Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #mythes - legendes tag

Les fées, ça n'existe plus ! -3/3-

Publié le par Perceval

Aux XIIe et XIIIe siècles, alors que s'écrit la légende arthurienne ; le merveilleux païen fait irruption dans la la culture savante sans grande opposition de l’Église, car elle ne représente plus un véritable danger.
f3be4dd10048Cependant, l'opposition entre l'interprétation des chevaliers et une interprétation des clercs, s'exprime clairement. Les clercs veulent intégrer au surnaturel chrétien une mythologie assez irréductiblement étrangère, et les chevaliers et troubadours exploitent cette mythologie parce qu'elle est précisément étrangère à l’Église…

L'Eglise va jouer la rationalisation, et assimiler les fées aux sorcières. Ce phénomène de rationalisation et de diabolisation va dénaturer – radicalement - la fonction des fées.
La nature fantastique de la fée du lai de Lanval n'est jamais mise en doute par Marie de France. Mais dans les romans en prose à partir du du XIIIe s., les fées vont devenir des mortelles douées de pouvoirs surnaturels.


Vers 1220, le Lancelot en prose donne une définition des fées dans la littérature profane, à propos de la Dame du Lac qui enlève l'enfant Lancelot à sa mère pour l’élever dans son royaume aquatique :

lancelot-et-viviane« Le conte dit que la demoiselle qui emporta Lancelot dans le lac était une fée. En ce temps-là, on appelait fées toutes celles qui se connaissaient en enchantements et en sorts; et il y en avait beaucoup à cette époque, en Grande Bretagne plus qu'en tout autre pays. Elles savaient, dit le Conte des Histoires bretonne, la force des paroles, des pierres et des herbes, par quoi elles se maintenaient en jeunesse, en beauté et en richesse, autant qu'elles le désiraient. Et tout cela fut institué à l'époque de Merlin, le prophète des Anglais, qui savait toute la science qui des diables peut descendre. C'est pourquoi il était tant redouté des Bretons et tant honoré que tous l'appelaient leur saint prophète, et les petites gens leur Dieu. Cette demoiselle, dont le conte parle, tenait de Merlin tout ce qu'elle savait de science occulte; et elle l'apprit par une très subtile ruse. »

Si la dame du lac, est réduite à l'état de magicienne, elle n'habite plus qu'un fantôme de lac :

« La dame qui l'élevait ne résidait jamais ailleurs que dans des forêts grandes et profondes ; et le lac, dans lequel elle avait sauté avec lui, lorsqu'elle l'avait emporté, n'était que d'enchantement. Et cette habitation était si bien cachée que personne ne pouvait la trouver ; car l'apparence du lac la protégeait de telle manière qu'on ne pouvait pas la voir. »

Chevalier dame sans merciLes fées ont acquis la science des clercs et se posent en rivales de ceux-ci, possédant une autre forme de maîtrise du surnaturel.
Cette opposition en recouvre deux autres : clercs/laïcs et masculin/féminin.
« Ainsi les thèmes féeriques peuvent être compris comme une manière, pour la littérature aristocratique, de conférer dans l'imaginaire aux chevaliers des pouvoirs surnaturels indépendants de ceux qui, dans le fonctionnement réel de la société, en constituent le pôle central et dominant : le sacré défini par les théologiens et dont la mise en œuvre est contrôlée par l’Église. »

Deux textes, deux discours parallèles qui exaltent l'idéal chevaleresque, sont révélateurs à cet égard ; tous deux, étonnamment, sont placés dans la bouche d'une fée, prêtés à la dame du lac et à mélusine.

La Dame du lac tient le premier jour au jeune Lancelot avant de la conduire à la cour d'Arthur où il recevra l'adoubement. Ce discours est très orthodoxe : il définit les devoirs du chevalier, qui doit défendre les faibles et les opprimés et servir fidèlement la sainte Église.
Le discours de Mélusine à ses deux fils Urien et Guy, est plus pragmatique, et concerne le bon gouvernement... Il faut être un bon seigneur, attentif aux besoins de son peuple …. Le plus remarquable est ce ces discours soient placés dans la bouche et d'une femme et d'une fée. C'est que le savoir des fées rivalise une fois de plus avec celui des clercs. Les forces féeriques sont mises au service de la chevalerie pour lui donner un caractère héroïque et sacré.

Chrétien de Troyes, joue avec subtilité sur les incertitudes : Laudine est-elle une fée ou non ? Les pucelles ponctuant le parcours de Lancelot en sont elles ? Espace de l’interrogation qui permet plusieurs lectures, mais qui montre aussi que la fée, en dépit de son originelle ambivalence, peut avoir une place véritable dans l’imaginaire médiéval et chrétien.
Morgane a perduré sous le nom de fée Margot et l’on trouve un peu partout en France des « Caves à Margot », des « chambres de la fée Margot », des « fuseaux de Margot », des « Roche Margot ».

 

St. Margaret of Antioch (France, 1490-1500)


Si la christianisation a diabolisé Morgane, tout comme elle l’a fait de Gargantua et de Mélusine. Elle l’a christianisée en sainte Marguerite, représentée « issourt » du dragon, ou avec le dragon à ses pieds, le dragon-vouivre symbolisant alors les énergies telluriques.

St. Margaret of Antioch (France, 1490-1500)


Après les déesses, les fées, on observe le triomphe d'une autre femme : Marie (Notre-Dame, la Vierge Marie) au début du XII° siècle, qui change terriblement le regard porté sur les fées et les dames. Notre-Dame donne son nom aux 3/4 des grands édifices gothiques qui s’érigent dans un monde nouveau qui explose.
L’évangélisation souvent brutale des populations n’avait jamais aboli l’héritage des fées maîtresses de la pierre, des eaux et du vent. On conserve des témoignages de la fin du XVII° siècle selon lesquels les druidesses de l’île de Sein seront alors et seulement, converties au christianisme.

Sources : Un livre important sur le sujet des fées, si on souhaite comprendre la place qu'elles avaient au Moyen-âge :
- Laurence Harf-Lancner, Le Monde des fées dans l’Occident médiéval, Paris, Hachette (« Littératures »), 2003

Voir les commentaires

La Dame et le Graal. -1/3-

Publié le par Perceval

Sweet_Chevaleresse_by_agevelez-copie-1.jpg
Adrian Velez: Chevaleresse

Je prends la précaution, d'écrire que je ne suis pas dupe de l'image que je donne ici de la femme. Il ne s'agit pas de décrire la réalité de la femme au Moyen-âge ; encore moins de figer la personne féminine d'aujourd'hui dans un rôle, dans un statut que je rêverais lui voir incarner... ! Je parle, mythe. Je cherche dans le patrimoine culturel, littéraire, une représentation de la femme symbolique... De même que le chevalier dans le mythe arthurien, est une représentation de la masculinité symbolique.


 C’est le mythe qui permet la fascination de l'homme pour la femme, et c'est grâce au mythe que demeure l’éternel féminin. C'est ainsi que la femme mythique devient une source d’inspiration intarissable, elle devient muse, égérie... Je ne sais, si la création féminine est ainsi liée à l'homme … ?

 Le Graal, s'il est relié à la chevalerie, semble être une affaire d'homme. Pourtant, en creux, si j'ose dire... Le Graal est féminin. Féminin, en ce qu'il est l'objet d'une quête masculine...

chevalier_et_sa_dame--1-.jpg Cette quête, si elle apparaît au XIe, XIIe s., c'est qu'elle correspond à une à une spiritualité qui n'est pas seulement rattachée au christianisme. Sinon, comment expliquer son absence jusque là ?

Le culte de la Dame se rattache à la chevalerie, il est sans doute resté fantasme, l'époque, l’Église ne permettant pas cette révolution des valeurs …

Imaginons, avec les poètes, hommes et femmes des « cours d'amour », ce qu'il en serait :

* Le fait de se vouer à une Dame, de lui consacrer inconditionnellement sa fidélité, est l'un des thèmes récurrents des cours chevaleresques. À la Dame on laisse juger de la valeur et de l'honneur des chevaliers et, selon la théologie des châteaux, il n'est pas douteux que le chevalier mort pour sa Dame participe au même destin d'immortalité bienheureuse assuré au Croisé mort pour la libération du Temple.

* Selon le rite d'adoubement, la Dame du récipiendaire se doit de déshabiller le futur chevalier pour le conduire au bain afin qu'il puisse se purifier et revêtir ensuite - comme les néophytes des mystères païens - les vêtements immaculés de la Veillée d'armes et recevoir, enfin, l'investiture chevaleresque. Ces héros d'aventures – aventures souvent amoureuses - dans lesquelles figure la Dame ( Tristan , Lancelot, Gauvain...), sont aussi des chevaliers du roi Arthur en quête du Graal.

1630-2lovers-reza-abbasi.jpg

-ir-Afzal-Tuni--Dame-alanguie-observant-son-chien-laper-du.jpg

Safavid-period--ca-1630--Isfahan.jpg

       Reza Abbasi 16e s.  Safavid period, ca 1630, Isfahan


Ne pourrait-on pas dire : La Dame à laquelle on jure une fidélité inconditionnelle, et à qui on se voue en se croisant, la Dame qui conduit à la purification (que le chevalier considère comme sa récompense et qui le rend immortel quand il meurt pour elle), n'est-elle pas au fond l'équivalent du Graal lui-même ?

      A suivre .....

Voir les commentaires

Le chevalier Lanval, aimé d'une fée.

Publié le par Perceval

Depuis les romans médiévaux jusqu'au récent naufrage du Costa Concordia , 

Launfal-Tryamour-[Kinuko-Y.-Craft]

les hommes sont censés risquer leur vie pour sauver les femmes en détresse. Les hommes devraient également fournir de l'argent et des biens pour les femmes …

Dans ce lai (court poème narratif) : “ Lanval ”, Marie de France raconte l'histoire d'une femme, d'une héroïne, qui sauve un chevalier de l'isolement social et de la persécution injuste . Cette femme, ose exprimer un désir érotique, elle est également riche, et fournit au chevalier ce qui est nécessaire pour tenir son rang. Une autre femme, tente de séduire le même homme, et devant son refus, se venge.

A moins que l'on préfère annoncer ce lai ainsi: c'est l'histoire d'un chevalier d'Arthur, qui rencontre une fée d'une incomparable beauté et en tombe éperdument amoureux. Celle-ci exige, comme toutes les fées amantes du folklore, le respect d'un interdit. …

The Fairytales of George MacDonald

Sans doute, il est préférable, que vous vous fassiez votre propre idée. Je ne peux que vous engager à lire ce court récit, ou l'entendre raconter …

Si vous ne l'avez pas encore fait, ou ne le ferez pas … Bon, sachez que:

Le roi Arthur distribue à ses chevaliers des terres, de l’argent et des femmes. Mais il oublie Lanval. … Il n’est donc aimé ni du roi, ni d’une femme et par conséquent il est aussi 'oublié' par ses anciens compagnons, les chevaliers de la Table Ronde. Le chevalier désespéré quitte la ville. Au bord de la rivière, il se livre tout seul à sa mélancolie , et c'est le passage de la réalité et la merveille...

launfal et Guenièvre
Guenièvre et Lanval

Deux demoiselles d’une grande beauté, le conduisent auprès de leur dame, couchée dans une tente, et la plus gracieuse créature que le chevalier n’ait jamais vu. La mystérieuse jeune femme lui offre son coeur et ses richesses en échange d’une promesse : Lanval ne doit jamais dévoiler à quiconque qui est la gente dame qui a ravi son coeur, sous peine de la perdre à jamais.

De retour au château, le noble homme reçoit les avances de la Reine, mais celui-ci les rejette, n’ayant en tête que l’amour que lui porte sa tendre amie. Furieuse et déçue, la souveraine sous-entend que le chevalier préfère la compagnie des beaux jeunes gens, mais face à cette accusation Lanval s’emporte, avouant qu’il aime la plus belle femme du monde, modèle de courtoisie et de bonté. Lanval regrette aussitôt ses paroles, car par ces mots il vient de briser le serment fait à la demoiselle de la forêt. De plus, la Reine, se sentant humiliée par ces paroles, demande justice au Roi, qui ordonne à Lanval de prouver ses dires sous peine d’être brûlé ou pendu …

circlet (by N.C. Wyeth)
Lancelot, et Chrétien de Troyes sont bien plus connus, que Lanval et Marie de France. Les deux auteurs vivent à la même époque, mais leur vision semble s'opposer.

Marie de France, présente au travers de ses histoires, des versions plutôt critiques et opposées aux aventures traditionnelment racontées sur la cour du Roi Arthur. Là, les femmes apparaissent comme des biens, que le roi s'autorisent à donner aux meilleurs de ses chevaliers... Là des chevaliers sont “oubliés” alors que leur richesse s'épuise... Là, c'est une parodie de justice...

 Lady Love (Minne) shoots an arrow on the Lover. Detail of a painting found on the inside a boxlid, Germany, c.1320.

 

 

Marie de France, confronte les défauts du monde arthurien ( et celui dans lequel elle vit) au fonctionnement idéal de l'Autre Monde féérique.

Dans le Lai de Marie, Merveilles et amour dominent, comme le pouvoir des femmes. Guenièvre ne craint pas l'adultère, et l'organise; puis quand Lanval rejette ses avances, elle se venge, en toute malhonnetété. Elle parvient à manipuler Arthur, et ses codes juridiques.

Cette fois-ci, c'est une femme ( aussi fée, soit-elle ) qui arrive sur son palefroi blanc, alors que le jugement semble défavorable, presque comme un champion chevaleresque dans un combat.

Lanval disparaît dans un monde intemporel, celui du désir assouvi et de la richesse illimitée, de la plus ancienne tradition celtique...  

Voir les commentaires

Apollinaire: Viviane et Merlin

Publié le par Perceval

Larose-Guillaume-Appolinaire-Livre.jpg

 

Guillaume Apolllinaire, s'est penché sur une réécriture merveilleuse du mythe arthurien, cela donne un long récit en prose poétique : l'Enchanteur pourissant, paru pour la première fois en 1921, trois ans après le décès du poète.

enchanteurpourrissant.jpg

La première édition de cet ouvrage parut en 1909, illustrée de 12 gravures sur bois en pleine page, et de lettrines par André Derain.

Vivien_and_Merlin_by_Julia_Margaret_Cameron--1874-.jpg

<--- Vivien_and_Merlin_by_Julia_Margaret_Cameron (1874)

 

Il reprend l'histoire de Merlin, captif de Viviane, et imagine que l'enchanteur enfermé dans un tombeau est mort, mais encore conscient, capable de dialoguer et de susciter des visions, mais en même temps son corps pourrit lentement.

Une série de créatures , réelle ou imaginaires, se succèdent devant le tombeau de Merlin, tenant des discours apparemment décousus, mais qui tous visitent les questions de l'homme et de la femme, de leur ressemblance mais aussi de leurs « éternités différentes ».

Comme le dit Viviane à Merlin à la fin de l'ouvrage, les hommes et les femmes ne sont pas de la même époque : l'homme est au centre mais la femme est toujours là un peu avant ou un peu après, et c'est la raison pour laquelle ils ne peuvent vraiment se rencontrer.

 

Finalement, l'essentiel pour Apollinaire est d'exprimer le drame éternel de l'homme enfermé dans sa solitude, destiné, malgré son savoir des choses et de lui-même, à ne rien dominer de lui-même et à rester la victime de son sort.

appolinaire-kkkk.jpg Caligramme-apollinaire-fond-noir.jpg
Apollinaire avce la belle Lou (Louise de Coligny de Châtillon)  


L' Enchanteur, par ce qu'il a de différent des autres hommes, par ses dons de voir ce que les autres ne voient pas, de connaître ce qu'ils ne connaissent pas, devient alors autre chose: c'est le poète, le prophète, l'individu parfaitement seul et rejeté.

Viviane, est habitée par un désir de revanche et de victoire définitive sur l'homme. Tous les mythes vont converger vers l'enchanteur pourrissant, des rois mages à Hélène de Troie, entouré d'une faune magique et ensorcelante, démoniaque et charmeuse … Merlin abdique.

Voir les commentaires

Frida Kahlo et Maïakovski, la rencontre improbable.

Publié le par Perceval

524395_426568394053266_174752146_n.jpg

Tina Modotti, a rencontré Maïakovski en 1925, avant qu'elle même soit engagée dans le parti, alors qu’il faisait une tournée internationale de conférences durant laquelle il avait également visité Cuba et les États-Unis. C’était un an après la mort de Lénine (le 21 janvier 1924). 

Contrairement à son amie Tina, Frida Kahlo ne le rencontra jamais.

Ce portrait de Maïakovski - détourné pour composer un faux couple - est une photographie du poète à 17 ans, en 1910... La photo de Frida Kahlo ( ici, à 24ans en 1934 ) au revolver, semble également truquée : il s'agirait d'un autre buste et d’autres bras empruntés à une autre femme tenant un revolver... Tina Modotti, ne peut donc être l'auteur de cette photo...

Néanmoins, cette image d’un couple qui ne s’est jamais rencontré, et qui n’avait rien pour s’entendre idéologiquement, et qu’au contraire tout opposait : l’une est trotskiste et l’autre stalinien, reste fascinante...

 

Frida kahlo: féminité souffrante

(...)  est Frida la colombe, parce qu’il est Diego l’éléphant. Elle l’a rencontré chez Tina modotti… Ici, chez « ces gens là », l’Amour est un personnage au même titre que la…

Tina modotti, artiste et muse … ( 1 ) - Sur cette image - bien trompeuse – on voit une femme qui fait du batik, tandis que son mari ( le peintre et poète Roubaix de l’Abrie Richey (…

Tina modotti, artiste et révolutionnaire .. ( 2 ) - Sur une fresque de Rivera : "En el Arsenal » (1928) on y voit, à droite, Tina offrant une ceinture de munitions à son amant, Julio…

Voir les commentaires

La Quête du Graal: le site.

Publié le par Perceval


J'ouvre et récapitule sur un nouveau site: - la Quête du Graal - tous les articles et réflexions à propos de la " matière de Bretagne ", et en particulier la légende arthurienne.


Le Moyen-âge à côté de Charlemagne, ou Barberousse ... , a créé un « héros » celte - lié à l'idéologie nationale britannique - mais au rayonnement universel… 
Arthur, est roi, et crée une institution – dont l'Occident médiéval chrétien, s’enorgueillit : la Chevalerie : une institution utopique, qui rassemble d'autres héros : Gauvain, Lancelot et Perceval...etc. 
L'imagination créatrice de la littérature médiévale a joué un rôle moteur dans la construction de l’imaginaire des héros et des merveilles.





Cela commence avec un chanoine d'Oxford : Geoffroi de Monmouth entre 1135 et 1138... et se constitue avec Chrétien de Troyes entre 1160 et 1185.

 


Cette « matière de Bretagne » est à l'origine d'une extraordinaire merveille qui aujourd'hui semble si loin de nos pensées ; Le Graal. Par contre, il s'impose aux chevaliers chrétiens, en particulier ceux de la Table ronde.. 

Voir les commentaires

Guenièvre: de la violence à l'amour courtois. - 3/3 -

Publié le par Perceval

miniature-de-Lancelot-sauvetage-Guinevere-de-bruler-sur-le.jpg Lancelot-et-guenievre-miniature.jpg
Miniature de Lancelot qui sauve Guinevere du bûcher, avec des créatures hybrides grotesques autour de la miniature, (au début de la Mort Arthur) Lancelot et Guenièvre

 

Les chevaliers sont censés assurer aux dames, aux veuves et aux orphelins, leur « protection », non sans ambivalence … Codex-Manesse-44.jpgEn effet, les femmes convoitées ne peuvent pas se garder de ceux qu'elles ne désirent pas, sauf si un homme ailleurs les désire... mais, pendant combien de temps ?

 “La jeune-fille que vous emmenez n’est pas à vous, vous l’avez enlevée; il est donc tout à fait légitime qu’elle ne partage pas votre couche. Il y a dehors un chevalier qui vous suit pour reconquérir cette jeune-fille; il affirme son intention de vous livrer bataille, et de soutenir que vous vous en êtes saisi sans aucun droit. S’il a une possibilité de le prouver, il serait bien injuste que vous profitiez d’elle. C’est à grand tort que vous obtiendriez d’elle joie et plaisir de son amie, s’il peut ainsi défendre ses prétentions sur elle.Tiré de L'Âtre périlleux : roman anonyme en vers, du XIIIe s., ayant Gauvain ( neveu du roi Arthur) pour héros.Codex-Manesse-43.jpg

 “Arrangez donc un tournoi avec mon père, si vous voulez avoir mon amour car je veux savoir en toute certitude si mon amour serait bien placé une fois que je l’aurais mis en vous.Ch. de Troyes 1180, Le conte du Graal p. 247

Même si l'homme qui la sollicite lui plaît ( noble, riche, beau, vigoureux ..), la « noble » femme féodale se doit d’exiger des épreuves de l’homme qui la requiert d’amour. Si elle n'écoutait que son cœur, et pire son corps, elle déchoirait ainsi de ne répondre que selon son désir... ! Son prétendant pourrait ensuite la mépriser...

Les dames ne dédaignaient pas d’accorder leur amour aux chevaliers à condition que ceux-ci eussent fait leurs preuves par trois fois au combat.G. de Monmouth ,1138, Histoire des rois de Bretagne p. 287

Codex-Manesse-5.jpg Si les premières déclarations d'amour ont la forme du rapt et du viol ; L'Amour courtois va formaliser une manière douce d'arriver à ses fins.

Le mariage, en subsistant malgré le désaveux notoire des “cours d’amour” présidées par Aliénor d’Aquitaine et ses compagnes, continue d’être imposé, aux hommes comme aux femmes.

L’Amour Courtois crée entre le soupirant et la dame une hiérarchie inverse de celle du mariage : la dame domine; elle reçoit l’hommage, écoute la demande et répond à son gré.

Chaque jour je deviens homme meilleur et plus pur, car je sers la plus noble dame du monde, et je l’adore et je vous le dis sans me cacher.Arnaut Daniel (v.1150-v.1200), troubadour.

 

Voir les commentaires

Guenièvre: la femme convoitée - 2/3 -

Publié le par Perceval

Lancelot-Graal-avec-interpolation-du-Perlesvaus--premier-ba.jpgGuenièvre est la femme convoitée : par Méléagant, Lancelot et, dans une moindre mesure par Gauvain... La reine fait l’objet de toutes les attentions.

Guenièvre est belle et intelligente : c’est la dame de l’amour courtois, pour qui les chevaliers accomplissent toutes les prouesses... Elle représente même, véritablement, pour Lancelot son Graal ...

 

<-- Lancelot-Graal avec interpolation du Perlesvaus. Premier baiser de Lancelot et Guenièvre. Paris, vers 1404 et vers 1460. Parchemin, III-154-III f

 

Guenièvre est infidèle.

" La reine prend le chevalier par la main, tandis qu’il est à genoux, l’assied devant elle, lui fait un très bon visage et lui dit en riant : Seigneur, nous vous avons tellement désiré que, par la grâce de Dieu et de Galehaut ici présent, nous vous voyons enfin. Cependant je ne sais pas encore si vous êtes le chevalier que je recherche. Galehaut me l’a dit ; mais je voudrais bien encore entendre de votre bouche qui vous êtes..."Guenievre-embrasse-Lancelot.jpg

 Suit l’interrogatoire de la reine, qui lui permet d’identifier son chevalier comme étant Lancelot du Lac. Celui-ci lui confesse timidement son amour. Galehaut vient à la rescousse pour suggérer à Guenièvre d’embrasser Lancelot.

«  Alors ils s’éloignent tous les trois et font semblant de converser. La reine voit que le chevalier n’ose en faire plus. Elle le prend par le menton et, devant Galehaut, l’embrasse très longuement, de telle sorte que la dame de Malehaut comprit qu’elle l’embrassait. Puis elle commence à parler, comme la très sage et vaillante dame qu’elle était : Beau doux ami, dit-elle au chevalier, vous avez tant fait que je suis à vous, et j’en ai beaucoup de joie. mais prenez garde que la chose demeure secrète, comme il se doit. » (Lancelot du lac, Livre de Poche, « Lettres gothiques », éd. F. Mozès, pp. 877sq.)

Voir les commentaires

Guenièvre: la femme convoitée - 1/2 -

Publié le par Perceval

L'origine du nom Guenièvre se réfère à un mot gallois « Gwenhwyfar » qui signifie « blanc-fantôme ».La-reine-Guenievre-par-William-Morris.jpg

Fille du roi de Carmélide, Léodagan, Guenièvre est l’épouse du roi Arthur. Elle est enlevée par Méléagant qui la désire. Arthur reste passif, et laisse Gauvain se charger de ramener la reine à la cour. Rencontre avec Lancelot, coup de foudre … Il la sauvera du bûcher, alors qu'elle est condamnée pour adultère. Guenièvre se fera nonne à Amesbury, où elle finira ses jours.

 

* Comme Hélène de Troie, elle est à l'origine de la guerre et de la mort du roi. Comme Mélusine, Guenièvre passe un contrat avec Lancelot, semblable à celui de Mélusine avec son amant. Comme elle, peut-être est-elle une figure de l’Autre-monde, indice qui donne à la saga arthurienne une connotation spirituelle...

La reine prend dans les récits une posture féerique ou du moins magique de la femme. Elle est la résurgence du « blanc fantôme » des sagas nordiques

dame-du-lac-1.jpg* Guenièvre, comme les fées apprécie la proximité des lieux aquatiques. Lancelot retrouve le peigne de la reine avec quelques-uns de ses cheveux sur le rebord d’une fontaine. L'homme est un personnage en quête... Genièvre, Mélusine répondent en créatures de l'Autre-monde …. Dans le conte, la fée-alors - jette son dévolu sur l'homme et lui promet son amour total à une seule condition qui, … ne se réalisera pas !

  lancelot-et-Guenievre-dans-La-Queste-del-saint-gaal-XIVe.jpg

* Elle est la Reine, et c'est même elle, qui tient les rênes du pouvoir ( et non plus ...Arthur), elle représente au yeux de tous la représentation du pouvoir politique dérobé à Arthur. Également, c'est elle qui gouverne, véritablement le chevalier Lancelot...

Lancelot, dans Le Chevalier de la Charrette (1176-1181), apparaît comme son amant soumis à ses volontés, au risque de se voir humilié et bafoué dans son honneur.

« Sur le moment, le chevalier a poursuivi sa route sans y monter ; il a eu tort, tort d’avoir honte et de ne pas aussitôt sauter dans la charrette car il le regrettera un jour. Mais Raison, qui s’oppose à Amour, lui dit de ne pas monter, le retenant de ne pas monter, le retenant et lui enseignant de ne rien faire ni entreprendre qui puisse lui apporter honte ou reproche. Ce n’est pas du cœur mais de la bouche que vient ce discours, que Raison ose lui tenir. Mais Amour, enfermé dans le cœur, l’exhorte et l’invite à monter tout de suite dans la charrette. Amour le veut alors il y saute ; il n’a plus peur de la honte, puisque c’est l’ordre et la volonté d’amour. » Cr de Troyes:  (N° des vers: 329-380)

Voir les commentaires

La création de la femme et de l'homme. 3/3

Publié le par Perceval

Lilith (Lilitu) démone mésopotamienne

En Mésopotanie, au néolithique :

Les deux dieux primordiaux des débuts du Néolithique étaient Ki (la Terre ; la Grande Mère) et An (le Ciel, le taureau), étroitement unis, restant indistincts, tels « deux jumeaux ».
Les dieux ont demandé à la déesse-Terre Ninhursag de créer l'humanité pour eux. Elle a créé l'humanité à partir d'argile et de sang : quatorze morceaux d'argile primordiale qu’elle a formé en son sein, sept à gauche et sept à droite avec une brique entre eux, qui ont produit les sept premières paires d'embryons humains. Elle a créé les hommes, afin qu'ils puissent travailler le sol et creuser des canaux, et elle a créé les femmes afin qu'elles puissent continuer à porter les hommes.



En Inde :
Prajapati, de sa bouche conçoit les dieux, qui, sitôt créés, prennent possession du ciel. De son souffle intérieur, il créé les esprits mauvais, les Asuras, qui, sitôt créés, prennent possession de la terre : ce sont les ténèbres. Il donne l’existence aux hommes, aux mélodies, au Soleil.

Le roi des morts. Yama est aussi le premier des mortels. Yama a une sœur, Yami. Il s’est uni à elle pour créer l’humanité. Yama, le premier homme, se trouve également le premier à connaître la mort. Il est de ce fait, le chef des morts.

En Perse :

Anahita  lady-of-beasts-statue


Le Yasht V (Aban Yasht)( texte sacré ) est consacré à la déesse Ardvi Sura Anahita, décrite comme une jolie femme au corps ferme et élancé. Elle est la déesse de toutes les eaux à la surface de la terre ainsi que de la pluie, de l’abondance, de la fertilité, des unions, de l’amour, de la maternité et de la victoire. Les Anciens voyaient en elle la source de la vie et elle symbolise la prépondérance du rôle féminin dans la société.

Dans la mythologie nordique :
Les dieux Odin, Vili et Vé sont aussi à l'origine de la création de l'homme (Gylfaginning, 8). Ayant trouvé deux troncs d'arbre le long du rivage de la mer, ils les façonnèrent pour former deux êtres humains( un frêne pour l'homme, et un bouleau pour la femme ). Odin leur donna le souffle et la vie, Vili l'intelligence et le mouvement, Vé l'apparence, la parole, l'ouïe et la vue. Ils leur donnèrent aussi des vêtements, et les nommèrent Ask et Embla.
Tablette de Nippur décrivant la création du monde.
Enlil ( le dieu de l'air) emportait la terre, sa mère. L’union d’Enlil et de sa mère la terre fut à l’origine de l’univers organisé, de la création de l’homme, des animaux et des plantes, de l’établissement de la civilisation.

 







Mawu-Lisa


Mawu (masculin) et Lisa (féminin) sont les enfants d’une mère primitive, Nana Buluka, créatrice du monde. La nuit et le jour sont séparés. Mawu, la Lune, vit à l’Ouest et Lisa, le Soleil, à l’Est. ( Bénin)

Terre-mère et jumeaux Nommo


Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>