Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le XVIIIe siècle : La femme et le libertin. - 1/. -

Publié le par Perceval

« Jamais fille chaste n’a lu de romans, et j’ai mis à celui-ci un titre assez décidé pour qu’en l’ouvrant on sût à quoi s’en tenir. Celle qui, malgré ce titre, en osera lire une seule page est une fille perdue ; mais qu’elle n’impute point sa perte à ce livre, le mal était fait d’avance » écrit Jean-Jacques Rousseau dans la deuxième préface de La Nouvelle Héloïse en 1761.

« Ainsi toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce : voilà les devoirs des femmes dans tous les temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès leur enfance » ROUSSEAU, Jean-Jacques, Émile ou De l’éducation, La Haye, J. Neaulme, 1762

Des textes comme ceux du docteur Nicolas Venette, auteur du Tableau de l’amour conjugal en 1687, mais aussi, bien entendu, de textes littéraires, en particulier ceux de Diderot, notamment avec son Essai sur les femmes en 1772, et de Sade ; s’intéressent à la femme pour l’enfermer, bien souvent, dans l’infériorité physique qu’on lui suppose, doublée bien souvent d’une infériorité intellectuelle justifiée par la faiblesse physiologique.

C’est la Nature qui permet de justifier la subordination de la femme à son corps et à l’homme.

Dans le Roman libertin du XVIIIe , c’est toujours la nature qui décide de la femme et surtout de son corps, ce qui conduit bien souvent à subordonner la femme à son corps.

L’imagerie traditionnelle du roman libertin, qui fait notamment du bidet un meuble indispensable à la femme, la renvoie donc sans cesse à son corps et en particulier à cette partie qui cristallise tous les fantasmes masculins et concentre toutes les attentions, à savoir ce que le roman libertin aime à appeler le « minon » et la ramène une nouvelle fois à l’intérieur de son corps, c’est-à-dire à l’utérus, dont le sexe apparent se montre comme la porte d’entrée, véritable porte du Gynécée.

« Si cet ouvrage vient à tomber entre les mains de jeunes personnes, soit par l’inattention des pères et mères, soit par la négligence des personnes faites pour veiller à leur éducation, soit enfin par la séduction de quelques âmes libertines, qui ne manquent jamais d’artifice pour se procurer l’entrée des maisons honnêtes, si en un mot par tel accident que ce puisse être, une jeune fille se trouve à même de lire ce livre, qu’en arrivera-t-il ? Rien. Elle sera dans le cas, tout au plus, de gémir sur l’assemblage prodigieux des imperfections auxquelles son sexe est sujet, et sur les causes infiniment multipliées de son dérangement et de son entière destruction » . Le docteur Bienville, dans la préface de La Nymphomanie ou traité de la fureur utérine, en 1771.

« Votre mal, auquel ils n’ont rien connu, n’est point une affection du corps, mais un dégoût de l’esprit, causé par l’abus d’une vie trop délicieuse. Les plaisirs sont à l’âme ce que la bonne chère est à l’estomac. » NERCIAT, André-Robert de, Mon noviciat ou les joies de Lolotte, s. l., 1792

Le roman libertin ne représente jamais la jeune fille lisant des ouvrages médicaux, ni même de textes pouvant l’instruire sur sa propre physiologie ou sur son corps. L’héroïne d’Andréa de Nerciat, Lolotte, se voit ainsi mise en possession, par ses maîtres, de « quantité de livres qui [l’]avaient considérablement avancée dans la connaissances du sexe masculin, et de la douce utilité dont il est au sexe féminin ». NERCIAT, André-Robert de, Mon noviciat ou les joies de Lolotte, s. l., 1792

Les personnages masculins du roman libertin qui voient dans les femmes des êtres « susceptibles de faiblesses ou d’égarement » ne manquent pas, à l’image du chevalier de Gérac qui, dans Les Malheurs de l’inconstance de Dorat, en 1772, parle du sexe féminin comme d’ « un sexe faible, avide de bonheur et si bien fait pour le sentir ». DORAT, Claude-Joseph, Les Malheurs de l’inconstance, ou Lettres de la marquise de Syrcé et du comte de Mirbelle, Amsterdam et Paris, Delalain, 1772

De même, la femme auteure:...

Madame Durancy, dans Amélie de Saint-Far de Félicité de Choiseul-Meuse, en 1808, explique qu’une « femme ordinaire » est une femme « aimant à l’excès, soumise jusqu’à la faiblesse, confiante jusqu’à la sottise ». Mais dans le discours des personnages féminins qui fustigent cette faiblesse, la rejeter c’est aussi cesser, d’un certain point de vue, d’appartenir au sexe féminin. C’est ce qu’indique Emma, un des personnages féminins, lorsqu’elle se raconte lors de la sixième soirée de Entre chien et loup de Félicité de Choiseul-Meuse :

De la représentation au mythe : l’ambiguïté féminine dans le roman libertin « […] je ne vis plus qu’avec un souverain mépris, les faiblesses d’un sexe auquel je voulais appartenir le moins possible » .

« La femme porte au-dedans d’elle-même un organe susceptible de spasmes terribles, disposant d’elle, et suscitant dans son imagination des fantômes de toute espèce. [...] C’est de l’organe propre à son sexe que partent toutes ses idées extraordinaires. La femme hystérique dans la jeunesse se fait dévote dans l’âge avancé » DIDEROT, Denis, Sur les femmes, 1772

A suivre …

Sources : De la représentation au mythe : l'ambiguïtée féminine dans le roman libertin du XVIIIe siècle par Morgane Guillemet

Commenter cet article