Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #litterature tag

Scènes illustrées de la Comédie Humaine de Balzac -1-

Publié le par Perceval

Scènes de la Comédie Humaine de Balzac 2

Voir les commentaires

La duchesse d’Abrantès et Balzac

Publié le par Perceval

Laure Junot, duchesse d’Abrantès (1784-1838).

Marguerite_Gerard--La-duchesse-d-Abrantes-et-son-mari--.jpg
 

 

"Cette femme a vu Napoléon enfant, elle l'a vu jeune homme encore inconnu, elle l'a vu occupé des choses ordinaires de la vie, puis elle l'a vu grandir, s'élever et couvrir le monde de son nom! Elle est pour moi comme un bienheureux qui viendrait s'asseoir à mes côtés, après avoir vécu au ciel tout près de Dieu !" Balzac (1799-1850)

 

Insouciante, dépensière, bavarde, drôle, inattendue, prodigue, sensible et généreuse, telle apparait la duchesse d’Abrantès que ses « Mémoires » vont rendre célèbre.

Son premier salon parisien, sera le rendez-vous des corses de Paris. Parmi les visiteurs, Napoléon Bonaparte, futur empereur des Français, qu'elle connait depuis toujours ... Elle épousera ensuite le général Junot qui sera fait un peu plus tard duc d'Abrantès.

 Duchesse_d-Abrantes-2.jpg

1808 : Elle mécontente Napoléon par ses liens avec des opposants, et a même une liaison tumultueuse avec l'ambasseur autrichien Clément von Metternich. Les troubles mentaux de Junot, la menace de ruine... Elle intrigue pour le retour des Bourbons.

 

Balzac souhaitait égaler par l'écriture l’œuvre accomplie par l'Empereur. En 1825, il a "l'honneur" de devenir l'amant de celle qu'il considère comme l'une des anciennes gloires de l'Empire, veuve du général Junot ( il se suicide en 1813). Grâce à ses confidences et ses souvenirs, il approche de plus près cette période de l'histoire française. Elle va l'inspirer pour la rédaction de La Physiologie du mariage et en échange, il l'aida à rédiger ses Mémoires qui parurent de 1831 à 1835. 

Memoires_duchesse-d-Abrantes.jpg

Madame Récamier et Théophile Gautier furent ses amis intimes.

Voir les commentaires

BALZAC : 1831

Publié le par Perceval

Des romans pour l'été...?

Pour moi, ce sera un retour vers Balzac, en piochant dans la "Comédie Humaine"; ainsi, je ne quite pas le XIXème... J'ai parcouru "Physiologie du mariage", puis lu Les Secrets de la Princesse de Cadignan, et actuellement, je reviens plus en début de chronologie avec La femme de Trente ans

 *****

Monsieur-Bertin-de-J-Aug-Dom-Ingres-1832-La-monarchie-de-Ju.jpg
Monsieur Bertin de J Aug Dom Ingres -1832 - La monarchie de Juillet ou le triomphe de la bourgeoisie...

La monarchie de Juillet (1830-1848) succède en France à la Restauration. En effet, le 9 août 1830 après les émeutes dites des « Trois Glorieuses »,  Louis-Philippe Ier est intronisé roi des Français. En février 1831, à la suite d’un service funèbre organisé par les légitimistes à Saint-Germain-l’Auxerrois pour l’anniversaire de l’assassinat du duc de Berry, des émeutes agitent Paris. En mars, Casimir Périer ( 1777-1832), banquier, est nommé Président du Conseil.

Balzac, semblait - avant ces événements- soutenir des opinions libérales (progressistes), puis se prononce, à cette époque partisan d'un « pouvoir fort » conservateur, sous la protection du Roi, qui règne mais ne gouverne pas ( Thiers ) ...

 

En 1828, Balzac fait faillite, après s'être lancé en tant qu'éditeur et imprimeur. Constamment poursuivi par des créanciers, il a un goût immodéré pour le luxe. En 1929, Le Dernier Chouan ou la Bretagne en 1800 est publié avec la signature Balzac, et "Physiologie du mariage" signé "par un jeune célibataire" connaît un large succès et vaut à Balzac d'être admis dans les salons littéraires.19th-century---Restauration.jpg Il fréquentera notamment ceux de Sophie Gay, du Baron Gérard, de Madame de Récamier et de Madame de Girardin qui lui permettront de rencontrer Victor Hugo, Alfred de Vigny, Alexandre Dumas et le peintre Delacroix.

En 1830: Il publie la première série Scènes de la vie privée soit la Vendetta, les Dangers de l'Inconduite, le Bal de Sceaux, Gloire et Malheur, la Femme vertueuse, la Paix du Ménage, la maison du chat qui pelote où la Duchesse d'Abrantès paraît sous les traits de la duchesse de Carigliano. Il collabore à la Revue de Paris, à la Revue des deux Mondes, au feuilleton des journaux politiques, à la Mode, la Silhouette, le Voleur et la Caricature. Il va bâtir roman après roman une œuvre qui prendra en 1841 le nom de Comédie humaine. Il adopte définitivement la particule "de Balzac".

En juin 1830, il descend la Loire en bateau avec Laure de Berny chez qui, il séjourne en été, dans sa propriété de La Grenadière à Saint Cyr sur Loire. Depuis 1822 (à 1832), Balzac et Laure de Berny (de vingt-deux ans son aînée) sont amants.

 

Enfin, en 1831, il semble consacré comme écrivain, il travaille avec acharnement. Balzac mène une vie mondaine et s'amuse... Il s'éprend de la marquise de Castries, qui se joue de lui, le traîne à sa remorque à Aix-les-Bains et à Genève en 1832, puis l'abandonne sèchement. Il s'en vengera en écrivant La Duchesse de Langeais (1833)... Ses dettes sont ranimées. balzac-lys-vallee-1836-Jane-Digby--Arabelle-Dudley-.jpegLa comtesse Guidoboni-Visconti (1804-1883) sauve Balzac au moment où la police vient l’arrêter chez elle pour dettes. Elle paie elle même, la somme demandée par l'huissier. Aristocrate anglaise, elle est amante et amie d'Honoré de Balzac, depuis 1835, et le sera longtemps... L'écrivain s'est inspiré d'elle pour créer le personnage de Lady Dudley dans Le Lys dans la vallée.  

 

Le Lys dans la vallee - 1836- Jane Digby (Arabelle Dudley)

Voir les commentaires

Le XIXème, la mode et le roman

Publié le par Perceval

Le XIXème siècle, c'est: de la Révolution, à la troisième République... C'est donc aussi de l'Ancien Régime ( les hommes et femmes de l'Empire et de la Restauration, sont nés pendant la monarchie absolue), à la République bourgeoise ( qui nous conduira vers les idéologies du XXe et les deux guerres mondiales …).

Le XIXeme siècle, c'est le siècle pendant lesquelles les relations entre les femmes et les hommes, vont subir une transformation, qui ne sera pas au bénéfice de ' la femme ', même dans les milieux aisés qui feront la mode...

Et c'est intéressant de remarquer l'évolution de la mode féminine, au cours de ce XIXème siècle, en relation avec les contraintes apportées au corps féminin, et à son enfermement familial...

Mode 1800 jacques-louis-david

Mode 1810
Mode 1820
 Mode 1830

            La mode 1810

  • 1816 : Adolphe, Constant

 

            La mode 1820

  • 1829-1848 : La Comédie humaine, Balzac

 

            La mode 1830

  • 1839 : La Chartreuse de Parme, Stendhal

 

 Mode-1850.jpg  Mode-1860.jpg  Mode-1870.jpg

            La mode 1850

  • 1849 : La Petite Fadette, Sand

 

            La mode 1860

  • 1857 : Madame Bovary, Flaubert

 

            La mode 1870

  • 1862 : Les Misérables, Hugo

 

 Mode-1880.jpg  Mode-1890-copie-1.jpg  Mode-1900.jpg

            La mode 1880

  • 1871-1893 : Les Rougon-Macquart, Zola

 

La mode 1890

  • 1883 : Une vie, Maupassant

            La mode 1900

  • 1900: Le Journal d’une femme de chambre d'Octave Mirbeau

Le Roman, qui lui-même, n'est pas encore un genre bien défin,  est noté par Madame de Staël (1766-1817), comme un genre « psychologique », plutôt écrit par des femmes...

Après « Les Liaisons Dangereuses » de Pierre Choderlos de Laclos et publié en 1782, le genre a du succès avec le roman historique ( voire chevaleresque ( Walter Scott)). Et c'est avec Balzac, dès 1830, que le roman, va s'ouvrir à l'étude de moeurs …

Et puis, ce sera Proust, l'écrivain du Moi, parlant, souffrant, vivant. En effet, dès le début du XIXème siècle c'est l'expression du sentiment personnel qui domine; que le courant romantique exploite, et maintient, sans doute jusqu'à aujourd’hui.

*****

« De quoi parliez-vous donc ? dit Albertine étonnée du ton solennel de père de famille que venait d’usurper M. de Charlus. – De Balzac, se hâta de répondre le baron, et vous avez justement ce soir la toilette de la princesse de Cadignan, pas la première, celle du dîner, mais la seconde. »

Lecture.jpg(…)

Le plus souvent les robes qu’il préférait offraient aux regards une harmonieuse combinaison de couleurs grises, comme celle de Diane de Cadignan.

 (...)

« D’ailleurs vous n’avez pas les mêmes raisons que Mme de Cadignan de vouloir paraître détachée de la vie, car c’était l’idée qu’elle voulait inculquer à d’Arthez par cette toilette grise. »

Albertine, qu’intéressait ce muet langage des robes, questionna M. de Charlus sur la princesse de Cadignan. « Oh ! c’est une nouvelle exquise, dit le baron d’un ton rêveur. »

Marcel Proust, extrait de Sodome et Gomorrhe, chapitre III

 

Diane-de-Maufrigneuse-1832-Balzac.jpg
Diane de Maufrigneuse ( princesse de Cadignan ):  1832 Balzac

 

 

Dans la nouvelle de Balzac, on trouve les mots que Proust a repris :

"Elle offrit au regard une harmonieuse combinaison de couleurs grises, une sorte de demi-deuil, une grâce pleine d’abandon, le vêtement d’une femme qui ne tenait plus à la vie que par quelques liens naturels, son enfant peut-être, et qui s’y ennuyait."

BalzacLes secrets de la princesse de Cadignan

 



Voir les commentaires

La disparition d'Agatha Christie -2-

Publié le par Perceval

Fait remarquable, tous les éléments de romans policiers que l'on retrouve dans les œuvres d'Agatha Christie se trouvent également dans sa disparition.Agatha Christie2

Par exemple, sa voiture a été retrouvée près d'un lac appelé "The Silent Pool», qui est le lieu de la mort de l'un de ses personnages , une jeune fille , qui s'y est noyée. Aussi, beaucoup de gens pensent qu'elles s'est peut-être suicidée en se jetant dans le lac. On fouille le lac sans résultats...

D'autres soupçonnent qu'elle a peut-être été assassinée par son mari, Archie Christie, qui a été infidèle. Elle avait d’ailleurs envoyé une lettre à la police disant qu’elle craignait pour sa propre vie. Il a un alibi à toute épreuve : il participait à une partie de campagne dans le Surrey.

Agatha-Christie-avant-sa-disparition.jpg
Agatha-Christie juste avant sa disparition

L'un des proches d'Agatha, Peter Ritchie-Calder, pense qu'elle a disparu pour faire éclater au grand jour la liaison de son mari avec Nancy Neele. Il se met à éplucher ses romans pour essayer de deviner ce qu'elle va faire ensuite. Le "Daily Mirror" offre une récompense à quiconque retrouverait Mrs.Christie.

Enfin, certains soupçonnent que la disparition de l'écrivain est une action publicitaire pour promouvoir ses romans.

Horace Leaf, un médium, assure qu’elle est encore vivante et donne des indications sur les lieux où elle pourrait se trouver.

Sir Arthur Conan Doyle, qui a créé le personnage de Sherlock Holmes est connu pour être intéressé par le monde paranormal, utilise avec un médium un gant d'Agatha comme support psychique et Dorothy L Sayers, auteur d'une série policière avec Lord Peter, vient sur l'emplacement de la disparition pour enquêter...

      L'annonce qu'on a retrouvé des vêtements de femme et un flacon étiqueté « opium » dans une cabane isolée déclenche la ruée des journalistes, mais ce n'est qu'une fausse alerte et l'opium se révéle être du bicarbonate.Agatha-Christie-0.jpg

      Le mystère s'épaissit encore un peu plus lorsque le beau-frère d'Agatha révéle qu'il a reçu une lettre d'elle. D'après le cachet de la poste, elle a été postée à Londres à 9:45, le lendemain du jour de sa disparition, autrement dit à une heure où elle était censée errer quelque part dans les bois du Surrey.

Le dimanche suivant, dans une interview au "Daily Mirror", Archibald reconnait que son épouse avait « évoqué la possibilité de disparaître » La sœur d'Agatha confirme ces propos.

Onze jours plus tard, Agatha Christie est retrouvée, séjournant à l'Hôtel du Swan Hydropathic Hotel de Harrogate, dans le North Yorshire, et inscrite sous le nom de Neele ( le nom de la maîtresse de son mari), Teresa Neele.

 

dailynews-A-Christie-deguisee.jpgDes pensionnaires de l'hôtel ont reconnu Agatha Christie, à partir des photos parues dans les journaux. Mais lorsqu'on lui en parle, elle rit ! Le personnel de l'hôtel informe la police qui invite son mari, Archie Christie, à se présenter pour l'identifier. Il apprend que sa femme est là depuis 10 jours, qu'elle occupe une belle chambre au premier étage, et qu'elle semblait normale et heureuse. Elle chante, danse, joue au billard, lit les journaux qui parlent de sa disparition, bavardent avec les autres clients de l'hôtel, fait des promenades. 

Lorsque elle voit son mari, elle l'accueille comme s'il était son frère.

Agatha est en train de lire un article la concernant lorsque son mari s'approche d'elle. Il lui semble être une vague connaissance. « Elle souffre d'une perte complète de mémoire, déclare Archibald à la presse, et je crois qu'elle ne sait pas qui elle est. » 
Des médecins confirment qu'elle souffre d'amnésie. Mais pour Ritchie-Calder, son comportement ne ressemble guère à celui d'une amnésique : le jour de sa disparition, elle portait une robe de laine verte, une veste grise et un chapeau de velours, et elle n'avait que quelques livres sterling dans son sac. Lorsqu'on la retrouva, elle était élégamment vêtue et elle avait 300 livres sur elle...

 

agatha-christie-photo-1.jpg

La presse va monter en épingle le coût présumé de l'enquête ; 3000 livres selon elle. Qui allait les payer ? Les contribuables du Surrey rendent Agatha Christie responsable de la forte augmentation des impôts qu'ils ont subie cette année-là.

 

Agatha Christie n'a jamais donné d'explication publique à propos de sa mystérieuse disparition.

 

En 1928, Agatha Christie quitte son époux après 14 ans de mariage. Elle change complètement: d’une jeune épouse, un peu naïve elle devient une dame indépendante et plutôt excentrique. En 1927, elle part seule avec l’Orient Express pour visiter en Iraq des sites historiques, et elle marche pendant des heures, sans se plaindre, harassée par des moustiques et autres vermines. Son guide est Max Mallowan, un archéologue, 14 ans plus jeune qu’elle. Ils se marient en 1930.

Orient_Express.jpg Agatha_Christie-et-Max-Mallowan.jpg
  Agatha Christie et Max Mallowan


Ils restent mariés 46 ans, amoureux et heureux, voyageant d’un chantier de fouilles à un autre, Agatha piochant ça et là des éléments de décor pour ses romans. Décorée en 1971 par la distinction de Dame Commandeur dans l'ordre de l'Empire britannique des mains de la reine Élisabeth II, Agatha Christie décède paisiblement le 12 janvier 1976 après avoir fait mourir son héros Hercule Poirot.

 

*****

 

Voir les commentaires

La disparition d'Agatha Christie -1-

Publié le par Perceval

Agatha Christie as a young woman agatha-christie-photo 3
Sa mère l’encourage très tôt à écrire, mais il faudra attendre 1920 pour voir son 1er livre publié : Une Mystérieuse affaire de Styles écrit suite à un pari avec sa sœur Madge. En 1912, elle rencontre Archibald Christie, un pilote militaire qui sera bientôt colonel. Ils se marient en 1914, mais Archie doit partir à la guerre dès le lendemain de Noël, laissant donc Agatha qui s’engage comme volontaire au Red Cross Hospital de Torquay. Elle profite de cette activité pour parfaire sa connaissance des médicaments, drogues et poisons qui viendront sauver ou tuer ses protagonistes. 1926 est l'année de la consécration du public, avec son 7ème roman Le Meurtre de Roger Ackroyd. C'est aussi, une période difficile, puisque sa mère meurt la même année tandis que son mari la quitte pour une autre femme de 10 ans plus jeune qu'Agatha, Nancy Neele.

 *****

aside-agatha5.png
 

Le vendredi 8 Décembre 1926 à 21h.45, Agatha Christie est à son domicile, dans le Berkshire : une splendide maison de campagne, qu'elle a elle-même décrite comme « une sorte de suite pour millionnaires du Savoy, transplantée en pleine campagne » Elle a 36 ans. Elle monte embrasser sa fille, Rosalind, qui dort et écrit une note à son secrétaire qu'elle à l'intention d'aller dans le Yorkshire. Elle monte dans sa voiture et s'en va.

voiture-Morris--agatha-christie.jpg

Quelque temps plus tard, sa voiture une Morris est trouvée vide dans un fossé, le capot enfoncé dans les buissons, près du lac de Guildford à Newlands dans le Sussex. Il n'y a aucun signe de la conductrice, sinon son manteau de fourrure resté dans la voiture.. Les policiers enquêtent immédiatement sur l'affaire.

Au cours des 11 prochains jours, toute l'Angleterre suit les nouvelles concernant la disparition de l'écrivain. Même le New York Times publie un article dans sa page principale. Plus de 15.000 bénévoles aident à sa recherche... Et pour la première fois dans l'histoire, on utilise des avions pour aider à la recherche de la femme disparue.

Agatha-Christie-Daily-Mirror.jpg agatha-christie-et-archibald-1919.jpg
 Agatha Christie: Daily Mirror  Agatha Christie et Archibald en 1919

A suivre ...

Voir les commentaires

Marie de Régnier et Pierre Louÿs -5-

Publié le par Perceval

Houville--Gerard-d---marie-de-Regnier.png
Houville (Gérard d'): nom d'auteur de Marie de Regnier

Les voilà tous deux pris dans les tourments d’une passion enflammée, néanmoins interrompue par le voyage de Pierre Louÿs au Caire. Pendant l’absence de son amant, Marie de Régnier se donne à Jean de Tinan, jeune écrivain talentueux et ami de Pierre Louÿs. Tout en lui précisant qu’il ne peut en aucune manière s’agir d’une relation sérieuse et durable. Marie, découvrant alors qu’elle est enceinte de Pierre, congédie Jean qui sombre dans le chagrin. De retour d’Égypte, Pierre Louÿs apprend qu’il va être père alors même qu’il avait pris la décision de rompre sa relation avec Marie. Le petit Pierre de Régnier, surnommé Tigre, vient au monde le 8 septembre 1898. Les Régnier et Pierre Louÿs se rendent à Amsterdam pour y voir l’exposition Rembrandt. Marie et Pierre reprennent leur relation amoureuse, secouée par de nouvelles aventures.

 


tampons_formules_blanc-confidentiel.jpg
Marie, photos de Pierre Louÿs

 

 

Ce 29 novembre 1898 est «l'Apogée » de la liaison avec Marie de Régnier, dans leur garçonnière de la rue Théodule-Ribot. Les paroles échangées sont retranscrites le soir même, c’est la genèse du Pervigilium Mortis.

Le déclin s'annonce avec les retrouvailles de Pierre Louÿs avec Zohra d’une part, ses fiançailles manquées avec Germaine Dethomas d’autre part. Dans le même temps, Louise de Heredia s’éprend de l’amant de sa sœur, cette dernière suggérant à Pierre de l’épouser. Le mariage (1899), qui a lieu à Saint-Philippe-du-Roule, se révèle très vite être un échec. Marie et Pierre se retrouvent. Mais leur passion s’éteint progressivement et leur relation prend fin en 1903.

Suzanne-Derval-et-Liane-de-Pougy.jpg 

En 1902, Marie de Régnier se lie à Georgie Raoul-Duval dont on retrouve les traits, sous la plume de Colette et de Willy, dans le personnage de Rezi, dans Claudine en ménage. L’année suivante, en 1903, Marie de Régnier publie L’Inconstante, roman autobiographique qu’elle signe sous le pseudonyme masculin de Gérard d’Houville. En 1905, elle publie son second roman, L’Esclave, dédié à Georgie Raoul-Duval, avec qui elle vient de rompre. Marie de Régnier perd son père (José-Maria de Heredia meurt le 2 octobre 1905).marie-de-Regnier-page-femina.jpg



Au printemps 1906, Marie de Régnier se lie avec le romancier et poète Jean-Louis Vaudoyer, liaison chaotique qui durera jusqu’en 1910. En 1908, elle publie Le Temps d’aimer, qui retrace sa relation amoureuse avec Vaudoyer. L’année suivante, elle est nommée membre du jury du prix littéraire de « La Vie heureuse », ancêtre du prix « Femina ». La rupture avec Vaudoyer entraîne Marie de Régnier dans une nouvelle liaison amoureuse. Elle devient la maîtresse d’un homme de théâtre, Henry Bernstein. Henri de Régnier songe alors pour la première fois au suicide. En février 1911, Henri de Régnier est élu à l’Académie française. En juin 1914 paraît sous le nom de Gérard d’Houville Le Séducteur, inspiré à Marie de Régnier par les origines cubaines de sa famille. En juin 1918, Marie de Régnier est récompensée pour l’ensemble de son œuvre par le prix de littérature de l’Académie française. Elle est la première femme à être honorée de ce prix.

Jose-Maria-de-Heredia-et-la-femme-de-Henri-de-Regnier-3.jpg Marie-de-Regnier-en-Hollande.jpg
Marie de Régnier à Arcachon Marie de Régnier en Hollande

Régnier put, au fil du temps, s'être senti dupé... Sa fortune personnelle, fut de grand secours à une belle famille minée par les soucis d’argent, alors que l’intrigant et sulfureux Louÿs - toujours fauché – était préféré par la belle. Mme-de-Regnier.jpgEt, tandis qu'elle se refusait à lui, son mari ; Marie multiplia dès lors les amants, du pervers raffiné Louÿs dont les photos donnent une idée de la beauté de Marie, au brutal Henry Bernstein (détesté par Régnier), en passant par le timide Jean de Tinan, le séducteur mûr D’Annunzio, le volage Jean-Louis Vaudoyer mais aussi la saphique Georgie Raoul-Duval amante de Colette, et aussi Binet-Valmer, Edmond Jaloux, Emile Henriot, Paul Drouot et quelques autres dont le transi Auguste Gilbert de Voisins qui finit par épouser Louise après son divorce d’avec Pierre Louÿs…

Pour autant l’immense amour de Régnier envers son épouse ne se démentira jamais. L’auteur de La Peur de l’amour fut constamment digne dans la souffrance sauf lors de l’épisode Bernstein qui faillit le conduire au suicide.

marie-de-Regnier-photogr-par-Pierre-Louys-2.jpg marie-de-heredia.jpg
Marie de Régnier photographiée par Pierre Louÿs Marie à Venise 


Sources : Marie de Régnier de Robert Fleury, chez Plon 1990

Voir les commentaires

Marie de Régnier et Pierre Louÿs -4-

Publié le par Perceval

pierre-louys-par-jacques-emile-blanche.jpgHenri Régnier, est déjà auteur de quelques ouvrages et sa fortune arrange grandement les affaires de la famille Heredia, la mère de Marie trouve là un moyen d’éponger les dettes de jeu du père Heredia.

Marie-de-Regnier-peinture.jpg
Jean-Louis Forain (1852-1931) Portrait de Marie de Régnier 1907

Quand Pierre Louÿs comprends la trahison de son ami. Il se précipite chez Régnier, une violente altercation les oppose. Faisant fi de leur vieille amitié, Louÿs accuse Régnier d’avoir manqué à la parole donnée, parle de trahison. Le ton monte, mais Régnier conserve son calme. C’est de justesse si les deux jeunes gens ne vont pas régler cela "au pré, devant témoins".

Marie, en larmes, est consolée par sa petite sœur. De dépit, un soir, Pierre Louÿs se rend en secret chez Marie et lui raconte tout : la compétition entre les deux jeunes gens, le pacte, la nécessité du voyage, la trahison d’Henri, la dispute, le duel évité de peu… Marie est effondrée. Non seulement Régnier l’épouse en l’ayant, en quelque sorte achetée, mais encore, il a fait sa demande sans avertir son ami. Henri de Régnier, aux yeux de Marie, n’est plus un homme estimable.

Marie-et-henri-a-l-epoque-de-leurs-fiancailles-1896.jpg
Marie et Henri à l'époque de leurs fiancailles 1896

 

Le mariage de Marie de Heredia et d’Henri de Régnier se déroule en l’église Saint-Philippe-du-Roule, le 17 octobre 1895. Lui a 31 ans, elle 20. Mais la jeune épousée, ulcérée d’avoir été l’objet d’un marché aussi ignoble, a prévenu Henri :

"Nous nous marierons comme prévu. Le plus tôt sera d’ailleurs le mieux. Mais comme vous avez fait de notre mariage une affaire, je ne serai votre femme que de nom. Je vous appartiendrai le jour que je fixerai. Est-ce clair ?" Comme elle ne baisse pas les yeux, attendant la réponse, Régnier, effaré, rajuste son monocle d’un geste machinal et acquiesce silencieusement.

En elle-même, Marie s'engage à se réserver pour Pierre Louÿs …

Après un bref voyage de noces (à Versailles) ; Les Régnier s'installent dans le VIIIe arrondissement. Marie de Régnier se lie alors d’amitié avec Mme Bulteau qui tient salon avenue de Wagram.

Zhora.jpg
Zohra bent Brahim et Debussy photographiés par Pierre Louÿs à Paris (1897

Pierre Louÿs publie Aphrodite, qui reçoit un accueil très élogieux. Le succès du roman assure à son auteur des revenus confortables en même temps que la reconnaissance dont il avait besoin.

Pierre Louÿs revient d'un voyage à Alger avec Zohra bent Brahim. Marie est temporairement vexée ( plus que jalouse) , de l'intérêt qu'accorde Pierre à cette jeune mauresque.

 

Deux ans presque jour pour jour après son mariage, Marie deviendra la maîtresse de Pierre Louÿs qui gratifia la postérité de cette remarque à son frère Georges : « Je l’ai eue miraculeusement vierge. »

Pierre entretient donc une liaison avec Marie à partir de 1897. Ce '17 octobre 1897' est nommé: les « noces mystérieuses ».

marie-de-Regnier-photogr-par-Pierre-Louys-1898.jpg Marie-de-Regnier--1898--par-Pierre-Louys.jpg
Marie de Régnier photographiée par Pierre Louÿs: 1898 Cette photo de Marie aurait été dédicacée à Pierre Louys avec la mention "A mon écuyer Pierrot,... »


Ils vont vivre un grand amour, dans une ivresse charnelle. Les deux amants échangent des messages codés « HML » dans les petites annonces des Echos de Paris. Ils échangent des lettres, s’écrivent des poèmes, Pierre photographie Marie, y compris nue, moulera une coupe de son sein… 

Sources : Marie de Régnier de Robert Fleury, chez Plon 1990

Voir les commentaires

Marie de Régnier, -1- la fille Hérédia

Publié le par Perceval

Marie-de-Heredia--1875-1963--par-Nadar--photo-de-1889-.jpg
Marie de Heredia (1875-1963) par Nadar (photo de 1889)

Marie de (Heredia) de Régnier (1875-1963) en ce début de siècle est l'héroïne d'un trio célèbre et littéraire composé de son mari Henri de Régnier et de son amant Pierre Louÿs ( qui épouse sa sœur). Trio assez ouvert, puisque Marie de dédaigne pas d'autre aventures...

Jose-Maria-de-Heredia--1842-1905--par-Nadar--photo-de-1896.jpg

 

Deuxième fille de José-Maria de Hérédia, Marie et ses deux sœurs, Hélène et Louise, grandissent au milieu du salon littéraire que tient leur père à son domicile, 11 rue de Balzac. Appartenant au mouvement littéraire du Parnasse, José Maria de Hérédia y reçoit d’autres écrivains, célèbres ou non.

 L'époque a retenu les trois sœurs Heredia, comme un ensemble de trois grâces, placé sous le signe de la littérature.

Louise-de-Heredia-et-Marie-de-Regnier--1897-.jpg
Louise de Heredia et Marie de Régnier (1897)

Hélène (1871-1953) épousera Maurice Maindron et René Doumic ; Marie (1875-1963) épousera Henri de Régnier mais aura beaucoup d'amants et Louise (1878-1930) épousera Pierre Louys et Gilbert des Voisins. Tous désirent être romanesques. Maurice Maindron se veut le nouveau Alexandre Dumas, René Doumic, sera le directeur de la fameuse Revue des Deux Mondes et finira Académicien, Henri de Régnier entre lui aussi à l'Académie française après une carrière de poète largement apprécié, Pierre Louys est un auteur fort célèbre de son vivant, Gilbert des Voisins sera aux côtés de Victor Segalen, poète et archéologue.
Au milieu de cette famille pittoresque et mondaine, écartelée entre frasques amoureuses et reconnaissance publique c'est Marie qui s'impose. 
Ces gracieuses jeunes filles qui firent le succès du Salon de leur père, vécurent comme de grandes bourgeoises émancipées (surtout Marie)... Ces trahisons teintées de cruauté et d'érotisme fin de siècle trouvèrent un écho dans les oeuvres de Régnier et de Louÿs, dans celle de Marie, mais aussi de manière plus inattendue dans celle d'André Gide, de Claude Farrère ou de mémorialistes comme Paul Léautaud.

Pierre-Louys--1870-1925-.jpg Regnier-Henri-copie-1.jpg
Pierre Louÿs Henri de Régnier


 Devenue Madame de Régnier, elle fréquente les salons peuplés d'écrivains, d'artistes, de femmes du monde. Elle fut aussi poète, romancière, journaliste. Elle qui en son temps était considérée comme l'égale de Colette ou d'Anna de Noailles, est une belle image de la femme de lettres 1900 et de ses aspirations.

Marie de Régnier publie ses œuvres sous le pseudonyme de Gérard d'Houville, patronyme porté par l’un de ses ancêtres normands qui fut un filleul de Mme de Pompadour. Ses poèmes et chroniques paraissent dans la revue Le Gaulois et dans la Revue des deux Mondes. Marie de Régnier a publié aussi des livres pour enfants.

Elle fut reconnue pour ses talents littéraires puisqu’elle reçut en 1908 le Premier Prix de littérature de l’Académie française, même si sa vie semble davantage connue que ses écrits.

La vie de Marie de Hérédia, donc, et particulièrement sa liaison avec Pierre Louÿs, mérite d'être racontée : c'est un véritable feuilleton, et nécessitera plusieurs articles ...

Voir les commentaires

Rachilde, femme, "homme de lettres", son salon ...

Publié le par Perceval

Fernand-Khnopff-le-sphinx-ou-l-art-ou-des-caresses--1896.jpg

Marguerite Eymery, se fait appeler Rachilde (1860-1953), et se présente comme « homme de lettres ». Elle crée avec Alfred Vallette la revue symboliste: Mercure de France dont elle deviendra la patronne. Elle exerce alors un grande influence sur la vie littéraire. Le Tout-Paris se presse à ses "mardis".rachilde-2.jpg

Fille unique d'un militaire de carrière, et d'une héritière de l'une des plus influentes familles du Périgord, Rachilde vit jeune fille dans la vieille demeure familiale du Cros. Sa mère sombrant dans une demi-folie et son père devenu taciturne et violent après la défaite de 1870, la jeune fille est livrée à elle-même. Elle lit tout ce qui lui tombe sous la main et notamment Rachilde, un gentilhomme suédois du 16e siècle dont elle découvre les relations de voyage. Sans doute s'identifie-t-elle à lui, au point de décider de prendre ce nom comme pseudonyme littéraire. C'est à partir de cette passion pour la lecture qu'elle se lance dans l'écriture. Ainsi, entre 1877 et 1880, près d'une centaine de ses écrits paraîtront dans les journaux locaux :L'Echo de la Dordogne, L'Union Nontronnaise, Le Périgord, Le Réveil de la Dordogne.


Rachilde00.jpg
"Elle se trouve dans le clan des écrivains
dangereux et rares
 (...) une espèce de Mademoiselle de Maupin du livre, petite fille à la fois de Monsieur de Cazotte
 et du grand Barbey d'Aurevilly"
Jean Lorrain

En 1878, après avoir rompu ses fiançailles, Rachilde décide d'aller à Paris tenter sa chance dans les milieux littéraires. Une telle perspective d'éloignement satisfait également ses parents qui trouvent là un prétexte pour se séparer, puisque sa mère lui sert de chaperon dans la Capitale. Pour gagner sa vie, la jeune femme multiplie les collaborations : elle donne des articles à l'Estaffette, Paris-Bébé, La Jeunesse,Le Décadent, Le Scapin, Le Zig-Zag ainsi qu'aux journaux éphémères de son amie Camille Delaville : Le Passant et La Revue verte. En 1880, paraît en feuilleton dans L'École des femmes un de ses tout premiers romans La Dame des bois.

Habillée en homme, coiffée à la garçonne, courant les bals populaires une prostituée à son bras, elle défraie la chronique. Elle s'intéresse très tôt aux questions d'identité sexuelle et d'inversion, que reflète son roman le plus célèbre, Monsieur Vénus (1884), qui scandalise l'opinion et lui vaut une célébrité immédiate et largement sulfureuse. L'intrigue met en scène la passion d'une femme qui aime comme un homme son amant, lequel se comporte en femme... Romancière prolifique, elle a écrit plus de soixante romans. majeska-mv-5.jpg

Elle nie toutes les liaisons que lui prêtent ses contemporains avec Léo d'Orfer(Marius Pouget 1859-1924) et avec Maurice Barrès. En revanche elle reconnaît avoir eu une passion malheureuse pour Catulle Mendès (1841-1909). Après cet échec sentimental, la jeune femme rencontre au fameux bal Bullier son futur mari. Il s'appelle Alfred Vallette (1858-1935), il n'est alors qu'un modeste secrétaire de rédaction et romancier à ses heures (il ne publie d'ailleurs qu'un seul roman en 1886 : Monsieur Babylas). Ils se marient en 1889 et un an plus tard Mme Vallette donne naissance à sa fille unique, Gabrielle.

En 1890, les Valette crée avec d'autres le Mercure de France : seule Rachilde est alors vraiment connue, ce qui constitue pour cette jeune revue une véritable caution. Pour s'assurer de la collaboration de cette dernière, le comité de rédaction lui confia la critique littéraire, une tâche dont elle s'acquitte à partir de 1897 et ce, jusqu'en 1925. Elle anime également les "mardis" du Mercure. Ces réunions, qui ont débuté bien avant son mariage et auxquelles participaient des amis comme Jean Lorrain, Maurice Barrès, Tailhade et Moréas, font de son salon, à la veille de la Première Guerre mondiale, l'un des salons littéraires les plus en vue. majeska-mv-4.jpgElle est ainsi aux premières loges pour assister à la naissance du Symbolisme dont elle s'inspire pour écrire La Sanglante Ironie (1891), puis La Jongleuse (1900).

Elle tient, donc un salon dans les bureaux du Mercure de France, rue de l'Échaudé puis rue de Condé, où elle reçoit des écrivains et poètes comme Jules Renard, Maurice Barrès, Pierre Louÿs, Émile Verhaeren, Paul Verlaine,Jean Moréas, Paul et Victor Margueritte, Francis Carco, André Gide, Catulle Mendès, Léo d'Orfer (Marius Pouget), Natalie Clifford Barney, Henry Bataille, Guillaume Apollinaire, Alfred Jarry, Léon Bloy, Remy de Gourmont, Joris-Karl Huysmans, l'astronome Camille Flammarion, Stéphane Mallarmé, Henry Gauthier-Villars dit « Willy », Jean Lorrain, Laurent Tailhade, Paul Léautaud, Louis Dumur et Oscar Wilde.

Anti-dreyfusarde, Rachilde craint l'avancée des Allemands sur Paris et s'enfuit avec son mari à La Charité-sur-Loire.

dix-tr11.jpg

La grande ville, 1928  d'Otto Dix ( 1891-1969 )

Après la guerre, Ses activités se limitent à siéger au sein des comités littéraires. Elle continue également à faire parler d'elle, ainsi témoigne-t-elle en 1921 au procès que font les surréalistes à Maurice Barrès ( avec qui elle avait eu une brève liaison en 1885) . L'année suivante, elle refuse bruyamment la Légion d'honneur qui lui est proposée... pour l'accepter deux ans plus tard. Lors du banquet donné en l'honneur de Saint-Pol-Roux en 1925, elle en vient aux mains avec Max Ernst. En 1928, elle déchaîne contre elle les ligues féministes en publiant un pamphlet au titre provoquant en ces années d'émancipation de la femme : Pourquoi je ne suis pas féministe.

A partir de la mort de son mari (1935), elle vit désormais cloîtrée chez elle. Elle meurt, oubliée à l'âge de 93 ans, en 1953.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 > >>