Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #xxe tag

La Belle époque: Salons de couture

Publié le par Perceval

Il s'agit d'une collection de photographies originales montrant les couturiers éminents de la période Belle Epoque à Paris: Paquin, Worth, Doucet, Callot Soeurs etc

Voir les commentaires

Le couple pendant la Grande Guerre (14-18) -2/2-

Publié le par Perceval

En étudiant les nombreuses correspondances de couples séparés par le conflit, mais aussi les témoignages d’hommes et de femmes touchés dans leur couple par la guerre. Les chercheurs décèlent des stratégies, souvent minuscules et individuelles, qui permettent aux couples, plus ou moins accablés par le conflit, de gérer conjointement et quotidiennement la situation de séparation imposée par la guerre. Ils observent, donc, la mise en place d’une nouvelle organisation conjugale fondée sur l’éloignement et sur la construction de liens dans l’absence.

 

- La correspondance :

Les couples, privés de la présence de leur conjoint, entrent dans un nouveau système de relation, au sein duquel la lettre fait figure de trait d’union. La relation, soudainement, devient épistolaire. Les premières lettres échangées sont marquées par l’organisation d’un véritable système de correspondance : faisant rapidement le constat du bien-être éprouvé lors de la réception des lettres, les épistoliers s’imposent une certaine fréquence dans l’écriture, ils s’adonnent à une comptabilité précise des lettres reçues et envoyées et mettent en place des astuces visant à assurer une continuité de l’échange et à compter les lettres égarées. Peu à peu, les lettres deviennent le lieu d’un ajustement de la relation conjugale confrontée à la distance et à l’absence.

La lecture des correspondances conjugales offre également des informations précieuses, quoique parfois sporadiques, sur les émotions et sur la sexualité conjugale en guerre.

L'étude de l'intime, montre un franchissement des frontières de la pudeur pendant le conflit. En effet, dans certaines correspondances émanant de la bourgeoisie ou de milieux catholiques, le désir charnel de la femme est dévoilé avant celui de son conjoint, témoignage étonnant de la volonté féminine de s’affranchir, par l’écriture du moins, de la chasteté imposée par la guerre.

- Les permissions

L’urgence et les drames de la guerre font s’estomper les limites morales. Pour les soldats, l’omniprésence de la mort fait ressurgir l’urgence de vivre et de profiter de la vie. La pression psychologique aussi cherche un défouloir. Il y a donc une certaine tolérance pour leur conduite. Loin de chez lui, le soldat peut être tenté, si il n’est pas terrassé par la fatigue, par une expérience sexuelle. 

Les permissions sont un autre moyen de rencontre hommes/femmes. Les soldats peuvent revoir leur “bonne amie” , leur fiancée ou leur épouse..

A Paris, les soldats peuvent aussi être en contact avec des prostituées ou des relations de passage. Autant de possibilités pour le soldat, si il ne se protège pas, d’attraper ce que nous appelons désormais des MST.

Au début d’une guerre que presque tous imaginaient « courte, fraîche et joyeuse », les permissions sont exclues... étant en temps de guerre ! Le 30-6-1915 le général Joffre accorde 8 jours par an , à tour de rôle, aux soldats... Fin 1916 les permissions réglementaires sont portées à 1 semaine 3 fois par an. Théoriquement... En fait, les distributions restèrent aléatoires et fluctuantes selon les besoins militaires... Des mouvements de protestation parcoururent de nombreux régiments ; Pétain humanise quelque peu la condition du soldat, et met efficacement en place un roulement des permissions, en les portant à 10 jours 3 fois par an.

* 630 000 françaises deviennent veuves de guerre, apprenant parfois la nouvelle par simple retour de lettre...

Sources : Clémentine Vidal-Naquet / et Encyclopédie de la Grande Guerre. 1914-1918, Paris, Bayard, 2004

Le couple pendant la Grande Guerre (14-18) -2/2-
Le couple pendant la Grande Guerre (14-18) -2/2-
Le couple pendant la Grande Guerre (14-18) -2/2-
Le couple pendant la Grande Guerre (14-18) -2/2-
Le couple pendant la Grande Guerre (14-18) -2/2-

Voir les commentaires

Guy Pène du Bois, peintre.

Publié le par Perceval

Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.

Les ''Pène du Bois'' sont issus d'immigrés français venus s'établir en Louisiane en 1738. Guy, lui, est né à Brooklyn en 1884.

Guy Pène du Bois (1884-1958) a commencé sa formation artistique en 1899, quand il s'inscrit à la New York School of Art pour étudier avec le peintre William Merritt Chase. En 1902 , il est inscrit à un cours de peinture avec Robert Henri , dont les enseignements conduisent Pène du Bois à se tourner davantage sur la vie quotidienne... En 1905, Pène du Bois voyage en Europe pour étudier avec Théophile Steinlen , et revient aux États - Unis à la mort de son père l'année suivante.

À partir de 1906, Pène du Bois travaille comme illustrateur pour le New York américain, et il commence à écrire de la critique d' art. Il devient le rédacteur en chef des Arts et de la décoration en 1913 et également écrit pour le New York post et les magazines The Arts et hebdomadaires Arts . Il fonde une revue d'opinions d'artistes.

The Lady Witness (1938)

Les tonalités sombres et l'impasto le rapprochent des artistes de la Ashcan school. Plus tard, de 1924 à 1929, Pène du Bois ira vivre en France avec femme et enfant. Après ce séjour, sa peinture se fait plus intense, plus psychologique, son regard moins satirique. Il meurt en 1958.

Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.
Guy Pène du Bois, peintre.

Voir les commentaires

Clarence F. Underwood - Le couple amoureux

Publié le par Perceval

Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux

Clarence F. Underwood (1871-1929), est un artiste américain né à Jamestown.

Très tôt passionné par la peinture, le jeune homme va étudier à "l'Art Students League" et à "l'Académie Julian" à Paris. C'est lors de ses études à Paris qu'il va se passionner pour l'art des illustrations.

Clarence F. Underwood ne va jamais abandonner la peinture, mais il va surtout se consacrer à sa carrière d'illustrateur. Il fut d'ailleurs membre de la Société des illustrateurs de New York.
Les toiles de l'artiste sont une invitation à la détente, à la douceur de vivre et illustrent, avec romantisme, la bulle amoureuse du couple...

Ou, comme ci-dessous, des illustrations qui invitent à des scénarios plus complexes ...

Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux

Voir les commentaires

James Montgomery Flagg, illustrateur.

Publié le par Perceval

James Montgomery Flagg, illustrateur.

James Montgomery Flagg (18 juin 1877 – 27 mai 1960) est un peintre et illustrateur Américain. Artiste éclectique, il fait aussi bien de la peinture classique que de la bande dessinée, mais il est surtout connu pour ses affiches.

 

Flagg est né à Pelham Manor, un village du comté de Westchester dans la banlieue de New York. Passionné par le dessin dès son jeune âge, à douze ans il voit ses premières illustrations publiées dans les magazines. À 14 ans il travaille pour Life Magazine, et l'année suivante il fait partie de l'équipe de Judge. À 20 ans, il étudie les arts plastiques à Londres et Paris, puis revient aux États-Unis, où il produit de manière prolifique des illustrations pour des livres, des couvertures de magazine, des dessins humoristiques politiques, de la publicité, et des croquis.

 

 

Son affiche la plus célèbre est créée en 1917 pour encourager le recrutement dans l'armée des États-Unis pendant la Première Guerre mondiale. Elle montre l'Oncle Sam pointant son doigt vers l'observateur.

Le personnage de l'Oncle Sam a commencé à être utilisé pendant la guerre de 1812. Oncle Sam a toujours été dépeint comme un homme bourru, mais sympathique.

James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.James Montgomery Flagg, illustrateur.James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.James Montgomery Flagg, illustrateur.James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.James Montgomery Flagg, illustrateur.James Montgomery Flagg, illustrateur.

L'un des sujets préférés de Flagg était celui des femmes. Pendant les années 1920, Flagg privilégiait dans ses dessins les courbes féminines, ce qui était contre la tendance du temps. Son image de sa femme idéale n'a jamais changé au fil des ans.  

Auto-portraits ...

James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.
James Montgomery Flagg, illustrateur.

Voir les commentaires

<< < 1 2