Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #peinture tag

Marie et P.S. Kröyer -2/2-

Publié le par Perceval

Marie et P.S. Kröyer -2/2-
Marie et P.S. Kröyer -2/2-
Marie et P.S. Kröyer -2/2-
Marie et P.S. Kröyer -2/2-

Marie et PS Kroyer ont leur premier et unique enfant, une fille qu'ils ont nommé Vibeke, en 1895.

Kroyer Peder Severin (Danish, 1851-1909) «Marie and Vibeke by the bureau at home, Skagen Plantage» 1898 Kroyer Peder Severin (Danish, 1851-1909) «Marie och Vibeke Kroyer foran kaminen i hjemmet»

Malheureusement, PS Krøyer est maniaco-dépressif et quand il est déprimé, il ne peut plus travailler.

Les sautes d'humeur dramatiques font des ravages sur la capacité de Marie à le soutenir.

Elle apprend également la syphilis de son mari, ce qui l'angoisse. En 1900, PS Krøyer est envoyé à l'hôpital après une dépression nerveuse, et leur relation s'est ensuite dégradée...

En 1902, Marie voyage avec Vibeke en Italie pour prendre un temps loin de sa vie familiale troublée.

Là, elle rencontre son deuxième grand amour, le compositeur suédois Alfvén (*) . Marie demande à PS Krøyer le divorce, mais le peintre mentalement instable ne lui accorde pas.

PS Krøyer invite Alfvén à les visiter, ce qui va provoquer un grand scandale dans la petite ville du Jutland. Marie et Alfvén poursuivent leur romance avec la permission de PS Krøyer, qui n'accorde le divorce qu'en 1905, quand Krøyer devient enceinte de l'enfant d'Alfvén.

Le divorce de son premier mariage malheureux, cependant, n'apporte pas à Marie, le bonheur.

Elle découvre bientôt les nombreuses relations d'Alfvén avec d'autres femmes, et PS Krøyer exige que sa fille Vibeke reste à Skagen avec lui. Krøyer donne naissance à sa deuxième fille, Margita, en 1905 et déménage en Suède avec Alfvén, mais ne l'épouse qu'en 1912 quand Margita commence l'école.

Pendant ce temps, PS Krøyer est décédé, à Skagen le 21 novembre 1909 à l'âge de 58 ans, des complications de la syphilis et de sa maladie mentale.

En 1928, Alfvén demandé à Marie le divorce, qui, ironiquement, elle ne veut pas le lui accorder, même si ils ne vivent plus ensemble...

Elle a finalement accepté de mettre fin à leur relation tumultueuse en 1936. Alfvén rapidement épouse une autre femme de plusieurs années sa cadette, tandis que Marie Krøyer meurt seule, d'un cancer, à Stockholm en 1940.

Marie Krøyer a estimé que ses passions amoureuses s'étaient opposées à celle qu'elle vouait à l'art ...

Sa vie amoureuse, et peut-être surtout son manque de confiance dans sa capacité à peindre, ont conduit Marie Krøyer à consacrer son énergie créatrice moins à la peinture qu'à la décoration intérieure et la conception de meubles.

 

 

Le métier à tisser par Marie Kroyer (1867-1940) Marie Kroyer (Danish, 1867-1940) «Selfportrait»

Son travail sur les intérieurs de sa maison à Skagen et sur son habitation qu'elle partageait avec Alfvén près de Tällberg en Suède était très respecté et admiré.

Aujourd'hui, on peut visiter le Skagen Musuem (skagenmusuem.dk) pour voir des exemples de ses peintures et ses dessins d'intérieur, ainsi que des peintures de PS Krøyer, qui représentent sa belle, mais mélancolique, épouse.

(*) Hugo Alfvén est un compositeur, chef d’orchestre, violoniste et peintre suédois, né à Stockholm le 1er mai 1872 et mort à Falun le 8 mai 1960.

 

Marie et P.S. Kröyer -2/2-
Marie et P.S. Kröyer -2/2-

Marie Krøyer (2012) Fødselsdagsfesten

Pour son anniversaire, P.S. Krayer est célébré par sa famille et ses amis avec bonne humeur.  

Marie Krøyer (2012) Mødet med Hugo

Marie Kroyer est en vacances en Suède – ici, elle rencontre pour la première fois le compositeur Hugo Alfvén.  

Voir les commentaires

Marie et P.S. Kröyer -1/2-

Publié le par Perceval

Portrait double, chacun peignant l'autre ...
Portrait double, chacun peignant l'autre ...

Portrait double, chacun peignant l'autre ...

Marie est née en 1867 de parents allemands à Frederiksberg. Elle souhaitait une vie passionnée ; elle le fut – en particulier – du fait de sa passion pour l'art. Le XIXe siècle, malheureusement ne facilitait pas la passion artistique des femmes. Jusqu'en 1888, les femmes n'étaient pas admises à l'Académie d'Art royale danoise. Ses parents l'ont soutenue dans ses efforts, et autorisée à s'inscrire dans des instituts privés. C'est ainsi qu'elle est entrée en contact avec le peintre Peder Severin Krøyer lors d'une exposition au 'Charlottenborg Art Museum' où il exposait...

En 1870, Peder Severin Kroyer (1851-1909) a achevé ses études à l'académie danoise royale d'art, où il a étudié avec Frederik Vermehren. En 1873, on lui a attribué la médaille d'or et une bourse.

Entre 1877 et 1881, Krøyer voyage beaucoup en Europe, rencontrant des artistes, étudiant l'art, et développant son métier. Il séjourne à Paris et étudie sous la direction de Léon Bonnat. Il subit l'influence des impressionnistes contemporains :Claude Monet, Alfred Sisley, Edgar Degas, Pierre-Auguste Renoir et Édouard Manet.

PS Krøyer, de 16 ans son aîné, deviendra son premier grand amour. Marie a commencé à étudier la peinture avec PS Krøyer en 1887. Elle a également été son modèle pour plusieurs de ses tableaux, en particulier '' Duo'' . Mais, à l'époque, le peintre fait peu attention à elle, et Marie, également, est centrée sur sa propre peinture. Elle ne souhaite pas se marier, le mariage étant pour elle la fin de sa vie d'artiste.

En 1882, de retour au Danemark, Krøyer passe la période de juin-octobre à Skagen, puis dans un village de pêche au Danemark. Il y peint des scènes de la vie locale et des portraits de personnalités de l'art ayant vécu à Skagen ou de passage pendant cette période. Il est longtemps associé à Skagen et à la scène artistique et littéraire qui y prospère. Parmi cette communauté artistique figurent des auteurs comme Holger Drachmann, Georg Brandes, et Henrik Pontoppidan, et des peintres comme Michael Peter Ancher ou Anna Ancher. Ils les peint dans plusieurs de ses œuvres, dont le tableau Hip, Hip, Hurrah! (musée des beaux-arts de Göteborg).

"Hip Hip Hip Hourra" - Skagen 1888

A partir de la gauche, dans le sens des aiguilles d'une montre : Martha Johansen, Viggo Johansen , Christian Krohg, Peder Severin Krøyer, Degn Brøndum, Michael Ancher, Oscar Björck, Thorvald Niss, Helena Christensen, Anna Ancher et sa fille Helga Ancher : les artistes du Groupe de Skagen

PS Krøyer est voyage à Paris en 1888, alors que Marie s'y trouve pour continuer ses études. Ils se fréquentent, il tombe immédiatement fou amoureux d'elle.

La jeune femme étudie alors dans l'atelier parisien de Pierre Puvis de Chavannes. Épris l'un de l'autre, ils se marient le 23 juillet 1889 et s’installent à Skagen, où à partir de 1890, Kroyer peignit de nombreux portraits de Marie.

Marie rencontre également l'artiste danoise Anna Ancher, qui avait séjourné à Skagen et épouse le peintre danois Michael Ancher.

Les deux femmes deviennent amies pour la vie. Anna Ancher a soutenu Marie quand son mariage avec PS Krøyer a commencé à se détériorer.

PS Krøyer, avant de se marier était un ''homme à femmes'', pas intéressé par le mariage. Mais, de par ses nombreuses expériences, il a contracté la maladie sexuellement transmissible la plus redoutée de l'époque: la syphilis. PS Krøyer n'en a pas parlé à Marie, ni de l'histoire de sa famille ( sa mère ) avec la maladie mentale.

En 1899, PS Krøyer réalise l'une de ses toiles les plus connues : "Soir d'été à Skagen » : Marie, sa femme et son chien Rap sur la plage :

Encore, une de ses oeuvres les plus célèbre, où figurent Anna Ancher et Marie Kroyer lors d'une promenade sur la plage de Skagen : "Sommer aften pa Skagen" "Nuit d'été sur la Plage de Skagen" 1899 - L'école danoise moderne se définit clairement dans cette toile.
Encore, une de ses oeuvres les plus célèbre, où figurent Anna Ancher et Marie Kroyer lors d'une promenade sur la plage de Skagen : "Sommer aften pa Skagen" "Nuit d'été sur la Plage de Skagen" 1899 - L'école danoise moderne se définit clairement dans cette toile.

Encore, une de ses oeuvres les plus célèbre, où figurent Anna Ancher et Marie Kroyer lors d'une promenade sur la plage de Skagen : "Sommer aften pa Skagen" "Nuit d'été sur la Plage de Skagen" 1899 - L'école danoise moderne se définit clairement dans cette toile.

Voir les commentaires

Albert Guillaume (1873-1942), peintre

Publié le par Perceval

Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre

Albert Guillaume (14 février 1873 à Paris - 10 août 1942 à Faux) est un peintre et caricaturiste français. Albert Guillaume est l'un des caricaturistes des plus renommés de la Belle Époque.

Bien qu'on se souvienne surtout de ses affiches, Albert Guillaume réalisa aussi de remarquables huiles sur toile telle que la Soirée parisienne, un portrait de la bonne société parisienne.

Influencé par l'éminent affichiste Jules Chéret, il créa aussi bien des affiches pour le théâtre que pour la publicité.

Albert Guillaume est connu aussi pour ses dessins satiriques, qui furent publiés dans des magazines humoristiques parisiens tel que Gil Blas, le Rire, l'Assiette au beurre et le Figaro illustré. Lauréat de la médaille de bronze à l'exposition universelle de 1900, il vit bon nombre de ses illustrations publiées en albums par des éditeurs tels que Jules Tallandier, Ernest Maindron et Henri Simonis. Il réalisa aussi trois albums de dessins militaires, dont Mes Campagnes (1896), préfacé par Georges Courteline.

Albert Guillaume s'était retiré à la fin de sa vie dans le petit village de Faux en Dordogne, où il mourut en 1942.

Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre
Albert Guillaume (1873-1942), peintre

Voir les commentaires

Le mariage selon le caricaturiste anglais J Gillray

Publié le par Perceval

Le grand caricaturiste anglais James Gillray (1756-1815) était un brillant dessinateur et un graveur habile, tourné essentiellement vers le dessin satyrique inspiré de sujets historiques ou contemporains comme la mode. Ses dessins sont légendés avec des titres et entrelacés de textes soigneusement formulées, ils reflètent sa familiarité non seulement avec l' actualité, les questions de société et les scandales, mais aussi avec l' histoire ancienne, la mythologie et la littérature contemporaine et classique. 

Le mariage selon le caricaturiste anglais J Gillray

Dans ces deux gravures, Gillray illustre l'harmonie dans le couple, puis le ''désaccord'' dans le mariage sous la forme d'un récital d'amateur, une forme populaire de divertissement que Gillray a plusieurs fois représenté.

Dans 'Harmony before Matrimony ', tout est en accord parfait: dans un tableau ovale, Cupidon s'occupe de colombes amoureuses;les chats jouent; les poissons rouges nagent l'un vers l'autre; même un papillon est attiré par son reflet dans le miroir. Le couple s'harmonise dans un chant d' amour en duo, et entre eux sur la table, une copie d'Ovide 'L'Art d'Aimer '

Le mariage selon le caricaturiste anglais J Gillray

Mais dans 'Matrimonial-Harmonics' il faut supporter l'inverse des situations... A présent, La dame a quitté son siège pour battre le piano, elle chante trop fort, et met chacun à la torture … Le mari est assis dans le coin d'un canapé, s'éloignant d'elle, sa main sur son oreille, la nourriture fourré dans sa bouche, avec pour lecture le ' Calendrier Sportif '.

Derrière le piano une servante accourt dans la pièce tenant un bébé braillard, et agite un hochet bruyant.

Sur ​​le piano et au sol sont d' autres chansons avec des titres comme , "Séparation: une Finale pour deux voix avec accompagnement "et" The Wedding Ring: A Dirge ". Le bébé pleure, tandis que le chat siffle et le chien aboie, et les tourtereaux se tournent le dos. Cupidon dort sur ​​la cheminée, et le feu dans la cheminée ne peut pas venir à bout du froid, indiqué par l'inscription du thermomètre. Ovide est remplacé sur la chaise par 'L'Art de tourmenter'...  . Etc ...

 

Voir les commentaires

Agita Keiri, peintre

Publié le par Perceval

Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre

Agita Keiri est née en Lettonie, en 1978. Inscrite à l'école d'art : J.Rozentala Riga Secondary School of Art (1991-1997) et à l'Académie nationale lettone de l'art.

Elle participe à des expositions depuis 1997. Plus récemment, elle a montré son travail au cours d'expositions à Toronto, New York. Ses dernières toiles sont actuellement exposées au Galeries Bohemia en Angleterre. Elle vit depuis 2012 à Edimbourg, en Ecosse.

Les peintures "luxuriantes, élégantes d'Agita Keiri célèbrent la beauté sous toutes ses formes.

 

Pendant ses années de formation Agita Keiri a expérimenté différents médias et styles artistiques,a passé des heures dans les bibliothèques à étudier les reproductions d'œuvres de grands artistes du monde ( les livres étant le seul moyen de voir ces œuvres en Lettonie en cette période). Ses favoris étaient et restent les peintres italiens de la Renaissance et les peintres flamands et hollandais du 14ème et 15ème siècles.

 

J'ai trouvé que la peinture figurative ou réaliste est le meilleur moyen pour m'exprimer. Je le fais avec le jeu des couleurs, des lignes, du rythme de la forme, et de l'espace. Le plus souvent , je peins le corps des femmes et des visages. L'image d'une femme est associée à la beauté, l' érotisme, l' émotion, l' intuition, la douceur et l'âme. Contrairement à la franchise et à la puissance masculine, le féminin contient un mystère délicat.

Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre
Agita Keiri, peintre

Voir les commentaires

Andrew Conklin, peintre.

Publié le par Perceval

Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.

Andrew Conklin a étudié à Chicago - où il est né en 1961 - et à New-York, avant de voyager en Europe.

En Europe peu de temps après son mariage avec Helen avec qui il travaille, il a rencontré les œuvres d'artistes qu'il ne connaissait qu'au travers de livres ou de photos … « Ce fut une révélation: en particulier, les peintures de Caravaggio, Domenichino, Titan, Velasquez, Rubens, Frans Floris, Van Eyck et Vermeer (parmi beaucoup d'autres) elles ont alimenté mon désir de connaître ce que j'imaginais que ces artistes ont du vivre : cette unité complète entre l'intention créatrice et l'exécution. » …

L'artiste n'a jamais fini de perfectionner sa technique, et le ''langage'' de la peinture est une langue à part entière, qui s'apprend : il y a un vocabulaire des gestes, des objets, des couleurs et des éléments de conception qui véhiculent l' émotion et disent, sans mouvement, le son et l' espace en trois dimensions.

Les tableaux d'Andrew Conklin, reposent sur une idée... Pourtant, ils sont figuratifs, mais contiennent un fort sens de l’abstraction. Le peintre travaille avec des modèles. La figure humaine le passionne. Le corps, par sa forme et ce qu'il signifie, invite à l'empathie et la curiosité sans fin...

La peinture contemporaine peut reconnecter le public avec la sagesse et les mythes anciens.

Dans la peinture contemporaine, ses peintures réagissent à celles de Matisse, ou de John Koch, elles-mêmes renvoient à ds peintres comme De Hooch et Vermeer...

Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.
Andrew Conklin, peintre.

Voir les commentaires

Jared Joslin

Publié le par Perceval

Jared Joslin

Jared Joslin est né en 1970 à Fort Collins au Colorado et vit présentement avec sa femme, Jessica, sculpteure, à Chicago.

Le travail de cet artiste est empreint des années folles. Il s'inspire de photos des années trente et quarante qui l'interpellent...

Plonger dans une autre époque de l'histoire, un autre endroit ou dans l'univers de quelqu'un(e) qui nous attire instinctivement, est une expérience indicible...

J. Joslin réinterprète et adapte son travail à son univers personnel. Il insuffle de la vie à ses personnages comme si ils étaient toujours là... Jeux de rôles avec des autoportraits... Une peinture réaliste et fantaisiste à la fois, réminiscence du passé...

Jared Joslin
Jared JoslinJared Joslin
Jared JoslinJared Joslin
Jared JoslinJared Joslin
Jared Joslin
Jared Joslin
Jared Joslin
Jared Joslin
Jared Joslin
Jared Joslin
Jared Joslin

Voir les commentaires

Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-

Publié le par Perceval

Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-
Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-
Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-
Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-Le jeu d'échecs avec dames. -4/4-

On pourrait montrer la sexualité même de ce jeu qui tend à une victoire totale sur un sexe qui se rend faible, qui tend à pénétrer ses défenses, à le dénuder, à le posséder, à le sentir expirer sous sa domination... Sexualité où le plaisir est de dominer ou d'être dominé... C'est souvent ce que les artistes ont représenté.

Une gravure du XVIIIe s. de Charles André Van Loo montre un jeune homme manifestement ne mauvaise position sur l’échiquier, battu par une jeune femme, à l'évidence beaucoup plus experte en tous jeux, peut-être se levant pour s'y livrer, cela, devant un témoin dont le regard en dit long sur l'enjeu du combat.

Le thème de la toute puissance féminine se prolonge dans une partie perdue. Il est à nouveau repris en 1836, par George Flagg qui signifie, par le regard ironique et attendri de la servante posée sur l'homme soucieux, qu'il va se faire croquer par la belle jeune femme, au port altier, qui lui fait face.

Il est encore renouvelé par Joseph West, en 1920, dans son tableau décrivant une scène du XVIIIe s., Black to move, dans laquelle l'homme, qui a les noirs, courbé devant l’échiquier, semble en difficulté alors que son adversaire féminin, avec les blancs, elle-même tout de blanc vêtue, savoure sa victoire devant un paravent suggestif. Le sol de carrés blancs et noirs nous signifie clairement que ce sont les joueurs qui sont les pièces d'un jeu de domination amoureuse.

Sur une idée du photographe Julian Wasser, ici le happening de Marcel Duchamp lors de l'inauguration de l'exposition qui lui est consacrée, en 1963, à Pasadena. M. Duchamp joue trois parties d'échecs contre la célèbre Eve Babitz, petite fille d'Igor Stravinsky agée de vingt ans et entièrement nue, la ''matant'' trois fois rapidement tout en lui parlant de l'Oiseau de feu. Eve Babitz ne connaissait pas Duchamp, mais elle avait accepté le défi... D'autant qu'elle était furieuse de n’avoir pas été invitée à la fête d'inauguration : en effet, son amant, le commissaire de l'exposition voulait éviter sa présence, alors qu'il était lui-même présent avec sa femme … Eve Babitz, se vengeait ainsi par une acte éclatant, lors de cette photo prise à sept heures du matin … !

Cette photo sera ensuite reprise par d'autres artistes ...

Voir les commentaires

<< < 1 2