Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #marguerite de valois tag

Marguerite de Valois: ''La Ruelle mal assortie''

Publié le par Perceval

La Ruelle mal assortie (ca 1610) ou entretiens amoureux d'une dame éloquente avec un cavalier gascon plus beau de corps que d'esprit et qui a autant d'ignorance comme elle a le sçavoir.

De, Marguerite de Valois (1553-1615)

Marguerite de Valois, connue sous le nom de ''Reine Margot'' d'après le surnom que lui a donné Alexandre Dumas, est la fille de Henri II et Catherine de Médicis, et donc la sœur des trois derniers rois de la lignée des Valois. Elle est célèbre pour sa culture et pour ses nombreux amants. On dit que la belle Margot, étant née sensible, est devenue l'une des grandes amoureuses du siècle, et si riche en liaisons qu'il n'en coûte rien de lui en prêter... Mariée de force par sa mère à Henri IV afin de réconcilier les catholiques aux protestants, elle se révolte plus tard et doit s’exiler avant de laisser sa place de reine de France à Marie de Médicis....

''La Ruelle mal assortie'', serait l'œuvre de Marguerite de Valois, petite-nièce par le sang, et petite-fille par alliance de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, et qui avait été elle aussi reine de Navarre, elle mériterait comme sa grand'tante d'être comptée parmi les meilleurs écrivains de la Renaissance française. Elle écrit de si jolies lettres que Brantôme crie son enthousiasme...

La Ruelle mal assortie est un court dialogue ''philosophique'' où Marguerite de Valois et son jeune amant en titre démontrent chacun à sa façon l'excellence de l'amour pur et de l'autre.

La Dame savante et éprise d'idéal, se plaint que le jeune gascon soit inculte et qu'il ne puisse la satisfaire que physiquement - ce a quoi elle se résout - après avoir vainement essayé de le convertir a l’honnête conversation d’amour.

- «Je vous aime byen sans tant philosopher », soupire le Gascon, a la torture. « je viens quand vous me mandes venir », « je suis captif et despends de vos volontes », serine‐t‐il. Alors que la Dame l'accable sur un ton méprisant...

Elle : « mon inclination ne tend qu'à ces petites voluptés qui proviennent des yeux et de la parole, qui sont, sans comparaison, d'un goust plus savoureux et de plus de douceur que cet autre plaisir que nous avons de commun avec les bestes. »   
Lui : « - Je prends grand plaisir à faire la beste. »

Elle : « - Vous avés raison, car c'est sans contrainte et sans prendre grande peine, et croy qu'il faut bien, veu l'antipathie de nos humeurs, la discordance de nos génies et la dissemblance de nos idées, qu'il y ait quelque vertu secrette qui agisse pour vous »

Lui : « - Je vous aime byen sans tant philosopher. »

Elle : «  vous feriés bien mieux d'employer le temps à lire l'Equicola, Leon Hebrieux ou Marcel Ficin (*), qu'en l'entretien de ces coquettes qui parlent tousjours et ne disent rien, que je suis lasse de vous en tant crier. » (...)

(*) Ce sont trois des grands classiques de l'amour platonique.

Elle : « - L'esprit, pourtant, est bien plus à aymer, c'est lui qui tient le coeur quand la beauté l'a pris ; mais il faut, malgré la raison, que chacun ayme son semblable ; et pour vous la cause en est, sans guere subtiliser, que vous estes tout corps et n'avés point d'esprit, et ne sçauriés juger des vrayes voluptés, en tant qu'elles viennent de l’ame par raison de science ; mais ouy bien des fausses voluptés, parce qu'elles procedent des sens exterieurs ; et encore en jugés vous bien mal le plus souvent, vous laissant coiffer si aisément à toutes les laides qui se présentent. »
Lui : « - Aussi bien je ne suis coiffé que de vous. » (...)

La « vertu secrette »du jeune homme, mystérieusement évoquée en ouverture, s’y dévoile de manière très pragmatique :

Elle - «il faut confesser qu'il n'y a pas grand peine à vous faire déclarer une beste, advouant que j'ai tort de vous faire parler, puisque vous avés trop plus de graces à vous taire ; et faut occuper desormais vostre bouche à un autre usage, et en retirer quelque sorte de plaisir, pardonnant a la nature qui employant tout a polir le corps, n’a rien peu reserver pour l’esprit. […] Approches vous donc, […] car vous estes mieux pres que loing. Et puisque vous estes plus propre a satisfaire au goust qu’a l’ouie, recherchons d’entre un nombre infini de baisers diversifies, le quel sera le plus savoureux pour le continuer. O ! qu’ils sont doux […] ; j’en suis toute esmue et en rougis jusque dans les cheveux. […] Eh bien ! vous voila enfin dans vostre element […] Ha ! j’en suis hors d’aleine et ne m’en puis plus ravoir ; et me faut, n’en deplaise a la parole, a la fin advouer que, pour si beau que soit le discours, cet ebatement le surpasse ».

L'attribution de ce texte à Marguerite de Valois est contesté, soit qu'il serait trop féministe, ou plutôt jugé misogyne par l’excès même du texte … D'autres critiquent le dénouement ''contradictoire'' où l'héroïne succombe à l'amour vulgaire et le dit supérieur en agrément à l'autre... ''La Ruelle'' ne serait qu'une satire, avec des propos repris de Marguerite... On sait qu'elle confia ses notes au poète François Maynard qui pourrait en être l'auteur …

Marguerite de Valois, se distinguait par sa culture et se goûts intellectuels... A Usson et à Paris, elle ne se mettait pas à table sans avoir entendu discourir sur des ''propos non communs '' de forts honnêtes gens et savants ( Brantôme).

Voir les commentaires

Marguerite de Valois – 14/- Le retour à Paris et la fin

Publié le par Perceval

Enfin, ayant reçu l’autorisation de rentrer, le 18 juillet 1605, Marguerite de Valois traverse Paris escortée par le petit duc de Vendôme. Le 26, Henri IV lui rend visite au château de Madrid et le lendemain, c’est Marie de Médicis. Marguerite est accueillie au Louvre et ovationnée par le peuple. Le 6 août, le Dauphin l’attend sur la route de Saint Germain. Eprise de ce petit garçon, Marguerite lui lègue tous ses biens et lui offre un Cupidon parsemé de diamants, assis sur un dauphin muni d’une émeraude et un petit cimeterre constellé de pierres.

Souvent atteinte de malaises et de dysenterie, elle a perdu de sa beauté, est horriblement grosse, s’habille en vieille femme, coiffée de cheveux blond filasse (empruntés à des valets pour en faire des perruques). En avril 1606, elle perd son jeune et cher écuyer Dat de Saint Julien qu’elle aimait passionnément et s’installe au Pré aux Clercs, la peste arrivant à Paris. En septembre, elle achète à Issy, la maison de Jean de la Haye, orfèvre du roi et se met à l’embellir, faisant des travaux dans le parc avec des statues et des fresques sur les murailles. Elle y accueille régulièrement le Dauphin qui reçoit en 1609 un cordon de pierreries de 3000 écus.

De retour à Paris en octobre, elle retrouve avec un immense plaisir, son écuyer Bajaumont devenu philosophe et vaillant soldat, qu’elle perdra fin 1609, attaqué en pleine église. Ses salons se remplissent de diplomates, de soldats, de poètes, elle organise des réceptions accueillant le roi et la reine, on y discute de tout, on y fait de tout : Henri IV dit lui-même revenir du « bordeau ». A la mort du roi, elle fait chanter un service solennel et 2 oraisons funèbres. Restant en bon terme avec la reine, elle joue un rôle dans l’alliance franco-anglaise pour le mariage d’Henriette, mais vit à l’écart de la cour.

Vers la fin de 1614, elle tombe malade d’un engorgement du foie, compliqué d’une gravelle. Son aumônier jugeant l’état très grave, l’avertit. Le 7 mars 1615, elle fait poser la 1ère pierre du tombeau. Elle s’éteint le 28 mars 1615 à 62 ans, laissant 100 000 livres aux pauvres, 200 000 écus de dettes réglées par Marie de Médicis. Un an après, son corps est transporté du couvent des Filles du Sacré Cœur vers Saint Denis.

On ne peut oublier la fin du discours funèbre de 1615 : « morte, Marguerite de France ! Adieu les délices de France, le paradis des plaisirs de la Cour ! Le brillant de nos jours, le jour des beautés, la beauté des vertus, la mignardise des lys, le lys des princesses, la princesse des grandes, la reine des grandeurs, la grandeur des esprits, l’esprit de sagesse, la prudence des nobles, la noble des fleurs, la fleur des Marguerite, la Marguerite de France ».

 

Le Portrait de Marguerite de Valois par Brantôme, grand écrivain de l'époque

« Son beau visage, si bien formé, en faict la foy ; et diroit on que la mere nature, ouvriere très parfaicte, mist tous ses plus rares sens et subtilz espritz pour la façonner. Car, soit qu'elle veuille monstrer sa douceur ou sa gravité, il sert d'embrazer tout un monde, tant ses traicts sont beaux, ses lineaments tant bien tirez, et ses yeux si transparans et agreables, qu'il ne s'y peut rien trouver à dire : et, qui plus est, ce beau visage est fondé sur un corps de la plus belle, superbe et riche taille qui se puisse veoir, accompaignée d'un port et d'une si grave majestée, qu'on la prendra tousjours pour une deesse du ciel, plus que pour une princesse de la terre. »

Marguerite de Valois – 14/- Le retour à Paris et la fin
Marguerite de Valois – 14/- Le retour à Paris et la fin

Voir les commentaires

Marguerite de Valois – 13/- Reine d’Usson

Publié le par Perceval

Marguerite de Valois – 13/- Reine d’Usson
Marguerite de Valois – 13/- Reine d’Usson

N’ayant plus qu’une partie de son escorte, Marguerite se dirige vers Carlat, qui lui est hostile. Harcelée de toutes parts, elle tente de lever des troupes en Gascogne. Délaissée par Henri III et par Henri de Navarre, elle se tourne vers sa mère qui lui offre un asile dans le château à Ybois, près d’Issoire, à l’automne 1586.

Parmi sa suite, Gabriel d'Aubiac dit le Bel Athis, son amant, l’accompagne. Mais ce refuge est un piège tendu par sa mère et son frère le roi Henri III. Les amants sont arrêtés. Aubiac est retenu au château de Saint-Cirgues, Marguerite à Saint-Amant-Tallende.

Elle est dans un premier temps prisonnière, mais rapidement la situation va se retourner. Le Gouverneur d’Usson, le marquis de Canillac, Vicomte de Pont-du-Château, tombe vite sous son charme. Lui promettant son cœur, sa maison à Pairs ainsi que 2000 livres de rente d’une terre près de Senlis, Marguerite expédie le marquis à Paris en janvier 1587, muni de documents pour qu’il récupère les biens promis. Quand ce dernier arrive, il se rend compte qu’il a été précédé par un coursier détenteur d’une lettre de Marguerite, laquelle annonce qu’elle annule tout ! Sur place, Marguerite fait désarmer la garnison et la remplace par des hommes à elle. Alors elle devient la reine d’une petite cour qu’elle reconstitue dans ce château d’Usson qu’elle quitte peu. Nous sommes pendant les guerres de religion et dans la plaine, les batailles font régulièrement rage.

Les temps sont durs puisqu’elle apprend l’exécution d’Aubiac. Sa propre vie ne vaut pas cher : sa mère, Catherine de Médicis, intrigue pour que son mari, Henri de Navarre, se convertisse au catholicisme, et se remarie avec une femme susceptible de lui donner un héritier. Comme Henri de son côté nourrit une violente passion pour sa maîtresse et souhaite l’épouser, le décès de Marguerite arrangerait tout le monde. Justement, on la dit malade…

Comme elle ne meurt pas, on songe pour elle au couvent. Son frère, le roi Henri III, a toutefois des scrupules. Mais bientôt les circonstances sont plus favorables pour Marguerite et des retours de fortune lui permettent de s’entourer d’intellectuels et d’artistes car elle s’intéresse aux idées et aux arts. Elle-même chante en s’accompagnant au luth.

Maître dans son château, elle organise la résistance au pouvoir royal, Usson étant devenu le quartier général des chefs ligueurs. Elle entreprend la rédaction de ses Mémoires, qu’elle dédie à Brantôme et rencontre Saint Vidal (chef du Velay), le comte de Randan (commandant de l’Auvergne), Urfé (l’auteur célèbre de l’Astrée).

Au début de l’année 1589, Catherine de Médicis meurt, déshéritant sa fille. Pendant l’été, Henri III est assassiné.

Marguerite serait l’héritière du trône si la loi salique ne lui interdisait d’y accéder. Son plus jeune frère, le duc François d’Alençon, ayant trouvé la mort quelques années plus tôt, la lignée des Valois est désormais éteinte. Une nouvelle dynastie, descendante elle aussi des Capétiens va naître, la dynastie des Bourbons et c’est son mari qui devient roi de France sous le nom d’Henri IV.

Navarre lui demande l’annulation de leur mariage. Marguerite y consent, si elle conserve tous les avantages acquis ainsi que de l’argent pour payer ses dettes. Les tractations durent plus de 5 ans. En échange de son aide lors du procès contre Henriette d’Entragues, elle demande sa part d’héritage et la dédie au dauphin Louis. Gabrielle disparaissant, Marguerite se manifeste le 21 octobre 1599, prête à tout pour faciliter et accélérer la dissolution du mariage, n’ayant qu’un but : quitter Usson.

Tout va très vite : le 10 novembre le mariage est déclaré nul, elle conserve son titre de reine et de duchesse de Valois, ses domaines et reçoit 200 000 écus payables en 4 ans. Henri IV et Marie de Médicis se marient en décembre 1600 et le 27 septembre 1601, Louis XIII naît.

Marguerite a cinquante ans : c’est une femme énorme. Le bruit court que son âge n’a rien terni de son tempérament : elle continue de se farder, de se friser, de se pommader, de séduire et elle arbore des décolletés à faire rougir une honnête femme. Elle n’a pas renoncé à séduire. Elle ne peut se passer d’hommages masculins. Restent les favoris. Ce sont des garçons de petite ou moyenne noblesse, jeunes et sans fortune, qui occupent dans sa maison des emplois intermédiaires comme maître de musique ou secrétaire. Elle les forme, elle les pousse, les marie. Elle ne cherche pas à dissimuler la tendresse qu’elle leur porte.

La Cour accepte la vieille dame telle qu’elle est, avec ses favoris, son fou et ses pauvres, sa coquetterie, et ses excentricités. Elle mène un train presque royal. Elle a été reine de Navarre, elle a failli être reine de France. Elle n’est plus reine de nulle part. Elle est « la reine Marguerite » et occupe à la Cour une place sans équivalent : elle est libre, indépendante, et dirige sa vie comme elle l’entend. Car elle règne sur les lettres et les arts et sa maison, face à la cour du Louvre, devient le rendez-vous des esprits cultivés. Elle va y vivre dix ans encore, coquette et obèse, dans un mélange de débauche et de piété.

Voir les commentaires

Marguerite de Valois – 12/-

Publié le par Perceval

Un heureux événement se prépare donc, dans ce ménage à trois composé de Marguerite de Valois, Henri de Navarre et la belle Fosseuse qui est enceinte...

Marguerite écrit : "Lors, se sentant dans cet état, elle change toute de façon de procéder avec moi ! et, au lieu qu'elle avait accoutumé d'y être libre et et de me rendre à l'endroit du roi mon mari tous les bons offices qu'elle pouvait, elle commence à se cacher de moi, et à me rendre autant de mauvais offices qu'elle m'en avait fait de bons. Elle possédait de sorte le roi mon mari, qu'en peu de temps je le connus tout changé. Il s'étrangeait de moi, il se cachait, et n'avait plus ma présence si agréable qu'il avait eu les quatre ou cinq heureuse années que j'avais passées avec lui en Gascogne, pendant que Fosseuse s'y gouvernait avec honneur"

Marguerite tente d'être aussi d'être enceinte, prend les eaux de Bagnères qui passent alors pour avoir des vertus fécondantes... Mais, rien n'y fait.

Finalement (1581) , ''la belle'' accouche ; mais d'une fille mortnée.

Marguerite est invitée par sa mère Catherine de Médicis à venir à Paris, avec ses dames d'honneur y compris Françoise ( la belle Fosseuse) . Et, la reine mère donne le conseil à sa fille de renvoyer Françoise à ses parents. Marguerite suit le conseil, et chasse Fosseuse de la cour en 1582. Henri le prend comme une injure personnelle, mais ne fait rien pour la récupérer. Puis il tombe sous le charme de la « belle Corisande ».

''Trop'' belle et ''trop'' intelligente, Henri III ne supporte plus sa sœur et la chasse en plein bal le 7 août 1583.

Sans argent, sans appui, Marguerite repart pour Nérac, mais à Cognac Navarre la stoppe, trop occupée avec Corisande ; ceci jusqu’en avril 1584, là il consent à la reprendre. L’accueil est glacial, elle est mise à l’écart et humiliée. En tant que reine, elle reçoit pourtant d’Epernon qui doit convertir le roi au catholicisme. Mais Navarre lui mène la vie dure : il fait enlever son secrétaire, le menace de torture alors qu'il n’est que coursier entre Catherine de Médicis et sa fille.

Délaissée par son mari et disgraciée par Henri III, Marguerite adhère à la Ligue, et entre alors dans une lutte armée contre Henri de Navarre. Elle s'empare d'Agen en 1585 ; mais les contributions qu'elle exige de l'habitant la rendent odieuse, le maréchal de Matignon reprend Agen et elle doit s'enfuir.

Commence alors ce qui prend l'allure d'une course à l'abîme. Marguerite se retire d'abord vers ses terres du Quercy 1586. Trahie par les siens, elle se réfugie en Auvergne, dans les domaines de sa mère Catherine de Médicis, laquelle, défendant la ligne politique d'Henri III, la fait retenir prisonnière... tout en négociant avec son gendre Henri les modalités d'une répudiation assortie, si besoin, d'une éventuelle relégation dans un couvent. Catherine, qui n'en est pas à une 'combinazione' près, propose même au Béarnais de troquer Marguerite contre la nièce de cette dernière, Christine de Lorraine...

Voir les commentaires

Marguerite de Valois – 11/-

Publié le par Perceval

La signature de la paix de Fleix est à l'origine d'une aventure galante qui devait bouleverser la vie de Marguerite et diviser, une fois de plus, la famille royale.

Parmi les jeunes seigneurs qui accompagnent le duc d'Anjou, se trouve un garçon fort séduisant nommé Jacques du Harlay, seigneur de Champvallon, ami d’Alençon que la reine de Navarre, toujours à l'affût, remarque tout de suite pour son regard chaud et sa carrure prometteuse.

Elle a alors trente ans. Son tempérament déjà volcanique se trouve renforcé par la cuisine fortement épicée de Nérac. La vue de ce beau jeune homme lui met immédiatement du feu à tous les bons endroits, et elle s'en trouva gênée. D’une grande beauté, lettré, il a tout pour plaire, il lui parle d’amour... Voyant son trouble, Champvallon sait se montrer galant gentilhomme, et la prend sur-le-champ...

Le lendemain, encore toute chancelante, elle écrit à son amie, la duchesse d'Uzès, ses impressions sur les quelques instants passés avec ce nouveau partenaire :"j'ai eu tant de plaisir que ce serait chose trop longue à vous écrire." Tant de plaisir qu'elle en est remuée jusqu'au plus profond d'elle-même ; tant de plaisir que, pour la première fois de sa vie, elle tombe vraiment amoureuse...

Transfigurée, rayonnante, oubliant tout : Navarre, Turenne, etc.. Elle vit dans l'adoration de ce jeune seigneur élégant qu'elle appelle, avec quelque exaltation, "son beau soleil", "son bel ange", "son beau miracle de la nature"... Cette passion l'aveugle au point qu'elle perd le peu de réserve qui lui reste, et Champvallon doit la satisfaire dans les escaliers, les placards, les jardins, les champs, les granges …

François, le duc d'Anjou est tombé amoureux de ''la belle Fosseuse'', et Henri de Navarre craint que la petite, dont il connaît l'ambition, ne se laisse séduire par l'héritier présomptif du trône de France

Et François – pour oublier Fosseuse - quitte Nérac, emmenant son fidèle Champvallon … !

François de France (1555, 1584 à 29 ans), frère de Marguerite, duc d'Alençon, d'Anjou, de Touraine, de Brabant et Château-Thierry, est le dernier fils d'Henri II et de Catherine de Médicis.  

 Malmenée par un frère ombrageux, rejetée par un mari léger et opportuniste, Marguerite de Valois va prendre le parti de la Ligue (1585)  

La passion de Marguerite pour Chamvallon, croît et toutes ses lettres se terminent de même par : « Je ne vis plus qu'en vous, mon beau tout, ma seule et parfaite beauté. Je baise un million de fois ces beaux cheveux, mes chers et doux biens ; je baise un million de fois cette belle et amoureuse bouche.

Après le départ du duc d'Anjou, Henri de Navarre vit une nouvelle lune de miel avec la belle Fosseuse qu'il a failli perdre. C'est alors qu'une idée fort peu louable germe dans l'esprit de cette petite ambitieuse : elle pense que si elle a un fils de Navarre, celui-ci répudiera Marguerite, pour l'épouser, elle... Des soirs durant, elle œuvre consciencieusement dans ce but et, un matin, peut annoncer au Béarnais qu'elle est enceinte de ses bons soins.

Voir les commentaires

Marguerite de Valois – 10/-

Publié le par Perceval

En compagnie de l'ardent vicomte de Turenne, La reine Marguerite organise des bals, des mascarades au cours desquels, il est de bon ton de se tenir très mal.

Naturellement, Margot n'a pas l'indécence de demander à son mari de payer ces fêtes où elle le cocufie. Elle s'adresse pour cela au bon Pibrac, toujours amoureux d'elle, qui se ruine doucement sans obtenir aucune faveur.

Mais il arrive que les 'moutons' se rebiffent. Un beau matin, Pibrac, ulcéré de voir Marguerite se moquer de lui avec Turenne, quitte Nérac, retourne au Louvre et raconte par le détail à Henri III ce qui se passe à la Cour de Navarre.

Le roi entre dans une grande colère, traite sa soeur de putain et adresse immédiatement une lettre au Béarnais pour l'informer de l'inconduite de Margot.

Navarre, qui a tant à se faire pardonner, fait semblant de ne rien croire, mais s'amuse à montrer la lettre du roi, à Turenne et à Marguerite. Celle-ci, outrée de cette nouvelle perfidie, décide, pour se venger, de pousser son mari à déclarer la guerre au roi. Le prétexte est simple : les villes d'Agen et de Cahors, qui font partie de son douaire, sont retenues injustement par Henri III.

Pour convaincre le Navarre, il suffit d'y ajouter un peu d’excitation, et ce sera le rôle de la jeune Fosseuse.

Quelques jours après, Navarre se prépare à cette guerre qu'Agrippa d'Aubigné devait, avec raison, baptiser "la guerre des Amoureux".

Voici d'ailleurs ce que nous en dit l'auteur de l'Histoire Universelle.

« Nous avons touché, écrit-il, de la haine de la reine de Navarre contre le roi son frère,. Cela fit que, pour lui remettre la guerre sur les bras, à quelque prix que ce fût, cette femme artificieuse se servit de l'amour de son mari envers Fosseuse pour semer en l'esprit de ce prince les résolutions qu'elle désirait. Cette fille, craintive, pour son âge, au commencement, ne pouvait bien pratiquer les leçons de sa maîtresse. Elle la faisait aider par une fille de chambre, nommée Xainte, avec laquelle le roi de Navare familiarisait. Celle-ci, hardie, rapportait sans discrétion force nouvelles que la reine de Navarre recevait ou inventait de la Cour, soit les paroles de mépris que son frère disait en son cabinet, soit les risées de Monsieur et du duc de Guise, qui se faisaient à ses dépens devant la dame de Sauve. D'ailleurs, elle séduisit les maîtresses de ceux qui avaient voix au chapitre. Elle même gagna pour ce point le vicomte de Turenne, embarqué en son amour... »

Les hostilité commencent sans tarder. On se bat avec fureur dans toute la Guyenne, et Navarre parvient à prendre Cahors. Aussitôt, par représailles, les soldats du maréchal de Biron viennent jeter des boulets dans de nombreuses villes huguenotes qui sont incendiées.

A Nérac, Marguerite se croit à l'abri, car elle a obtenu de Henri III que cette ville "fût tenue en neutralité" sous la réserve expresse que Navarre ne s'y trouvât pas.

" Mais, nous dit-elle dans ses Mémoires, cette condition n'empêcha poin que le roi, mon mari, ne vînt souvent à Nérac où nous étions, Madame, sa soeur et moi, étant son naturel de se plaire parmi les dames, même étant lors fort amoureux de Fosseuse.

Ces considération l'ayant amené un jour à Nérac avec ses troupes, il y séjourna trois jours, ne pouvant se départir d'une compagnie et d'un séjour si agréables..."

Le maréchal de Biron n'attend que cette occasion. Il accourt avec son armée et "fit tirer sept ou huit volées de canon dans la ville, dont l'un donna jusqu'au château..."

C'est ainsi que l'amour faillit causer la destruction de Nérac …

Au mois de novembre, le duc d'Anjou vient entamer des négociations, qui aboutissent au traité de Fleix (26 novembre 1580). La "Guerre des Amoureux" était finie.

Voir les commentaires

Marguerite de Valois – 9/-

Publié le par Perceval

Nérac

Le charme de cette cour rayonne au loin, puisque Shakespeare y situe la scène de ses "Peines d'amour perdues". Ce ne sont que fêtes, concerts, poèmes, débats platoniciens sur "l'honnête amour", qui n'empêchent pas les galanteries plus terrestres, les deux époux fermant les yeux sur leurs infidélités réciproques.

À Nérac, Marguerite commence à s’entourer de gens de lettres. Outre le poète Salluste du Bartas, le magistrat et poète Pibrac, ou Agrippa d’Aubigné, elle entretient des échanges réguliers avec Montaigne. Ce mouvement s’amplifie considérablement durant le long séjour à Usson où elle rédige ses Mémoires.

Elle y reçoit une foule d’écrivains, tels Brantôme qui sera à l’origine de la rédaction des Mémoires. Elle y accueille aussi Honoré d’Urfé qui fait d’elle la nymphe Galatée dans l’Astrée. Enfin c’est à Paris, à l’hôtel des Augustins, où elle tiendra salon à partir de 1605 et jusqu’à sa mort en 1615. C’est l’époque du passage entre la Renaissance et le Grand Siècle, assurée par un brillant parterre d’artistes, d’écrivains et de philosophes dont elle s’est entourée. Citons les plus connus : Maynard, Mathurin Régnier, Théophile de Viau.

 

Catherine de Médicis imagine en ramenant Melle Dayelle au Louvre, attirer Navarre à Paris et disloquer ainsi le camp protestant. La jeune Grecque est donc chargée de s'attacher le Béarnais par tous les moyens, y compris les vices les plus singuliers. Au début du printemps 1579, Catherine de Médicis pense que le moment favorable à l'accomplissement de ses desseins est arrivé : elle annonce son départ. Mais Henri flaire la chose, et refuse de suivre ...

Henri oublie rapidement la belle Grecque : il prend pour maîtresse Melle de Rebours, l'une des demoiselles de la suite de Marguerite ; cette liaison reste courte.... Car, un soir, il découvre parmi les jeunes femmes qui hantent à présent le château de Nérac une ravissante blonde nommée Françoise de Montmorency ( la belle Fosseuse ) dont, il devient l'amant. Mais, nous allons y revenir...

A Nérac, Marguerite est heureuse de retrouver son rang, son château, son époux et l’on se côtoie agréablement. 

Elle se fait courtiser par le vicomte de Turenne, pendant qu’Henri s’occupe de la Rebours (fille d’honneur de Marguerite) et décide de gérer les maîtresses de son époux en instaurant la théorie de l’amour néoplatonicien ! « On muguette, on conte fleurette, mais il est interdit de déflorer ! ». Tout fonctionne jusqu’à ce que Navarre ait connaissance de la relation entre Turenne et Marguerite. Ne se laissant pas faire, la « guerre des amoureux » est déclarée en fin d’année 1579 : il s’agit de prendre les villes appartenant à l’un ou à l’autre, mais sans que ni l’un ni l’autre ne le sache : c’est le cas pour Cahors !

On parle de rupture, même si Marguerite est présente pendant les 17 jours de maladie du roi et qu’elle aide la Belle Fosseuse (maîtresse du roi) à accoucher d’une fille morte née. Nous y reviendrons ...

Voir les commentaires

Marguerite de Valois – 8/-

Publié le par Perceval

Marguerite de Valois – 8/-

Parmi ces dames de ''l'escadron volant'' se trouve Mme de Sauve, qui a déjà partagé la couche de Henri de Navarre... Ainsi, Catherine de Médicis traverse t-elle la France sous les acclamations en ramenant à son gendre à la fois une épouse et une maîtresse...

La reine de Navarre, elle, a choisi parmi les hommes qui l'accompagnent un joli garçon dont elle apprécie, aux étapes, la vigueur et le savoir-faire ; c'était, dit-elle en souriant : son "petit amant de voyage"... Ce jeune homme est joueur de luth et se nomme Guillaume Raspault. Il fait partie du quatuor privé de la reine composé d'un violoniste, d'un autre luthiste et d'un joueur de musette.

- Anecdote de voyage.

Un chroniqueur raconte une anecdote au sujet de la Reine de Navarre et du joueur de luth, Guillaume Raspault, que, - en cette période estivale - je recopie ici :

« Au cours d'une halte dans la forêt de Chinon, Marguerite s'enfonça dans un fourré, en compagnie de Guillaume Raspault.

Après avoir cheminé à travers les fougères, ils trouvèrent un petit tapis de mousse sur lequel ils s'étendirent.

Quelques instant plus tard, ils se savouraient dans un grand désordre de vêtements et de champignons écrasés, quand soudain, un bruit de branches remuées leur fit tourner la tête : entre deux arbres, un magnifique cerf, l'ai hautain, les contemplait.

Effrayé, le joueur de luth s'immobilisa et s'aplatit le plus qu'il put pour former un bouclier vivant sur le corps de la reine de Navarre.

L'animal avança, intrigué, vint flairer le couple qui n'osait faire un geste, sortit une langue énorme, et lécha le visage de Margot. La jeune femme était sur le point de perdre les sens (ce qui eût été navrant si l'on considère les circonstances) quand un groupe de paysans fit bruyamment irruption dans la clairière.

D'un bond gigantesque, le cerf disparut dans la forêt.

Au même instant, quelques cavaliers en fringant équipage surgirent à leur tour.

- Il était là messeigneurs, leur expliqua l'un des paysans. Il léchait cette belle dame qui avait grand peur.

Et il ajouta, à l'adresse de Marguerite et de Guillaume, qui restaient bien entendu, dans la posture où le cerf les avait surpris : - Vous pouvez vous relever, il est parti.

Très embarrassés, les deux amants adressèrent aux chasseurs un sourire un peu figé.

- Merci ! bredouilla Guillaume, merci !

Et, nous dit le chroniqueur, qui rapporte cette anecdote, "le joueur de luth et la reine de Navarre, toujours l'un sur l'autre, comme bête à deux dos, bien que Guillaume Raspault ait depuis longtemps perdu de son beau maintien, n'osaient se redresser, de peur que leur fricatelle ne soit découverte".

Alors, brusquement, les cavaliers et les paysant, comprenant dans quelle situation critique se trouvaient Margot et son amant, éclatèrent d'un rire énorme, fantastique, qui attira plusieurs dames de la suite.

En reconnaissant la reine Marguerite, ces jeunes femmes se précipitèrent :

- Etes-vous souffrante, Madame ?

Les cavaliers répondirent en riant qu'il s'agissait d'un mal fort agréable et contèrent l'aventure en détail. On dut, pour les faire fuir, dévoiler l'identité de Marguerite.

Affolés, ils partirent au galop tandis que les paysans couraient en tremblant se cacher dans des taillis.Les deux amant purent alors se "rajuster, prendre l'allure innocente de chercheurs de fleurettes" et rejoindre leur carrosse.

Cette histoire, qui fut connue immédiatement de tous les "gens du voyage", fit la joie des amateurs de potins, irrita Catherine de Médicis, peina le chancelier Pibrac, qui était amoureux de Marguerite, mais n'arrêta pas la liaison de celle-ci avec le joueur de luth. »

 Le voyage se poursuit sans encombre, et, le 2 octobre, la reine de Navarre retrouve son mari à la Réole.

Marguerite de Navarre écrit dans ses Mémoires : « Le roi, mon mari, est devenu fort amoureux de Melle Dayelle ( de ''l'escadron volant''..) , ce qui n'empêchait pas que je reçusse beaucoup d'honneur et d'amitié du roi, qui m'en témoignait autant que j'en eusse pu désirer... »

Après un long séjour à Toulouse, Marguerite entre à Nérac, sa capitale, le 15 décembre 1578

Voir les commentaires

Marguerite de Valois – 6/-

Publié le par Perceval

A Liège, elle reçoit un accueil chaleureux de la part des seigneurs flamands et allemands qui organisent des fêtes somptueuses en son honneur. Finalement, elle n'a pas le temps d'aller jusqu'à Spa, distante de sept lieues, et doit se faire apporter les eaux dans des tonneaux .....

Tout va donc pour le mieux, quand elle apprend par une lettre de son frère que le roi est au courant de ses entretiens avec les Flamands. Après être entré dans une formidable colère, il a averti les Espagnols, dans l'espoir que Marguerite soit arrêtée comme conspiratrice...

Affolée, la reine de Navarre prévient ses dames d'honneur, leur dit de laisser là robes, bagages, cadeaux, parures, bijoux, et de se préparer à partir d'un instant à l'autre ; puis elle court voir quelques amis favorables au duc d'Anjou et obtient des chevaux. Deux heures plus tard, Marguerite et toute sa suite galopent à bride abattue en direction de la France.

Après cinq jours d'un voyage mouvementé, les fugitives, harassées, arrivent enfin à la Fère, ville qui appartient au duc d'Anjou. François s'y trouve, attendant sa soeur avec impatience.

Le frère et la sœur, rejoignent le roi et le Louvre, chacun laissant croire que la concorde est revenue...

 

En février 1578, d’Alençon s’enfuit du Louvre. Et Marguerite demande à Henri III de l'autoriser à rejoindre son époux à Nérac.

Le roi, qui ne décolère pas depuis la fuite du duc d'Anjou, va refuser une fois de plus, quand Catherine de Médicis intervient : « Ma fille, vous irez en Guyenne, et je vous accompagnerai... »

Ce n'était pas par pure bonté d'âme que Catherine de Médicis accepte d'aller voir son gendre ; mais pour des raisons politiques. Depuis quelques mois, une agitation huguenote assez inquiétante est signalée en Languedoc, et pour parer à une nouvelle menace de guerre civile, la Florentine juge prudent de se rendre sur place.

La longue suite de carrosses traversa la Touraine, le Poitou, soulevant un enthousiasme considérable dans le peuple, tout heureux de voir les deux reines et tant de jolies femmes derrière elles. Catherine de Médicis, pour améliorer les rapports avec certains chefs huguenots, a jugé bon, en effet de se faire accompagner de ''l'Escadron Volant'' au grand complet ...

''L'Escadron volant '' ...? On en parle dans le prochain article .... A suivre.

Ecole FLAMANDE du XVIe siècle, atelier de Martin van CLEVE

Ecole FLAMANDE du XVIe siècle, atelier de Martin van CLEVE

Voir les commentaires

Marguerite de Valois – 5/-

Publié le par Perceval

Marguerite, est aussi une véritable amazone de la politique, conforme au rôle, alors reconnu aux femmes de l'aristocratie... Sous prétexte de prendre les eaux à Spa, dans l'actuelle Belgique, Marguerite se rend dans les Flandres 1577 pour y convaincre les seigneurs révoltés contre Philippe II de choisir comme souverain François d'Alençon, le tout à la barbe de don Juan d'Autriche...

Brantôme (Richard Bohringer) « muguète » une dame galante, à dr. chez Mme de Retz, dans le film de Tacchella (1990) ...

Mais avant : le 15 mai 1577, Catherine de Médicis donne dans les jardins du château de Chenonceaux un banquet où toutes les licences seront admises.

"En ce beau banquet, nous dit Pierre de l'Estoile, les dames les plus honnêtes et les plus belles de la Cour, étant à moitié nues et ayant leurs cheveux épars comme épousées, furent employées à faire le service." Mme de Sauve est, paraît-il, décolletée jusqu'à la ceinture. 

 

Elle n'est pas la seule à exposer aussi généreusement ses appas, car l'Estoile nous dit qu'en ce printemps de 1577:

 "les dames et les demoiselles semblaient avoir appris la manière des soldats de ce temps, qui font parade de montrer leurs poitrinals dorés et reluisants quand ils vont faire leur montre, car tout de même elles faisaient montre de leurs seins et poitrines ouvertes et autres parties pectorales, qui ont un perpétuel mouvement, que ces bonnes dames faisaient aller par compas ou mesure comme une horloge, ou, pour mieux dire, comme les soufflets des maréchaux, lesquels allument le feu pour servir à leur forge".

On les embrasse dans le cou, on les culbute dans l’herbe, on les baise contre les arbres. » extrait de ''Catherine de Médicis – La Reine de Fer'', par Raphaël Dargent (2011)

.« Les halètements se mêlent aux rires, les corps n’en peuvent plus, tendus à l’extrême. C’est une obsession : se plonger dans les crinières odorantes, se presser contre les croupes aguichantes. Les corps sont offerts, à qui veut les prendre : poitrines généreuses, tendues sous les corsages, humides de sueur ; lèvres brillantes, rouges et charnues : cous blancs, doux et chauds.

Pourtant, les historiens ne sont pas unanimes : certains affirment que Catherine réprouve farouchement la débauche, et son « escadron volant » ne mérite pas une réputation aussi sulfureuse. La Cour des Valois n’est pas une Cour dissolue. Si certains se font une joie d’exagérer des scandales ou d’en inventer de toutes pièces, c’est parce qu’ils ne savent pas comment réagir face à cette nouvelle société qui prend forme, une société où la femme possède une place à part entière, répandant à la Cour un vent de sociabilité et de sentiment amoureux...

 

Le départ pour les Flandres a lieu le 28 mai 1577.

A Cambrai, Marguerite trouve sur place ce qu'il lui faut, en la personne de M. d'Inchy, le gouverneur, dont elle fait la connaissance au cours d'un bal organisé par l'évêque. Ce saint homme, se retire après le souper, effrayé sans doute par la tournure que semblent vouloir prendre les choses.

Lorsque l'orgie à laquelle participent benoîtement toutes les grandes dames de la ville bat son plein, la reine de Navarre s'éclipse à son tour dans ses appartements avec M. d' Inchy qui se montre si valeureux amant qu'elle lui demande s'il veut l'accompagner dans son voyage.

Le gouverneur accepte, et le plaisir de visiter un pays inconnu se double pour la reine Margot des délices d'une lune de miel …

Elle n'oublie pas pour autant sa mission. D'ailleurs, cette aventure galante fait partie d'un plan.

Marguerite, dans ses Mémoires, laisse entendre, en effet, qu'en se faisant accompagner par le gouverneur de Cambrai, elle pense gagner celui-ci à la cause du duc d'Anjou ( d'Alençon)... Dans toutes les villes où elle s'arrête - et où on lui fait fête - elle sait fort habilement parler de François, vantant ses mérites et promettant même des charges et des titres à ceux qui voudraient aider ce frère chéri à conquérir les Pays-Bas.

Voir les commentaires

1 2 > >>