Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #femme tag

The Girl Gibson - Le sexe fort

Publié le par Perceval

The Girl Gibson - Le sexe fort
The Girl Gibson - Le sexe fort
The Girl Gibson - Le sexe fort
The Girl Gibson - Le sexe fort

Dans cette scène amusante, Gibson parodie le jeu de ses jolies femmes avec un admirateur. L'une d'elles brandit une épingle à chapeau comme pour fixer sur place un homme miniaturisé à la manière d'un spécimen entomologique. Il se met à genoux, levant les mains dans un geste suppliant pitoyable. La Gibson girl projette une nouvelle affirmation de soi dans ses relations avec les hommes. Pas plus qu'elle ne semble inféodée aux préférences d'un partenaire potentiel.

 

The Girl Gibson - Le sexe fort
The Girl Gibson - Le sexe fort
The Girl Gibson - Le sexe fort
The Girl Gibson - Le sexe fort

L'histoire est claire dans ce dessin post-Première Guerre mondiale. Un soldat de retour s'effondre par sa déception de voir que la jeune fille qu'il avait laissé en a épousé un autre. Son ami le soutient, les spectateurs lui envoient des regards sympathiques, et même son ancienne fiancée apparaît mélancolique.

The Girl Gibson - Le sexe fort

Dans ce dessin, Gibson représente, dans sa fin de carrière (1920) - un nouvel idéal féminin avec des cheveux coupés au carré. 

Voir les commentaires

Agnès Boulloche

Publié le par Perceval

Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche

Artiste peintre contemporaine Francaise. Agnès Boulloche passe sa petite enfance au Maroc.

Elle est imprégnée par le goût des légendes,des djinns,de l'insolite,de l'étrange et des voyages.

  
 

Sources: http://agnes.boulloche.free.fr/

Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche
Agnès Boulloche

Voir les commentaires

Les Histoires de Bart Ramakers

Publié le par Perceval

Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers

Bart Ramakers est né en en Belgique, en 1963, près de Maaseik, la ville natale des frères Van Eyck, à l'ombre desquels, dit-il, il a grandi...

Il rêvait de réaliser des représentations de grandes scènes, inspirées par les maîtres flamands, Rubens, Rembrandt... dans lesquels se mêleraient contes, légendes et religion...

De plus, il voulait mettre ''l'image de la femme'' au centre : '' Femme nue, victorieuse, forte ''…

L'artiste est également un conteur, qui construit ses images avec patience (la scène de War of the Rose a nécessité presque une année de recherche et de travail) et une mise en scène poussée. Chacun pourra alors imaginer l'histoire derrière l'image. Comment les différents personnages sont arrivés là, quels sont leurs parcours.

Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers

Bart Ramakers raconte les mythes liés avec l'opposition de : la beauté et de la puissance, de la passion et de trahison, de la sensualité et la brutalité, de la vie et la mort, souvent avec une touche légèrement ironique, sarcastique ou humoristique.

« J’utilise la photo comme n’importe qui peut utiliser la peinture, la gravure ou la sculpture, pour atteindre un but. La photographie est un medium comme un autre. »

« J’ai quelques obsessions et quelques grands thèmes !. Un des grands thèmes reste la religion, c’est dû notamment à ma jeunesse, mon éducation chrétienne. » Bart Ramakers

Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers

« Je me suis vite rendu compte qu’il y avait quelque chose qui clochait avec la religion. Mes intérêts pubères dans les années 70, étaient plutôt liés aux femmes et à l’amour et je pense toujours que ça va nous sauver. Maintenant dans ma photo, je remplace souvent Jésus par une femme nue, victorieuse, parce que nous sommes aussi rentrés dans l’âge Aquarius. J’ai deux thèmes de prédilection. La religion d’une part et le renversement de pouvoir et de statut entre hommes et femmes. Si les femmes sont nues, elles ne sont pas brusquées ni vulnérables pour autant. » B. R.

Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers
Les Histoires de Bart Ramakers

« J’ai compris qu’il n’y a pas de réalité. Même si nous sommes faits de sang et de chair nous ne sommes pas vrais pour autant, nous sommes avant tout des histoires. Je me suis aperçu que beaucoup de personnes, et surtout à la fin de leur vie, se sont monté leur propre histoire et certaines choses ont été dissimulées, oubliées.

Quand les gens regardent une histoire ils font leur propre interprétation et c’est fantastique, ce n’est pas à moi de tout révéler, de révéler l’histoire. » B. R.

Voir les commentaires

La '' Gibson girl '' et le mariage

Publié le par Perceval

La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariageLa '' Gibson girl '' et le mariage

Gibson, était non seulement doué pour représenter des femmes idéalisées par leur beauté et leur charme, également il a dépeint une représentation de la femme comme une figure dominante dans les rituels de la cour et du mariage. 

La 'Gibson girl ' affiche son indépendance et l'affirmation de soi dans des scènes où les prétendants ont beaucoup moins de charme. 

La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage
La '' Gibson girl '' et le mariage

Voir les commentaires

La '' Gibson girl '', et ses prétendants.

Publié le par Perceval

La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.

Vers 1887, Charles Dana Gibson (1867 -1944 ) représente l'idéal de la beauté américaine. Evelyn-Nesbitt-EternalQuestion.gifElle est principalement représentée au crayon ou à l'encre de Chine, et on lui donne le nom de « Gibson Girl » 

La Gibson Girl est grande, mince mais avec de la poitrine, des hanches. Elle porte un corset qui souligne ses courbes en forme de « S ». Elle a les traits fin et elle est belle.

 

La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.
La '' Gibson girl '', et ses prétendants.

Voir les commentaires

Diglee - Illustratrice -2/2-

Publié le par Perceval

Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-Diglee - Illustratrice -2/2-
« Je suis une GRANDE lectrice. La littérature, c’est ma deuxième vie. En ce moment (et depuis plusieurs années) je suis fascinée par le portrait. Le témoignage de vie, et la place de la femme dans les différentes époques. Alors je lis énormément de récits de vie, de mémoires, de lettres, de journaux intimes et de biographies, à la recherche d’égéries à aduler (oui, j’ai des lectures de grand-mère et je l’assume : les Young Adult et les romans fantastiques sont des mystères pour moi).
J’ai donc dévoré le journal d’Anaïs Nin et tout ce qui s’y rapportait, avalé le merveilleux Écrire la vie d’Annie Ernaux, les souvenirs d’enfances de Catherine Millet, le journal inédit de Françoise Giroud, Histoire d’une femme libre, la biographie de Virginia Woolf par Vivian Forrester ou celle de Gala par Dominique Bona ou encore (je suis dedans en ce moment) les lettres de jeunesses de Simone Breton à sa cousine, témoignage fascinant de la vie des surréalistes en 1920.
Je suis friande d’anecdotes personnelles, de témoignages intimes, de morceaux de vie, et plus généralement, de destins de femmes. Donc je choisis mes livres en fonction de leur lien au réel : je ne lis quasiment plus de fiction (Amélie Nothomb est la seule exception. Son roman est ma petite friandise de rentrée depuis presque dix ans. J’ai lu tous ses romans sans exception, et c’est devenu une tradition d’acheter son livre la première semaine de sa sortie, de le dévorer selon la météo sous la couette ou au bord de ma piscine chez mes parents. Après quoi, je le prête à ma mère et j’écris à Amélie).
 »
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
« Je peux dessiner sur papier comme sur tablette, selon ma disposition du moment. Mais c’est quand même souvent sur mon ordinateur, avec de la musique en fond pour la création des crayonnés, et devant une émission ou un film à l’encrage (l’encrage c’est quand je repasse mon trait au propre : c’est hypnotique et ça ne demande aucune réflexion, contrairement à l’élaboration des crayonnés qui se fait en lisant le texte).
Marius, mon chaton de 4 mois, dort dans son panier en fausse fourrure à côté de ma tablette graphique sur mon bureau, donc à la moindre envie de pause, je fourre mon nez entre ses deux oreilles et me ressource. »

Œuvres

 

  • Malika Ferdjoukh (ill. Maureen Wingrove), Le secret du Trouville Palace, Paris, Bayard Presse, 2009, 307 p.(OCLC 717439916)

  • Maureen Wingrove, À Renaud : Georges Soichot, Paris, Manolosanctis, 2010, 23 p.(ISBN 9782359760033)

  • Diglee :

Son premier recueil de notes de blog, Autobiographie d’une fille Gaga, paraît en 2011, suivi de Confessions d’une Glitter Addict un an plus tard (2012). Elle y raconte tout ce qui l’inspire : mode, cinéma, littérature, travail, sans oublier famille et amis.

Après avoir bouclé Forever Bitch (2013), qui paraît aux Éditions Delcourt, elle revient à un projet longuement mûri : Anna - la vie amoureuse d’une femme libérée dans les années 20.

Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-
Diglee - Illustratrice -2/2-

Voir les commentaires

Diglee - Illustratrice -1/2-

Publié le par Perceval

Diglee - Illustratrice -1/2-

Illustratrice et auteur de bande dessinée française : Maureen Wingrove, qui signe généralement : Diglee , est née le 16 février 1988 à Lyon.

Après un bac littéraire-anglais, elle intégre l’École Supérieure de Dessin Emile Cohl, à Lyon, et en sort diplômée en 2009. Elle publie déjà l’année de son diplôme (sur Madmoizelle ou pour Je Bouquine, entre autres), ainsi sa sortie de l’école s’est faite en douceur...

Elle a un agent, 'Marie Bastille' pour toutes ses commandes en publicité, et le reste du temps elle travaille en direct avec ses clients pour des BD, des couvertures de romans, affiches, articles, bouquins d’arts de vivre etc.

(Son book : http://diglee.net/)

Diglee - Illustratrice -1/2-

En 2007, elle décide d’ouvrir son premier blog sur lequel elle partage ses propres dessins. Très vite, elle en fait un journal où elle raconte ses histoires de fille. Son auto-dérision et sa sincérité lui confèrent rapidement une certaine notoriété parmi les blogueur(se)s...

« Dans la vie j’ai toujours été un peu schizo : - la supra sensible la tête dans mes livres, grand mère avant l’heure à mater en replay les documentaires d’Arte, et - le troubadour qui raconte des histoires graveleuses ou se moque de son double menton sur les photos. Cette dualité, je la vis très bien, et je suis heureuse de pouvoir lui donner une forme professionnelle, d’emmener mes lecteurs avec moi dans mes deux univers. »
Sorcières ...
Sorcières ...
Sorcières ...
Sorcières ...
Sorcières ...
Sorcières ...
Sorcières ...
Sorcières ...
Sorcières ...

Sorcières ...

Diglee - Illustratrice -1/2-
Diglee - Illustratrice -1/2-
Diglee - Illustratrice -1/2-
Diglee - Illustratrice -1/2-
Diglee - Illustratrice -1/2-
Diglee - Illustratrice -1/2-

Voir les commentaires

Faire la cour...

Publié le par Perceval

A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...
A toutes époques, il faut con-quérir ...

A toutes époques, il faut con-quérir ...

« Faire la cour » : En référence à l'usage dans la cour du Roi ou de la Reine, les courtisans s'affairaient autour du souverain pour lui faire la cour, et s'attirer ses bonnes grâces, être bien vu de lui et, autant que possible, en obtenir diverses faveurs.

 

Étonnant... non? ... Mais peut-être con-vaincant

Étonnant... non? ... Mais peut-être con-vaincant

Voir les commentaires

Saul Leiter - photographe '' In my room ''

Publié le par Perceval

Saul Leiter, Self-Portrait with Inez, c. 1947

Saul Leiter, Self-Portrait with Inez, c. 1947

Saul Leiter est né à Pittsburgh en 1923.

Saul Leiter est surtout connu pour ses photographies de rue des années 1940... En 1946, Saul Leiter est venu à New York pour devenir peintre. Peu après son arrivée, il a été happé par la photographie grâce à une connaissance, l’expressionniste abstrait Richard Pousette-Dart... A cette époque, la photographie n’était pas encore acceptée comme technique artistique. Elle était considérée comme superficielle...

Ses sujets favoris sont des miroirs, des ombres, des reflets dans des vitres et des silhouettes. Les individus dans ses images sont souvent en flou artistique, seulement partiellement présents ou presque complètement absents.

Il a gagné sa vie avec la mode en noir et blanc étalée dans des magazines tels que Harper’s Bazaar et Vogue.

Pendant plus de soixante ans, Saul Leiter a peint et pris des photographies : il casse les perspectives, comprime l'espace...

comme une pratique en duo et il a redéfini les caractéristiques de la photographie de rue due a sa grammaire visuelle distincte : des perspectives éloignées du centre, des dynamiques spatiales comprimées, l’aperçu pour briser le cadre de manière abstraite, imprévisible, et un rythme asymétrique.

''In my room '' reprend des photos de nus à travers des photographies intimes de femmes que Leiter connaissait... Ce sont des espaces intérieurs profondément personnels, souvent éclairés par la lumière naturelle luxuriante de l'atelier de l'artiste dans l' East Village de New York City...

Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''
Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''Saul Leiter - photographe '' In my room ''

Voir les commentaires

Un verre, pour 2017 ...

Publié le par Perceval

Avec Fabian Perez, un artiste né à Buenos Aires.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>