Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #arts visuels tag

Felix Vallotton (1865-1925): du feu sous la glace - 3/3 -

Publié le par Perceval

« Vallotton est d'abord un peintre de nus » G Besson. Cette profusion illustre l’attraction mainte fois attestée qu'exerçait les femmes sur Vallotton : «  C'est par des gestes, dont il ne restait pas toujours maître, que se trahissait une sensualité toujours en appétit de toutes sortes de gourmandises, d'aucune plus que de la chair féminine », se souvient Thadée Natanson en 1948.

 felix-vallotton La Blanche et la Noire, 1913

« La blanche et la noire » Odalisque troublante, que ce face à face silencieux qui suscite des abîmes d'interrogations … Pourquoi... ? Mais, tout ici n'est que semblance et lubie... !

Félix Vallotton – La chambre rouge, Etretat, 1899 Félix Vallotton, La Liseuse, 1922
Madame G Vallotton et sa nièce 1899 Félix Vallotton, La Liseuse, 1922

Artiste polymorphe donc, mais aussi anarchiste rebelle et solide bourgeois, membre du groupe des nabis et solitaire impénitent, comique et neurasthénique, Vallotton échappe à toutes les classifications. 

felix-vallotton bainturc1907

« Toute ma vie j'aurais été celui qui, de derrière une fenêtre, voit vivre et ne vit pas ». Vallotton

 Felix Vallotton La malade 1892

Le Grand Palais de Paris propose, du 2 octobre 2013 au 20 janvier 2014, une grande rétrospective de Félix Vallotton, artiste inclassable, à la fois peintre, graveur sur bois, écrivain et critique d'art. D'origine suisse et naturalisé français en 1900, Félix Vallotton (1865-1925) à laissé notamment plus de 1700 peintures et 200 gravures.

Félix Vallotton - Le chapeau violet - 1907 Félix Vallotton, Portrait de femme en chapeau noir (1908)

Gabrielle_Vallotton-1905-copie-1.jpg

Gabrielle Vallotton 1905

vallotton-felix-14


Sources : «  Le feu sous la glace » Grand Palais … Isabelle Cahn, Katia Poletti, ...

Voir les commentaires

Felix Vallotton (1865-1925): du feu sous la glace - 2/3 -

Publié le par Perceval

affiche expo Le feu sous la glace« L’œuvre de Félix Vallotton ( 1865 à Lausanne – 1925 à Paris) est d'une grande complexité. Si le jeu des formes et des couleurs opère intuitivement au premier regard, le sens véritable se décèle peu à peu, sombre, ironique, surprenant provocateur. Le regard aigu de l'artiste scrute, examine, désosse et analyse. Le dessin est précis, le cadrage audacieux, l'aspect lisse et les perspectives aplaties. Vallotton découpe, sculpte et modèle la réalité pour en représenter une version transfigurée par sa propre perception. Ses scènes domestiques tragi-comiques sont des moments d'intimité volés. Il peint des individus écrasés par la vacuité de leur existence, des femmes futiles et triomphantes, des hommes faibles et vaincus. Une vision pessimiste et violente du monde et des rapports entre les sexes, marquée par une profonde ambivalence.. Son art est à la fois sensible et cruel, sensuel et cérébral, réaliste et étrange, classique et moderne, intime et universel. »

F Vallotton Le mensonge -1898 Félix Vallotton, La Chambre rouge, Étretat, 1899
Le mensonge 1898 La chambre rouge - Etretat - 1899


(...)

« Resté le « Nabi étranger » au sein du seul groupe auquel il a appartenu, aux côtés de Bonnard, Vuillard et Maurice Denis, contemporain des peintres post-impressionnistes, de Gauguin, Van Gogh, Cézanne, des fauves et des cubistes, il a tracé son chemin en solitaire dans le maquis des avant-gardes esthétiques. Le style de ce peintre de l'étrange se distingue par un aspect lisse et froid ; des couleurs raffinées, un dessin précis découpant la forme, des cadrages audacieux, des perspectives aplaties empruntées aux estampes japonaises et à la photographie. Il a mis en scène avec une précision obsessionnelle des situations psychologiques nées de conflits entre désir et interdit et donné une dimension mythique à l'éternelle guerre des sexes. Sa sensibilité fortifiée par un don d'observation aigu lui a permis de rester à l'abri des banalités déprimantes pour n'exprimer que la force mystérieuse des choses. »

Guy Cogeval, Président Musée d'Orsay

Felix_Vallotton_Interior_with_Couple_and_Screen_-Intimacy-.jpg

Refoulement et mensonge :

De 1897 jusqu'en 1920, Vallotton s'adonne avec plus ou moins de constance à la représentation de saynètes de mœurs : tableaux tragi-comiques avec personnages représentés dans des intérieurs bourgeois. Mari et femme, ou amant et maîtresse : les situations amoureuses ne manquent pas d'ironie. Et, même les meubles ne manquent pas de jouer leur rôle …

Felix-Vallotton le baiser Félix Vallotton chaste-suzanne-1922
Le baiser Chaste Suzanne 1922


«  On rit, on frémit, on s'attendrit, on s'indigne, on frisonne. Le délicieux, l'inquiétant spectacle... » s'enthousiasme l'ami Thadée Natanson ( la revue Blanche) à propos des « Intimités »

A travers le labyrinthe secret des sentiments et des pulsions, du refoulement et du mesonge, Vollotton dénonce la névrose sociale du mariage et de l'argent.

 

 Felix-Vallotton la loge de théâtre, le mosieur et la dame

La loge de théâtre ..

Un petit gant blanc, vivant et blotti comme une colombe... Il anime la présence passive de la jeune femme au visage impassible. Quelque chose ne préoccupe t-il pas ce couple ? Quelle économie pour exacerber cette relation !


Voir les commentaires

Felix Vallotton (1865-1925): du feu sous la glace - 1/3 -

Publié le par Perceval

      Félix Vallotton naît à Lausanne dans la petite bourgeoisie vaudoise protestante. Son père est marchand de couleurs puis fabricant de chocolat. Dès l'âge de 16 ans, le jeune Félix s'installe à Paris pour suivre les cours de l'Académie Julian. 

Son autoportrait à vingt ans montre un jeune homme introverti. Déjà il répertorie soigneusement ses réalisations dans un Livre de raison. "Il est ambitieux et veut faire oeuvre", souligne Isabelle Cahn, conservateur en chef au musée d'Orsay et co-commissaire de l'exposition. 

 Félix Vallotton, 1865 – 1925-Self Portrait  Vallotton-Autoportrait-copie-1.jpg

Autoportrait à 20 ans : le jeune homme, les yeux plissés, pose en strict profil mais comme il tourne légèrement la tête vers nous, le visage est présenté de trois quart. Il adopte une attitude sévère, presque trop sérieuse pour un garçon de cet âge ...

Vallotton a 32 ans, il vit depuis 15 ans à Paris. .. l'homme a déjà libéré sa touche et surtout, on le sent plus "à l'aise" que dans l'autoportrait de jeunesse. Il est jeune encore, vient tout juste de se marier et sa situation financière est en train de s'améliorer.

A moins de trente ans, l'artiste a déjà acquis une notoriété grâce à ses gravures sur bois, en noir et blanc, à l'ironie décapante. Il rejoint en 1893 le groupe des Nabis, qui le surnomme "le Nabi étranger". Il rencontre Thadée Natanson, co-fondateur de la Revue Blanche dont il va devenir l'illustrateur attitré.  

Félix Vallotton, Intimités felix-vallotton la-paresse
 Felix-Vallotton--Le-Bain--1894--xylographie-copie-1.jpg  Felix-Vallotton--L-Assassinat--1893--xylographi-copie-1.jpg

*****

Félix-Vallotton-Coucher-de-soleil-à-Grâce-ciel-orangé-e

Il épouse en 1899 une veuve déjà mère de trois enfants. Née Bernheim, Gabrielle est la soeur de marchands de tableaux. Dès lors l'artiste mène une vie bourgeoise mais la braise continue de couver.

vallotton-felix-la Valse-1893 Félix Vallotton, Femme nue assise dans un fauteuil rouge,
 

 

Dans les scènes d'intérieur, Félix Vallotton s'attache principalement aux conflits inhérents à la disparité des sexes, aux fausses promesses et aux échecs de la vie conjugale. Confrontations brutales de valeurs claires et sombres et dissonances chromatiques participent de cette sombre lutte.

Felix Vallotton Intérieur avec femme en rouge de dos 1903

Les couleurs chaudes des murs et du mobilier expriment symboliquement l'intensité des passions et les pulsions entre les pulsions et les interdits. Vallotton suspend l'action à son paroxysme. Espaces clos, portes entre-ouvertes, enfilades de pièces, reflets dans un miroir... tous les détails concourent à créer le suspens tout en suggérant le pire. La femme figure presque toujours froide, cruelle, intéressée. Lorsqu'elle s'abandonne, c'est pour mieux anéantir l'homme naïf qui a succombé à ses charmes. L'argent joue un rôle central dans le contrat amoureux et Vallotton l'illustre dans ses Intimités, une série de 10 bois gravés sur le thème du couple. La couleur rouge qu'il utilise suggère l'incandescence de la passion mais aussi l'enfer sentimental.

 

 

*****

Vallotton-Autoportrait 2 Félix Vallotton et Gabrielle son épouse en 1910

Vallotton a ici presque 50 ans et, enfin, il se représente en peintre, les armes à la main ! 

L'oeil toujours aussi vif, nous scrute avec acuité. Le jeune artiste timide s'est enfin affirmé, c'est un homme mûr et sûr de son art qu'il  décrit en cette année 1914 ...

Félix Vallotton et sa femme en 1910


 

Voir les commentaires

Vivian Maier, amatrice de photo -2-

Publié le par Perceval

Vivian Maier est aussi mystérieuse que ses photos.
Pendant quarante ans, solitaire, elle a parcouru les rues de Chicago et de New York, et pris des photos qu’elle n’a jamais montrées, qu’elle n’a même en grande partie jamais développées. Puis elle est morte à 80 ans passés, inconnue.

 Vivian Maier 8  Vivian Maier 7
 Vivian Maier 6  Vivian Maier 18

VIVIAN-MAIER-101.jpg

vivian_maier-102.jpg

Voir les commentaires

Vivian Maier, amatrice de photo.

Publié le par Perceval

 Vivian-MAier-The-Nanny-Secret Mill-8
 Vivian-Maier - The-Nanny-Secret_Mill

En 2007, un jeune homme de 26 ans achète pour 400 dollars des boites entreposées dans un un box de stockage. Les boites sont remplies de milliers de photos (on parle de cent mille) , des bobines non développées, des négatifs. Toutes les images parlent de la rue. Des rues de New-York et de Chicago. Ces images, sont aussi l'histoire d'une photographe étonnante !

L’histoire d’une jeune américaine, Vivian Maier, amatrice de photo à ses heures perdues. Née en 1926, à New York, d’un couple Franco-Polonais, elle grandit en France, pour retourner aux Etats Unis à l’âge de 30 ans. C’est une touche à tout, une indépendante, féministe, socialiste et avide de savoirs.

De 1956 à 1960, elle profite de la vente de la ferme familiale en Alsace pour s’offrir 4 années de voyage en Europe, Afrique du Nord, Asie et Amérique du Sud. Elle ne craint pas de dilapider l’héritage familial pour découvrir le monde, quitte à mettre en péril son confort futur...

Vivian Maier 000 Vivian Maier 00
Vivian Maier 13 Vivian Maier 14


Après cette période de voyages, elle s’installe à Chicago, ou elle devient nanny pur des familles aisées. Pendant 40 années, dès que son emploi du temps le lui permet, celle que l’on décrit comme 'plutôt réservée' vagabonde dans les rues de Chicago, et en fige le quotidien sur plus de 50000 clichés, qu’elle stocke dans un coffre loué à cet effet. Rencontrant des difficultés financières, le contenu du coffre est vendu aux enchères. Vivian Maier, continue à vivoter. En 2007, 2 ans avant sa mort ( 80 ans passés ), John Maloof, acquiert pour une somme dérisoire, et par hasard les négatifs. Au fur et à mesure qu’il développe les négatifs, il découvre progressivement un photographe de talent, dont il ne retrouve malheureusement la trace que quelques mois après sa mort. Les rendez vous sont parfois capricieux.

Vivian Maier 17 Vivian Maier 21
Vivian Maier 12 Vivian Maier 20



La collection de clichés, qui n’a pas encore été complètement développée (il y en a 100 000) montre l’Amérique des années 60. Des couples se tenant par la main, beaucoup d’enfants et de vieillards, des mendiants, l’exercice ne se se veut pas forcement esthétique. Il s’agit plus d’un témoignage, sans réelle complaisance, mêlant humour et une infinie tendresse, pour les choses simples de la vie.

 *****

Les rues de Vivian Maier

Un petit aperçu de son travail, et pour en savoir plus, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site officiel de Vivian Maier
*****

Voir les commentaires

John White Alexander (1856 - 1915) -2/2-

Publié le par Perceval

John White Alexander est à rapprocher d'un peintre né la même année 1856: John Singer Sargent.

John_White_Alexander-5.jpg

John White Alexander réalise des portraits de femmes idéalisées dans des intérieurs élégants. Son style affirme le pouvoir décoratif de la peinture figurative, en effet l'objectif du peintre est avant tout esthétique, plutôt que représentatif ( ressemblant)...

John_White_Alexander-Onteora.jpg John_White_Alexander-Portrait_of_the_Breton_Maid_Josephine.jpg
 John_White_Alexander  - Onteora  Portrait_of_the_Breton_Maid_Josephine

*****

John_White_Alexander-the-ring-1911-copie-1.jpg
 John White Alexander -  the ring 1911

 

 

 

Peut-être même s'agit-il d'étude psychologique ( The ring). Pour ses oeuvres, John White Alexander adopte une toile à très gros tissage, dont la texture est un élément important dans le rendu de ses oeuvres.

 

 

Ce qui a retenu mon attention, ce sont d'abord les poses des modèles. Ainsi la femme de « Repose » me semble un peu provocatrice, sans doute le goût français de l'époque aussi … Ses femmes sont sensuelles, et évoquent les rythmes ondulants de l'Art Nouveau. Ici, Avec avec ce modèle enveloppé dans des flots de tissu blanc,elle fut comparée à la danseuse américaine Loïe Fuller (1862-1928) célèbre pour manipuler des tourbillons de soie sur scène.

 

*****

Repose.png

Alexander favorise la compositions avec un seul ton sur un fond fortement contrasté. Le contour sinueux et curviligne de l'héroïne "Isabella" ou "Le Pot de Basilic" (1897) évoque les formes contemporaines de l'Art Nouveau. Comme les Symbolistes, Alexander cherche par le geste et la lumière à intensifier le traitement sensuel du sujet.  

isabella_and_the_pot_of_basil.jpg John-White-Alexander--Lumiere-du-soleil--1909.jpg
 John White Alexander (1856-1915) Isabella et le pot de basilic Huile sur toile 1897  John White Alexander  Lumière du soleil, 1909

*****

John_White_Alexander-Un-moment-de-ralenti--c.-1885-.jpg

John White Alexander An_Idle_Moment

*****

John_White_Alexander-Althea.jpg

John_White_Alexander:  Althea

*****

John_White_Alexander-Black_and_Red.jpg

John White Alexander:  Black_and_Red

Voir les commentaires

John White Alexander (1856 - 1915) -1/2-

Publié le par Perceval

Avant de quitter ce XIXème siècle qui s'étend jusqu'en 14... Un peintre qui reste dans cette esthétique du portrait bourgeois, avec une pointe moderne ...

John-White-Alexander--1856-1915--A-Rose.jpg John_White_Alexander-2.jpg John-White-Alexander--1856-1915--Young-Woman-Arranging-Her-.jpg

John_White_Alexander-0.jpg

John White Alexander (1856 - 1915) est un illustrateur et peintre Américain, connu en particulier pour ses portraits... Orphelin dès son enfance, il devient garçon-télégraphe à Pittsburgh. Puis remarqué par ses dessins, à 19ans il devient illustrateur et caricaturiste politique, pour le magazine Harper's Weekly (1875) en même temps que Joseph Pennell, Howard Pyle,Edwin Austin Abbey et autres célèbres illustrateurs américains. Après ces 2 ans d'apprentissage et d'acquis, il navigue vers l'Europe.  .

John_White_Alexander-Au-piano---Portrait-d-Helene-Hopekir.jpgEn 1877, il suit une formation en art à Paris, puis à Munich. En 1878, il rejoint une communauté de peintres américains établie en Bavière. Le groupe voyage en Italie l'année suivante et Alexander John se lie d'amitié avec James McNeill Whistler et Henry James. Il revient à New York en 1881 pour travailler pour Harper's et pour Princeton en tant que professeur de dessin.

Il habite Paris de 1890 à 1901, fréquente Rodin, H. James, O. Wilde ou Mirbeau, et y est en contact avec le Symbolisme et l’Art nouveau (cf : Isabelle et le pot de basilic, 1897)

jwa-Mrs-John-White-Alexander-1902.jpgIl devient un portraitiste à la mode de la haute société. En 1893 sa première exposition au Salon de Paris, celles de l'Exposition Internationale Carnegie et du Salon des Peintres Graveurs et Sculpteurs sont d'éclatants succès. S'ensuit l'élection immédiate  de l'artiste à la Société Nationale des Beaux-Arts, moment à partir duquel de nombreux honneurs lui sont accordés. À partir de 1895, on lui commande une série de murales pour la Bibliothèque du Congrès à Washington D.C., s'ensuit de nombreuses commandes tant pour des peintures murales que pour des portraits. Il meurt le 31 mai 1915 à New York.

John White Alexander a épousé Elizabeth Alexander Alexander, à qui il avait été présenté en partie à cause de leur nom de famille commun. Elizabeth est la fille de James Waddell Alexander, président de l'Equitable Life Assurance Society au moment du scandale Hyde Ball. Le couple eut un enfant, le mathématicien James Waddell Alexander II. 

John_White_Alexander-Evolution-of-the-Book-medieval-scribes.jpg


Voir les commentaires

Paris 1900-2013 en photos

Publié le par Perceval

A droite, une photographie prise au début du siècle dernier ; à gauche, le même point de vue, photographié en 2013. 

En promenant la poignée rouge, vous pouvez scruter la multitude de petits changements qui se sont produits dans l'intervalle. Sur ce site: ICI


Paris-1914-2013-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Nicoletta Ceccoli: Les filles ne pleurent plus...

Publié le par Perceval

 Nicoletta-Ceccoli--99.jpg

 

Nicoletta Ceccoli est née en 1973, et vit toujours en République de Saint-Marin.

Nicoletta-Ceccoli--7.jpg Nicoletta-Ceccoli--cecilia.jpg
Nicoletta-Ceccoli--tempted-big.jpg Nicoletta-Ceccoli--toyland.jpg

 

Interview:

Les personnages de mes illustrations reflètent mon alter ego. Cependant, l'idée de départ ne naît pas d'une expérience personnelle, d'ailleurs quand la peinture est terminée, je me rends compte alors comme l'idée a évolué à partir de mes propres sentiments. Le processus inconscient en œuvre est comme dans un rêve...

Mes filles sont toutes un peu Alice, aux prises avec leur corps qui change, dans un monde qui est lui-même en métamorphose. Wonderland est le lieu de tous les sentiments et des émotions, au-delà des règles et des conventions. Le cours normal des choses est renversé, et c'est en traversant nos rêves que nous découvrons notre identité.

Mes personnages, jouets et poupées expriment franchement la cruauté, la solitude et la fragilité, et en même temps, la beauté et la folie. Mon travail parle le langage de la douceur de l'enfance, mais avec un côté sombre qui tahit mes angoisses les plus profondes.

Nicoletta-Ceccoli--Heads-or-Tails.jpg Nicoletta-Ceccoli--alice.jpg
Nicoletta-Ceccoli--letting-go.jpg Nicoletta-Ceccoli--3.jpg

Souvent mes histoires parlent du mystère de l'adolescence. Le passage de l'enfance à l'âge adulte, lorsque l'innocence disparaît et donne l'idée de péché.

Il y a un sentiment de culpabilité qui plane au-dessus de tout, un murmure d'inquiétude dans un monde enrobé de sucre, de plaisir et de satiété

Nicoletta-Ceccoli--2.jpg Nicoletta-Ceccoli--tower-2.jpg
Nicoletta-Ceccoli--5.jpg Nicoletta-Ceccoli--glace.jpg

Ce qui m’intéresse dans la mythologie, c'est sa fantaisie irrépressible, la question de la métamorphose des créatures de ce monde et l'humanisation de toutes choses.

 Nicoletta-Ceccoli--serpent-de-mer.jpg

 

*****


*****

Voir les commentaires

1901- Nativité

Publié le par Perceval

Newport, Rhode Island, 1901. The Manger by Gertrude Käsebi
Nativité: Newport, Rhode Island, 1901. "The Manger" by Gertrude Käsebier

Gertrude Käsebier ( 1852-1934) est l'une des plus influentes photographes américaines du xxe siècle

Autoportrait-de-Gertrude-Kasebier-1899.jpg Adolf-de-Meyer-Portrait-de-Gertrude-Kasebier-1905.jpg
Autoportrait de Gertrude Käsebier 1899 Adolf de Meyer Portrait de Gertrude Käsebier 1905
Gertrude-Kasebier-Rose-O-Neill---illustrateur-et-createur.jpg Gertrude-Kasebier-Evelyn-Nesbit--1903.jpg
Gertrude Käsebier:  Rose O'Neill , illustratrice et créatrice de la poupée "Kewpie" 1907 Gertrude Käsebier - Evelyn Nesbit, 1903 -


Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>