres témoignent d’une quête d’identité profonde. L’artiste y détourne les attributs traditionnels de la féminité comme le bijou ou le maquillage pour s’ouvrir à d’autres rôles ...

 

Ma gouvernante- mein Kindermädchen, 1936  -->

 

Son mot d’ordre ? « La liberté n’est donnée à personne, il faut la prendre. »

Meret-Oppenheim-2.jpg 1959_oppenheim_le-festin.jpg
            Man Ray: Meret Oppenheim  1959 - de M. Oppenheim,  le-festin

Pour échapper peut-être au machisme dominateur de la bande à Breton et trouver sa voie singulière, elle repart à Bâle en 1937.

En 1933, Man Ray réalise ses photos de nus de Meret Oppenh Meret Oppenheim, Le déjeuner en fourrure 2

En 1933, Man Ray réalise

ses photos de nus de Meret Oppenheim

Meret Oppenheim, Le déjeuner en fourrure, 1936


La-femme-pierre--Die-Steinfran--de-Meret-Oppenheim--1938.jpg

 La femme pierre  Die Steinfran  

de Meret Oppenheim (1938)

Sa Femme-pierre (1938), peinte allongée sur une plage, sans bras, impuissante, semble annoncer la dépression profonde qu’elle connaîtra durant la Seconde Guerre mondiale et jusqu’en 1954.« C’était comme si la discrimination séculaire envers la femme pesait sur mes épaules (…), comme un sentiment persistant d’infériorité », confiera-t-elle plus tard.

En 1945, elle rencontre Wolfgang La Roche. Ils se marient quatre ans plus tard à Berne où ils s'installent. Mais en 1950, Meret Oppenheim revient à Paris, seule. En 1954, elle se remet à travailler après dix-huit ans d’inactivité artistique. Deux ans plus tard, elle dessine les costumes et les masques pour la pièce de Picasso « Le Désir attrapé par la queue » représentée à Berne. 

Si vous me dites ce qui est juste, je sais

vous chanter l'Eloge du corbeau avec les pieds

qui changent et qui scintillent.

Ce que je préfère, ce sont ces froides fleurs de rire

Et leurs clins d'œil, dont les ombres luisent dans

l'obscurité.

 

Qui prendra la folie aux arbres ?

A qui le ciel fait-il cadeau de violettes de vapeur ?

Comment une chute conseille-t-elle une suivante ?

 

On trouve comme ceci la solution de ces questions et

d'autres :

 

Qu'on sépare la senteur de son parcours et qu'on essaie

de faire un nœud à son oreille tout en courant un mille.

L'air peut alors raccourcir ses limites de deux degrés et

le résultat ne se fait pas attendre.

Poème de Meret Oppenheim

Meret-Oppenheim-Expo.jpg

Meret Oppenheim,1975Meret Oppenheim,1975



Voir les commentaires

Les jupes de Ho Ryon Lee

Publié le par Perceval

Ho-Ryon-Lee-11.jpg

Des illustrations plus proches de la photographie, alors qu'il s'agit bien de peinture.


La double exposition est ici utilisée sur toile par l’artiste Coréen(ne.. ?) Ho Ryon Lee. Des peintures à l’huile où il (elle ) explore le mouvement et la sensualité féminine, « un point de vue flou sur le désir ». 

 


Et si le sujet, était la nature du désir... Jeu ambigüe, mené par ces femmes qui jouent sur une 'sexualisation' d’elles-mêmes. Ce mouvement qui tout à tours cache et dévoile ...

 

 

 

 

 

 

*****

 Ho Ryon Lee 1  Ho Ryon Lee 5
 Ho Ryon Lee 8  Ho Ryon Lee 9

Ho Ryon Lee 2

*****

Ho Ryon Lee 7

*****

Ho Ryon Lee 4

Voir les commentaires

Erik Satie, l'excentrique

Publié le par Perceval

Si l'on cherche la femme, derrière Erik Satie (1866-1925), on ne trouve qu'une relation amoureuse et quelques amitiés …

Le-boheme-poete-de-Montmartre--Portrait-d-Erik-Satie--Ram.jpg
Le bohème poète de Montmartre- Portrait d'Erik Satie - Ramon Casas Evanston

À Montmartre, Satie croise Bruant, Suzanne Valadon qui est sa voisine et son fils Maurice Utrillo. Il fréquente assidûment, pour y boire autant que pour y gagner sa vie, les cabarets de Montmartre, comme le Chat Noir ou il devient second pianiste dès 1891, l’Auberge du Clou avenue Trudaine, où il se lie d’amitié avec Debussy ( 1891) , le Divan Japonais qui deviendra la Divan du Monde, ou le Lapin Agile. Sa dégaine est celle du "gymnopédiste" : barbe hirsute, cheveux longs et haut-de- forme, vêtements sombres et lavallière.

Erik Satie, est un étrange personnage, excentrique même et provoquant pour ce qui est de la musique … Il suit dès 1879, des études au Conservatoire de Paris, où il y brille par son absence. Vers 1886, il adopte un mode de vie bohème et fantasque qui séduit nombreux artistes et musiciens.

Il compose, en 1888 : GYMNOPEDIES*, pour piano, 1890-1891 6 GNOSSIENNES, clôturant une première période d'œuvres très expressives et sensibles.

En 1891, Il adhère au mouvement des Rose - Croix à Paris, puis fonde à partir de 1895 une Église métropolitaine d'art de Jésus conducteur, dont il est le seul adepte. Parallèlement, il écrit des œuvres engagées au service d'une foi, d'un esthétisme ou d'une pure dérision : MESSE DES PAUVRES, (1895), PIECES FROIDES (1897).

Erik_Satie_Cheminee.jpg1898 SATIE s'installe à Arcueil dans une chambre retirée, une tour d'ivoire où il ne laissera entrer personne, à part quelques chiens errants.

En 1905, Nouveau départ pour SATIE qui entreprend des études sérieuses de composition, à la Schola Cantorum, avec Vincent d'INDY et Albert ROUSSEL.

1917 Création de son ballet PARADE, commande de DIAGHILEV sur un argument de COCTEAU. Le scandale de cette œuvre propulse SATIE au premier rang de l'actualité.

1924 Composition du ballet RELÂCHE, associé au mouvement DADA. Lors de sa création, le rideau porte la légende : Erik SATIE est le plus grand musicien du monde ; quiconque est en désaccord avec cette notion est prié de quitter la salle.

1925 Mort de SATIE, pauvre et néanmoins célèbre, à l'hôpital Saint-Joseph à Paris.


Erik Satie, n'a peut-être aimé qu'une femme : Suzanne Valadon (1865-1938).

Suzanne_Valadon_-_Portrait_d-Erik_Satie.jpg Puvis_de_Chavannes-_Pierre_-1824-98-__Suzanne_Valadon_1880.jpg
de Suzanne Valadon - Portrait d'Erik Satie Puvis de Chavannes (1824-98) Suzanne_Valadon en 1880


Sa liaison avec Suzanne Valadon n'a duré que, comme il le note lui-même, du 14 janvier au 20 juin 1893. Suzanne Valadon a été d’abord trapéziste, puis peintre. Elle posait pour le peintre que Satie préférait, Puvis de Chavanne. Satie et Suzanne vont au Luxembourg et jouent à faire flotter des petits bateaux en papier. Ils ont des rapports très conflictuels. La nuit, ils dorment par terre sur une couverture, c’est la Bohême montmartroise. Suzanne peint un portrait à l’huile de Satie, c’est l’une de ses toutes premières peintures à l’huile. Elle dessine également un médaillon du profil de Satie sans barbe. De son côté, Satie dessine lui aussi Suzanne, et compose, un jour d’orage conjugal, les Danses gothiques. Il dédie à Valadon une œuvre minuscule "Bonjour Biqui".

Une fois, il s'accusa d'avoir tué Suzanne Valadon : Accourus sur place, les gendarmes n’avaient cependant pas trouvé de cadavre, car son entraînement d’acrobate avait permis à la jeune de femme de sortir sans dommage de cette aventure.

« Un après-midi où Suzanne, après avoir rendu visite à Degas, est montée chez Satie, le musicien tourmenté par un mauvais pressentiment lui à barré le passage : – Ne pars pas :  Valadon s’est fachée : – Laisse-moi passer… je suis déjà en retard ! – J’ai déjà à peine le temps de te prendre dans mes bras que tu es déjà envolée ! Depuis que je t’aime, je vis dans l’appréhension de te perdre ! Alors qu’elle allait ouvrir la porte de force, il l’a saisi à bras-le-corps sa maîtresse qui s’est débattue. Après les protestations, les insultes ont jailli. Suzanne a traité le musicien de tous les noms.

Five-O-clock-paulette-Darty.jpg
Five O'clock avce Paulette Darty

Emporté par la fureur, Satie a giflé l’enragée qui s’est mise à hurler. Pour étouffer ses cris, il l’a enfermée dans un placard. Un peu plus tard, un voisin alerté par le vacarme est venu délivrer Suzanne. Tandis que son amant s’effondrait à ses pieds en lui demandant pardon, la jeune femme à moitié asphyxiée a prié le voisin de la raccompagner chez elle. Cet esclandre a porté un coup fatal à une liaison déjà bien bousculée. Malgré ses supplications, Suzanne a refusé de revoir Satie pour lequel elle n’a plus que crainte et mépris. » Extrait de  « Suzanne Valadon ou la recherche de la vérité » de Jeanne Champion.


 On dit aussi, qu'Erik Satie aurait pu demander à Paulette Darty ( chanteuse ) de devenir sa femme, s'il n'avait craint de devenir « cocu », selon ses propres mots. Satie lui a composé, quelques titres, dont «  Je te veux » (1904).  

blanche-six.jpg 
Conçue comme le volet d'un tripyque dédié au compositeur Erik Satie, la toile de Jacques Emile Blanche (1861-1942)  doit à ce projet sa forme allongée et son titre, "Hommage à Erik Satie".
Mais le compositeur ayant refusé de poser, Blanche abandonna le triptyque et seule cette toile fut achevée.
Elle présente le "groupe des six" qu'une admiration commune pour l'oeuvre de Satie réunit à partir de 1917 :

De gauche à droite : en bas à gauche,  Germaine Tailleferre ;

au-dessus  de face, Darius Milhaud ;

derrière de profil, Arthur  Honegger ;

au fond, debout de profil, Louis Durey

de face,  Francis Poulenc ;

en haut à droite, Jean  Cocteau ;

assis à droite, Georges Auric 

 Il manque Luis Durey. Derrière l'épaule de Poulenc, figure Jean Cocteau, tout jeune, et l'homme à lunettes, au fond, est Jean Wiener, pianiste et compositeur français, ami du groupe. Enfin, créant le pivot de cette composition compacte qu'elle aère et anime par sa pose non conventionnelle, sa silhouette très élancée et sa jupe blanche aux délicates broderies bleues, la pianiste Meyer-Bertin pose une touche de lumière et de fantaisie à ce portrait de groupe

C'est Bertin qui introduit sa jeune épouse auprès de Satie, dont, à 20 ans, elle devient l'interprète préférée.
Les Six étaient membres d'un groupe de compositeurs célèbres qui écrivaient en France dans la première moitié du XXe siècle. Le nom leur a été donné par le critique Henri Collet en 1920. Leur musique réagissait essentiellement contre l'impressionnisme et le wagnérisme. Ils étaient très influencés par les idées d'Erik Satie et de Jean Cocteau.
Les_six.jpg les-six.jpg
   

 Erik Satie vit dans la misère à Arcueil. Il n'a pas assez d'argent pour suivre le groupe des jeunes, de vingt-cinq ans ses cadets.

Erik Satie: Gnossienne No. 1, 2, 3
Pianist: Daniel Varsano

 

Erik_Satie-detail.jpg

Voir les commentaires

Laura Knight, peintre et 'dame' commander ... - 2/2 -

Publié le par Perceval

Laura-Knight--Self-Portrait-with-Ella-Napper.jpg

Le travail de Laura n'a pas toujours été bien reçu des critiques, en particulier ses nus, en commençant par cet auto-portrait ( ci-dessus ) de 1913 avec le modèle nu : Ella Napper, qui a été sévèrement critiqué pour sa nudité "vulgaire". Dans le numéro de Juillet 1928 du "Creative Art" magazine, il est écrit que " les nus agressifs de Laura Knight sont trop lourdement banals et trop laborieusement réalistes pour être esthétiquement acceptables. "Dans le numéro de Juin 1930 de la même revue, il est écrit plus gentiment que" Mme Laura Knight peut être évoquée pour son design intéressant dans ses présentations de clowns de cirque et danseurs de ballet, surtout quand elle évite les grandes compositions... ".

Laura-Knight-3.jpg Laura-Knight-2.jpg
Laura Knight (1877-1970) Laura Knight (1877-1970)


Le travail de Laura Knight travail peut être fort, coloré, gai, plein de vie et passionnant, jamais fade et ennuyeux. On a dit que ses croquis de danseurs de ballet dans les années 1930 ont été considérées comme si précis qu'un célèbre professeur de danse s'en sert pour parler à ses élèves de technique. 

Alors que Laura travaille sur une grande variété de sujets, et difficiles, Harold est à la maison dans son atelier et peint d'excellents portraits et des intérieurs façon Vermeer-...

laura-kite.jpg laura-knight-1.jpg
Laura-Knight-10.jpg lauara-knight-13.jpg

Laura Knight s'est imposée comme l'artiste-femme la plus importante en Grande-Bretagne. En 1929, elle est faite 'Dame Commander of the Order of the British Empire', elle est la première femme artiste à recevoir cet honneur, et en 1936 elle devient la première femme à être élue à la Royal Academy of Arts... Un an après l'élection de Laura, Harold est également élu académicien royal.

LAURA-KNIGHt--Ruby.jpg LAURA-KNIGHt--4.jpg
   
Laura-Knight---Corporal-Elspeth-Henderson-and-Sergeant-Hele.jpg LAURA-KNIGHt--nuremberg-trial.jpg
Laura Knight - Corporal Elspeth Henderson and Sergeant Helen Turner, 1941 LAURA KNIGHt - Procés de Nuremberg


Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Laura devient artiste de guerre officiel.  

Voir les commentaires

Laura Knight, peintre et 'dame' commander ... - 1/2 -

Publié le par Perceval

Harold Knight (1874-1961), est le mari du peintre Laura Knight ( 1877-1970). Lui, est aussi peintre, mais comme 'second violon' … !

Harold-Knight--Laura-Johnson-agee-de-14ans.jpg portrait-de-la-peintre-anglais-Dame-Laura-Knight---1877-197.jpg
 Harold Knight 17ans, peint ce portrait de Laura Johnson alors agée de 14ans.  Portrait de la peintre anglais Dame Laura Knight  (1877-1970), peint par son mari Harold Knight (1874-1961)


Laura Johnson, s'inscrit à l'École d'art de Nottingham, alors qu'elle n'a que 13 ans, Harold avait 16ans, et était alors qualifié d'être le meilleur peintre de l'école …. Elle aimait son travail, le copiait... Ils se sont mariés en 1903...

Leur mariage a duré 58 ans ( jusqu'à la mort d'Harold en 1961). Même si, il est de notoriété que Dame Laura était éprise de Sir Alfred James Munnings, le fameux peintre équestre, qu'Harold détestait, et Harold était tombé amoureux de la belle artiste Ella Napper, amie de Laura ...

H-K-Knight-Ella-Napper-235x300.jpg Laura-Johnson-Knight--English--1877-1970---Dancing-on-Hamps.jpg
 Harold Knight: portarit d' Ella-Napper  Laura Johnson Knight, Dancing on Hampstead Heath 1923

Deux ans après leur mariage en 1903, Laura et Harold ont vendu assez de peintures pour financer une tournée en Europe . A leur retour, ils s'installent à Newlyn, Cornwall, une colonie d'artistes qui abritait quelques peintres qui travaillent dans le style naturaliste et réaliste réalisme défendu par Bastien-Lepage à la fin de 19 ème siècle en France.   
L'école Newlyn a été fondée par un couple marié de peintres : Stanhope et Elizabeth Forbes, Stanhope était la force créatrice dominante dans cette relation. Trois autres membres clés de la colonie étaient Walter Langley, Frank Bramley et, Alfred Munnings...

Florence-a-cheval--peinte-par-Alfred-Munnings.jpg Portrait-de-Florence-par-Harold-Knight.jpg
 Florence à cheval, peinte par Alfred Munnings  Portrait de Florence par Harold Knight

A propos de ce dernier, et de l'amour non partagé de Laura Knight pour Munnings et la jalousie de son mari Harold... Cela fait partie du sujet du film "Summer in February." qui raconte l'histoire vraie retranscrite du roman de Jonathan Smith : celle de ce triangle amoureux entre le peintre Alfred Munnings, son meilleur ami et la jeune Florence Carter-Wood.

Pendant la Première Guerre mondiale, Harold est objecteur de conscience, et travaille comme ouvrier agricole. Après la guerre, le couple quitte Cornwall et s'installe à Londres, avant de s'installer définitivement en 1922 dans le St.John’s Wood district, où chacun avait un studio.

 Laura-Knight--1877-1970--Boys.jpg  Laura-Knight--1877-1970--1.jpg
 Laura Knight : Boys  Laura Knight (1877-1970)

( A suivre ... ) 

Voir les commentaires

Portraits d'actrices -2- Marie Doro.

Publié le par Perceval

 

Marie-Doro-dans-la-piece-Les-morales-de-Marcus.png

Marie Doro (1882 - 1956) est une actrice américaine du début du cinéma muet ( entre 1915 et 1924). elle était reconnue comme une femme intelligente, cultivée et pleine d'esprit.

Marie-Doro-par-Bassano--1913.jpg marie-doro-2.jpg

Qualifiée de "beauté piquante", Marie Doro fut cantonnée à des rôles insipides... Sans doute, effrayait-elle, par son humour sec et sa profonde culture ( elle était experte en poésie élisabéthaine ...)!

Tout au long des années 1910, Marie Doro reste une grande dame très respectée et populaire.

Marie-Doro-lost_and_won-1917.jpg

Elle s'est mariée avec un acteur de cinéma muet, Elliott Dexter, et après leur divorce elle eut une liaison avec le célèbre acteur William Gilette. 

charlie-chaplin-with-olive-ann-alcorn-edna-purviance-willie.jpgCharlie Chaplin a écrit dans son livre "My Autobiography" que Marie Doro était son premier amour. 

Alors que Marie Doro, joue avec William Gilette dans une pièce intitulée "Clarissa", et dont il est l'auteur. Charlie Chaplin, est reçu par l'acteur dans sa loge ...

"...  le régisseur qui me conduisit jusqu'à la loge de M. Gillette et les paroles de celui-ci après qu'on m'eut présenté.

- Voudrais-tu jouer dans Sherlock Holmes, avec moi ?
Et l'explosion d'enthousiasme avec laquelle je répondis :
- Oh, je pense bien, M. Gillette !
Doro--Marie--Wood-Nymph--The--1916-detail.jpgEt le lendemain matin, j'attendais sur la scène et je vis Mary Doro pour la première fois, vêtue de la plus ravissante robe d'été blanche. Quel choc de voir une créature aussi belle à une heure aussi matinale… Elle était d'une beauté si accablante que je lui en voulais. Je lui reprochais la moue de ses lèvres délicates, ses dents blanches et régulières, son adorable menton, ses cheveux d'un noir de jais et ses yeux sombres… Elle ne parut pas remarquer ma présence. Je venais d'avoir seize ans et la proximité de cette beauté me détermina à ne pas me laisser obséder par elle. Mais Oh! mon Dieu, qu'elle était belle ! Ce fut le coup de foudre…"
( ...)  "Clarissa" la pièce que Gillette avait écrite pour Mary Doro, fut un échec.
Tout en vantant la beauté de Mary, ils déclarèrent que ce ne fut pas suffisant pour faire tenir un affreux mélo ; aussi Gillette termina-t-il la saison en reprenant Sherlock Holmes, où l'on m'engagea pour le rôle de Billy.
(...)
Aux répétitions de Holmes, je rencontrai à nouveau Mary Doro, plus belle que jamais… Dans Holmes, elle jouait le rôle d'Alice Faulkner, mais nous n'avions jamais de scène ensemble…
(...)
Le soir où avait lieu la dernière représentation de Sherlock Holmes au Théâtre du Duc d'York, et où Mary Doro devait repartir pour l'Amérique, je m'en allai tout seul et j'essayai de noyer mon désespoir dans l'alcool.
Je revis Mary deux ou trois ans plus tard à Philadelphie. Elle présidait l'ouverture d'un nouveau théâtre où je jouais dans la troupe de Karno*. Elle était toujours aussi belle. Des coulisses, je la regardai sous mon maquillage, pendant qu'elle prononçait un petit discours, mais j'étais trop timide pour me faire connaître ! ..."
Cet amour non partagé a duré plus de onze ans.... Mais, finalement, Marie et Charlie furent réunis de nouveau ... 

Après être devenue désabusée d'Hollywood, elle se retire de la vie publique, se passionne pour le spiritisme, et se consacre à la spiritualité. Elle étudie brièvement à l'Union Theological Seminary.
Elle était connue pour aller à l'extrême pour éviter les amis et la famille, au point de changer d'hôtels plusieurs fois par semaine. Marie Doro est morte à New York à 74 ans.

Voir les commentaires

Shirley Temple, décédée aujourd'hui

Publié le par Perceval

Shirley Temple est une actrice et une diplomate américaine née le 23 avril 1928  à Santa Monica en Californie, et décédée aujourd'hui, à 85 ans.
Oscarisée en 1934. Elle tient une place à part dans l'histoire du cinéma: elle est en effet le premier enfant-star à avoir connu une renommée internationale, due en grande partie à sa longue filmographie. Elle tourne plus de 40 films, elle est la partenaire de vedettes reconnues. Elle fut une véritable icône dans l'Amérique des années 30 et 40.

shirley-temple-77856.jpg Shirley-Temple-1.jpg
Temple--Shirley-1935.jpg Temple--Shirley--I-ll-Be-Seeing-You-_01.jpg

 

Elle est nommée, en 1969, déléguée des États-Unis aux Nations Unies par le président Richard Nixon.

 Elle fut ambassadrice au Ghana 1974/1976, puis en Tchecoslovaquie 1989/1992 . Ayant vécu la révolution de velours, elle décrit cela comme « le meilleur travail qu'elleait jamais eu ». En 1976, elle est devenue la première femme à être chef de protocole du département d'état américain.

Shirley Temple 2 Shirley-Temple---Movie-Story-Magazine-mars-1949.jpg
Temple--Shirley_05.jpg shirley_temple-today.jpg

 

Shirley-Temple---Salvador-Dali-jpg

Oeuvre de Salvador Dali, en 1939: Shirley temple, le plus jeune monstre sacré du cinéma de son temps....

Voir les commentaires

La princesse de Lieven et Guizot -2-

Publié le par Perceval

Le rôle de la Princesse de Lieven fut considérable dans les transactions politiques outre-Manche pendant le mandat de son époux nommé ambassadeur de Russie dans la capitale anglaise, de 1812 à 1834.La-comtesse-de-Lieven-vers-1805--d-apres-un-portrait-par-S.jpg

Elle a tenu - tout d'abord à Londres -, un salon réputé qui attirait les hommes les plus avisés, Clément von Metternich; Lord Castlereagh, Ferdinand Philippe, duc d'Orléans; Dorothée, princesse de Dino, lady Emily Mary Lamb Cowper, lady Grandville, Germaine de Staël et Arthur Wellesley, duc de Wellington et vainqueur de Waterloo.

Lorsque son mari est rappelé en Russie en 1834, elle s'installe à Paris, rue de Rivoli. A noter, Un séjour inoubliable à Valençay, en juin 1836, déplaît fort à la duchesse de Dino, sa rivale en influence politique.

Juste avant, qu'elle ne devienne l'égérie de Guizot.

A Paris, son salon, toujours à tendance diplomatique, gagnera en Guizot son animateur. On y rencontre les principaux personnages politiques de l'époque dont Metternich, son ancien amant et la comtesse de Boigne. La-princesse-de-Lieven-vers-1855--d-apres-un-portrait-par-.jpgUne brochette de ministres se pressaient à ce salon. Les membres de l'Académie des sciences morales (rétablie sous la proposition de Guizot), les politiques du régime, André Dupin et son frère; Charles, comte de Duchâtel, Charles de Rémusat, les hommes de l'ancien Globe, ou leurs amis, Victor Cousin, Paul de Noailles qu'elle fit entrer à l'Académie; Adolphe Thiers, Prosper Mérimée, le philosophe Jean-Philibert Damiron s'y côtoient.

Mentionnons aussi René, vicomte de Chateaubriand, François-Auguste Mignet et quelques vieux révolutionnaires comme Pierre-Louis Roederer, Dominique-Joseph Garat, Joseph Lakanal sans oublier Augustin Thierry, Pauline Metternich et le prince de Talleyrand, l'un des ses meilleurs amis.

A la mort de Talleyrand (1838), elle loue un entresol dans son hôtel de la rue Saint-Florentin à son nouveau propriétaire, le baron James de Rothschild, où elle tient son salon. Elle meurt en janvier 1857, dans la pièce même où Talleyrand s'est éteint.

Voir les commentaires

La princesse de Lieven et Guizot -1-

Publié le par Perceval

Tout les sépare. Né en 1787, il a trois ans de moins qu'elle. C'est un homme du midi, roturier au train de vie modeste... Elle appartient à la haute aristocratie russe, et ne l'oublie jamais... Elle n'a jamais connu que les « grands emplois », la société la plus brillante. Pour lui, la traversée du désert a été longue et laborieuse. Il aime l’intimité de sa bibliothèque... Elle, ne lit aucun livre et ne peut rester une demi-heure seule.

Guizot-Francois-en-1839.jpg

 

François Guizot (1787-1874 ) joint à l'éloquence, l'autorité impérieuse de ses gestes. Ce n'est pas un acteur, mais un politique. Sa voix, et sa gravité ont déjà ému Mme de Staël pendant un séjour qu'il fit chez elle au bord du lac de Genève. C'est un homme qui aime le pouvoir; il peut donc attirer une femme comme la princesse de Lieven.

 

Dorothea_von_Lieven.jpg

 

 

 

 

 

 

Dorothea Christophorona Von Bekendorf, princesse de Lieven (1785-1857), est l'épouse de Christophe, prince de Lieven et ambassadeur de Russie, Grande, élégante, d'une distinction incomparable, excellente musicienne, parlant quatre langues, elle est réputée pour sa conversation brillante. Elle aura pour amant le prince de Metternich, le prince de Galles, futur Georges IV, et d'autres 'puissants personnages' ...

Très versée en politique, elle fut la terreur des ministres des Affaires étrangères d'Europe..

Le 15 juin 1836, Guizot et la princesse de Lieven dînent ensemble. Ils se connaissent déjà, mais elle le juge trop doctrinaire et elle lui paraît être une froide mondaine... Ils se rencontrent chez le duc de Broglie, qui est marié à Albertine, la fille de Mme de Staël... Guizot aime cultiver nombreuses amitiés féminines, platoniques et très proches de l'amour... Ainsi avec, Laure de Gasparin, jalouse, qu'il rassure sur les rumeurs qui courent sur ses rencontres avec la princesse.

Voir les commentaires

1 2 > >>