Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les dames dans les "Pulp Fiction" -6/6- Glen Orbik

Publié le par Perceval

Carnival-Mistress---illus-Fred-Fixler.jpg
Carnival Mistress - illustrateur: Fred Fixler

 

Glen Orbik (né en 1963)  est un illustrateur américain, connu pour ses couvertures de livres dans le style noir ou "pulp".

 

 


Il a étudié avec le maître illustrateur Fred Fixler à l'institut d'art de Californie.



 

 

 

 

 

*****

 Glen Orbik  Glen Orbik 7
 Glen Orbik 2  Glen Orbik 3
 Glen Orbik 4  Glen Orbik 5
 Glen Orbik 6  Glen Orbik - Automatic Detective
 Illustration by Glen Orbik  Glen Orbik - American Century


Voir les commentaires

Les dames dans les "Pulp Fiction" -5/6- George Gross

Publié le par Perceval

george gross0 1909-2003George Gross est né le 16 Février 1909 à Brooklyn. Ses parents, David et Serena brut, étaient deux jeunes immigrants juifs de la ville de Szeged, en Hongrie. Ils se sont mariés en 1908 et ont eu trois enfants, George, Arthur son frère cadet et la plus jeune sœur, Béatrice. Ils vivaient à Brooklyn. Le père, David Gross, est devenu un artiste à succès dans l'industrie de la mode. Il a créé son propre studio d'art appelé Paper Fashion. Un de ses meilleurs clients était la Montgomery Wards pour des catalogues populaires.

L'entreprise familiale a prospéré avec George dans l'illustration commerciale.

George Gross a produit toutes ses couvertures de pulp d'avant-guerre, tout en travaillant dans l'atelier d'art de son père, à Manhattan, avec son frère et sa sœur.

 George Gross est mort à quatre-vingt quatorze ans, le 23 Février 2003.

Original Pulp Art by George Gross Original Pulp Art by George Gross 2
george gross 3 george gross. 025
george gross 2 george gross 6
george gross 4 Various covers of Women in Crime, art by George Gross
george gross 5 Women in Crime 1949, cover illustration by George Gross



Voir les commentaires

Les dames dans les "Pulp Fiction" -4/6- Norman Saunders

Publié le par Perceval

norman-saunders.-pulp-illustration.-001.jpgNorman Blaine Saunders (1907-1989) était un artiste prolifique qui a produit des illustrations commerciales pour des "pulp " magazines, livres de poche, revues pour hommes, bandes dessinées et cartes à échanger.

De l'arrière-pays du Minnesota ou dans les rues de New York, Normand Blaine Saunders a situé ses dessins selon les fantasmes les plus inavoués du public américain, fasciné par le sexe et la criminalité. On dit qu'il fut le maître incontesté de la fiction de l'illustration "pulp". Saunders a peint plus de 800 couvertures, remplies d'action, avec des couleurs éclatantes et une composition dynamique... Norman a pu maintenir sa production prolifique en adaptant son savoir-faire aux tendances actuelles. 

 

*****

 norman saunders 3  norman saunders 4
 norman saunders 5  norman saunders 6
 norman saunders 7  norman saunders Mystery-Adventure-Magazine-July-1936-600x85
 norman saunders. new detective. 002  norman saunders. shootout at the steam pipes. 001
 Norman Saunders - The Living Statue pulp cover c. mid-1930s  norman saunders. the time machine. 001



Voir les commentaires

Les dames dans les "Pulp Fiction" -3/6-

Publié le par Perceval

 Pick-Up, no. 33 (November 1949)  Sister of the Damned, no 21 (mai 1949)

Pick-Up, no 33 (novembre 1949)

Jusqu'où peut aller une femme? Pour le savoir, il fallait se procurer un exemplaire de Pick-Up. Les éditions Crow ont publié des dizaines de romans du genre de la fin des années 1940 au début des années 1950, et la plupart étaient vendus par correspondance au moyen de bons de commande qui se trouvaient dans les romans en fascicules. La popularité de ces livres a contribué au déclin des fascicules.

Sister of the Damned, no 21 (mai 1949)

Également publicisé sous le titreThese Are My Sisters, le romanSister of the Damned des éditions Crow justifiait son contenu obscène, notamment caractérisé par un lesbianisme dissimulé, en prétendant qu'il s'agissait d'un manuscrit provenant d'une maison de fous qui n'était pas destiné à être publié, mais que l'auteur avait écrit en vue de soigner sa folie. Le pseudonyme de l'auteur est Lara Jefferson, mais il est fort probable qu'il s'agissait d'un homme.

*****

 Best True Fact Detective Cases, vol. 6, no 5 (novembre 1946  Women in Crime, vol. 5, no 3 (mai 1948)

Best True Fact Detective Cases, vol. 6, no 5 (novembre 1946)

Une belle femme, un pistolet et une palette de couleurs primaires très vives : voilà des éléments qui se retrouvaient couramment sur les couvertures des fascicules. Best True Fact Detective Cases se spécialisait dans les romans policiers fondés sur des faits vécus, et garantissait que toutes ses histoires étaient vraies.

Women in Crime, vol. 5, no 3 (mai 1948)

Une des rares couvertures de Women in Crime illustrées d'un dessin. Les tenues suggestives, les scènes de légère soumission et les titres percutants étaient destinés à attirer l'attention des lecteurs potentiels. La plupart des auteurs, sinon tous, étaient des hommes.

*****

 Stag - The Man's Magazine, vol. 3, no 17 (janvier 1946)  Uncanny Tales, vol. 2, no 17 (mai 1942)

Stag - The Man's Magazine, vol. 3, no 17 (janvier 1946)

Stag - The Man's Magazine était à l'origine un magazine de dimensions régulières, mais il a adopté un format réduit moins d'un an après la publication du premier numéro. D'un mois à l'autre, sa mascotte à l'enthousiasme troublant partageait la couverture avec une panoplie de jolies filles séduisantes, de magnifiques baigneuses et de jeunes femmes d'à côté.

Uncanny Tales, vol. 2, no 17 (mai 1942)

Uncanny Tales présentait un mélange de différents genres, soit la science-fiction, les histoires d'horreur et les récits fantastiques. Cette couverture créée par G.M. Rae avait peut-être pour objectif d'attirer simultanément les amateurs de tous ces genres. La femme en détresse suscitait l'intérêt des lecteurs d'histoires d'horreur, l'étrange créature qui la retient prisonnière et le milieu sous-marin attiraient les amateurs de récits fantastiques, et la tête humaine conservée chimiquement ciblait les mordus de science-fiction. On remarque que la créature n'est pas une pieuvre, puisqu'elle ne possède que sept pattes.

*****

 Women in Crime, vol. 7, no 18 (décembre 1949)  Sensational Crime Confessions, vol. 2, no 1 (janvier 1946)

Women in Crime, vol. 7, no 18 (décembre 1949)

Noël est arrivé tôt pour les amateurs de romans en fascicules, grâce à ce numéro de décembre 1949 deWomen in Crime. Cette couverture du temps des Fêtes est illustrée d'une femme étonnée sur un fond de papier d'emballage à rayures, qui comporte une déchirure laissant voir le titre du magazine.

Sensational Crime Confessions, vol. 2, no 1 (janvier 1946)

Combinant les romans policiers aux histoires sentimentales, Sensational Crime Confessions était un fascicule particulier. Ses histoires de crimes passionnels fondées sur des faits vécus ciblaient les hommes autant que les femmes et visaient à les mettre en garde contre le crime et l'infidélité.

 

Voir les commentaires

Les dames dans les "Pulp Fiction" -2/6-

Publié le par Perceval

Le pulp, se reconnaît par sa couverture: l’image se doit d’être flamboyante ( images contrastées et couleurs saturées..) , elle présente généralement un héros en pleine action, une demoiselle en danger ou un Grand Méchant ricanant… La couverture se doit d’appâter le public et donner un avant-goût de frisson à un lecteur avide de sensations fortes!

The-pulp-art-of-Robert-McGinnis.jpg PlanetStoriesBlueBehemothSFPulpCover.jpg
Thrilling-Detective-May-1939-600x856.jpg Shadow-August-1938-600x859.jpg

Le pulp magazine est réservé à un public mature, et adulte, et donc incitatif à un public ado. de les lire en cachette... L'image de couverture se doit d'être violente, ou choquante … Il peut s'agir de demoiselles légèrement vêtues, en détresse, avec le héros masculin prêt à venir à leur secours; ou de femmes dangereuses et séduisantes...

0726759ccb625bdfc12115ffca293de0 corruption vintage pulp fiction
Parole Pulp - 1953 Shamed! Vintage Pulp Fiction

Le rôle de la femme dans ces récits, s‘il n’est pas toujours secondaire, y prend souvent une couleur scandaleuse : provocatrice qui joue de ses charmes pour obtenir ce qu’elle veut, cruelle, vénéneuse, dangereuse, perverse, dure. Cette tentatrice malicieuse verra son apogée, un peu plus tard, dans ce qui fut appelé en français:  la femme fatale, celle par qui le Mal arrive, celle qui provoque la destinée. Pour le pire.

Al Parker, From Gentleman Loser, Gentleman Junkie by Edwin Georgi October 1955
Dessin d'Al Parker,  - Gentleman Junkie - Dessin de Edwin Georgi - October 1955
Edmond Gray Harry Schaare, cover painting for Dell A Gem of a Murder
Dessin d'Edmond Gray de Harry Schaare, cover painting for Dell  A Gem of a Murder  by Carlton Keith - 1959


Par ailleurs on y rencontre aussi des femmes coopératives, délurées mais pas trop, qui aident souvent le héros, ou qui peuvent même être ses amies de cœur, ses amantes. Souvent il faut les conquérir avec un mélange de charme et de brutalité.
Comme tout est plus explicite dans ces romans et nouvelles, les relations homme-femme y sont souvent décrites avec une forte tonalité sexuelle, offrant une vérité plus poussée des relations amoureuses, dans leurs intentions et dans leurs descriptions...  

James Avati - A Dangerous Woman Ken Laager Vintage Pulp Art Illustration - Female-Centric P
   

Voir les commentaires

Les dames dans les "Pulp Fiction" -1/6-

Publié le par Perceval

Collage-Art-Thriller--Pulp-Fiction-Illustration--1932-FMN-C.jpg

Avertissement :

 Cet été je passe mes congés avec des « bad girls »... Je remonte le temps, et je me plante devant le kiosque à journaux recouvert de « pulp fiction »... Je les choisis selon la couverture, j'en prends un lot, et cherche un coin tranquille dans un coffee lounge , pour lire, mais aussi observer ...Pulp_Comics_Newsstand_1940s_Sm.jpg

 Je baisse les yeux, pour parcourir la féerie d'un monde imaginé par un autre, mais selon des codes reconnus et qui jouent avec ses propres phantasmes à la façon d'un jeu de rôle... La vraie vie, ici, n'a pas lieu d'être, et la culpabilité n'a pas prise... Si je remonte mon regard vers la « vraie vie », je vois des femmes, des hommes qui jouent d'autres règles ; mais surtout je reconnais la complexité de chaque personne, avec sa dignité singulière et commune à tous...

Je vous dis cela, pour en arriver, à l'image de la femme, développée au travers de multiples scénarios ( les plus fous...), de ces « pulp » magazines... S'ils ne représentent en rien «  la vraie vie », il n'influencent en rien, mon comportement envers une personne de chair et d'esprit. Je tiens à rassurer la lectrice de ces articles ….

kittyfoylelifemagazine1940.jpg This-is-a-moody--noirish-nighttime-view-of-a-Googie-style-B.jpg
1940 a Googie-style Biff’s Coffee Shop in Los Angeles, 1950

 Non seulement tout ceci n'est que de la fiction, mais il relève du genre Pulp, qui tire son nom des magasines à bas prix, faits à base de « wood pulp » papier bon marché, que l’on pouvait acheter des années 20 aux années 50.Pulp-femme-crime-juil-1954.jpg

Aventure, Héroïsme , Exotisme et érotisme étaient les maîtres mots de ces magasine, et cela à toutes les sauces…. Superheros, Détectives, Explorateurs ...

Il y avait de quoi émoustiller le mâle commun avec de l'action, de la violence et des femmes...

Côté homme, on peut croiser :

L'homme en noir maître dans l’art de l’hypnose, ancien aviateur professionnel. Ils croisent des cadavres, des femmes fatales et des espions...

Le playboy d'avant la Grande guerre, aviateur pendant, détective après. Réel aventurier il sait maîtriser toutes les techniques de filature, de déguisement pour résoudre les affaires que la police ne saurait élucider.

aFFICHE-pulp_fiction.jpg

 

 

 

« Pulp Fiction » est aussi, ce réjouissant film de Tarantino, PALME D’OR, Cannes 1994...

Difficile de résumer Pulp fiction tant le film tient autant sur les savoureux dialogues que sur l’histoire proprement dite. 

 

 

Voir les commentaires

Les jambes des femmes

Publié le par Perceval

The-graduate-avec-Dustin-Hoffman-1965.jpg

The graduate avec Dustin Hoffman 1965

Les hommes ont beaucoup de chance... grâce aux femmes; grâce aux jambes des femmes. Elles n'ont l'air de rien, et furtivement attirent le regard... Coquines ou sages...

Et, ce n'est pas d'aujourd'hui.

art-rupestre-dans-la-vallee-de-la-riviere-Swith-dans-le-s.jpg Aphrodite_from_Pompeii.jpg
art rupestre dans la vallée de la rivière Swith dans le sud du Drakensberg Aphrodite, à Pompeii

Sur ce thème, restons rétro... De belles photos, connues, et qui le resteront.

Elmer-Batters-Elmer-Batters---1919-1997-.jpg Elmer-Batters-1.jpg
Elmer Batters  (1919-1997)  

 

Dans "L'homme qui aimait les femmes", de Francois Truffaut: " Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie.

Wermer-Bokelberg-4.jpg Wermer-Bokelberg-2.jpg
Le photographe Wermer Bokelberg est né en 1937 à Brême, en Allemagne Années 60-70

Wermer-Bokelberg--1937--Stern-Magazine--Scanned-from-PHOTO-.jpg

Tes nobles jambes, sous les volants qu'elles chassent, 
Tourmentent les désirs obscurs et les agacent, 
Comme deux sorcières qui font 
Tourner un philtre noir dans un vase profond.

Charles Beaudelaire, Les fleurs du Mal

 

Voir les commentaires

Vacances

Publié le par Perceval

Vacances-1936.jpg

Vacances 1936

*****

vacances-1968.jpg

Vacances 1968

Voir les commentaires

Les sœurs Nesle « favorites » du Roi Louis XV -2/2-

Publié le par Perceval

Pauline-Felicite-de-Mailly-Nesle--comtesse-de-Vintimille-.jpg
Pauline Félicité de Mailly-Nesle, comtesse de Vintimille (1712-1741), maîtresse de Louis XV - elle épouse en 1739 Jean-Baptiste, comte de Vintimille (1720-1777)

Pauline rencontre Louis XV en 1739. Louis tombe alors fou amoureux de la jeune femme mais se refuse d’en faire sa maîtresse tant que celle-ci n’est pas mariée. Le 28 septembre 1739, Pauline épouse Jean Baptiste Félix de Vintimille, marquis de Luc,  à qui le roi verse une somme d’argent considérable pour qu’il se retire bien loin de sa nouvelle épouse (le mariage ne fut jamais consommé). Bien vite, il apparaît que la comtesse de Vintimille est enceinte du monarque, au grand regret de la reine. Alors qu’elle arrive au terme de sa grossesse, Pauline est soudain victime de fortes fièvres et l’on craint pour sa santé ainsi que pour la vie de l’enfant qu’elle porte. Elle accouche le 2 septembre 1741 d’un fils prénommé Charles-Emmanuel et titré comte de Vintimille (qui décède en 1814). Beaucoup le surnomment  "le demi-Louis" en raison de sa grande ressemblance avec son père le roi. L’enfant survit donc mais la mère est de plus en plus faible. Pauline de Vintimille rend l’âme le 9 septembre dans d’atroces souffrances. Le roi reste cloîtré dans sa chambre durant trois jours après la mort de Pauline, allant jusqu'à demander que l'on fasse un moulage du visage de sa bien aimée....

Diane-Adelaide-de-Mailly--duchesse-de-Lauraguais.jpg
Diane Adélaïde de Mailly, duchesse de Lauraguais

Diane Adélaïde, est la troisième sœur de la grande famille Nesle. Très intelligente, Diane côtoie d'abord le monde sous le nom de Mademoiselle de Montcarvrel.  Après la mort de la comtesse de Vintimille en septembre 1741, le roi réclame sa présence à la cour, avec peut-être la secrète intention  d'en faire sa maîtresse. Devant le "défilé" des soeurs Nesle, certains courtisans s'interrogent  sur le caractère de Louis XV et l'on se demande  si "choisir une famille entière, est-ce être infidèle ou constant ?"

A la fin de l’année 1741, Mademoiselle de Montcavrel arrive à Versailles alors que Louis XV s’est de nouveau rapproché de sa sœur aînée Louise. Le 19 janvier 1742, Diane épouse Louis de Brancas, duc de Lauraguais. Mais cette même année elle doit fuir la cour précipitamment car de mauvaises langues prétendent que Louis XV a déclaré coucher entre les deux sœurs. Pour éviter un scandale,  la duchesse de Lauraguais quitte la cour de Versailles. Si elle admet qu'elle fut la maîtresse de Louis XV, sa faveur est demeurée bien éphémère.

Hortense-de-Flavacourt--impossible-maitresse-de-Louis-XV.jpg
Hortense de Flavacourt, impossible maîtresse de Louis XV

Et, ce n'est pas terminé … ! Hortense Félicité – qui a épousé François de Fouilleuse, marquise de Flavacourt, le 21 janvier 1739 - évite le lit du roi bien que ce dernier tente de la faire venir à Versailles après le départ de sa soeur  Diane. Le duc de Richelieu est mandaté à plusieurs reprises auprès de la jeune femme qui ne cède pas aux avances du monarque. Il faut dire que Louis XV ne trouve pas un mari très coopérant en la personne du marquis de Flavacourt qui aurait menacé Hortense de la tuer si elle devenait "putain comme ses soeurs".  De plus, à l'inverse de ses soeurs, la jeune femme est connue de tous pour sa  grande vertu et sa profonde pitié, qui l'ont peut-être aidé à résister aux avances du roi.  La duchesse de Flavacourt demeure ainsi la seule des cinq sœurs à ne pas recevoir la faveur du roi.

Portrait-de-Nattier-en-1740--en-point-du-jour----Marie-Anne.jpg

Portrait de Nattier en 1740 'en point du jour' - Marie-Anne_de_Mailly-Nesle

Enfin, dernière des cinq sœurs Nesle, Marie-Anne a épousé en 1734 le marquis Jean Baptiste de La Tournelle alors qu’elle venait d’avoir dix-sept ans. En 1740 son époux meurt prématurément, et lui laisse une grande fortune en héritage. Bientôt, la marquise se tourne vers sa sœur aînée Louise qui vit à la cour. Celle-ci la fait entrer au service de la reine en 1742 en tant que dame du palais.

Marie-Anne quoique veuve, a un amant, Monsieur le comte puis duc d’Agenois, neveu du duc de Richelieu, qu’elle aime à la folie. Richelieu connaissant le goût de son maître pour les jeunes et belles femmes, veut faire à tout prix séparer Marie-Anne de son neveu. 

La jeune femme, d’une très grande beauté, se fait bien vite remarquer par Louis XV mais affirme ne pas chercher à devenir sa maîtresse. Pourtant, lorsque le roi la courtise en novembre 1742, Marie-Anne accepte de devenir sa favorite s'il consent à renvoyer, sa soeur Louise de Mailly, et à la faire duchesse.

Sources : http://www.histoire-et-secrets.com/ le site d'Anaïs Geeraert, historienne.

Voir les commentaires

Les sœurs Nesle « favorites » du Roi Louis XV -1/2-

Publié le par Perceval

L'histoire des cinq soeurs de Nesle, n'est pas ordinaire... Tour à tour ( sauf une ...), entre 1733 et 1744, ces descendantes du cardinal Mazarin devinrent les premières maîtresses de Louis XV.

Carle-Vanloo--Les-graces--Salon-de-1765--Chateau-de-Cheno.jpg

Carle Vanloo  Les grâces, Salon de 1765

Mme de Pompadour avait-elle été prévenue de l'identification des 3 Grâces de Vanloo aux trois 

maîtresses qui régnèrent officiellement sur le cœur du roi entre 1732 et 1745, c'est-à-dire Louise Julie de Nesle, Comtesse de Mailly (1732-1739),Pauline 
Félicité de Nesle, Comtesse de Vintimille (1739-1742), Marie Anne de Nesle, Marquise de la Tournelle, Duchesse de Chateauroux (1742-1745)... Lorsqu’elle lâcha son « Çà ! Des grâces ! » ? 

Louise Julie de Mailly-Nesle (1710-1751), comtesse de Mailly,

Pauline Félicité de Mailly-Nesle (1712-1741), comtesse de Vintimille,

Diane Adélaïde de Mailly-Nesle (1713-1760), duchesse de Lauraguais 

Hortense-Félicité de Mailly (1715-1799), marquise de Flavacourt,

Marie-Anne de Mailly-Nesle (1717-1744), marquise de La Tournelle, duchesse de Châteauroux.

 

le-roi-louis-XV-se-meurt-a-Metz-1744-detail.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 8 août 1744, le roi – parti en guerre contre l'Autriche - tombe malade à Metz. On le croit à l'article de la mort. Pressé par le clergé qui l'entoure, et lui assure l'enfer s'il ne reçoit pas l'absolution , il promet de renoncer à sa maîtresse Marie Anne et de faire construire une église (le futur Panthéon) si Dieu lui prête vie.

Deux années auparavant, en novembre 1742, Marie-Anne accepte de devenir sa favorite s' il consent à renvoyer Louise de Mailly – sa sœur ainée - et elle, à la faire duchesse. Marie-Anne est ainsi, titrée duchesse de Châteauroux.

On pense que le roi va mourir , il reçoit les derniers sacrements et l'extrême-onction .

Il se rétablit ... et Marie- Anne est rappelée auprès du roi .

Depuis l'arrivée de sa dernière soeur Marie-Anne, Louise perd son amant royal.  Cette jeune veuve, dotée d'un physique avantageux apparaît en effet comme la petite peste de la famille.

Louise quitte Versailles, et se réfugie dans un couvent où elle meurt à 41 ans, la nouvelle maîtresse ne cesse de se mêler de politique et impose au roi ses ministres. Elle devient rapidement très impopulaire et fait rare, elle suit même le roi au front.

Louis XV échappe à la mort, on le surnomme "le Bien-Aimé", mais en dépit des promesses il renoue avec sa chère et tendre Marie-Anne. Cependant elle ne profite pas de ce retour car elle meurt peu de temps après, le 8 décembre 1744, à l'âge de 27 ans , sa mort est suspecte et on pense qu'elle à été empoisonnée...

Vanloo-Halte-de-chasse-1737-le-roi-et-les-soeurs-Nesle.jpg

Halte de chasse de Carle VANLOO 1737 

Ce tableau galant, au cadre inspiré des paysagistes flamands du XVIIe siècle, a été peint pour la salle à manger des petits appartements de Louis XV à Fontainebleau. La légende voudrait y reconnaître le roi, entouré des trois soeurs de Nesle, qui furent ses maîtresses

Louise_Julie_de_Nesle-_Comtesse_de_Mailly_by_Alexis_Grimou.jpg
Louise Julie de Nesle, Comtesse_de_Mailly par Alexis_Grimou

 

Veuf de sa favorite, le roi cherche aussitôt à la remplacer. Justement, il y a une cinquième soeur Mailly, la plus belle de toutes : Hortense-Félicité. Ce serait trop bête de rater le grand chelem. Louis XV lui fait des avances, persuadé qu'on ne repousse pas un roi. C'est compter sans le mari, le marquis de Flavacourt. Habituellement, c'est un honneur pour un époux de partager sa couche avec le roi. C'est aussi la promesse de richesses. Mais le marquis est très amoureux de sa femme. L'imbécile. Il menace de la tuer si elle "devient putain" comme ses soeurs. Louis XV doit s'incliner. Il n'aura pas la cinquième soeur Mailly. Bientôt, il se consolera dans les bras de Jeanne Le Normant d'Étiolles, née Poisson. La marquise de Pompadour !

 

En 1729, Louise de Mailly a 19 ans, Mariée depuis trois ans, quand elle entre au service de la reine Marie Leszczynska comme dame d’honneur.

Louis-XV-jeune.jpg
Le roi Louis XV, jeune 

La reine est de sept ans l'aînée du roi. Sans être une "belle femme", selon les canons esthétiques de l'époque, elle séduit rapidement le jeune roi ( il a 15 ans) qui en tombe amoureux, au point que celui-ci prétendit "l'honorer" à sept reprises lors de la nuit de noce. Marie donne dix enfants au royaume de France. Mais ses grossesses à répétition la fatiguent énormément et l'amènent peu à peu à refuser au roi l'accès à sa couche (1738). Petit à petit, Louis XV délaisse cette reine qui vieillit mal et dont la légendaire gourmandise la rend replète et victime d'indigestions récurrentes.

Le roi s'affiche alors publiquement avec Louise, sa maîtresse, cette liaison est née en 1733, avec la complicité du Cardinal de Fleury, qui souhaitait sortir le roi de son ennui..

La comtesse de Mailly introduit bientôt à Versailles sa sœur Pauline, qui vient de finir son éducation au couvent. Pauline est aussi vive, insolente et charmante que sa sœur aînée est réservée, timide et sans grande beauté.  

 

Voir les commentaires

1 2 > >>