Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Des femmes avant "La Révolution" -1-

Publié le par Perceval

Parler « des femmes » à la veille de la Révolution ne prend pas en compte la diversité des catégories sociales ...

Charpentier-JB-La-Famille-du-duc-de-Penthievre-en-1768.jpgL'aristocratie impose la dictature de l'apparence et une certaine frivolité. Après le couvent, la femme cherche, pour son mariage, le meilleur parti. La motivation du mariage n’est pas l’amour, mais l’intérêt de deux familles. Ces unions peuvent être totalement décalées, avec des différences d’âge... La mode est de vivre séparément. Cohabiter étant considéré comme « bourgeois », les deux époux mènent une vie parallèle, ce qui favorise les adultères...

« Elles sont généralement très ouvertes aux pensées nouvelles qu’elles tentent de mettre en pratique et c’est grâce à elles, souvent, que les idées, telles que celles des Lumières, s’implantent dans les mœurs. Par ailleurs, le XVIIIe siècle a vu l’apparition de salons, presque exclusivement tenus par des femmes de la noblesse et de la haute bourgeoisie, à Paris tout comme en province. »

Famille-de-Paysans-de-JPHA.png« Le travail des femmes « du peuple», est extrêmement fréquent dans la France d’Ancien Régime. Dans les campagnes, on sait que la vie des paysannes est éreintante. Soumise aux travaux pénibles des champs et d’entretien de la ferme, elles sont usées par le labeur. Leur quotidien est en majorité celui d’êtres soumis à une société patriarcale. »


« Néanmoins, et il est essentiel de le souligner, il existe des points communs à toutes ces femmes, peu importe leur catégorie sociale : leur statut législatif. Nobles ou roturières, ce dernier se définit par le mariage. En dehors de lui, elles ne sont rien, n’existent pas. Et quand elles sont mariées, elles n’ont toujours pas d’identité propre, elles se définissent perpétuellement par rapport à leur époux. Cet état de fait engendre diverses pertes de droits : 
- Incapacité à transmettre leur nom, qu’elles perdent d’ailleurs quand elles se marient. 
- Elles ne peuvent bénéficier du droit d’aînesse (sauf dans quelques régions du Sud-ouest, comme l’a bien démontré l’anthropologie historique), par conséquent elles n’héritent pas. 
- Leur dot, contrairement à ce que l’on pouvait constater par exemple à l’époque féodale, ne leur appartient pas : c’est leur mari qui la gère ou même parfois se l’approprie. 
- Celles qui n’ont pas de dot sont obligées de travailler pour s’en constituer une suffisamment attractive pour intéresser un parti. Et quand elles n’y arrivent pas (car sous-payées ou sans emploi), il n’est pas rare qu’elles doivent se prostituer. »


jean-baptiste_greuze_the_white_hat.jpg

 

Beaucoup des travaux de Jean-Baptiste Greuze (1725-1805), célèbre peintre et dessinateur français du Siècle des Lumières  ont consisté en images de jeunes filles, 
qui contiennent, légèrement voilées, des allusions sexuelles ...
Le sein gauche découvert et les fleurs coupées retenues dans son tablier sont des notations iconographiques connues du public du XVIIIe siècle comme des symboles de la virginité perdue, sujet souvent traité par Greuze dans La Laitière, L'oiseau mort ou Les Œufs cassés

Ces jeunes filles doivent affronter le regard ambivalent de la société

greuze-Oeufs-casses.jpg

Jean_Baptiste_Greuze_La_Cruche_cassee.jpg


Sources : Céline B. Agora Vox : http://www.agoravox.fr/auteur/celine-b

      A suivre: Les femmes dans "La Révolution" 2, 3 et 4

 

 

Voir les commentaires

A la terrasse d'un café ... -3-

Publié le par Perceval

A la terrasse d'un café, c'est une sensation particulière : si l'on est seul …. Bien sûr, pas tout à fait seul ...

Observer …. et regarder les femmes qui passent …( par exemple..)

C'est macho … !    Ce n'est pas bien … !

*****

A New-York, il est illégal pour un homme de se retourner et de regarder une femme de cette façon...

barack-obama-regarde-derriere-femme.jpg femme-sans-pantalons-rue.jpg
Barak Obama est-il un gentleman ? Le pantalon est interdit à Tucson ....

Et, pour compliquer les choses :  À Tucson ( en Arizona) , les femmes n'ont pas le droit de porter des pantalons en public. Aussi, certaine manifestent ainsi... Aussi, reconnaissez qu'iI est de plus en plus difficile de ne pas regarder les femmes qui passent … ! Et je ne parle pas des 'femen' ...

 *****

Il y a du monde, sur les terrasses, et parfois, le regard croise des visages connus …

sarkozy_bruni_versailles-Cafe-NetB.jpg J-Chirac-terrasse-cafe-St-Tropez-NetB.jpg Valerie-Trierweiler-et-Francois-Hollande-NetBl.jpg

*****

Attitude-Cafe.jpg

Voir les commentaires

A la terrasse d'un café ... -2-

Publié le par Perceval

A-la-Terrasse-d-un-cafe.jpg

Voir les commentaires

A la terrasse d'un café ... -1-

Publié le par Perceval

A la Terrasse d'un café 2

A-la-Terrasse-d-un-cafe-On-tourne-1-NetBl.jpg

Voir les commentaires

Reading is sexy au café -4-

Publié le par Perceval

 

Cafe-livre.jpgDe la plage au café, il n'y a qu'un pas ...

*****

Un bon polar, et des images plein la tête ... C'est  " mauvais genre " ... Vous êtes prévenus ... 

polar-netBl.jpg james_avati-1-net-Bl.jpg
Lire-couche-netBl.jpg
rollei_35-NetB.jpg Lou-Ignatova-reading-is-sexy-2-NetB.jpg

Bon-chic-et-Mauvais-genre.jpg

A suivre, au café ...

Voir les commentaires

Women reading is sexy -3-

Publié le par Perceval

Ce sont les vacances: changement d'habitude...

Le temps s'arrête, mais j'ai préparé quelques images anonymes, avec quelques stars ( Kate Moss dans sa baignoire, Jane Russel et ses longues jambes, et pamela Anderson ...).

Une photo de quelqu'un qui lit, est l'image volée et complice d'un moment d'intimité ...

Women-reading-is-sexy-2-N-et-Bl.jpg

Voir les commentaires

Reading is sexy, avec les stars -2-

Publié le par Perceval

Les vacances ...

Presque rien d'autre à faire, que lire ...

Et le plaisir, de les voir ... lire ..:

Elisabeth Taylor, Nataly Wood, Alice White, Bette Davis, Elsa Morante, Cathy O'Donnel, Lilian Marcuson, Leslie Caron, Veronika Lake, Audrey Hepburn, Vivien Leigh, Joan Collins, Betty Page, Joan Crawford, Barbara Laage, Marion Cotillard et Marilyn Monroe.

Reading-is-sexy-avec-les-stars--1-.jpg

 

Voir les commentaires

Reading is sexy -1-

Publié le par Perceval

Lire-en-vacances-2.jpg Lire-en-vacances-3.jpg Lire-en-vacances.jpg

Et, le dire en peinture... Ce n'est pas mal non plus .

 

Reading-is-sexy-3.jpg

Voir les commentaires

La plage au XIXème siècle

Publié le par Perceval

Le séjour à la mer est à la fois cure, contemplation, acte social et loisir.

baigneurs-sur-la-plage-de-Trouville-d--Eugene-Louis-BOUDIN.jpg

Baigneurs sur la plage de Trouville, d' Eugène-Louis BOUDIN  - 1869

Les aristocrates et bourgeois qui, au XIXe siècle, « forment le monde des baigneurs par excellence », aiment retrouver dans les stations de la Manche (et bientôt de l’Atlantique) les hôtels de luxe, les hippodromes, les casinos, les théâtres, les promenades et les régates auxquels ils sont habitués.

Claude-Monet--Les-Barques.-Regates-a-Argenteuil--detail-.jpg

Claude Monet, Les Barques. Régates à Argenteuil (détail)

Jusqu’aux années 1930, seule une clientèle fortunée peut goûter les plaisirs de la plage ; et c’est naturellement une atmosphère aristocrate que Proust célèbre lorsqu’il décrit, au début du siècle, le lieu de ses vacances de jeune homme, Balbec (ville inspirée de Cabourg), avec ses femmes aux toilettes recherchées, son Grand-Hôtel, son casino et sa digue sur laquelle il voit défiler des jeunes filles « en une procession sportive, digne de l’antique et de Giotto » (A la recherche du temps perdu, t. II, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, Gallimard, nrf, 1919, p. 113 et 99).

Plage-de-Grandville-d--Eugene-ISABEY.jpg

Plage de Grandville d' Eugène ISABEY 1863

La Plage de Granville d’Isabey n’est pas le théâtre de conversations mondaines ni de plaisirs silencieux, mais le lieu d’une tempête qui jette sur la mer et les falaises ses teintes grises, beiges et noires : le vent de mer pousse de sombres nuages vers la côte, agite la mer, fait claquer les drapeaux (rouges, précisément) et décoiffe les baigneuses, ce qui n’empêche pas ces dernières de demeurer sur le rivage ou même dans l’eau, chahutant et faisant la ronde, à l’intérieur de cette zone « pour les femmes seules » qui leur est réservée. Elles portent des costumes complets qui leur font sacrifier leur beauté à la décence, comme le déplore Alphonse Karr en 1841 : « Avec leur costume de laine, leur veste, leur pantalon et leur bonnet de toile cirée, [les baigneuses] semblent une foule de singes teigneux qui gambadent sur la plage. » (Cité par G. DESERT, La Vie quotidienne sur les plages normandes du Second Empire aux années folles, Hachette, 1983, p. 176).

Sources: Ivan JABLONKA sur le site l'Histoire par l'Image.

Voir les commentaires

La plage jusqu'au XIXème s.

Publié le par Perceval

vernet_tempete_detail.jpg Joseph-Vernet--Scene-de-tempete-et-de-naufrage.jpg
Joseph Vernet: Tempête ( détail ) Joseph Vernet - Scène de tempête et de naufrage

 

Port-de-mer-au-soleil-couchant---Le-Lorrain---1639.jpg

Port de mer au soleil couchant - Le Lorrain - 1639

La plage, est ignorée et mal aimé avant 1750... Au Jardin d'Eden, il n'y avait pas de plages ...! La mer était une horrible chose qui faisait peur. La navigation n'était pas une partie de plaisir et la pestilence régnait sur ces littoraux insalubres. Le rivage n'était donc pas fréquentable et les aristocrates préféraient la campagne.

femme_sur_la_plage_de_r__gen.jpgCaspar David Friedrich. Femme sur la plage à Rügen.

 Le bord de mer fut d'abord inventé pour soigner les hommes de la mélancolie et des maux de la ville. En 1621 Robert Burton a publié son "Histoire de la mélancolie" ; de distraction immorale, le bain de mer ou de rivière devient une pratique autorisée et conseillée pour lutter contre le spleen, contre la pollution de Londres, contre les méfaits de la civilisation urbaine. Le curiste du bord de mer va guérir du trop grand exercice de la pensée.

Le plaisir esthétique succède à l'exigence de santé. On joue de l'oxymore avec les falaises sublimes du noir gothique de la mer ! On fait frémir le public des Salons avec des peintures de tempête et d'orage...

Bateaux-de-peche-par-Eugene-ISABEY.jpg

Bateaux de pêche par Eugène ISABEY

Le monde de la côte envahit les lettres, le dessin et la peinture. Le mythe du naufrageur s'accorde bien à la vogue du roman noir et au portrait des classes dangereuses de la première moitié du XIXè siècle. Les pilleurs d'épaves et les combats navals se retrouvent dans les compositions de Turner quand Eugène Ysabey peint les falaises et les grèves, les pêcheurs à pied sur l'estran à marée basse.

Sources: Alain CORBIN: Le territoire du vide L'Occident et le désir de rivage (1750-1840)

*****

Les impressionnistes innovent et choquent au début par leur "naturalisme". Ils intègrent la femme en habits de bain dans leurs peintures. Les trois grands artistes qui se prêtent à ce jeu-là sont Boudin, Monet et Manet. La femme moderne est une femme qui prend des bains de mer et Boudin en premier montre ces baigneuses avec une simplicité moderne qui déconcerta à l’époque.

Eugene-Boudin--Plage-aux-environs-de-Trouville.jpg Edouard-Manet-Sur-la-plage-18733.png
Eugène Boudin (1824-1898), Plage aux environs de Trouville, 1864 Pendant l'été 1873, Edouard Manet passe trois semaines avec sa famille dans la petite ville côtière de Berck-sur-Mer. Il peint ici sa femme Suzanne, absorbée dans sa lecture, et son frère Eugène, l'époux de Berthe Morisot

*****

Eugene-Boudin--Plage-a-Trouville---1864.jpgEugène Boudin, Plage à Trouville - 1864

 

 


Voir les commentaires

1 2 > >>