Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Étudiante en philosophie, Hannah Arendt (1906-1975)

Publié le par Perceval

Hannah Arendt, est 15 ans plus jeune qu' Edith Stein (1891-1942); elle suit également les études de philosophie...Hannah_Arendt1.gif En 1926, Hannah suit les cours de Husserl à Fribourg, au moins un semestre , puis à Heidelberg auprès de Karl Jaspers. Enfin, en 1928, elle rédige sa thèse sur « le concept d'amour chez Augustin ». En 1929, Hannah se marie avec Günther Stern, un philosophe allemand, ... alors qu’Édith Stein - après une étude sur "La phénoménologie de Husserl et la philosophie de saint Thomas" dédiée à son vieux maître Husserl à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire - commence ses cycles de « Conférences culturelles pour la promotion de la femme ».

Heidegger à Marburg, en 1924
Heidegger à Marburg, en 1924

En 1924, Hannah, son Abitur (Bac)  en poche, choisit d'étudier la philosophie. Brillante lycéenne, incollable sur les penseurs grecs, d’une érudition remarquable et rebelle, elle travaille d'abord seule la philosophie, et se passionne à la lecture d’Emmanuel Kant et Søren Kierkegaard...
A l'Université de Marburg, son professeur Martin Heidegger (1889-1976), ( cours sur Platon …) la fascine complètement.

Hannah Arendt est une très belle femme qui attire le regard des hommes, jeunes et moins jeunes. Hans-Georg Gadamer ( philosophe, disciple de Heidegger ) l'appelle dans un texte autobiographique : "la jeune fille toujours en robe verte qu'on ne pouvait pas manquer de remarquer".

hannah_arendt_portrait.jpgAu mois de novembre 1924, Hannah se présente dans le bureau de Heidegger à l'heure réservée à l'audience des étudiants.Une femme charmante aux yeux noirs, au visage ovale bien dessiné, au large front et aux yeux étincelants, dont l'esprit et le jugement vifs sont toujours en alerte. Elle s’intéresse également à la théologie comme un aspect de la philosophie. Elle considère que le texte de la Bible contient une part importante de la pensée sur l'homme et sur le monde.

Il voit en elle un mélange rare de beauté, d'intelligence, d'étrangeté, de timidité et de confiance en soi. Pourquoi une jeune femme extrêmement intelligente tombe t-elle amoureuse d'un professeur qui a presque le double de son âge ? …

Le philosophe tombe sous le charme de l'étudiante ; au mois de février 1925, leur relation, comme les lettres de Heidegger le suggèrent, devient une histoire d'amour passionnelle, mais aussi secrète, et qui marque la jeune femme pour toute son existence.

Les amants doivent cacher leurs sentiments aux autres. 

hannah-arendt-0.jpg

Heidegger les dissimule à ses collègues et à ses rares amis, notamment à Jaspers. Sa femme Elfriede - qui souffre des rapports étroits qu'il entretient avec ses élèves - surtout, ne doit rien savoir de cette relation. De son côté, Hannah n'a qu'à se protéger de son cercle d'amis et de ses camarades d'études. Elle peut en dehors de ces quelques précautions se livrer entièrement à l'amour. 

Ils se voyaient à des soirées de discussion, comme la réception qu' Heidegger donne un soir en l'honneur de la venue d'Edmund Husserl...Les soirées sont animées, mais Hannah n'intervient pas; leur correspondance est enflammée ..

Puis Hannah Arendt arrête cette liaison et part étudier auprès de Husserl.

En 1933, Fuyant le nazisme, elle gagne la France. En 1941 Hannah Arendt parvient à émigrer aux États-Unis.

 

Voir également: ICI >: Martin heidegerr le maître, et hannah arendt…

Voir les commentaires

Étudiante en philosophie, Edith Stein (1891-1942)

Publié le par Perceval

Une femme philosophe en quête de vérité, (les années 1913-1922).

edith-Stein-2.jpg

En 1910, Edith est la seule femme à suivre, cette année-là, les cours de philosophie.


Elle découvre la pensée d’Edmund Husserl, Edmund_Husserl.jpgprofesseur à l’université de Göttingen. Elle s’enthousiasme pour l’auteur, initiateur de la phénoménologie, qui lui apparaît comme "le philosophe" de son temps. Edith a 21 ans. Elle fait la connaissance d'Adolf Reinach, bras droit de Husserl, et se lie d'amitié avec lui et sa femme. Tous deux sont d'origine juive, comme elle.

Elle rencontre également, Max Scheler, juif converti, très différent de Husserl, qui provoque l’auditoire par des intuitions originales et qui en enflamme l’esprit. Scheler réussit à éveiller en elle, qui se déclarait athée, le besoin religieux, apaisé plutôt qu’éteint. Depuis peu, Scheler est revenu à la foi catholique et il expose son credo d’une manière fascinante.

Husserl-Scheler-Reinach-Heidegger.jpg

Edith Stein vit dans un groupe où autour du « maître » Husserl,.. gravitent des jeunes gens comme Hedwig Martius , Roman Ingarden, Hans Lipps … Ces jeunes philosophes vivent sans contrainte, discutent phénoménologie, le jour la nuit, et nouent entre eux amitiés et amours... Edith qui se voulait, semble t-il, au-delà des servitudes et complications de l'amour, tombe amoureuse de deux de ses condisciples... et, qui refusent l'un et l'autre de l'épouser !

Edith avait rencontré Roman Ingarden ( polonais ) à Fribourg en 1916, ils discutaient philosophie et se fréquentent 6 mois... jusqu'au jour où Roman lui avoue qu'il va se fiancer …

La rupture fut plus rude encore avec

Hans-Lipps-photo-gardee-par-Edith.jpg
Hans Lipps photo gardée par Edith

Hans Lipps  (1889-1941) , autre disciple de Husserl. Elle l'a rencontré à Göttingen en 1913. La guerre éclate et Hans est mobilisé ; ils ne se revoient qu'épisodiquement... Un jour, à son tour, Hans annonce ses fiançailles … Après la mort de sa femme, Hans envisagera d'épouser Edith... Mais, en 1933, Edith entre au Carmel,

Edith oriente sa recherche vers la notion d’empathie (Einfühlung), c'est-à-dire la perception intuitive de l'autre par sympathie afin qu'une rencontre interpersonnelle puisse se réaliser en profondeur. Mais Edith connaît une crise, sa thèse stagne, la jeune étudiante tombe dans une profonde dépression.. Elle va sortir de cette mauvaise passe grâce à l'amitié d'Adolf Reinach qui l'encourage et l'aide dans sa recherche. Adolf Reinach et sa femme se convertissent et deviennent protestants .

Au début de la Première Guerre mondiale, en 1914, les amphithéâtres se vident...

Edith-Stein-auxiliaire-de-la-Croix-Rouge--en-1915.jpg
Edith Stein auxiliaire de la Croix Rouge, en 1915

Elle désire répondre à la haine par un « service d’amour ». Et elle est infirmière volontaire de la Croix Rouge dans un hôpital militaire pour maladies infectieuses, dans une petite ville de la Moravie. Elle y fait l'expé­rience douloureuse de la souffrance et de la mort.

En 1915, elle passe son Certificat d'Aptitude au Professorat, tout en gardant des liens particuliers avec ses camardes au combat, comme Hans Lipps, à qui elle envoie des objets très divers : tantôt une gravure japonaise sur bois, tantôt quelques traités concernant la théorie de la relation, souvent de bonnes pralines ou autres sucreries ...

Ensuite, elle revient à la philosophie avec une attitude nouvelle: « la vie a le dernier mot! ». Le 3 août 1916, elle obtient son doctorat

Malgré ses réserves sur la pensée philosophique de Husserl,

Edith-Stein-en-1925--quand-elle-enseignait-a-l-Institut-.jpg
Edith Stein en 1925, quand elle enseignait à l’Institut des Dominicaines à Speyer

Edith reste près de lui, et en 1916, elle le suit comme maître assistant à l’Université de Fribourg. Elle prend la succession d'Adolf Reinach, tombé en Flandres en novembre 1917, un an après avoir été baptisé avec son épouse dans la religion protestante.

 

A Fribourg, Édith donne aux étudiants les aptitudes requises pour suivre les cours magistraux de Husserl, tâche particulièrement difficile à une époque où les milieux élitistes ne comprennent guère que les cours soient dispensés par une femme … et Edith Stein ne peut admettre cette confusion … Edith rencontre d'autres personnalités, comme le philosophe Martin Heidegger...

 

Voir les commentaires

Dorothea Tanning et Max Ernst

Publié le par Perceval

Irving-Penn---Max-Ernst-and-Dorothea-Tanning.jpg

En 1936, se tient à la galerie New Burlington de Londres, la Première exposition internationale du surréalisme. Leonora Carrington découvre un univers qui répond à ses propres aspirations... Et, c'est à l'occasion d'un dîner qu'elle rencontre Max Ernst... A New-York, en 1936 également..., au cours de l'exposition : «  Fantastic Art Dada, and Surrealism » au musée d'art moderne, que Dorothea Tanning fait une découverte artistique déterminante pour sa carrière...

En 1939, Dorothea Tanning se rend à paris pour y rencontrer Tanguy, Picasso et max Ernst. C'est le plein mois d'août, la guerre est imminente , la ville est donc déserte …

En 1941 : Max Ernst épouse Peggy Guggenheim, mécène et galeriste et Dorothea se marie avec Hommer Shannon, un écrivain avec qui elle entretient une liaison tumultueuse depuis neuf ans... Le couple divorce un an plus tard … Elle fait connaissance de Julien Levy, qui exposera quelques unes de ses toiles, et lui fait rencontrer en 1942 Max Ernst. Elle se joint au groupe surréaliste de New York sous la direction d'André Breton.

Birthday--1942--by-Dorothea-Tanning.jpg Dorothea-Tanning---1910-2012----Ein-Klein-Nachtmusik--A-Lit.jpg

Dorothea Tanning sur son 30ème anniversaire peint son autoportrait "Anniversaire" en 1942. 
Sa fascination pour des ouvertures de portes sans fin représente un surréaliste image du labyrinthe, les «chambres» de l'inconscient. La créature ailée en face d'elle est un animal nocturne appelé un Lemur de Madagascar, généralement associé avec les esprits des morts et de la nuit. La veste pourpre théâtrale et la jupe de forme humaine racines exprimer le conflit et le contraste de la nature et de la culture.

 

Dorothea revoie Max Ernst en 1943, à l’occasion d’une exposition de femmes peintres où elle expose son autoportrait « Birthday ». L'artiste séduit Ernst avant que la femme n'entre dans sa vie. Ils passent l’été à Sedona dans le désert de l’Arizona, où ils séjourneront la plupart du temps jusqu’en 1956. Ils se marient en 1946 au cours d'un «  double mariage », Man Ray et Juliet Browner convolent en justes noces durant la cérémonie commune avec Ernst et Tanning. Dorothea devient ainsi la quatrième femme de Ernst.

Max-Ernst---Dorothea-Tanning--1948.jpg Dorothea-Tanning-1948.jpg
Max Ernst & Dorothea Tanning, 1948 Dorothea Tanning 1948
 Dorothea-Tanning-1953-dimanche-apres-midi.jpg  Dorothea-Tanning--nee-en-1910--La-chambre-d-amis--1950-52.jpg
 Dorothea Tanning 1953 dimanche apres midi  Dorothea Tanning : La chambre d'amis, 1950-52

*****

Au milieu des années 1950, son travail change radicalement. Comme elle l’explique « vers 1955, mes toiles ont littéralement éclaté… J’ai brisé le miroir, pourrait-on dire. » Elle devient alors l’une des premières femmes qui ose renverser la perspective érotique dans l’art (ouvrant la voix à des artistes comme Niki de Saint-Phalle ou Louise Bourgeois). Ses peintures expriment les fantasmes de la femme, considéré comme un individu à part entière et non plus seulement la projection du désir de l'homme ; en effet, les femmes qui gravitaient autour des surréalistes étaient presque toutes liées aux peintres en tant que muse ou épouse 

Birthday par d tanning

(Nusch Éluard, Gala, Lee Miller, Dora Maar...) et correspondaient aux idées esthétiques et mentales propres au mouvement : elles devaient être belles, fascinantes, disponibles et sans inhibitions... Heureusement, certaines surent être autre chose que ces femmes-fantasmes et se réaliser par elles-mêmes, comme Lee Miller ou Dorothea Tanning. 


En 1954, elle expose à Londres. Le couple Tanning-Ernst s’ins
talle à Huisme en Touraine, puis déménagent en 1963 dans une petite ville du sud de la France, 
Seillans, dans le Var (où se trouve actuellement un musée consacré à Ernst).

En 1976, Max Ernst décède.
En 1980, Dorothea retourne définitivement à New York, où elle poursuit son œuvre.

En 1986, elle publie ses mémoires : « Birthday ».Elle est décédée le 31 Janvier 2012, à 101 ans.

Voir les commentaires

Leonora Carrington et Max Ernst

Publié le par Perceval

Leonora et Max se rencontrent, en 1937, c'est un coup de foudre réciproque. Après un séjour à Paris le couple s’installe à Saint-Martin d’Ardèche où Leonora Carrington écrit ses premières nouvelles - La maison de la Peur et La Dame Ovale - illustrées par Max Ernst

Leonora-Carrington-y-Max-Ernst.jpg de lee miller- max ernst, leonora carrington et paul eluard
Leonora Carrington ( 1917-2011 ) et Max Ernst ( 1891-1976) Une photo de Lee Miller ( 1907-1977)  : au premier plan : Leonora Carrington  et Max Ernst , avec Paul Eluard .


En 1939, Ernst est arrêté par la police française parce qu'allemand et, en 1940, parce qu'anti-nazi. Affolée, hallucinée, Leonora s'enfuit en Espagne. Dans cette situation insoutenable, elle sombre dans le délire et est internée dans une clinique psychiatrique à la demande de ses parents. Elle relate son internement dans son récit « En Bas ». Elle parvient à s'échapper de l'hôpital psychiatrique de Santander. A Lisbonne, elle retrouve un ami, le poète et diplomate mexicain Renato Leduc, qu'elle épouse ce qu'il lui permet de quitter l'Espagne. Au Mexique, terre d'exil, elle est proche de Octavio Paz, Frida Khalo, Carlos Fuentes, Luis Bunuel, Alexandro Jodorowsky et Remedios Varo, sa meilleure amie.  Affaiblie par tant de souffrances et des angoissantes expériences de déracinement, le couple ne parvient pas à se rejoindre ...

La guerre a finalement fini par les séparer. Il s'est échappé de l'Europe et s'installe à New York avec Peggy Guggenheim et meurt à Paris en 1976 à l'âge de 84. Elle se réfugie au Mexique, où elle épouse le journaliste hongrois Emeric Weisz.

Elle est décédée à Mexico le 25 mai 2011, à 94 ans. 

leonora-carrington
peggy12
  Photo de groupe des « Artistes en Exil » :Dans l’appartement de Peggy Guggenheim à New York, 1942.
Premier rang : Stanley William Hayder, Leonora Carrington, Frederick Kiesler, Kurt Seligmann. 
Deuxième rang : Max Ernst, Amadee Ozenfant, Andre Breton, Fernand Leger, Berenice Abbott. 
Troisième rang: Jimmy Ernst, Peggy Guggenheim, John Ferren, Marcel Duchamp & Piet Mondrian.
 estudio-Leonora-Carrington-Mexico-solitaria.jpg  leonora-carrington-7.jpg
   
 Leonora-Carrington-Antoine.jpg  Leonora-Carrington-Garden.jpg
 Leonora Carrington saint-Antoine  Leonora Carrington Garden
 leonora-carrington-2lesdistractionsdedagob.jpg  leonora-carrington-Sculpture.jpg
 leonora-carrington les distractions de dagob  Leonora-carrington Sculpture

*****


Voir les commentaires

Lee Miller: de la beauté à l'horreur.

Publié le par Perceval

En 1942, Lee Miller

lee Miller's eye 1932 par man ray
 L'oeil de Lee Miller en 1932 par Man ray

est l'une des six femmes accréditées comme correspondantes de guerre et la seule femme photo-reporter présente dans les zones de combat durant la seconde guerre mondiale...

 

Miller est devenu un correspondant de guerre pour le Vogue américain.

 

Une photo par Scherman de Lee Miller dans la baignoire de l'appartement d'Adolf Hitler à Munich est l'une des images les plus emblématiques du partenariat Miller-Scherman.… Elle couvre des événements tels que le Blitz de Londres, la libération de Paris, et les camps de concentration de Buchenwald et de Dachau.

 

Lee Miller dans la baignoire d’Hitler par David E. Scherm  Lee Miller, The suicided Burgermeister’s Family, Leipzig,
 Lee Miller dans la baignoire d’Hitler par David E. Scherman  Lee Miller, The suicided Burgermeister’s Family, Leipzig, Germany, 1945


 

Lee Miller photographie des enfants qui meurent dans un hôpital de Vienne, la vie paysanne dans l'après-guerre en Hongrie et enfin l'exécution du premier ministre Bárdossy László. Après la guerre, elle continue de travailler pour Vogue deux années supplémentaires, couvrant la mode et les célébrités.

Lee Miller Desert village Egypte 1935  lee-miller-vogue-stud
 Lee Miller:  Desert village Egypte 1935  Lee Miller, photo -vogue-studio

 

En 1946, elle voyage avec Roland Penroseaux États-Unis où elle visite Man Ray en Californie. Quand elle découvre qu'elle est enceinte de son fils unique, Antoine, elle divorcé de Bey et, le 3 mai 1947 épouse Roland. Antoine est né en Septembre 1947. En 1949, ils achètent Farley Farm House dans le Sussex. Au cours des années 1950 et 1960, Farley Farm devient une sorte de Mecque pour artistes tels que Picasso, Man Ray, Henry Moore, Eileen Agar, Jean Dubuffet, Dorothea Tanning et Max Ernst. Lee Miller écarte la photo pour la cuisine ... Elle a également photographié des biographies Roland écrivit à propos de Picasso et Antoni Tapies. Cependant, les images de la guerre, en particulier les camps de concentration, continuent de la hanter et elle commence ce qu'Antoine, son fils, décrit comme une «spirale descendante». Lee Miller ne parle plus de sa carrière photographique...

LEE MILLER Max Ernst et Dorothea Tanning  Lee-Miller-and-son fils-Anthony-Penrose
 LEE MILLER:   Max Ernst et Dorothea Tanning  Lee-Miller et son fils - Anthony-Penrose


Lee Miller décède d'un cancer à Farley Farm House, en 1977, âgée de 70 ans. Elle a été incinéré et ses cendres réparties à travers son jardin d'herbes aromatiques ....

 

Les éléments retrouvés dans le Sussex, avec les 500 gravures et 40.000 négatifs constituent la vie de travail de Lee et ont par la suite été archivés par son fils. Tout au long de sa vie, Miller a fait très peu pour promouvoir son propre travail photographique. C'est l'œuvre de Miller est connu aujourd'hui est principalement due aux efforts de son fils, Antony Penrose...

Lee-Miller-in-Lanvin--Horst--Vogue-1931.jpg Lee-Miller-par-Emmanuel-Rudnitsky-en-1932.jpg 
 Lee Miller in Lanvin, Horst, Vogue 1931  Lee Miller par Emmanuel Rudnitsky en 1932

 *****

 lee-miller-and-picasso.jpg Lee-Miller--Picasso--1937.jpg
 Lee Miller et Picasso
 Lee Miller ... par Picasso

**********

Lire également:
Lee Miller: de la mode à la guerre. (08/09/2012  )
Lee Miller naît en 1907 à Poughkeepsie, dans l'état de New-York. Enfant, elle ne cesse d'être photograhiée par son père, amateur passionné de photographie. Dans les années 1920, elle pose pour les ...

Voir les commentaires

Lee Miller: de la mode à la guerre.

Publié le par Perceval

Lee Miller naît en 1907 à Poughkeepsie, dans l'état de New-York. Enfant, elle ne cesse d'être photograhiée par son père, amateur passionné de photographie. Dans les années 1920, elle pose pour les plus grands photographes de New-York.

Arnold-Genthe--Portrait-of-Lee-Miller--about-1927.jpg
 Arnold Genthe, Portrait of Lee Miller, about 1927

Quand elle s'installe à Paris, elle devient la muse des surréalistes, imposant son image iconique dans la photographie et le cinéma, en peinture et en sculpture, faisant la une – comme modèle et comme mannequin – des magazines de mode de paris, Londres et New-York. Parallèlement, elle passe de l'autre côté de l'objectif et devient l'une des grandes photographes surréalistes de paris.

 

Sa carrière commence avec la couverture de l'édition de Mars 1927 dans une illustration de George Lepape. Lee on the cover of Vogue - March 1927Les deux années suivantes, elle devient l'un des modèles le plus recherché à New York, elle est photographiée par des gens comme Edward Steichen, Arnold Genthe, et Nickolas Murray. Une photographie de Lee par Steichen a été utilisé pour la publicité d'un produit d'hygiène féminine (Kotex), provoquant un scandale, mettant ainsi fin à sa carrière en tant que mannequin.

 

Paris : 1929-1932 :

En 1929, elle reste à Paris et append la photo avec Man Ray, qui est tombé follement amoureux d'elle et avec qui elle a vécu pendant trois ans. Ce fut l'apogée du mouvement surréaliste et Lee Miller et Man Ray connaissent tout le monde.... Elle prend une part active dans le mouvement surréaliste, avec ses images pleines d'esprit et d'humour. Parmi son cercle d'amis : Pablo Picasso, Paul Éluard, et Jean Cocteau. Elle apparaît comme une statue qui prend vie dans Le Sang d'un Poète (1930) de Cocteau.

Lee Miller by Edward Steichen for Vogue 1928  lee miller par man ray 2
 Lee Miller by Edward Steichen for Vogue 1928  
 Lee-Miller-September-1928-cover-of-Vogue  Lee Miller photo by Man Ray
 Lee-Miller-September-1928: Cover-of-Vogue  Man Ray
 LeeMiller ManRay-1930  lee-miller-by-man-ray-1930.jpg
 Man Ray 1930
 Man Ray 1930
 man ray et penrose  Paul Eluard, pictured above, kissing his wife, Nusch, at a
 Man Ray and Roland Penrose par Lee miller  De Lee-Miller - déjeuner avec Nusch et Paul Eluard, Roland Penrose man ray et Ady Fidelin


Elle ouvre son propre studio en 1930, travaillant sur des commandes de Schiaparelli ou Chanel.

«  Je pense que les femmes ont plus de chances de réussir dans la photographie que les hommes... Les femmes sont plus vives et s'adaptent plus vite que les hommes. Je pense qu'elles possèdent une intuition qui leur permet de comprendre les personnalités plus rapidement que les hommes. »

( portrait de Dorothy Hill 1933 )Lee-miller_dorothy_hill.jpg

 

New-York : 1932-1934 :

En 1933, Miller quitte Paris pour New York, où elle crée un studio de portrait. Parmi ses clients on trouve l'artiste surréaliste Joseph Cornell, les actrices Lilian Harvey et Gertrude Lawrence, et le casting afro-américain des Virgil Thomson-Gertrude Stein opéra Four Saints in Three Acts (1934).

 

L'Egypte 1934-1937:

En 1934, elle abandonne son atelier pour se marier à un homme d'affaires égyptien, Aziz Eloui Bey, qui est venu à New York pour acheter du matériel pour les chemins de fer égyptiens. Elle part au Caire vivre la vie d'une femme d'un riche égyptien, qui se divertit de voyages …

lee Miller Portrait d'espace Siwa Egypte 1937Pendant l'été 1937, elle rentre à Paris et tombe amoureuse de l'anglais surréaliste Roland Penrose (1902-1984). Puis elle tente de retrouver Aziz reste en Égypte deux années supplémentaires. En Juin 1939, Miller quitte l'Egypte et Aziz pour de bon, Roland Penrose l'attend en Angleterre.

 

La guerre :

Avec la menace d'une guerre imminente, Lee Miller et Penrose s'installent chez Downshire Hill.

C'est là , qu'elle vivra en ménage à trois, puisque se rajoute David Scherman, un photographe du magazine Life, avec qui Lee partage de nombreuses missions photographiques ...

En 1942, elle est l'une des six femmes accréditées comme correspondantes de guerre et la seule femme photo-reporter présente dans les zones de combat durant la seconde guerre mondiale...

Miller est devenu un correspondant de guerre pour le Vogue américain.

 

 

******
Lire également:
Lee Miller: de la beauté à l'horreur. (09/09/2012 )
En 1942, Lee Miller L'oeil de Lee Miller en 1932 par Man ray est l'une des six femmes accréditées comme correspondantes de guerre et la seule femme photo-reporter présente dans les zones de combat ...

Voir les commentaires

1912: L’exposition du Sonderbund ... 2012

Publié le par Perceval

 L’événement de l’année 1912 restera sans conteste le naufrage du Titanic et ses 1500 victimes, qui marqua l’esprit de ses contemporains. C'est aussi : l’avènement de la République en Chine et l’indépendance de l’Albanie.

Le-Titanic-le-plus-grand-paquebot-du-monde-en-1912.jpg CPA-Canton-de-la-Tremblade-Ronce-les-Bains-Groupe-de-Baigne.jpg 
 cgt-1mai1912.jpg  jacques-Henri-Lartigues-avenue-du-bois-1912.jpg

 

En 1912,également, se tenait à Cologne l’exposition du Sonderbund, une des expositions les plus importantes du XXe siècle, aujourd’hui entrée dans la légende.

Sonderbund-utstilling-munch.jpg

 

Elle rassemblait un ensemble exceptionnel de plus de 650 œuvres de Cézanne, Cross, Gauguin, van Gogh, Picasso, Macke, Munch, Nolde ou Schiele, l’événement laissait, tant par la quantité que par la qualité des œuvres exposées, littéralement « bouche bée ». A une époque marquée par le conservatisme du régime impérial, l’exposition du Sonderbund s’apparenta à une révolution et devait constituer une étape décisive pour l’art moderne Outre-Rhin.

 

 

 

Sonderbund-1912-2.jpg

 

En 1912, les oeuvres sont évidemment déconcertantes pour des visiteurs qui sont encore, pour certains, attachés au réalisme sombre fin XIXe... Déconcertante aussi, la façon de les montrer, tout sauf pompeuse ; et l'idée même d'une telle manifestation.

Six cent cinquante œuvres... ! Cent vingt-cinq Van Gogh et les trente-six Munch … pour affirmer de la façon la plus appuyée qu'ils sont les inspirateurs des expressionnismes en Allemagne - les groupes Die Brücke à Dresde, Der blaue Reiter à Munich, les peintres de Düsseldorf.

Gauguin et Cézanne sont eux aussi en valeur, la raison est cette fois française : sans eux, impossible de comprendre les nabis et les fauves. Or le " Sonderbund ", très clairement, développe un éloge de l'art contemporain français considéré comme le plus expérimental et le plus audacieux. Cette orientation a suscité des protestations ultrapatriotiques et xénophobes, bien peu surprenantes dans le contexte politique du temps.

La manifestation est en effet et sans la moindre équivoque internationaliste et antinationaliste. Si elle insiste dans son titre sur son côté Westdeutscher (rhénan), c'est pour s'opposer politiquement à Berlin, à la Prusse, à un empereur qui proteste contre la place selon lui excessive faite aux peintres français à la Nationalgalerie de Berlin. A Cologne, le parti pris est exactement à l'inverse : Signac, Cross, Denis, Matisse, Derain, Girieud, Vlaminck, Braque sont présents et la place qui leur est réservée dans le parcours démontre que la modernité est principalement de naissance française. Et qu'elle se diffuse dans l'Europe entière.

La vie artistique du moment est proliférante, sans frontières, indifférente aux patriotismes bellicistes, entraînée dans le flux des avant-gardes. C'est le temps où le Russe Morosov vient acheter des toiles de l'Espagnol Picasso à Paris auprès de l'Allemand Kahnweiler, alors que son compatriote Chtchoukine passe des commandes d'oeuvres monumentales à Matisse.

Chacun est alors absolument convaincu que l'art se trouve au début d'une ère différente et que tout est possible. Deux ans après, le pire devenait réel.

Extraits d'un article de Philippe Dagen «  Le monde » sept2012

 

*****

 

Aussi, est-il impressionnant en cette rentrée 2012 que ce rendez-vous organisé par le Wallraf-Richartz-Museum de Cologne .... L’institution s’est donnée pour mission de reconstituer l’une des plus marquantes expositions du XXe : la légendaire Sonderbund, Sonderbund-1912-affiche-2012-wallraf.jpgqui s’est tenue il y a pile un siècle dans la ville allemande. Petite révolution muséographique (accrochage linéaire et guide du visiteur) et grande concentration d’avant-gardes, elle reste une référence dans l’histoire des expositions internationales. Ici, les superlatifs ne sont pas de trop. Le défi est de taille, et semble avoir été remporté largement. Sur les 650 œuvres présentées en 1912, l’équipe du musée est parvenue à en rassembler 120 appartenant aux divers courants du début du XXe siècle : post-impressionnisme, expressionnisme ou cubisme. Et cerise sur le gâteau, le musée a pu bénéficier du concours de quelques généreux collectionneurs qui ont bien voulu prêter des œuvres de Picasso, Munch ou Nolde présentées pour la première fois depuis des décennies. A voir absolument. 

C'est à COLOGNE - « 1912. Mission moderne » au Wallraf Richartz Museum, du 31 août au 30 décembre 2012

 

 

*****

A noter, pour l'actualité prochaine des expositions:

- PARIS - Edward Hopper au Grand Palais , du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013

- PARIS - Salvador Dali au Centre Pompidou, du 21 novembre 2012 au 25 mars 2013

- BILBAO - Egon Schiele au Guggenheim, du 2 octobre 2012 au 6 janvier 2013

- LILLE - Bosch, Brueghel, Bles, Bril au Palais des Beaux-Arts, du 6 octobre 2012 au 14 janvier 2013

- BOUSSU (Belgique) - Art et science-fiction au Grand-Hornu, du 18 novembre 2012 au 17 février 2013 ( On y retrouvera  les artistes Larry Bell, Lucio Fontana, Dominique Gonzalez-Foerster,  João Maria Gusmão & Pedro Paiva, Anish Kapoor, Mike Kelley, Kasimir Malevitch ou Chris Marker. )

Voir les commentaires

Nb/ Klimt et Emilie Flöge

Publié le par Perceval

Suite à la comparaison entre Klimt et Currin, au moins concernant leur "muse" ...

Il est intéressant de noter :

  • que dans la Vienne de la fin de siècle courent d’innombrables rumeurs sur Gustav Klimt, qui ne se mariera jamais et vivra chez sa mère jusqu’à la mort de celle-ci.

    Gustav_Klimt_Portrait-d-Adele-Bloch-Bauer-I.jpg
     Gustav Klimt: Portrait d'Adele Bloch-Bauer I

    On lui prête notamment de multiples relations avec ses modèles, mais aussi avec les commanditaires de ses portraits, de riches femmes issues de la haute bourgeoisie ( comme Adele Bloch Bauer ...). Il eut, dit-on, 14 enfants illégitimes … !

  • Comme il ressort de ses tableaux, qui souvent traitent des sujets tels que les relations hommes-femmes et la femme fatale, Klimt était un amoureux des femmes et vécu selon un mode de vie non conventionnel...

  • Klimt n'échappa pas au scandale, ainsi, après les avances qu’il fit à Venise à la jeune Alma Schindler, future Alma Mahler-Werfel …

 

- Plus qu'une simple égérie de Klimt, Emilie Flöge et sa sœur aînée, Pauline se sont imposés comme les femmes d'affaires complètement indépendantes en 1895, une rareté à une époque où l'indépendance des femmes étaient réprimées... Elles ont ouvert une maison de couture à Vienne appelé Flöge Schwestern. Emilie Flöge a créé un style où les robes sont portées lâches. Elle a rejeté le corset encore dominant en cette fin du 19e siècle... Plusieurs de ces modèles font penser à des kimonos ou à des tuniques d'Afrique du Nord.

klimt.emilie-floge.jpg

 

Emilie Flöge

 emilie-floege-1909.jpg
 klimt-et-Emilie-Floge.jpeg  emilie-floege4


Voir les commentaires

John Currin, et Rachel Feinstein sa muse ...

Publié le par Perceval

John Currin ( né en 1962 ), peintre new-yorkais, est qualifié d'artiste dérangeant.

LEIBOVITZ_2011_John_Currin_and_wife-copie-1.jpg
 De Annie LEIBOVITZ en 2011: John Currin et sa femme.

 

Il est pourtant l'un des plus réputés de sa génération. Il crée des tableaux délicieusement "mauvais", qui enchantent et rebutent tout à la fois.

John-Currin_11.jpg  John-Currin_9.jpg
 John-Currin-06.jpg  John-Currin.jpg

*** Je n'ai retenu ici, que des thèmes assez sages ...  ***

 

Son art saisit l’instant où la beauté sublime et le grotesque s’équilibrent en une tension féconde. Maniériste irrévérencieux donnant à l’art du portrait contemporain un piquant satirique, John Currin séduit les critiques et le public depuis 20 ans. Son œuvre tourne principalement autour de la représentation du féminin, des figures érotiques inspirées de techniques picturales anciennes et des grands modèles du nu féminin dans l’histoire de l’art. Son travail présente des influences multiples, qui vont des peintures à l’huile de la Renaissance aux publicités des magazines des années 1950.

 

Dans un article du « Guardian » Germaine Greer écrit sur le couple « John Currin et Rachel Feinstein » dans lequel, Rachel serait sa muse, son modèle, sa femme, mais aussi une artiste.

Rachel-Feinstein-and-John-Currin-defy-others--expectation.jpg  feinstein-currin-3.jpg
 feinstein-La-muse.jpg  feinstein-currin-2.jpg


Ce qui m’intéresse, c'est qu'elle définit « la muse » comme : la personne qui permet de nourrir et inspirer «  la partie féminine de l'artiste masculin, avec lequel il doit avoir comme «  un rapport sexuel » s'il est à l'avènement d'une nouvelle œuvre. Elle est l'anima sauf que, dans un renversement des rôles entre les sexes, elle pénètre ou l'inspire et il accouche l’œuvre, des entrailles de l'esprit. " .feinstein-currin-2-copie-1

Elle ajoute que généralement la muse a une relation platonique avec les hommes qui la peignent: "Un rapport physique avec sa muse n'est guère possible, parce que son rôle est de pénétrer l'esprit plutôt que d'avoir son corps pénétré … Dante n'a jamais levé la main sur Béatrice.. Gustav Klimt compagnon de vie d'Emilie Flöge, serait presque certainement morte vierge. "...! ?

 

 

 

Et aujourd'hui, il y aurait John et Rachel ...

artworld.png
 John-Currin-et-Rachel-Feinstein-3.jpg

 

Rachel Feinstein est originaire de Miami, qui a grandi près de Disneyworld – une référence que l’on peut retrouver dans ses ouevres. Rachel-Feinstein-3.jpgAvant de débuter sa carrière artistique, elle fait un passage dans l’univers du mannequinat – agence Elite – à l’âge de vingt ans.

 

Elle participe également à deux épisodes de la série Miami Vice, pour de brèves apparitions. Elle entreprend par la suite des études de religion et de philosophie à l’Université de Columbia puis travaille comme réceptionniste dans une galerie d’art.

 

Elle débute en tant que sculpteur lorsqu’elle rencontre le peintre John Currin – créateur d’une peinture kitsch mélangeant les styles et les références – qui bénéficie d’une reconnaissance internationale. Elle va devenir sa muse et de nombreuses toiles la représentent aujourd’hui encore.

 

 

Rachel_feinstein-5.jpg  Rachel-Feinstein-s-Art-Installation-at-Lever-House-0068.JPG

 

 


Voir les commentaires

Les super-héros et les femmes : Batman et Bond 007 (2)

Publié le par Perceval

Dans les " James Bond "  des années 60-70 : la femme est objet ( Goldfinger en 1964), elle est le repos du guerrier : Dans - « James Bond contre Dr No » (1962), Bond couche avec Miss Taro, en attendant ...un criminel .

Honor-Blackman-bond-pussy-galore-dans-Goldfinger.jpg Miss-Taro--interpretee-par-la-Britannique-Zena-Marshall.jpg 
 Honor Blackman - bond pussy-galore dans "Goldfinger"  Miss Taro, interprétée par la Britannique Zena Marshall


Dans les année 80 : les femmes ont un statut supérieur... James Bond a moins de partenaires sexuelles. En 1977, dans "L’Espion qui m’aimait" il ne séduit qu’une seule femme !

Dans les années 90, les femmes peuvent commander, surveiller Bond... Judie Dench dans le rôle de M jusqu’à Eva Green, alias Viper …

Dans Casino Royal (2006), le personnage interprété par Eva Green surveille James Bond, et le commande dans une certaine mesure.

Casino-Royale-2006--jolie-brune--incarnee-par-la-Francais.jpg
 "Casino Royale" 2006  une jolie brune, incarnée par la Française Eva Green

 

 

Honey Rider ( Ursula Andress ) sortant de l’eau dans son légendaire bikini blanc, cela créa quelques remous en 1962 ( James Bond contre Docteur No )

 

Le personnage de Money Penny renforce l’aspect irrésistible de James Bond. À travers le temps et tous les films elle ne cesse d’être sous son charme.

 

« Au service secret de sa majesté » ( 1969) , le couple Bond/Bond girl n’a aucun conflit, c’est l’entente parfaite, La femme est présenté comme extraordinaire et incarne la perfection.

 

Au-Service-secret-de-Sa-Majeste--1969--Bond-a-ses-cotes.jpg  honey_rider_ursula_andress_Bond.jpg
 Au Service secret de Sa Majesté (1969): Bond, à ses côtés, la Britannique Diana Rigg .  

Honey Rider ( Ursula Andress ) sortant de l’eau dans son légendaire bikini blanc, cela créa quelques remous en 1962 ( James Bond contre Docteur No )

 

 

M est le directeur du MI-6, donc le patron de James Bond, devient une femme, avec Judi Dench en 1995 ( 7 films ) ...

 

miss-monneypenny.jpg
 Miss Monneypenny

Miss Moneypenny, personnage de fiction de la saga James Bond, est la secrétaire de M, le patron de James Bond. Elle entretient avec l'agent secret une relation faite d'humour, d'ambiguïté et de sous-entendus.

Samantha Bond interprète Moneypenny dans GoldenEye en 1995, Demain ne meurt jamais en 1997, Le monde ne suffit pas en 1999, Meurs un autre jour en 2002

 

Les méchantes …. :

Pussy Galore une pilote d’avion associée au « méchant » dans Goldfinger ( 1964)

 

Dans l’Espion qui m’aimait (1977) apparaît un rapport presque d'égalité entre Bond et l'agent russe ...( l’agent russe va sauver 007 in extremis de la mort puis deux minutes plus tard c’est lui qui va sauver la jeune femme. )

 

Golden Eye (1995), pousse au paroxysme la cruauté des personnages féminins.

GoldenEye--en-1995.-Dans-la-jungle--l-agent-007-subit-la-lo.jpg
 GoldenEye, en 1995. Dans la jungle, l'agent 007 subit la loi de l'actrice néerlandaise Famke Janssen

 

Aujourd'hui, chez Batman, ou Bond 007, les femmes les héroïnes principales, deviennent des femmes intelligentes actives et libérées qui donnent du fil à retordre aux plus célèbres héros.

 

Sophie-Marceau-perpetue-la-tradition-des-James-Bond-Girls-.jpg
 Sophie Marceau perpétue la tradition des James Bond Girls françaises dans "Le monde ne suffit pas" (1999)


Voir les commentaires