Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole

Publié le par Perceval

Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole

Adara Sánchez Anguiano est une illustratrice née à Séville en 1987. Après avoir vécu à Barcelone, elle est revenue dans sa ville natale...

 

 

Dans ses illustrations, elle explore l'expressivité du corps humain dans des poses parfois forcées. Elle capte la forme et le mouvement, par la simple expression de la ligne du dessin

Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole

Voir les commentaires

Le ''Thanks giving Day''

Publié le par Perceval

Certains tableaux paraissent énigmatiques... Le plus souvent nous n'avons pas les clefs pour comprendre la scène qui se joue.

Cette peinture de 1896 est d'une artiste américaine : Alice Barber Stephens (1858 - 1932) appelée "Thanksgiving" et qui fait référence à une fête publique aux États-Unis, elle est célébrée le quatrième jeudi de Novembre.

Thanks giving Day est un jour férié, on exprime à Dieu sa gratitude et sa reconnaissance ; mais aussi à sa famille, et à ses amis, pour leur gentillesse, leur attitude …

Selon une vieille tradition de plusieurs générations dans une même famille on se retrouve pour le repas. Chacun, exprime des mots de remerciement pour toutes les bonnes choses qui sont arrivées dans sa vie pendant cette année. Les symboles de la fête sont la dinde farcie avec du sirop de canneberge ( cranberries ) et une grande tarte à la citrouille ; plats que leurs ancêtres mangeaient déjà en 1621 lors du premier dîner en l'honneur de 'Thanksgiving'. 

Si l'ambiance est à la fête, pourquoi tous les personnages de cette histoire regardent-ils le jeune homme assis le dos tourné.. Ils semblent le faire avec reproche, irritation, presque du dédain... ?  Qui est - il? Un fils, un frère, le mari de quelqu'un? Qu'a t-il fait juste avant? 

La peintre a exprimé très clairement le conflit, en plaçant tous les personnages face à nous, sauf le jeune homme. Leurs expressions faciales semblent pointer une mauvaise attitude de l'homme. 

Cette illustration est parue dans une revue américaine "Weekly Harper" le 28 Novembre 1896, et pourrait exprimer la réprobation générale devant ce jeune homme qui refuse de participer à cette fête et peut-être même ( dans ce cas précis …) de manger de la viande …

Voir les commentaires

Henn Kim, illustratrice coréenne.

Publié le par Perceval

Henn Kim, illustratrice coréenne.

Henn Kim est une illustratrice coréenne, dont le travail de facture minimaliste contient néanmoins, une multitude de significations que le spectateur découvre parfois d'un coup d'oeil, ou après une réflexion approfondie. 

Elle s’amuse souvent à confondre l’Homme et l’objet en insistant sur les rapports entre eux, la musique et la nature. Le tout forment alors des décors imaginaires, sortis de ses rêves... Kim vit et travaille à Séoul, sa technique, tout fait traditionnelle, nous emmène à travers un monde plein de sentiments et d'émotions.  

Henn Kim, illustratrice coréenne.

Voir les commentaires

Faire la cour...

Publié le par Perceval

A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...

A toutes époques, il faut con-quérir ...

« Faire la cour » : En référence à l'usage dans la cour du Roi ou de la Reine, les courtisans s'affairaient autour du souverain pour lui faire la cour, et s'attirer ses bonnes grâces, être bien vu de lui et, autant que possible, en obtenir diverses faveurs.

 

Étonnant... non? ... Mais peut-être con-vaincant

Étonnant... non? ... Mais peut-être con-vaincant

Voir les commentaires

Brent Lynch -2-

Publié le par Perceval

 

Voir les commentaires

Ron Hicks - Peinture - Couples amoureux

Publié le par Perceval

Ron Hicks - Peinture - Couples amoureux

Ron Hicks, peintre américain, est né en 1965 à Columbus, dans l'Ohio. Encouragé par sa mère qui était aussi un artiste, Ron a toujours su qu'il voulait peindre. Ron a reçu une bourse pour étudier l'art à Columbus College of Art and Design - connu pour être l'une des meilleures écoles d'art dans le pays - où il est diplômé en beaux-arts et une mineure en Illustration. Il a ensuite déménagé à Denver et a étudié à Colorado Institute of Art, obtenu un diplôme en design publicitaire. D'abord il travaillait à temps plein en tant que gestionnaire dans une entreprise d'antenne parabolique et la peinture à temps partiel seulement...Puis, après avoir remporté le 'Best of Show' à l'exposition 'Art Students League' en 1994, Hicks a commencé à peindre à temps plein. Depuis lors, il est devenu l' un des meilleurs artistes émergents de l' Amérique. 

Ron Hicks - Peinture - Couples amoureux
Ron Hicks - Peinture - Couples amoureuxRon Hicks - Peinture - Couples amoureux
Ron Hicks - Peinture - Couples amoureuxRon Hicks - Peinture - Couples amoureux
Ron Hicks - Peinture - Couples amoureuxRon Hicks - Peinture - Couples amoureux

«Je vois les choses de manière abstraite... Je me considère comme un peintre qui voit d'abord la forme, la valeur, les bords et la texture.

J'aime idéaliser la vie. J'aime l'interaction des gens qui font des ''choses'' - quoi que ce soit. Ce peut être quelque chose de très banal, alors que c'est d'une grande beauté … » Ron Hicks

« J'aime la beauté des relations, en particulier quand il y a une certaine tension... ».

« Pour peindre, vous devez vous concentrer sur quelque chose. Si vous essayez de tout peindre, la peinture ne sera plus rien... ». « Vous pouvez dire beaucoup de choses sur une personne par un seul geste. »

Ron Hicks - Peinture - Couples amoureuxRon Hicks - Peinture - Couples amoureux
Ron Hicks - Peinture - Couples amoureux
Ron Hicks - Peinture - Couples amoureuxRon Hicks - Peinture - Couples amoureux
Ron Hicks - Peinture - Couples amoureux

Voir les commentaires

Qu'est ce qu'on fait ...?

Publié le par Perceval

Jour de pluie ...

Jour de pluie ...

Voir les commentaires

Saul Leiter - photographe '' In my room ''

Publié le par Perceval

Saul Leiter, Self-Portrait with Inez, c. 1947

Saul Leiter, Self-Portrait with Inez, c. 1947

Saul Leiter est né à Pittsburgh en 1923.

Saul Leiter est surtout connu pour ses photographies de rue des années 1940... En 1946, Saul Leiter est venu à New York pour devenir peintre. Peu après son arrivée, il a été happé par la photographie grâce à une connaissance, l’expressionniste abstrait Richard Pousette-Dart... A cette époque, la photographie n’était pas encore acceptée comme technique artistique. Elle était considérée comme superficielle...

Ses sujets favoris sont des miroirs, des ombres, des reflets dans des vitres et des silhouettes. Les individus dans ses images sont souvent en flou artistique, seulement partiellement présents ou presque complètement absents.

Il a gagné sa vie avec la mode en noir et blanc étalée dans des magazines tels que Harper’s Bazaar et Vogue.

Pendant plus de soixante ans, Saul Leiter a peint et pris des photographies : il casse les perspectives, comprime l'espace...

comme une pratique en duo et il a redéfini les caractéristiques de la photographie de rue due a sa grammaire visuelle distincte : des perspectives éloignées du centre, des dynamiques spatiales comprimées, l’aperçu pour briser le cadre de manière abstraite, imprévisible, et un rythme asymétrique.

''In my room '' reprend des photos de nus à travers des photographies intimes de femmes que Leiter connaissait... Ce sont des espaces intérieurs profondément personnels, souvent éclairés par la lumière naturelle luxuriante de l'atelier de l'artiste dans l' East Village de New York City...

Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''

Voir les commentaires

Rilke et Baladine Klossowski

Publié le par Perceval

Baladine Klossowska (1901). by Eugen Spiro (German,1874- 1972).

Baladine Klossowska (1901). by Eugen Spiro (German,1874- 1972).

Elisabeth Dorothea Klossowski (1886-1969), née Spiro, est plus connue sous le nom de '' Baladine ''.

Devenue la muse de Rilke (1875-1926), il la nommera '' Merline ''. Elle est peintre, épouse du peintre et historien d’art, Erich Klossowski de Rola. De cette union, elle a eu, écrit-elle au poète, « deux ravissants fils », Balthasar Klossowski de Rola, dit Balthus (1908-2001), et de Pierre Klossowski (1905-2001).

Elle est aussi la sœur du peintre Eugen Spiro.

 

Le 11 juin 1919. Rilke, venant de Munich, arrive à Genève, descendant comme toujours à l’Hôtel des Bergues, il y revoit une jeune femme qu’il a rencontrée à Paris vers 1906-1907 : Baladine Klossowski, avec son mari Erich... échangerait bientôt avec lui une abondante correspondance.

Le 3 septembre 1920, toujours à l’Hôtel des Bergues, a lieu, au soir, la première rencontre amoureuse... Merline est venue chercher Rilke à la gare. Il a prévu de rester vingt-quatre heures. Il demeure huit jours.

Rilke sort d'une sévère dépression liée à la guerre et qui l'a empêché d'écrire pendant plusieurs années. Baladine Klossowska (Merline) a onze ans de moins que lui, ils deviennent amants.

(...)

« On devrait l'un dans l'autre pouvoir se coucher
tels des pistils entre les étamines,
tant tout, partout, - monde démesuré, -
grandit, tournoie, nous agglutine.

Mais tandis que l'un contre l'autre nous nous serrons
pour ne pas voir ce qui dehors nous guettes,
en toi, peut être en moi, la menace s’apprête,
car nos âmes vivent de trahison. » (…) Rilke.

Baladine ici avec Mainer Maria Rilke en 1923 ->

Pendant 6 ans Baladine est le grand amour de Maria Rilke et l'inverse, même si l'irruption de cet amour dérange les plans de solitude de Rilke à ce moment-là... Cette liaison va durer jusqu'à la mort de Rainer Maria Rilke en 1926. Ensemble, ils s'installent à Muzot au-dessus de Sierre dans une vieille tour médiévale qui leur semble pouvoir les accueillir...

Il prit à cœur de s’intéresser de près à la vie scolaire et aux dons précoces des deux fils de Baladine, fondant ainsi des bases de confiance pour la carrière d’écrivain de Pierre… et le destin de peintre du jeune Balthus. Mais la situation matérielle de la famille est difficile: les enfants retournent en Allemagne et Rilke entreprend des démarches auprès de connaissances pour tenter de les aider, ce qui a pour conséquence de ramener ensuite les enfants à Paris.

 

 

"Quand Rilke venait chez moi, nous étions quatre enfants heureux" (Baladine Klossowska)Baladine Klossowska (Merline)  La Contemplation intérieure (Rilke dormant sur un petit sofa à Muzot)

La demeure parisienne de Baladine Klossowska d’abord rue Férou, puis 11 rue Malebranche, est un salon littéraire où l’on parle indifféremment français, italien, espagnol et allemand. S’y rencontrent Rilke et Valéry, Verhaeren et Julius Meier-Graefe, Charles Du Bos et Wilhelm Uhde, Gide et Ortega y Gasset, les Maritain et le jeune Pierre Leyris…

« La personne de Baladine a un caractère provocant. Si l’on a remarqué certains mouvements que son grand corps peut faire, on n'arrive plus à en détacher son regard. Un qualificatif assez juste serait « oiseau féminin ». Des jambes hautes et fortes agréables à voir, un pied cambré, hanches et poitrine présentes, mais la taille douce […] ; le visage large et charmeur d'un chat, les minces lèvres passées au rouge, le regard cendré. Quant à ses cheveux ils sont aussi provocants, un peu sombres, sensuels. »

Pierre Jean Jouve, Le Monde désert [1927], Œuvre, II, Mercure de France, 1987, page 250.

 

Voir les commentaires

Un verre, pour 2017 ...

Publié le par Perceval

Avec Fabian Perez, un artiste né à Buenos Aires.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>