Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #amour tag

'Beauté Révélée' – auto-portrait de Sarah Goodridge

Publié le par Perceval

Sarah Goodridge (1788-1853) a fait carrière à Boston où elle a gagné sa vie à peindre des portraits miniatures... Les portraits miniatures étaient alors en vogue et donnés en marque d'affection ou d'amour... 

Souvent même, il ne s'agissait que des yeux, ou de la bouche ; ainsi ces portraits ne révélaient pas l'identité des personnes ...

Son succès de peintre lui a permis d'être en mesure de s'acheter une maison sur Beacon Hill et de soutenir sa mère invalide et sa nièce orpheline.

Daniel Webster (1782-1852) était un avocat et homme politique, venu poser pour son portrait... Une amitié et un peu plus, a grandi entre Daniel et Sarah. Mais Daniel est marié et père de trois enfants...

Webster a envoyé à Sarah plus de quarante lettres entre 1827 et 1851, et ses 'salutations' sont devenus de plus en plus familières... Comme cela est souvent le cas, elle conserva ses lettres, tandis que lui, plus soucieux de sa réputation, les détruisit...

Elle, de son côté, l'a peint plus d'une douzaine de fois et peint ses enfants et petits-enfants. Elle lui a prêté de l'argent qu'il n'a jamais remboursé. Elle lui a rendu visite seule à Washington, au moins deux fois, une fois en 1828 après la mort de sa première femme - ce fut aussi l'année où elle a peint Beauté Revealed - et de nouveau en 1841-1842, lorsque Webster a été séparé de sa seconde épouse.

Sarah Goodridge a achevé ''Beauté Révélée ''en 1828...

Elle a envoyé cet auto-portrait à Webster quand il est devenu veuf, et, par son format miniature, il était destiné à ses seuls yeux...

'Beauty Revealed' est le nom d'un oeuvre très originale, et qui est un ''auto-portrait'' de Sarah Goodridge (1788-1853). Il s'agit d'une miniature (6,7 par 8 cm) peinte avec de l'aquarelle sur un morceau d'ivoire.

 

La peintre représente ses seins dénudés : des mamelons roses, et un point de beauté . Ils sont représentés avec une gradation de couleur, ce qui donne un effet à trois dimensions. Quand elle a peint cette miniature Sarah Goodridge était âgée alors de quarante ans, ses seins semblent plus jeunes, avec "équilibre, pâleur, et fermeté" rendu par l'harmonie de la lumière, la couleur, et l' équilibre. Les seins sont encadrées par un tourbillon de tissu pâle, qui , reflète la lumière.

 

 

Daniel Webster, n'a pas répondu à cette extraordinaire proposition de don de soi... Alors sénateur américain et perpétuellement en difficultés d'argent, il avait besoin de faire un mariage plus avantageux. En 1829 , il épousa Caroline LeRoy, une riche héritière de New York. Pourtant , même ce mariage n'a pas suffi à détruire son amitié avec Sarah, et ​​elle a continué à exécuter ses commandes, elle a revu Daniel à Washington. Sarah ne s'est jamais mariée. Lorsque sa vue défaillante l'a forcée à abandonner sa peinture, elle s'est retirée dans une ferme du Massachusetts, où elle est morte en 1853 après un AVC.

Quand Daniel Webster est mort après une chute en 1852, la miniature des seins de Sarah- connus maintenant sous le nom de ''Beauty Revealed''- a été découverte parmi ses effets personnels.

Voir les commentaires

L'Amour et le XIXe siècle -3/3-

Publié le par Perceval

Les illustrations - des 'curiosa' relégués à l'Enfer - d'Achille Devéria (1800-1857),

Les illustrations - des 'curiosa' relégués à l'Enfer - d'Achille Devéria (1800-1857),

Chez les hommes, on affirme sa sexualité. Et, il est intarissable! Dans les romans, les obscénités sont codées, et la littérature chansonnière est obsédée par l'organe viril. L'imaginaire masculin se nourrit des stéréotypes de l'amour vénal de l'Antiquité. Le vieux fond libertin travaille les hommes du XIXe: ils ont lu Sade. Une fois mariés, ils ont la nostalgie de leurs aventures avec les cousettes. Les maisons closes de quartier sont là pour soulager les maris frustrés, qui rentrent ensuite sagement à la maison. C'est la sexualité utilitaire.

Vers 1860, L'époque est à l'enrichissement, à l'urbanisation. Les bourgeois souffrent de cette morale qui les enferme. Le code romantique commence à se dégrader. On n'y croit plus. Il suffit de lire la correspondance de Flaubert. Finis l'angélisme et les femmes diaphanes! Le sentiment amoureux se dévalorise. 

Madame Bovary, c'est une dérision de l'adultère, une remise en question de l'imaginaire romantique. La femme n'est plus un ange. Elle fait peur. Après la Commune, on craint que l'animalité du peuple ne prenne le dessus. C'est le vice que décrit Zola dans Nana. Pensez aux Rougon-Macquart, mais aussi à l'oeuvre des frères Goncourt, ouvrages dans lesquels la femme est un être désaxé dont le portrait traduit l'anxiété biologique. On a peur aussi des grands fléaux vénériens. L'amour comporte des risques. Il devient tragique.

Le divorce, adopté en 1792 par les révolutionnaires puis supprimé en 1816, est rétabli en 1884. Les femmes le réclament par milliers. Mais l'adultère est le grand thème du moment.

L'adultère du mari ne peut guère être poursuivi; celui de l'épouse est toujours un délit, punissable en théorie jusqu'à deux ans de prison. Mais est-il aussi répandu? Sa mise en scène dans les romans et le théâtre n'est-elle pas encore une forme d'exorcisme? En même temps, les femmes ont une mobilité plus grande. La concentration urbaine, l'éclairage au gaz modifient les comportements; la vie nocturne s'intensifie, dans les bals, les spectacles, l'opérette. Se développe alors une pratique inédite entre jeunes gens: le flirt, qui emprunte à l'ancien code romantique et concilie la virginité, la pudeur et le désir...

A la fin du XIXe siècle se dessine un nouveau type de couple, plus uni: une femme plus avertie, un homme plus soucieux de sa partenaire. La contraception se développe (avec le coït interrompu, notamment). L'égoïsme masculin perd de sa superbe. Une sexualité plus sensuelle se dessine à la place de l'ancienne sexualité génitale et rapide vouée à la procréation. Entre époux, on s'appelle «chéri(e)». Certains romans pour jeunes femmes n'hésitent plus à esquisser un érotisme voilé.

Le roman de mœurs met en scène des bourgeois et des nobles débauchés, tandis que leurs femmes, livrées à elles-mêmes, seules et mal aimées succombent à leur tour à la tentation. Il n’est alors question que de femmes adultères, de jeunes filles à l’honneur perdu ou de mères coupables.

Hommes et femmes s’affrontent dans un univers où la femme est la proie et l’homme le chasseur. Le schéma en reste à la femme chrétienne, modèle de courage et de soumission, délaissée ou trahie par un homme soumis aux appétits de la chair et jouet de femmes perverses aux mœurs douteuses.

 

 Le roman populaire à sensation fait la part belle aux femmes qui font « naître le mystère, l’épaississent puis contribuent à le dévoiler". Elles sont souvent courageuses et ont du caractère . Elles ne sont pas dénuées d’une certaine perversité parfois pour parvenir à leurs fins.

Le XIXème est somme toute une période fascinante parce qu'il conduit le passage entre l’ancien monde et la modernité. Joséphine de Beauharnais et Germaine de Staël sont des femmes de l’Ancien Régime jetées dans la Révolution puis le monde neuf qui en est né. Charlotte Brontë est représentative du milieu du siècle, héritier du romantisme. Ce romantisme est alors vécu intellectuellement par les femmes, à travers la littérature et la représentation qu’elles ont d’elles-mêmes; la créature vierge et précieuse que l’homme doit conquérir tel un preux chevalier.

Dans leur vie réelle, après la trop brève parenthèse de liberté que furent les Lumières et le début de la Révolution, les femmes voient la chape de plomb du puritanisme religieux et social leur retomber sur les épaules dès le milieu du siècle...

Sources :En particulier : Juliette Goudot ( journaliste 'Le moustique') ; Dominique Simonnet, écrivain et journaliste, avec Alain Corbin ; 

Voir les commentaires

L'Amour et le XIXe siècle -2/3-

Publié le par Perceval

1860 - Soirée dans les salons de Paris
1860 - Soirée dans les salons de Paris

1860 - Soirée dans les salons de Paris

La multiplication des préceptes médicaux viennent normer le discours sur la sexualité conjugale.

Le cours d’"hygiène sexuelle" du docteur Montalban prévient que le sperme doit être économisé comme un précieux liquide de vie, "la perte de 30 grammes de cette substance équivalant à celle de 1.200 grammes de sang". A trop vouloir foutre, l’homme se dévitalise, tandis que la femme, elle, risque de "s’énerver" ou d’être "prise d’hémorragie effrayante". Les médecins hygiénistes du XIXe siècle la diagnostiquent volontiers comme une insatiable jouisseuse en puissance.

A l’époux donc de ne pas susciter ce désir féminin trop voluptueux. Les médecins recommandent deux ou trois coïts par semaine au jeune époux. Un toutes les trois semaines suffira au quinquagénaire. Ceinture aux messieurs trop âgés. Quelques minutes de coït rapide et vigoureux doivent suffire à procréer, en position 'recommandée' du missionnaire. Pour le docteur Montalban, c’est également la position qui procurera le plus de jouissance, "les points de contact multipliés procurant les sensations les plus agréables" et si la femme s’excite trop, il sera bon de la coucher sur le côté. Tout semble se liguer contre l’orgasme féminin. Les "postures illégitimes" sont bien sûr à proscrire. Tout comme l’onanisme - le péché ultime étant "l’onanisme conjugal" (ou la masturbation réciproque) qui peut conduire à la damnation des fidèles, dans un siècle empreint de morale chrétienne.

On ne doit batifoler que dans la chambre à coucher. Les miroirs doivent en être bannis, et on doit procréer dans l’obscurité. Le plus souvent, les partenaires gardent la chemise.

Si les paysannes batifolent parfois en plein jour dans la paille, à la maison, "Madame" se doit de souffler la bougie ou la lampe à pétrole avant de rejoindre Monsieur au lit. L’apparition de l’électricité et sa popularisation à la fin du XIXe siècle ne seront pas étrangères à une certaine érotisation des habitudes nocturnes entre époux.

Si le couple conjugal, socle du corps social bourgeois que promeut le siècle, semble réglementé par la pudeur, le plaisir lui, doit s’en exclure. Et se trouver ailleurs. Au bordel, sur les boulevards, ou chez la voisine.

Les médecins dénoncent les conduites déviantes, la femme hystérique, l'homosexualité, la sexualité juvénile, toutes ces aberrations de l' «instinct génésique». La masturbation suscite leur effroi. Elle conduit, disent-ils, à un lent dépérissement. Le plaisir solitaire de la femme, c'est du vice à l'état pur. Jusqu'alors, on pensait que le plaisir féminin était lié aux nécessités de la reproduction. Soudain, en découvrant les mécanismes de l'ovulation, on réalise que ce n'est pas le cas. Il semble donc superflu, inutile, comme le clitoris.

Ce XIXe siècle, ne peut inciter qu'à la transgression...

Cette ''inquiétante étrangeté'' qu'est le sexe, devient manifeste... Le tabou prend la lumière des alcôves...

« Cette transgression des interdits, cette mise en relief des valeurs que l'on ne veut pas voir, est tout le suc du fantastique. C'est aussi la raison pour laquelle le fantastique est souvent une réflexion approfondie - car à vivre dans la chair - sur le Mal. Souffrance, folie, échec, transgression : ceci est un beau contre-courant à l'optimisme des Lumières, et c'est la raison pour laquelle le fantastique était tellement présent dans le XIXe littéraire français. »

Nombreux sont les écrivains qui aiment cultiver les expressions de la peur et de l’inconnu pour répliquer aux « certitudes » rationnelles et scientifiques de leur époque et renouer avec l’irrésistible plaisir associé à la transgression des lois de la Raison. Le goût de l’étrange et du surnaturel, inséparable de l’évocation d’un « ailleurs »

C’est aussi au XIXe siècle qu’apparaissent la psychiatrie et la psychanalyse, deux disciplines ayant pour objet l’étude et le traitement de la maladie mentale. Avant la naissance de leur clinique, on aimait se représenter l’homme comme un être cohérent, rationnel et maître de sa personne ; après elle, on sait celui-ci divisé, fuyant et habité par des forces inconnues. Le fantastique, véritable miroir de son époque, traduira bien les angoisses associées à cette nouvelle image de l’être humain. Il soulèvera, entre autres, la question qui nous concerne tous : « La normalité existe-t-elle réellement ? »

Sources :En particulier : - Juliette Goudot ( journaliste 'Le moustique') ; - Dominique Simonnet, écrivain et journaliste, avec Alain Corbin ;

Voir les commentaires

Clarence F. Underwood - Le couple amoureux

Publié le par Perceval

Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux

Clarence F. Underwood (1871-1929), est un artiste américain né à Jamestown.

Très tôt passionné par la peinture, le jeune homme va étudier à "l'Art Students League" et à "l'Académie Julian" à Paris. C'est lors de ses études à Paris qu'il va se passionner pour l'art des illustrations.

Clarence F. Underwood ne va jamais abandonner la peinture, mais il va surtout se consacrer à sa carrière d'illustrateur. Il fut d'ailleurs membre de la Société des illustrateurs de New York.
Les toiles de l'artiste sont une invitation à la détente, à la douceur de vivre et illustrent, avec romantisme, la bulle amoureuse du couple...

Ou, comme ci-dessous, des illustrations qui invitent à des scénarios plus complexes ...

Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux
Clarence F. Underwood - Le couple amoureux

Voir les commentaires

Le jeu d'échecs avec dames. -3/4-

Publié le par Perceval

Le jeu d'échecs avec dames. -3/4-

Les Échecs (Eschez) amoureux, d’Evrart de Conty

Les Eschez amoureux d’Evrart de Conty, médecin du futur Charles V, paru en 1370, poème allégorique réécriture du Roman de la Rose. Recueil de préceptes à l’usage d’un futur prince, l’ouvrage se termine sur l’apprentissage de la science subtile de l’amour allégorisée et moralisée au travers d’une partie d’Échecs. Le jeune prince, mis en scène, au terme de sa quête, rencontre une damoiselle et l’affronte devant un échiquier symbolique. À chacun des adversaires sont allouées des pièces représentant les qualités l’amour courtois.

La forme carrée de l’échiquier signifie l’égalité, la justice et la loyauté qui doivent résider dans l’amour. Chaque case du plateau porte le nom d’une vertu (Noblesse, Pitié, Jeunesse, Beauté), d’une qualité (Doux regard, Bel accueil, Beau maintien) ou d’un vice (Honte, Fausseté). Une jeune fille s’oppose à un jeune homme : le jeu d’échecs est aussi un théâtre amoureux où tester les pouvoirs réciproques des deux sexes et les capacités de séduction d’autrui. Le texte en prose des Échecs amoureux développe particulièrement les passages mythologiques. Le jeu d’échecs, censé servir de point de départ et de prétexte à une description éthique du monde, passe quelque peu au second plan. L’idée forte néanmoins demeure, qui fait des échecs un microcosme où se lit l’ordre et le destin de la société. Déjà présente dans la culture perse et arabe des VIIIe et IXe siècles, cette idée a connu en Occident, jusqu’à l’époque moderne, une vogue considérable. BnF

Plus subtilement, les jeux servent aussi de métaphore aux rituels de l'amour, comme sur ce vitrail, où sont représentées les premières étapes de la conquête amoureuse. Il s'agirait d'Édouard II de Beaujeu et de la fille de Guyonnet de La Bessée, d'une grande famille de Villefranche. Édouard déplace une pièce qui semble être une dame, déplacement qui lui donnerait la victoire - la main droite de la jeune femme semble exprimer du dépit. En même temps, la main gauche de Mlle de La Bessée laisse supposer que la victoire du sire ne se limitera pas à l'échiquier.
De nombreuses légendes reposent sur cet épisode, en particulier l'enlèvement de la jeune femme par Édouard et le juste châtiment de ce dernier, obligé de céder sa seigneurie au duc de Bourbon en 1400. Si les échecs permettent d'arriver à "dame nouvelle", pour parler comme Charles d'Orléans, les jeux de dés renvoient à une image moins civilisée, celle du hasard, de l'amour aveugle, marqué par l'instabilité, les rebondissements et. les tricheries.

 

Lucas Van Leyden reprend la tradition médiévale qui opposait une femme à un homme. La femme s'apprête à jouer un coup qui lui fera perdre la partie car elle n'a pas vu que son roi est en prise.

Est-ce la raison pour laquelle son adversaire, l’œil plissé et esquivant un mauvais sourire, feint de ne pas voir l’échiquier et de ne pas prêtre attention au piètres conseils qu'elle reçoit ?

Est-ce pour cette raison qu'un autre signale d'un mouvement de la main qui indique le danger, qu'une erreur va être commise, tandis que celui qui l'écoute prend le masque de qui détient un lourd secret à ne pas révéler, pour laisser la femme succomber aux desseins masculins. Et cette dame de religion, derrière, n'est-elle pas là pour bénir une telle reddition ?

Et ce conseil, dès lors, est-il seulement maladroit ou n'est-il pas plutôt un piège tendu pour faire perdre à la belle la partie dont elle serait l'enjeu ?

Ainsi que l'a révélé Denis de Rougemont dans l'Amour et l'Occident, la grande période de l'amour courtois coïncide avec la transformation des échecs et le développement du rôle de la Reine qui devient, dans le jeu, la pièce maîtresse.

C'est aux échecs que jouent, agrippés au mât du navire qui les emmène, Tristan et Yseult, thème repris aussi bien sur le dos de miroir en ivoire conservé au Louvre que dans un manuscrit enluminé que déteint la BNF.

Voir les commentaires

''De Amore'' d'André le Chapelain, XIIe s.

Publié le par Perceval

''De Amore'' d'André le Chapelain, paraît vers 1186. Ce texte fournit des renseignements précis sur le rôle que l'amour et les débats sur les questions d'amour ont pu jouer dans la société aristocratique française du XIIe s. Imprégné lui-même de tradition cléricale, Le Chapelain était aussi familier de la Bible que d'Ovide et de Chrétien de Troyes. Sa définition de l'amour courtois est lapidaire : il s'agit d' « un embellissement du désir érotique ».

André le Chapelain, un clerc intimement mêlé à la vie de la cour de Marie de Champagne, la célèbre inspiratrice de Chrétien de Troyes, prodigue d’abord à son disciple Gautier, les conseils les plus avertis dans la difficile technique de la conquête amoureuse, mais finalement, en un brusque retournement, il dénonce, avec la véhémence d’un sermonnaire, les méfaits de l’amour et accable d’opprobres la femme pourvue de tous les vices.

Dans la première partie de son ouvrage, il définit l'amor purus, constituant « une source de perfectionnement » et s'opposant donc à tous les excès, notamment ceux de la concupiscence masculine. Il le différencie de l'amor mixtus, où le désir parvient à sa réalisation. Même alors, cependant, la passion débridée se voit déniée toute valeur et est finalement ravalée au rang d'instinct bas et méprisable. Le mot clé du traité est sapiens, évoquant aussi bien la modération que la magnanimité qui devaient plus tard définir en partie l'idéal de l'honnête homme du XVIIe S.

Dans la première partie de son livre, Le Chapelain rend hommage à l'amour où la sexualité et l'adoration ne font qu'un. Dans la seconde, au contraire, il le représente soudain, au mépris de toute logique, comme le modèle abject de tout crime et de tout péché. Le clerc dut-il inopinément se plier à l'autorité morale de l’Église, pour qui tout amour hors norme constituait un danger ?

Le dernier chapitre de De Amore, où apparaissent des éléments nettement misogynes absents jusqu'alors de l'ouvrage, continue bien de célébrer l'amour courtois mais sous une forme ''domestiquée'', conforme à la doctrine de l'Eglise. Après mûre réflexion, la passion se soumet à la raison, sans plus accorder aucune importance au désir ni au rêve. Dans cette seconde variante, l'amour courtois dédaigne la tentation des sens, dépasse son égocentrisme et réalise une union transfigurée avec l'être aimé. Une nouvelle fois, la femme est idéalisée : aussi parfaite qu’inaccessible, elle est l'objet d'une vénération constante mais sans espoir.

La position de Le Chapelain, à la fois théoricien de l'amour courtois transgressif et représentant de l'enseignement répressif de l’Église, confère à son texte une dichotomie saisissante. Ce dualisme profond est caractéristique du Moyen-âge. La Fin'amor représentait une tentative pour échapper au temps, non dénuée d'une dimension utopique...

L'amour courtois, qui ne se réalisait qu'en dehors du mariage, avait beau se caractériser par des éléments cultuels, et même religieux, il n'avait au fond presque rien en commun avec la conception chrétienne de l'amour ….

Sources: Verena Heyden-Rynsch, La passion de séduire

Les Préceptes d'Amour

1. Fuis l'avarice comme un fléau dangereux et, au contraire, sois généreux.

2. Evite toujours le mensonge.

3. Ne sois pas médisant.

4. Ne divulgue pas les secrets des amants.

5. Ne prends pas plusieurs confidents à ton amour.

6. Conserve-toi pur pour ton amante.

7. N'essaie pas sciemment de détourner l'amie d'un autre.

8. Ne recherche pas l'amour d'une femme que tu aurais quelque honte à épouser.

9. Sois toujours attentif à tous les commandements des dames.

10. Tâche toujours d'être digne d'appartenir à la chevalerie d'amour.

11. En toutes circonstances, montre-toi poli et courtois.

12. En t'adonnant aux plaisirs de l'amour, n'outrepasse pas le désir de ton amante.

13. Que tu donnes ou reçoives les plaisirs de l'amour, observe toujours une certaine pudeur.

Les Règles

1. Le prétexte de mariage n'est pas une excuse valable contre l'amour.

2. Qui n'est pas jaloux ne peut pas aimer.

3. Personne ne peut avoir deux liaisons à la fois.

4. Toujours l'amour doit croître ou décroître.

5. Il n'y a point de saveur à ce que l'amant obtient sans le gré de son amante.

6. L'homme ne peut aimer qu'après la puberté.

7. A la mort de son amant, le survivant attendra deux ans.

8. Personne ne doit sans raison suffisante être privé de l'objet de son amour.

9. Personne ne peut aimer vraiment sans être poussé par l'espoir de l'amour.

10. L'amour est toujours étranger dans la maison de l'avarice

11. Il n'est pas bon d'aimer une femme qu'on aurait quelque honte à épouser.

12. L'amant véritable ne désire d'autres baisers que ceux de son amante.

13. Rendu public, l'amour résiste peu.

14. Une conquête facile rend l'amour sans valeur, une conquête difficile lui donne du prix.

15. Tout amant doit pâlir en présence de son amante.

16. A la vue soudaine de son amante, le cœur d'un amant doit tressaillir.

17. Un nouvel amour fait oublier l'ancien.

18. Rien que le bon caractère rend l'homme digne d'amour.

19. Quand l'amour diminue, il diminue vite et se renforce rarement.

20. L'amoureux est toujours craintif.

21. Vraie jalousie fait toujours croître l'amour.

22. Un soupçon sur son amante, jalousie et ardeur d'aimer augmentent.

23. Il ne dort ni ne mange celui que passion d'amour démange.

24. N'importe quel acte de l'amant se termine dans la pensée de son amante.

25. L'amant véritable ne trouve rien de bien, qui à son amante ne plaise bien.

26. L'amant ne saurait rien refuser à son amante.

27. L'amant ne peut se rassasier des plaisirs de son amante.

28. La moindre présomption pousse l'amant à soupçonner le pire sur son amante.

29. Il n'aime pas vraiment celui qui possède une trop grande luxure.

30. L'amant véritable est toujours absorbé par l'image de son amante.

31. Rien ne défend à une femme d'être aimée de deux hommes, ni à un homme d'être aimé de deux femmes.

Voir aussi:

L'ART D'AIMER AU MOYEN-AGE- 1/2 -

L'ART D'AIMER AU MOYEN-AGE- 2/2 -

''De Amore'' d'André le Chapelain, XIIe s.''De Amore'' d'André le Chapelain, XIIe s.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3