Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Albert Robida anticipe la condition féminine au XXe siècle.

Publié le par Perceval

Portrait-d-Albert-Robida-a-l-Exposition-Universelle-de.jpg
Portrait d’Albert Robida à l’Exposition Universelle de 1900

Albert Robida, ( 1848 - 1926 ) est un illustrateur, caricaturiste, graveur, journaliste et romancier français.

Ses ouvrages sur Le Vingtième Siècle (1883) font de lui un autre Jules Verne, souvent plus audacieux. En effet, il propose des inventions intégrées à la vie courante et non des créations de savants fous. Et chaque fois, il imagine les développements sociaux qui découlent de ses inventions, souvent avec justesse : en particulier la promotion sociale des femmes (qu'il voit électrices/éligibles, portant le pantalon, fumant, médecins, notaires ou avocates), mais aussi le tourisme de masse, et la pollution.

 Il s’est adonné à la caricature pendant ces études pour devenir notaire. A partir de 1866, il dessine dans diverses revues dont le Journal Amusant. Pendant le siège de Paris et la Commune, on a pu le voir déambuler dans les rues, un calepin et un crayon à la main, croquant les scènes les plus mémorables. En 1880, il fonde, avec l’éditeur George Decaux, sa propre revue, La Caricature, qu’il dirigera pendant 12 ans.

Dessinateur insatiable, il a illustré des guides touristiques, des ouvrages de vulgarisation historique, des classiques littéraires : Villon, Rabelais, Cervantes, Swift, Shakespeare, Les Cent contes drolatiques d’Honoré de Balzac, les Mille et une nuits... ou l'histoire des maisons closes.

Albert-Robida---La-Sortie-de-l-opera-en-l-an-2000--vers-18.jpg

Albert Robida - La Sortie de l'opéra en l'an 2000 (vers 1882)

 Albert Robida aborde, avec le brin d'humour qui le caractérise, l'évolution de la condition féminine que l'on sait fort délicate au XIXe siècle.

anticipation---Les-femmes-avocates--Le-Vingtieme-Siecle--.jpg
Anticipation - La femme avocate

Mais sa vision de l'émancipation de la femme se révèlera fort réaliste. Il la voit égale de l'homme dans les fonctions qu'elle occupe avec les mêmes charges et les nouvelles contraintes qu’entraîne cette évolution. A l'image de sa représentation de "Madame la Préfète" (ci-contre - Le dessin fait apparaître, sur la droite, un calendrier mural portant la date du 18 août 1952...), il va voir la femme réussir dans tous les domaines comme le témoigne ses écrits de 1892 :

« Devant la femme égale de l'homme, ayant reçu la même instruction, électrice, éligible, ayant les mêmes droits politiques et sociaux depuis plus de trente ans, toutes les carrières jadis fermées se sont ouvertes. C'est un progrès immense, bien que certaines femmes à l'esprit réactionnaire [ ... ] prétendent y avoir perdu. Mais hélas, toutes les carrières libérales, si encombrées déjà lorsque les hommes seuls pouvaient s'y lancer, le sont davantage maintenant que les femmes peuvent être notaraisses, avocates, doctoresses, ingénieures, etc... Grâce aux vigoureuses campagnes menées par les chefesses du parti féminin, nous avons maintenant des mairesses et même quelques sous-préfètes, et l'on vient de voir dans le dernier cabinet une ministresse ! 

Robida vingtieme siecle 2 vie-electrque-2
anticipation les femmes albert-robida-la-grande-c3a9pidc3a9mie-de-pornographie-la-c

Ailleurs, Albert Robida "invente" le Voyage de fiançailles ! Partant du principe que"Neuf fois sur dix, les jeunes époux ne se connaissent pas", ce voyage éviterait "les divorces inconsidérés après".

Robida_vingtieme_siecle_p211_1.jpg

Madame La Préfète

Voir les commentaires

Le vintage de Gayla Partridge

Publié le par Perceval

La Photographe Gayla Partridge conduit "666photography", une société basée à Austin, au Texas, qui se spécialise dans le rétro / photographie ancienne qui utilise des accessoires et des costumes faits à la main. 

Gayla-Partridge-gaylaprev1.jpg Gayla-Partridge-taralionweb1.jpg
Gayla-Partridge-6.jpg Gayla-Partridge-7.jpg


Diplômée de l'Université du Texas à Austin, avec un BFA en photographie, Gayla ne prend pas seulement toutes les photos, mais elle fabrique la plupart des costumes, des accessoires et elle est responsable de la décoration et du style de toutes les photos.

Gayla-Partridge-9b.jpg Pygmy_Goat_by_Gayla_Partridge_by_RivetGallery.jpg
Gayla-Partridge-Calamity-Amelie.jpg Gayla-Partridge-Calamity-Amelie2.jpg


Elle travaille en collaboration avec la maquilleuse Lisa Naeyaert... Pendant de nombreuses années, elles ont créé des décors de théâtre à l'ancienne et maintenant mettent en scène des icônes tantôt burlesques, tantôt Art déco, le tout dans une explosion de couleurs, de fanfreluches et de glamour.

Gayla-Partridge-4.jpg Gayla-Partridge-etsy3.jpg
Gayla-Partridge-5.jpg Gayla-Partridge-Turban.jpg

*****

Gayla-Partridge-Angela-Ryan1.jpg Gayla-Partridge-Marie-Antoinette.jpg


Le site : http://666photography.com/pages/welcome.php

 

Voir les commentaires

Truffaut et ses actrices -2/2-

Publié le par Perceval

nathalie_baye_la_chambre_verte.jpg
Nathalie Baye dans La chambre verte

Nathalie Baye n’est qu’une débutante quand elle apparaît dans le rôle de la scripte passionnée de cinéma dans l’un des films les plus célèbres du réalisateur, La nuit américaine en 1973. Elle y joue alors une jeune adulte en col roulé. C’est lui qui lui ouvre les portes du cinéma français et qui la fait connaître au public.

Truffaut lui offre un rôle profond dans son film inspiré de plusieurs nouvelles d’Henry James, La Chambre verte



«Vous êtes une actrice fabuleuse et, à l'exception de Jeanne Moreau, je n'ai jamais senti un désir aussi impérieux de fixer un visage sur la pellicule...» F.T. Sous l'insistance de Truffaut, Adjani ( 19 ans ) rompt son contrat avec la Comédie Française. « De façon très romanesque, Truffaut a enlevé Isabelle Adjani, l'a arrachée du théâtre pour l'inventer star de cinéma », écrit Jean-Marc Lalanne dans Le dictionnaire Truffaut.

truffaut-adele-h-adjani.jpg Adjani-Truffaut.jpg
Adèle H. Isabelle Adjani  Adjani et Truffaut


Francois-Truffaut-et-Isabelle-Adjani.jpgTruffaut est très amoureux d'Adjani, comme envoûté par son aura surnaturelle. « Le soir, mes yeux et mes oreilles sont fatigués de l'avoir trop fortement regardée et écoutée toute la journée », dit-t-il au sortir de ce tournage éreintant. De son côté Adjani confiera bien plus tard : « J’étais très consciente que ce film était un prétexte pour me filmer. Il tombait amoureux de son actrice, bien trop jeune pour répondre aux avances d’un metteur en scène bien trop expérimenté, bien trop réputé pour séduire les actrices avec lesquelles il tournait. Mais il était parfaitement irrésistible, ça aurait pu exister… »

« J'ai la religion de l'amour », dit Isabelle Adjani dans L'Histoire d'Adèle H.  Ce film sort 1975. Il film raconte l’histoire de la deuxième fille de Victor Hugo et de son histoire d’amour pour un lieutenant anglais.

fanny-Ardant.jpg

Fanny Ardant, 30 ans, est l'héroïne principale des Dames de la côte, LE feuilleton de l'hiver 79. Elle est belle, brune, si brune... Charmé par « sa grande bouche, sa voix basse aux intonations particulières, ses grands yeux noirs, son visage en triangle », Truffaut lui donne rendez-vous aux Films du Carosse, sa maison de production. « Le film suivant sera pour vous »... Ce sera La Femme d'à côté, très inspiré de sa relation amoureuse avec... Deneuve.

En 1981, elle se marie avec François Truffaut

Ensemble, Ardant et Truffaut ont décidé de ne pas enfermer leur grand amour dans un « domicile conjugal » mais de le vivre en toute indépendance. Comme un amour de contrebande.

Fanny-Ardant---Francois-Truffaut-2.jpg fanny-ardant-et-F-T.jpg
Fanny Ardant & François Truffaut  

 

L'Homme qui aimait les femmes (1977)
Ce film a déchaîné les foudres féministes à sa sortie en 1977. Une critique de Pariscope qualifia même le film d'« inventaire de pièces détachées exhibant des veaux (les bonnes femmes) par pièces de quatorze »

Le héros Morane n'a rien d'un Dom Juan à l'ego surdéveloppé, il aime les femmes pour ce qu'elles sont, non pour lui-même. Davantage qu'un séducteur invétéré, c'est un grand enfant à la quête de l'éternel féminin, et plus encore de l'"éternel maternel". 
Chez Truffaut, l'amour des femmes fait toujours resurgir la figure originelle, et cruellement absente, de la mère.

une-belle-fille-comme-moi-francois-truffaut.jpg une-belle-fille-comme-moi-francois-truffaut1Francois-Truff.jpg
Une-belle-fille-comme-moi : Francois Truffaut dirige l'actrice Bernadette Lafont  

 

"Qu'est-ce que c'est que ce cinéma ? Qu'est-ce que c'est que ce métier où tout le monde couche avec tout le monde. Vous trouvez ça normal ? Mais votre cinéma, votre cinéma, moi je trouve ça irrespirable !" , s'indigne, tout en tricotant, l'épouse du régisseur dans une réplique tirée de La Nuit américaine:

 

Voir les commentaires

Truffaut et ses actrices -1/2-

Publié le par Perceval

« François Truffaut aime chacune de ses actrices comme une icône, puis comme un spécimen unique de cette altérité féminine qui est, avec les films, la grande affaire de sa vie. » Mahilde Blottière (Télérama)

seyrig_leaud.jpg

*****

« Je ne suis pas une apparition, je suis une femme... Ce qui est tout le contraire. Par exemple, ce matin, avant de venir ici, je me suis maquillée, je me suis mis de la poudre sur le nez... Vous dites que je suis exceptionnelle. C'est vrai : je suis exceptionnelle. Toutes les femmes sont exceptionnelles, chacune à leur tour. » C'est l'une des tirade de Delphine Seyrig déclamée à Antoine Doinel, son petit amant pétrifié d'un après-midi

      *****

« Quand je travaille, je deviens séduisant et séducteur, écrit Truffaut à son amie Liliane David à la veille du tournage des Deux anglaises et le continent. Ce travail, qui est le plus beau du monde, me place dans un état émotionnel favorable au départ d'une “love story”. En face de moi, il y a généralement une jeune fille ou femme, émotionnée, craintive et obéissante, qui fait confiance et se trouve prête à l'abandon. Ce qui arrive alors, c'est toujours la même chose. » Fr. T.

La-nuit-Americaine-1973-a-Cannes-detail.jpg

La nuit Américaine 1973 à Cannes

« François a fait des films d'amour où la sexualité a toujours été présente. Elle est assez nimbée, la pudeur l'emporte souvent. Mais si on regardait ses films sous cet angle précis, avec un peu d'attention, on verrait combien ils sont sexuellement violents et explicites. » Catherine Deneuve

jeanne_moreau.jpg

« Jeanne Moreau est la plus grande amoureuse du cinéma français, écrit-il dans Les Cahiers du cinéma. La bouche frémissante, les cheveux fous, elle ignore ce que d'autres appellent « la moralité » pour vivre par et pour l'amour. » F.T.

 « Inventer l'amour », telle est la mission que Jeanne Moreau s'est fixée dans Jules et Jim... Ni fleur bleue ni eau de rose, ni romantique ni dandy, ni pervers ni amer, ou peut-être tout cela en même temps, « François a su parler légèrement des choses graves », résume aujourd'hui l'actrice, qui ne peut pas revoir Jules et Jim sans « une sorte de nostalgie de l'état dans lequel on appréhendait la vie à ce moment-là. Comment vivre, comment s'aimer ? C'était une préoccupation importante... ».

: « Je n'ai pas voulu faire un film sur l'amour physique, mais un film physique sur l'amour », dit-il à sa sortie  de Les Deux Anglaises et le Continent .

« Elle avait des yeux, des yeux d'opale, qui me fascinaient, qui me fascinaient. Y'avait l'ovale de son visage pâle, de femme fatale qui m'fut fatale » chante Jeanne dans Jules et Jim (1962) et les paroles s'appliquent parfaitement à sa beauté. Elle a aussi joué dans Les Quatre Cent Coups (1959) et La Mariée était en noir (1967).

 

MARIE-FRANCE-PISIER-AMOUR-EN-FUITE.JPG pisier-truffaut.jpg
Marie France Pisier dans l'Amour en fuite M-F-Pisier-et-Truffaut.jpg

 

F. Truffaut cherche une fiancée pour son alter ego ( J.P. Léaud) : « Ni une Lolita, ni une blousonne, ni une petite jeune femme, ni trop sexy » La somme de tous ces « ni » donne un résultat idéal : une apprentie comédienne de 17 ans à la voix inimitable. Aux essais, Truffaut n'entend qu'elle. Comme souvent, se croisent alors les trajectoires d'Antoine et de François, de la vie et du cinéma : le réalisateur tombe éperdument amoureux de l'actrice, au point d'envisager de quitter sa femme Madeleine, alors enceinte de leur deuxième fille. Les deux amants fuguent pendant un mois. Et Marie-France Pisier alias Colette, devient au fil de la saga Doinel une femme libre, indépendante, moderne. ( M.B. Télérama). Elle a cosigné le scénario de L’Amour en fuite.

baisers-voles-francois-truffaut.jpg
Claude Jade: Baisers volés

Dans la saga Doinel, elle est Christine Darbon alias Peggy Sage, une jeune fille douce et effacée. Courtisée dans Baisers volés, épousée dans Domicile conjugal, quittée dans L'Amour en fuite. Dans la réalité, Truffaut devancera Doinel, puisqu'il la quittera avant même de l'épouser, quasiment au pied de l'autel. C'est au théâtre que le cinéaste découvre Claude Jade. Elle n'a encore que dix-neuf ans, et joue dansHenri IV, de Pirandello. Truffaut, « conquis par sa beauté, ses manières, sa gentillesse et sa joie de vivre », a le coup de foudre. C'est réciproque. 



 La Sirène du Mississippi. Avant le tournage de ce film, il prévient Catherine Deneuve par lettre : « Je ne vous demanderai de jouer aucune scène explicitement sexuelle, mais il faudra que la sexualité soit toujours présente, sous-jacente. »

sirene-du-mississippi-Truffaut-detail.jpg

La Sirène du Mississipi

« Ce que j'aime en elle, c'est son mystère, écrit-il. Elle se prête admirablement aux rôles qui comportent un secret, une double vie. Catherine Deneuveajoute de l'ambiguïté, à n'importe quelle situation, n'importe quel scénario, car elle donne l'impression de dissimuler un grand nombre de pensées secrètes qui se laissent deviner à l'arrière plan... » F. T.

deneuve_truffaut-1981.jpg
Deneuve Truffaut en 1981

Deneuve et Truffaut s'aiment, évidemment. Il la surnomme Kathe, comme l'héroïne de Jules et Jim, la vouvoie et décide, à l'été 69, de vivre en couple avec elle. Leur histoire dure deux ans. La séparation conduira Truffaut à l'hôpital et le plongera dans l'une des pires dépressions de sa vie.



Dans La Nuit américaine, la belle Jackie, sex symbol des années 70, est Julie Baker. Une star dépressive qui, hors plateau, prolonge son séjour dans la peau de son personnage en couchant avec le jeune premier du film, Alphonse alias Léaud bien sûr. Dans la vraie vie, c'est plutôt dans le lit de Truffaut que Jacqueline Bisset finit le tournage.

La-nuit-americaine-Francois-Truffaut--Jacqueline-Bisset--.jpg J-Bisset-et-Truffaut.jpg
La nuit américaine: François Truffaut, Jacqueline Bisset, Jean-Pierre Léaud  

Voir les commentaires

Mata Hari, que s'est-il passé ? -2/2-

Publié le par Perceval

C-est-souvent-la-tempete-qui-nous-mene-au-port-Mata-Hari.jpeg

" Souvent, c'est la tempête qui nous mène au port " Mata Hari - 1907 -

C'est Kalle, qui informe Mata Hari que l'agent H21 doit retourner en France pour poursuivre ses missions et recevoir 15.000 francs. On pense alors que les Allemands ont décidé de se débarrasser de Mata Hari... !

Peu de temps après son retour à Paris (le 4 janvier 1917); elle rejoint son amant. Elle est arrêtée le 13 février à l'hôtel Élysée Palace. Elle sort nue de la salle de bains et, s'étant rhabillée, présente aux gardes venus l'arrêter des chocolats dans un casque allemand (cadeau de son amant Maslov), sa chambre est perquisitionnée...

Mata Hari le jour de son arrestation 13-2-1917 The-execution-of-mata-hari-1917
Mata Hari, le jour de son arrestation: 13-2-1917 Mata Hari en 1917


On retrouve une somme de 20 000 francs, versés à Mata par un général allemand, qu’elle explique comme un « remerciement pour ses faveurs », tandis que les juges vont affirmer qu’il s’agit d’un pot de vin en échange de renseignements sur l’armée française…

Elle est convoquée à huis clos le 24 juillet 1917 devant le 3e conseil militaire, au Palais de justice de Paris. Les juges doivent décider si elle est bien « H 21 », coupable «d'espionnage et d'intelligence avec  l'ennemi». Son avocat, un ancien amant, est un expert réputé du droit international, mais malheureusement peu familier des effets de manche d'une cour criminelle. Il n'a le droit d’assister qu’aux premiers et derniers interrogatoires. Le procès ne dure qu’une journée sans apporter de nouveaux éléments.

Les mutineries s'étant multipliées sur le front, l'opinion réclame des coupables et veut des exemples... Sensible à l'atmosphère empoisonnée de l'époque, la Cour déclare Mata Hari coupable d'intelligence avec l'ennemi et la condamne à être passée par les armes.

Cette ingénue plus si jeune refuse le bandeau qu'on lui propose et se tient crânement près du poteau d'exécution, lançant un dernier baiser aux soldats du peloton. Personne ne réclame son corps qui est remis au département d'anatomie de la faculté.

L-execution-de-Mata-Hari-par-peloton-d-execution--le-15-O.jpg

Dans les fossés de Vincennes
Quand fleurissait la verveine
Au petit jour, les yeux bandés,
Au poteau l’espionne est placée
Et celle qu’on va fusiller
C’est elle ! C’est sa bien-aimée !
Fermant les yeux pour ne pas voir
Il cria :  » Feu !  » C’était son devoir !
Dans les fossés de Vincennes
Le soleil se lève à peine
Sous les murs du fort
A passé la mort.
Et l’espionne a subi sa peine !
Et lui, brisé par l’effort,
Le cœur pris de folie soudaine
Eclate d’un grand rire alors
Dans les fossés de Vincennes !

 

L'exécution de Mata Hari par peloton d'exécution, le 15 Octobre, 1917, dans les fossés du Château de Vincennes. Cette chanson écrite par Cami, chantée par Georgel et fredonnée par toutes les lèvres à l’automne de 1917 tait le nom de son inspiratrice et pourtant on comprend qu’il s’agit de la fin tragique de la belle surnommée Mata Hari.

Son crâne est devenu une partie de la collection du Musée d'anatomie à Paris. En 2000, les archivistes du musée ont découvert que le crâne avait disparu, probablement volé.


 

Voir les commentaires

Mata Hari, que s'est-il passé ? -1/2-

Publié le par Perceval

Le 15 octobre 1917, La danseuse d'origine hollandaise Margaretha Geertruida Zelle est fusillée au camp du château de Vincennes. Elle est accusée d'espionnage au service de l'ennemi, l'Allemagne.- ( Voir ICI, l'article: 15-octobre-1917 Mata Hari est fusillée )

Que s'est-il passé ?

 Mata_Hari_2.jpg  Mata-Hari-7.jpg
   

Mata Hari ( 1876-1917) mène un train de vie très élevé, dans les plus beaux hôtels parisiens…  Même la Guerre, déclarée en 1914, ne l’empêche pas de voyager dans toute l’Europe et de rencontrer le plus beau gratin du pouvoir…

Mata-Hari-Passport-Photo.jpg
Mata Hari (photo du passeport)

Est-elle une manipulatrice, un agent double, une dévoreuse d'hommes, une femme immorale, .. ? Femme fatale ? Surtout pour elle-même...

Couronnée d’aigrettes et de plumes, elle s'est exhibée dans les salons convertis à l’orientalisme... Elle a su créer autour de sa personne une légende relayée par la presse: elle serait née à Java où les prêtres de Shiva l’auraient initiée aux secrets du culte et des danses de la déesse.

Elle est aussi une courtisane, et se préoccupe trop peu de la nationalité de ses conquêtes, ce qui lui jouera des tours. C’est donc une personnalité flamboyante qui s’est inventée un personnage et une histoire.

En 1914, elle est à Berlin, et prépare une nouveau spectacle centré sur des danses égyptiennes... Le spectacle n'aura jamais lieu: l'assassinat du prince héritier d'Autriche clôt la Belle Epoque et la Première Guerre mondiale commence.

Mata-Hari-4.jpgMata rejoint la Suisse, et compte revenir en France. Mais tandis que ses bagages font bien le voyage, elle est arrêtée à la frontière et renvoyée à Berlin. Dans l'hôtel où elle réside, sans argent ni bagages, elle rencontre une industrielle néerlandaise, qui lui paie le voyage, et lui conseille de se rendre à Francfort et de continuer vers la frontière hollandaise. Là, elle devient la maîtresse du banquier Van der Schalk, puis à La Haye, du baron Van der Capellen, colonel des hussards.

En mai 1916, Mata essaie toujours de retourner à Paris pour récupérer ses bagages . A La Haye, elle reçoit les visites fréquentes du consul d'Allemagne, Krämer, également officier du service de renseignement.

Il l'aidera à regagner Paris, en échange de quoi, elle lui fournira des renseignements utiles à l'Allemagne. Elle accepte et devient l'agent H 21. Dès son arrivée à Paris, Mata Hari s'installe au Grand Hôtel. Chacun de ses faits et gestes est surveillé par la Sûreté.

Mata_Hari_in_1916.jpg
Mata Hari en 1916

Mata Hari, tombe amoureuse, fin 1916, d’un capitaine russe au service de la France, dénommé Vadim Maslov, fils d’amiral. Il a 21 ans, il a 20 ans de moins qu’elle !. Mais, le jeune officier est blessé, et il est en convalescence à Vittel. Elle souhaite l'y rejoindre. Comme Vittel est dans la zone des armées, il lui faut un laissez-passer qu'elle demande au capitaine Ladoux, chef du 5e bureau de l'état-major, principalement en charge du contre-espionnage. Ce contact lui est fournit par un ex-amant, le lieutenant de cavalerie Jean Hallaure, lui-même, agent français

Elle avoue à Ladoux, qu’à Berlin avant guerre elle a été la maîtresse du Kronprinz ... Ladoux lui accorde le laissez-passer et lui propose de travailler pour la France. Elle accepte d’espionner le Haut commandement allemand en Belgique, contre rémunération. Sur le trajet, elle est interrogée par le MI5 (services secrets britanniques) et se présente comme agente des services secrets français, ce que ceux-ci ne confirment pas. On ne sait pas si elle a ment à cette occasion, croyant que cette histoire la rendrait plus intrigante, ou si les services français se servent effectivement d’elle sans le reconnaître.

Mlle_Mata_Hari-au-Theatre-de-l-Odeon-a-Monte-Carlo-1910.jpg Mata-Hari-10.jpg
Mlle Mata Hari au Théâtre de l'Odéon à Monte-Carlo 1910  

Elle se rend finalement en Espagne, neutre pour prendre un bateau à destination de la Hollande et gagner l'Empire allemand. Là ,elle cherche à séduire l’attaché militaire allemand, le major Kalle, en se présentant comme l’espionne allemande au nom de code H-21.

En janvier 1917, Kalle envoie un message à Berlin décrivant les agissements de l’agente H-21, avec un code peu sûr et suffisamment d’informations pour y reconnaître Mata Hari ; c’était peut-être une façon de démasquer le double jeu de Margaretha, travaillant pour les deux côtés à la fois. Les services secrets français interceptent le message et identifient l’agente H-21 comme étant Mata Hari.  

A suivre

Voir les commentaires

Vintage, avec Nina Leen.

Publié le par Perceval

Nina-Leen-00.jpgNina Leen, n'arrive aux Etats-Unis qu'en 1939...

Jeune, elle étudie la peinture à Berlin, et voyage dans toute l'Europe... Elle est née en Russie en 1914.

 

 


La société américaine la fascine par ses rituels et ses mœurs.

 

 

 

 

 

Nina-Leen-12.png Nina-Leen-14.png
            Reportages sur la vie américaine             

« c’est typique des Américains de ne pas se voir tels qu’ils sont, pour eux c’est habituel, tout le monde vit de la même façon, pour moi l’Amérique n’était pas habituelle »

 Nina Leen Meeting daddy on the 6-26 Nina Leen - Jo Ann Kemmerling lisant un livre tout en prena 
 Nina Leen girls-playing-cards-by-nina-leen-for-LIFE  nina Leen Women in a New York City bar, 1941. for Life Maga
 Life+December+1944+Nina+Leen  Life+December+1944+Nina+Leen 2
 Life+December+1944+Nina+Leen Teenage girl wearing penny in  Nina-Leen-6.jpg


Elle est l'une des premières photographes féminines à rejoindre le LIFE magazine en 1945, elle réalisera plus de 40 couvertures et un certain nombre de séries pour le magazine.

Nina Leen est connue pour ses photographie de mode... qui aujourd'hui ont l'avantage d'être authentiquement « vintage ». Elle exalte l’élégance, la sensualité et la beauté.

Model Ruth Conklin wearing Dior for Life Magazine, 1947, by Ruth Conklin, wearing Christian Dior Photo Nina Leen-Time
Nina Leen Beach Fashion 3 Nina Leen 8
lillian-marcuson-is-wearing-a-pleat-front-shirt-from-brooks lillian-marcuson-is-wearing-a-silk-robe-from-brooks-brother
Nina Leen 11 Nina leen Summer Underwear- Nina Leen -1949
checked-fashions-at-roosevelt-raceways-pari-mutuel-window-p jean-patchett-in-theatre-dress-featuring-wide-sleeves-with-


Ces photographies, prises pour la plupart dans les années 40 et 50, sont résolument modernes.Nina-Leen.jpg

 

 

 

Nina Leen a été mariée pendant de nombreuses années à Serge Balkin, un photographe de mode. Elle est morte le 5 janvier 1995.

Voir les commentaires

15 Octobre 1917: Mata-Hari est fusillée.

Publié le par Perceval

Le lundi 15 Octobre 1917, à six heures du matin: Margaretha Geertruida « Grietje » Zelle (1876 – 1917), plus connue sous le nom de Mata Hari, a été exécutée par la France pour espionnage. Elle était âgée de 41 ans.

Mata-Hari-fusillee-Le-Petit-Journal-16-10-1917.jpg Mata-Hari-fusillee-Le-Petit-Journal-16-10-1917-detail.jpg
Mata-Hari-16-oktober-1917-Le-petit-Parisien-detail.jpg Mata-Hari-fusillee-Le-matin-16-10-1917.jpg

 

Lettre du capitaine Ladoux, chef du 5e bureau, au capitaine Bouchardon, rapporteur du conseil de guerre et chargé de l'instruction, 2 avril 1917.

doc 233-1


 

 


 

doc 233-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mata Hari est arrêtée le 13 février 1917. L'instruction de son procès commence. Dans cette note, le capitaine Ladoux récapitule les raisons pour lesquelles Mata Hari a suscité des soupçons dès la fin de l'année 1915, fait l'objet d'une surveillance à partir de juin 1916 et s'est vu proposer de travailler pour le contre-espionnage français.  

Citation à comparaître devant le 3e conseil de guerre, 4 juillet 1917

doc 425-1

doc 425-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      L'instruction achevée, Mata Hari est citée à comparaître le 4 juillet. La citation fait apparaître 8 chefs d'accusation. Le procès débute le 24 juillet 1917.

Voir les commentaires

Zinaida Gippius et le « Troisième Testament » -4/4-

Publié le par Perceval

-------_1.jpgEn 1900, des intellectuels tels que Nikolai Minsky, Vassili Rozanov, et d'autres rejoignent Gippius et Merezhkovsky. Ils forment à Saint-Pétersbourg, la Société des religions et de la philosophie. Leurs études embrassent les religions traditionnelles ainsi que la théosophie, le mysticisme et la métaphysique.

Au centre de cette transformation spirituelle, Zinaida Gippius développe sa conception de la sainteté de l'amour érotique, où toute relation érotique, homosexuelle, hétérosexuelle devait être sanctifiée et donc admissible dans une société future... Ses expériences ont fait l'objet d'une attention universitaire au cours de ces dernières années, en particulier par des chercheurs littéraires tels que Olga Matich et Jenifer Presto.

Le couple Gippius fonde « L'Eglise du Troisième Testament ». Elle a ses propres rituels, y compris la célébration de l'Eucharistie et le mariage divin trinitaire, effectuée en secret. La «secte» attire quelques adeptes. Parmi eux, pendant un certain temps, le terroriste notoire Boris Savinkov , probablement parce que l'église apocalyptique des Merezhkovskys a prise avec certaines des idées politiques liées à la révolution en 1905 ...

Gippius-et-Filosofov.jpg nevsky-St-Petersbourg.jpg
Gippius et Filosofov nevsky - St Petersbourg

En 1914 Zinaida Gippius rejoint la Croix-Rouge pour soutenir les combattants de la Première Guerre mondiale. Elle a gardé un compte rendu détaillé des événements qui ont mené à la révolution russe et la guerre civile...  Gippius et Merezhkovsky restent à Saint-Pétersbourg après l'assassiner du tsar Nicolas II par les communistes. Gippius enregistre de nombreux faits de massacre d'innocents à Saint-Pétersbourg (alors rebaptisée Petrograd) par les bolcheviks qui ont établi le régime communiste. 

En 1920 Gippius et Merezhkovsky fuient vers la Pologne, puis s'installent à Paris. Là, ils participent à l'un des centres importants de la résistance anti-communiste parmi les émigrés russes. 

En 1941, Gippius et Merezhkovsky font une erreur politique en soutenant l'invasion nazie de l'Union soviétique, leur espoir étant de rentrer chez eux. 

Merezhkovsky écrit que Staline et Hitler représentent le mal, est que la destruction de l'un par l'autre serait la meilleure chose ...

Zinaida Gippius fonde la Société de la lampe verte, cercle philosophico-littéraire qui se réunit dans leur appartement les dimanches entre 1927 et 1939 et qui comprend des auteurs ayant pour vocation de conserver la culture russe à l'extérieur des frontières de l'URSS dans un esprit de liberté de conscience et de parole disparu de la Mère-Patrie. Si elle était fondée sur la culture humaniste et libérale, elle n'en était pas moins non exempte de conflits internes.

Zinaida-Gippius-2.jpgGippius aide son mari malade jusqu'à sa mort le 9 Décembre 1941, à Paris. Elle est morte à Paris le 9 Septembre 1945, et a été enterrée avec son mari dans le Cimetière Russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, à Paris. Gippius et Merezhkovsky ont été interdits de publications dans la Russie soviétique. 

Tombe-du-couple-Gibbius-2.jpgLes sœurs de Gippius, Natalia et Tatiana, ont été arrêtés et exilés dans des camps du Goulag en Sibérie sous la dictature de Joseph Staline .

 

Poétesse, écrivain et dramaturge, Zinaida Gippius laisse plusieurs recueils de nouvelles, de poésies, ainsi qu'une pièce de théâtre.

Voir les commentaires

Zinaida Gippius et le symbolisme russe -3/4-

Publié le par Perceval

Zinaïda Hippius ou Gippius, rencontre le jeune poète Nikolaï Vilenkine, le critique Akim Volynski ; puis Polonski, Maïkov, ou Grigorovitch qui gravitent autour de la revue littéraire Le Messager du Nord. La revue , où elle fait ses débuts en prose, est orientée vers les nouveaux mouvements de l'époque, du positivisme à l'idéalisme.

Zinaida-Nikolaevna-Gippius---November-20--1869---Septembe.jpgZinaïda Hippius « était l'inspiratrice, l'instigatrice, la conseillère, la correctrice, la collaboratrice d'écrits étrangers entre eux, le centre de réfraction et de croisement de rayons de lumière dissemblables. » Gueorgui Adamovitch.

Son salon frappait, attirait, repoussait et de nouveau attirait des écrivains partageant les mêmes canons de pensée en particulier regroupé autour du mouvement symboliste, tels qu'Alexandre Blok (avec qui Zinaïda Hippius entretient des relations d'amitié changeantes et difficiles), Andréï Biély, Vassili Rozanov ou Valéry Brioussov...

Elle se lie avec la famille Davydov dont l'épouse édite le mensuel Le Monde divin, écoute les participants du cercle shakespearien de Spasowicz, devient membre de la Société russe de littérature

En 1891, Zinaida Gippius et Merezhkovsky font un voyage en train à travers l'Europe dans l'Orient Express. Leur voyage inclut l'ascension du Mont-Blanc, le couple montre sa ténacité , sa détermination et son courage en grimpant ensemble. Un des points forts de leur voyage est leur visite à la ville natale de Leonardo Da Vinci .

A Nice, ils font la connaissance de Dimitri Philosophoff qui deviendra leur ami intime, puis l'un du trio amoureux. …  Il écrivent ensemble des œuvres annonçant la nécessaire révolution à venir en Russie (comme Le Tsar et la Révolution, en 1907). D'abord enthousiastes quant à la révolution de février 1917, ils changeront d'avis en quelques mois comme en témoigne leur ouvrage : Le Règne de l'Antéchrist (1922).

Kustodiyev_world_of_the_art.JPG

De Boris Kustodiev : Artistes de Mir iskousstva (1916-1920) De gauche à droite : Igor Grabar, N. Roerich, Eugène Lanceray, B. Kustodiev, Ivan Bilibine, A. Ostroumova-Lebedeva, A. Benois, G. Narbut, Kouzma Petrov-Vodkine, Nicolas Millioti, K. Somov, M. Dobuzhinskii,

 

Dans les années 1899-1901, Zinaida Gippius se rapproche du milieu de Serge Diaghilev qui se regroupe autour de la revue Mir Iskousstva où elle publie ses premiers articles de critique littéraire sous des pseudonymes masculins. Elle prêche l'esthétique du symbolisme et de ses idées philosophiques dont elle jette les bases.

gippius-filosofov-merezhkovsky-1900-e.jpg
Gippius, Filosofov et Merezhkovsky en 1900.

Dans l'ensemble, Zinaïda Hippius considère d'un point de vue négatif la situation de la culture artistique russe de son époque, qu'elle relie à la crise des fondements de la vie provoquée par l'éloignement des critères religieux et à l'effondrement des idéaux sociétaux du siècle précédent. L'artiste pour elle a vocation de « rechristianiser » la vie. Son idéal spirituel et littéraire se trouve dans l'art et la littérature qui mènent à la prière, à la compréhension de Dieu

« Il faut que nous ayons le sens de la responsabilité envers la chair, ainsi que le pressentiment de la liberté envers l'esprit, envers la religion. Quand la vie et la religion convergent, s'unifient en quelque sorte, notre sens de la dette touche inévitablement à la religion, fusionnant avec le pressentiment de la Liberté (...), c'est ce que nous a promis le Fils de l'Homme: Je suis venu pour vous rendre libres. » Zinaïda Hippius écrit dans son article Le Pain de la vie (1901)

Nicholas-Roerich-10.jpg Leon-Bakst---Elisium-1906.jpg
Nicholas Roerich Leon Bakst - Elisium 1906


Grâce à leur recherche conjointe et leurs études à Rome, Florence et Paris, et plus tard en Russie, Gippius et Merezhkovsky regroupent autour d'eux des écrivains, des historiens et des clercs pour des recherches interdisciplinaires visant à une meilleure communication inter-religieuse. Leur idée de travailler à l'unité de l'Eglise est soutenue par de nombreux intellectuels. Ils ont obtenu le soutien du synode russe orthodoxe, ils sont contactés par le Vatican et par certains responsables catholiques en France Ils concentrent leurs efforts sur leurs conférences, et tiennent à rester indépendants …. Finalement, l’église orthodoxe, prend ses distances, alors que des rumeurs courent sur la vie privée du couple … En particulier, leur ménage à trois avec l'écrivain Dimitri Philosophoff, qui fait scandale à l'époque...

de-g.-a-dr.-Philosophoff--Merejkovski--Z.-Hippius-et-leur-.JPG

De g. à dr. Philosophoff, Merejkovski, Z. Hippius et leur secrétaire V. Zlobine, vers 1920

Voir les commentaires

1 2 > >>