Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche pour “natalie paley”

J. Cocteau, et une femme: Natalie Paley – Yseult -1/2-

Publié le par Perceval

Jean Cocteau aime s’entourer de personnes de la haute société et de femmes d’origines princières comme Marie-Laure de Noailles ou Natalie Paley, ce que les surréalistes ne lui pardonnent pas. Cherchant la protection des femmes, il fréquente les salons des « précieuses » de la Belle Époque dont Mme Lucien Muhlfed, la comtesse Greffuhle ou Mme Alphonse Daudet. Cocteau y brille.

 

Deux des figures féminines influentes dans la vie de Cocteau présentent une dualité très claire, se situant entre le sacré et le profane, entre le mystère et la réalité, entre la vie et la mort : sa mère, mais aussi Natalie Paley (1905-1981).

BALLETS RUSSES  - Arts vivants -  1924

Portrait de Jean Cocteau

peint entre 1910 et 1912.


Deux femmes mortelles sacralisées par le poète, inclues dans son imagerie féminine grâce à leurs doubles fictionnels, grâce à l’écriture. Elles formeront ensemble les deux côtés opposés, mais nécessaires de son idéal féminin, un idéal féminin, soit dit en passant, qui lui ressemble : Cocteau est la vive image de sa mère - Picasso lui dira « J’aime ta mère qui te ressemble ». Natalie Paley est l’absolu contraire d’Eugénie et cependant : […] ressemblant à Jean Cocteau sur bien des points, [elle] en est son parfait miroir. Natalie est une intuitive, une contemplative ; son charme et sa douceur sont infinis. Elle partage son attirance pour l’inexprimé, l’inexplicable, la magie, et, comme lui, elle s’apparente aux êtres qui, gardant le goût de l’enfance et du secret, ne vieillissent pas.

 

Un article d'Arthur King Peters résume très bien l'histoire de cette liaison de Cocteau : « Un jour Serge Lifar se rendit à une projection privée du «Sang d'un Poète» (1930), accompagné d'une très belle jeune femme. C'était Nathalie Paley Lelong que ses amis appelaient Natacha. Au premier regard, Cocteau décida qu'elle était faite pour lui donner le fils qu'il s'était mis à 41 ans à appeler de ses voeux ; Natacha (1905- 1981), princesse russe de la famille des Romanov, fille du grand-duc Paul Alexandrovich de Russie et de la Princesse Paley, née Karnovitch, fut totalement conquise par l'esprit et le charme du poète, et une liaison se développa vite entre eux. Les commérages du gratin parisien sur Cocteau et Natacha s'amplifiant, Lelong demanda le divorce.

Marie-Laure-de-Noailles

 La princesse remarquait que, bien que Cocteau parlât de mariage, son jeune compagnon Jean Desbordes, était toujours présent.

La plus proche amie de Natacha était Marie-Laure de Noailles, dont la juvénile affection pour Cocteau n'avait pas entièrement disparue, malgré son mariage avec le vicomte de Noailles. Quand Marie-Laure apprit, par Christian Bérard, que Natacha et Jean vivaient ensemble, la jalousie la mit en fureur. Elle dit à Natacha que Cocteau ne l'épouserait jamais et que, de toute manière, il ferait un mari minable. Son avis fut entendu.

Natacha partit brusquement pour une clinique suisse, et une rupture survint entre elle et Cocteau, qui en fut vivement blessé. Quand il apprit la traîtrise de Marie-Laure, il se mit à sa recherche et la gifla en présence de Natacha. Marie-Laure rentra chez elle en fureur et brûla tous les papiers que Cocteau lui avait donnés depuis des années, dont le manuscrit de La Machine Infernale...» 

 

Voir Articles: 

Voir les commentaires

La vie et la mort de Natalia Pavlvovna Paley - 3

Publié le par Perceval

Sa beauté glaciale, son élégance, son sens de la mode, et son côté inaccessible fascine.

Natalie paley5
Elle tourne quelques films en France, puis sur les conseils de son amie Marlène Dietrich, elle part à Hollywood.

 

Elle se fixe à New York où elle peut vivre incognito. Elle fait la connaissance du producteur de théâtre John Chapman Wilson, un homme bon, gai, doté d'une grande intelligence. A trente-cinq ans, il est l'une de personnalités les plus puissantes de Broadway, en outre, il est l'ami de l'auteur de Comment épouser un milliardaire, la scénariste Anita Loos. John Chapman Wilson possède une qualité qui plaît à Natalia Pavlovna Paley, il est homosexuel et riche. En 1937, le divorce entre Lucien Lelong et la princesse est prononcé. La même année, elle épousa John Chapman Wilson, le couple s'établit dans un appartement de Central Park. préférant l'emploi de chargée des relations publiques pour le grand couturier Mainbocher, la princesse mettra un terme à sa carrière d'actrice. John Chapman Wilson, his wife Natalie Paley, his lover NoëMais le vent tourne pour John Chapman Wilson, le succès n'est plus au rendez-vous, il se met à boire, sa dépendance à l'alcool s'accentuera au fil des années entraînant Natalia Pavlovna Paley dans son éthylisme. Dans l'incapacité de retrouver les succès d'antan, rongé par l'anxiété et l'alcool, John Chapman Wilson s'éteint en 1961. 

 

John Chapman Wilson, his wife Natalie Paley, his lover Noël Coward and a kid who was probably very confused by that arrangement

 

 

Après le décès de son époux, Natalia Pavlovna Paley s'isole du monde, elle ne reçoit plus personne, elle vit seule avec un domestique prenant soin de sa personne, un chorégraphe et un jeune danseur qui vivent en couple... Ses seuls loisirs sont la télévision devant laquelle elle reste assise des heures entières, les mots croisés. Malgré les conseils avisés de ses médecins, Natalia Pavlovna continuera à ingurgiter des Bloody Mary et autres alcools.

Natalie paley 2

Ses réguliers accès génèrer

ont des crises de diabète et une perte de la vue. Elle n'entrevoit plus que des images floues, l'isolant encore plus, l'angoisse l'étreint un peu plus chaque jour. Les précieux bibelots acquis par son défunt époux se brisent sur le sol, se mouvant dans un monde de ténèbres, elle ne peut éviter les murs, elle se cogne contre les meubles. Ainsi lentement elle se détache du monde, les lettres adressées à sa sœur deviennent rares. Dans les années 1970, son neveu le prince Mikhaïl Fiodorovitch de Russie se rend à l'appartement new-yorkais où il trouve porte close, sa tante refuse de le recevoir. Sa beauté d'antan n'est plus qu'un lointain souvenir, ses traits se sont alourdis, ses beaux yeux bleus se sont éteints, les traces du passé ont laissé de profondes cicatrices, la princesse veut éviter ce triste spectacle à son jeune neveu.

En décembre 1981, Natalia Pavlvona Paley est victime d'une chute dans sa salle de bains, les médecins diagnostiquent une fracture du col du fémur. Transportée à l'hôpital Roosevelt malgré l'avis défavorable de ses deux derniers amis craignant une issue fatale, les chirurgiens décident de l'opérer la nuit même.

steichen_natalie-paley.jpg

 

La princesse Natalia Pavlvovna Paley décéde à l'aube du 27 décembre 1981 à l'hôpital Roosevelt de New-York.

 

Photo de : Edward Steichen est un photographe et peintre américain d'origine luxembourgeoise, ( 1879- 1973) :Princess Nathalie Paley wearing sandals by Shoecraft, 1934 Gelatin silver print Courtesy Condé Nast Archive, New York © 1934 Condé Nast Publications

Voir les commentaires

La vie de Nathalie Paley - 2

Publié le par Perceval

C’est à Paris, que Nathalie connaît son futur mari, Lucien-Lelong-fragrances.jpgLucien Lelong, au cours d’une activité de l’organisme de bienfaisance dont sa mère s’occupe… . Il est déjà marié, à Anne-Marie Audoy ( 1920 ), fille de son associé.

Grand couturier et designer, il crée sa propre maison en 1921 : Les collections de 1921, 1922 et 1923 reçoivent un bon accueil de la presse et des clientes. Parmi les femmes en vue, certaines n'hésitent pas à poser pour ses toilettes dans les magazines : Simone de Caillavet, future femme d'André Maurois la Comtesse de Chabannes, la princesse Galitzine (Marina Petrovna de Russie), Georgia Graves, danseuse.

Il ouvre une boutique rue Gardères à Biarritz, et retrouve la famille Paley… Nathalie Paley2Nathalie devient mannequin chez lui. Elle devient l'image de la maison de couture Lelong et tout à coup l'ensemble de la société parisienne la veut dans ses salons… En 1927, il lance deux nouveaux parfums: J pour Jasmin et N pour Natalie, prénom de Natalie Paley, princesse Romanov, fille du grand-duc Paul de Russie qu'il épouse le 9 août 1927, soit à peine un mois après son divorce de sa première épouse. Cette union cessera en 1937.

Elle n’a que 21 ans, quand elle s’unit à cet homme d'âge moyen, riche et célèbre, qui est connu pour ses aventures homosexuelles… Il lui offre une vie sans soucis et un mariage sans intimité. Personne ne comprenait pourquoi, et pour elle c’était parfait...!

LucienLelong-NathaliePaley- mariage

 

 

 

Pendant presque une décennie, elle est l'un des personnages les plus influents dans la société parisienne. Elle pose pour tous les grands photographes, de Beaton à Horst. Son mariage, bien sûr, est une façade. Ils vivent dans des maisons différentes et mènent une vie séparée.

Nathalie Paley (1905-1981) sera le mannequin vedette des années trente, fera régulièrement la couverture de vogue, et sera la muse des grands couturiers.

 

Elle est aimée du danseur Serge Lifar, de Jean Cocteau, Antoine de Saint-Exupéry, Erich Maria Remarque... Paul Morand (qui se plaint d’être « soigné au fer rouge », Natalie lui répond :« Je t’aime, tant que je n’ai pas envie de toi.» ).

Natalie paley6

Jean Cocteau se vante dans tout Paris, d'une liaison amoureuse avec la princesse et fait courir le bruit qu'elle attend un enfant de lui..! Excédée ( au début des années 1930 ) Natalia Pavlovna Paley quitte Paris pour le midi de la France, puis se rend en Italie où elle fait la connaissance de Madina Visconti née Arrivabene et de son beau-frère Guido Visconti qui tombent amoureux de la princesse. Lors de son séjour à Milan dans la propriété des Visconti, Natalia Pavlovna rencontre le futur metteur en scène Luchino Visconti. Celui-ci tourne un film amateur plutôt ambigu : dans ce film, Madina Visconti et la princesse sont allongées dans un lit. Lucchino Visconti conseille à Natalia Pavlovna de faire du cinéma. Fuyant les avances de Madina Visconti, la jeune princesse revient à Paris où elle fait des essais cinématographiques. Remarquée par Marcel L'Herbier, elle obtint un rôle dans L'Épervier.

Elle tourne avec Marcel L’Herbier et George Cukor…

Elle est photographiée par les plus grands, Steichen, Horst, Hoyningen-Huene, Cécil Beaton... Elle fut l’amie intime de Marlène Dietrich, de Katherine Hupbern, du dramaturge anglais Noel Coward...

Natalie paley3

 

« Avant le dîner, dans son costume de ski, sous ses longues tresses brillantes, on eût dit un jeune archer fragile et victorieux… deux heurs plus tard, elle était, avec quelque charmante robe, noire ou blanche, comme la forme incertaine d’un long vase étiré dont la précieuse matière est encore en fusion et qui, dans un court instant, va naître pout toujours. » (Henri Bernstein, Vogue Paris août 1930).natalie paley7

 

« Ma bien aimée, je n’ai pas usé de ce mot depuis longtemps. Je me réjouis de ta douceur comme d’un cadeau de Noël. Tu sais, hier soir, je me suis senti comme l’ouvrier d’un faubourg de suie et de tôle et qui se découvre allongé dans une prairie le long d’un ruisseau aux cailloux blancs.

Alors vite il ferme les yeux pour enfermer en soi le paysage miraculeux.

Mon ruisseau frais aux cailloux blancs, mon eau courante, ma bien aimée… »

                Lettre de Antoine de Saint-Exupéry à Natalie Paley. 1942

Voir les commentaires

J. Cocteau, et une femme : Natalie Paley – Yseult -2/2-

Publié le par Perceval

Natalie Paley, « de sœur potentielle, la femme devint un être étranger, menaçant, tentaculaire – une Gorgone à la bouche haineuse et au ventre grouillant – […] »

Cocteau, Jean (1889-1963) 

La princesse Nathalie Paley en sphinx. 1932

Elle apparaît curieusement sous les traits du Sphinx de sa pièce, La Machine infernale, adaptation du mythe d’Œdipe. Durant l’élaboration de cette œuvre, Dans ses papiers personnels figure un dessin du Sphinx, tracé de sa main et sur lequel a été collée, à la place de la tête, une photographie de Georges Hoyningen-Huene représentant le profil de Natalie Paley. Audessus, le poète a écrit : « Silence. Ici, j’ordonne », une phrase que prononce le monstre au cours de l’acte II. Le Sphinx, « […] la Déesse des Déesses […], la grande entre les grandes », l’équivalent profane de la Vierge, représente la mort. Mais pour Cocteau, la mort n’est pas synonyme de destruction, il s’agit de l’équivalent du mystère, de l’irréel, de la zone du miroir qui représente l’invisible, objectif ultime du poète. […] la fonction des femmes est de révéler le héros à lui-même à travers la découverte de l’énigme de l’existence. […] le personnage s’impose plus que jamais comme le médiateur entre, le visible et l’invisible, entre le temporel et l’atemporel, et entre la vie et la mort ».

  Jean Cocteau et Jean Marais en 1937  

C’est par le mythe et par la poésie que le poète peut atteindre cette vérité, l’invisible, « invisible aux yeux habitués », comme dira Héron. Dans le film de Cocteau, L’Éternel Retour (1943), le personnage d’Yseult s’appellera curieusement aussi Natalie.

Cocteau disait que L’Éternel Retour dont le titre est emprunté à Nietzsche « veut dire que les mêmes légendes peuvent renaître sans que leurs héros s'en doutent-éternel retour de circonstances très simples qui composent la plus simple de toutes les grandes histoires de coeur »

Ce film reprend le mythe celtique et moyenâgeux de Tristan et Iseult en le transposant dans le monde contemporain ( la France occupée de 1943): les accents poétiques, les images, la beauté des plans et des comédiens font de ce film, avec Les Visiteurs du soir et La Belle et la Bête, l’un des joyaux du cinéma fantastique français.

Le personnage que joue Madeleine Sologne ( Nathalie) y dépasse sa condition de femme, « normale », ordinaire, elle incarne une idée de la Beauté et de l’amour sublime au sens platonicien.

Jean Marais dont ce fut la première apparition majeure trouve avec le rôle de Patrice ( Tristan) un tremplin vers la gloire. Il marque la mode des années sombres avec son "pull jacquard". Jean Marais et Madeleine Sologne formeront pour toute la jeunesse de l'époque une sorte d'idéal romantique.

 

Sources : Un article de Catalina GONZÁLEZ MELERO

Voir les commentaires

La vie de la princesse Natalia Pavlovna Paley - 1

Publié le par Perceval

De connaissance en connaissance, je rencontre à présent, une véritable princesse russe:

Cocteau, Jean (1889-1963) La princesse Nathalie Paley en sp
 de Jean Cocteau (1889-1963):  La princesse Nathalie Paley en sphinx. 1932

Natalia Pavlovna Paley.  Cela prendra, bien ... trois épisodes.

 

Elle est née le 5 Décembre 1905 à Paris, en France oui … ! Je vous explique…

 

Ses parents sont le Grand-Duc Paul Alexandrovitch de Russie et sa seconde épouse, la princesse Olga Paley Valerianovna. C’est un mariage ‘morganatique’, effectué sans l'autorisation du tsar Nicolas II. En conséquence, ses parents se sont exilés à Paris.  Chacun avait déjà été marié, son père à la princesse Alexandra de Grèce et du Danemark à partir de laquelle il eut deux enfants: le Grand Duc Dmitri Pavlovitch et la Grande-Duchesse Maria Pavlovna. Sa mère a été mariée à Erich von Gerhard Pistohlkors dont elle a eu trois enfants des familles (Alexander, Olga et Marianna).

Natalia Pavlovna Paley a une enfance très heureuse à Paris, avec son frère Vladimir et sa soeur Irina.Nathalie Pavlovna, à l'époque Nathalie de Hohenfelsen, so

 

En 1912, le tsar Nicolas pardonne, et tous déménagent en Russie, dans un palais à Tsarkoe Selo, juste en face du grand palais Vladimirovitch. C'est un changement radical! Alors qu’à Paris, il n’avaient que 16 employés, il est nécessaire ici d’employer 64 personnes!

Les trois premiers mois sont parmi les plus heureux que Natalia n'ai jamais vécu. Ensuite, l'Allemagne déclare la guerre à la Russie. Ce fut le début de la Première Guerre mondiale.

Son frère Vladimir immédiatement rejoint l'effort de guerre et s'en va se battre dans les tranchées. Son père, malgré des problèmes de santé, le suit… C'était la première fois que la famille est séparée.

Puis arrive 1917 et tout change. Natalia ne s’était pas rendu compte combien était grand le désespoir de la population. Son père et Vladimir sont de retour.

 

Elle a 13 ans, leur palais est l'un des derniers à être visité par les bolcheviks. Les chambres sont soigneusement fouillées et une grande partie de leurs biens confisquée par les gardes, sans raison valable. Son père reste calme, apaisant, et espère, en attendant le retour de la paix.

Peu de temps après, son frère Vladimir est exilé. Quand il les quitte en Avril 1918, il ne peut deviner que ce sera la dernière fois que Natalia le voit. Il est tué avec d'autres cousins et la grande-duchesse Elisabeth Feodorovna.

Son père, bien que malade, est arrêté et tué en Janvier 1919.

 

Irina and Natalie PaleyNatalie Paley dira en 1933, dans une interview, donnée à Cinémonde : « A douze ans, je portais du pain en prison à mon père.

Comment aurais-je pu ressembler à mes petites compagnes ? J’étais silencieuse, je ne jouais pas. Par contre, je lisais beaucoup. J’avais vu la mort de si près : mon père fusillé, mon frère, mon cousin, mes oncles fusillés, tout le sang des Romanoff, en caillot, sur mon adolescence… Cela me donnait le goût des choses tristes, le goût de la poésie aussi, cette antichambre glacée et fulgurante de la mort. »

Sans doute est-elle victime de brutalités, et sans doute elle est violée par des révolutionnaires ( elle a 13 ans ! ).

 

Irina and Natalie Paley 2Après toutes ces tribulations, sa sœur, sa mère et Natalia vivent en Suède pendant deux ans avant que cela ne devienne trop coûteux. Elles rentrent à Paris, vendent l’ancienne maison, et vivent dans un petit appartement. Quelques mois plus tard, Irina épouse Feodor Alexandrovich et, un an plus tard, ils ont un fils, Mikhaïl.

 

 

Photos de Irina et Natalie Paley.

Voir les commentaires

Antoine de Saint-Exupéry en quête du féminin. -3-

Publié le par Perceval

Alberto Sughi ragazze-pianista Alberto-Sughi-13.jpg

YVONNE DE LESTRANGE (1892 – 1981)

Yvonne de Lestrange loge Antoine lorsqu’il arrive à Paris pour préparer l’entrée à l’École Navale. Elle aime réunir dans son salon parisien, à son château de Chitré et dans sa villa de la Côte d’Azur, les personnalités les plus prestigieuses.

« Yvonne est fantasque… [écrit Antoine dans une de ses lettres à sa mère] Elle est exquise, on ne s’ennuie pas une seconde avec elle, elle explique les jolies choses de Paris – que c’est un bonheur. Elle a des idées, elle s’intéresse à tout, aux math comme au reste – bref, c’est la perfection »

Alberto-Sughi-12.jpg Alberto-Sughi-Senza-Titolo-18.jpg

RENÉE DE SAUSSINE, DITE RINETTE (NÉE EN 1897)

Bertrand de Saussine présente sa sœur Renée à Antoine de Saint-Exupéry, condisciple au lycée Saint-Louis. Elle devient sa confidente

De 1923 à 1931, Antoine, qui souffre de solitude amoureuse après la rupture de ses fiançailles avec Louise de Vilmorin, lui écrit de nombreuses lettres ...

Dans une de ses lettres de 1926, Antoine de Saint-Exupéry explique la raison de toutes les autres :

« J’ai grand besoin d’une amitié à qui confier les petites choses qui m’arrivent. Avec qui partager. Je ne sais pas pourquoi je vous choisis. Vous êtes si étrangère. (...) »

 

Yvonne-de-Lestrange-et-Helene-de-Vogue---au-centre--.jpg
Nelly de Vogüe et Yvonne de Lestrange avec St-Exupéry

“NELLY DE VOGÜÉ (1908 – 2003)

Antoine de Saint-Exupéry rencontre Hélène (Nelly) de Vogüé en 1929 chez Louise de Vilmorin dont elle est une amie. Il a sur lui les épreuves de son livre Courrier Sud qu’il lui confie et lui demande de lui faire part de ses observations. Elle est flattée et impressionnée par l’attention que lui accorde l’écrivain. Elle le croise par la suite dans les salons qu’elle fréquente et où il fait des apparitions lorsqu’il est à Paris.

Une liaison s’engage, vers 1935, entre Nelly et Antoine. Nelly offre une stabilité à Antoine qui mène une vie décousue et aventureuse. Si Antoine a une attitude protectrice avec Consuelo, il se fait materner et rassurer par Nelly.

 

“NATALIE PALEY (1905 – 1981)

Beauté triste, excentrique et mondaine, Natalie Paley est princesse Romanoff. Saint-Exupéry est charmé par cette femme à la grâce mystérieuse et à l’étrange destin. Elle devient sa confidente, le temps de quelques lettres.

C’est à New York en 1941, que Saint-Exupéry la retrouve et tombe amoureux.Nathalie-paley-lucien_lelong.jpg

 

“SYLVIA HAMILTON REINHARDT

Antoine de Saint-Exupéry rencontre Sylvia Hamilton, une jeune journaliste new yorkaise au début de l’année 1942. Antoine ne parle pas anglais, elle ne parle pas le français...

Ils nouent une amitié amoureuse brève et intense, instable mais réconfortante. Antoine passe des après-midi dans l’appartement cossu de Sylvia qui lui prépare des œufs sur le plat. Il travaille à son livre Le Petit Prince et pour l’illustrer il fait des dessins en prenant pour modèle son chien, ses peluches ou Sylvia elle-même.

S’ils ne dînent pas à la maison, ils sortent dans les endroits chics de New York, au Club 21 par exemple, Antoine se laissant inviter par cette jeune femme fortunée.

 

“NADIA BOULANGER (1887 – 1979)

Formidable chef d’orchestre et professeur, Nadia Boulanger est présentée à Antoine de Saint-Exupéry en 1938 par Nelly de Vogüé.

À Paris, Saint-Exupéry lui rend parfois visite à son domicile au 36 rue Ballu dans le IXème arrondissement qu’elle partage avec sa sœur Lili 

Alberto-Sughi-piano-bar-2003.jpg alberto-sughi.jpg

Alberto Sughi (1928- 31 mars 2012) est un peintre italien contemporain. Autodidacte, il développe -dans les années 40 - le style expressionniste qu'il porte à sa maturité dix plus tard... Dans les années 50, Sughi est parmi les leaders de cette époque picturale figurative dans laquelle on parle de « réalisme existentiel ».

Voir les commentaires

Simone ( de Cavaillet ) Maurois.

Publié le par Perceval

Simone ( de Cavaillet ) Maurois.

Simone a le goût du « monde » et celui des lettres. Simone de Cavaillet, est un des modèles de Proust pour Mademoiselle de Saint-Loup. Simone est la fille de Jeanne Pouquet ( l'un des modèle pour Gilberte) et de Gaston de Caillavet. La mère de Gaston est Léontine Lippmann Arman de Caillavet, la maîtresse d'Anatole France, et l'un des modèle pour madame de Verdurin... A noter que, André Maurois a écrit une biographie de Marcel Proust... Il se sentait concerné et admiratif ….

SIMONE DE CAILLAVET - Le modèle de Mademoiselle de Saint-Loup. Elle est la fille de Jeanne Pouquet.

Simone Arman de Caillavet, et sa fille Françoise Stoïesco, Marie Pouquet, Jeanne Pouquet.

A vingt-quatre ans, Simone publie un recueil de poèmes, que préface Anatole France...

Elle épouse en premières noces George Stoïcescu, diplomate roumain. Le ménage ne dure pas.

Portrait de Madame Simone de Caillavet Stoicesco Maurois posant dans une robe de Lucien Lelong (1922)

En 1924, elle fait la connaissance à Paris de l'écrivain André Maurois ( 1885-1967 ), veuf d'un premier mariage. Un grand amour: Janine de Szymkiewicz, une jolie polonaise fantasque et volage... Neurasthénique, elle meurt à l'âge de 31 ans, des suites d'un avortement.

Simone épouse André ( Emile Herzog, de son vrai nom) en 1926, à Saint-Médard-d'Excideuil où les parents de Simone sont propriétaires du château d'Essendiéras.

Cette propriété acheté par son ancêtre Antoine Pouquet (1757-1833) qui avait épousé Marguerite Gay sera du temps des Pouquet et des Maurois un haut lieu de la culture littéraire et de la culture agricole. Bien que se sachant moins aimée que Jeanine, la première épouse, elle se dévoue à l’homme qu’elle aime et à l'écrivain qu'elle admire.

Cette année-là, André Maurois lui fait un envoi sur son ouvrage Ariel ou la Vie de Shelley: « À Madame Simone de Caillavet qui aime les poètes et qui mérite de les aimer.  »

Simone pose dans les magazines pour Lucien Lelong, le couturier chez qui elle s'habille, comme le font d’autres femmes très en vue : la danseuse Georgia Grave, la comtesse de Chabannes, la princesse Galitzine, Natalie Paley, Baba de Faucigny-Lucinge.

Les relations de Simone facilitent l'élection de son mari à l'Académie française, le 23 juin 1938.

Pendant la guerre, le couple s'exile aux États-Unis. Jeanne Pouquet reste seule au château d'Essendiéras. Son antidreyfusisme cause quelques ennuis à son gendre, accusé d'avoir été collaborationniste malgré ses contributions à Radio Londres.

En 1947, elle laisse André partir seul pour un voyage de conférences en Amérique du Sud. Il s'enflamme pour Marita, une de ses admiratrices péruviennes. La liaison se scelle de cinquante-quatre lettres d’amour fou. Simone apprend, et pardonne. Neuf ans plus tard, pour prouver à André qu’il s'est trompé sur cette femme, elle l’invite à Paris. Elle-même ne s’est pas trompée : il est déçu. Simone peut exiger et obtenir la restitution des lettres péruviennes. Marita les lui vend et repart seule pour le Pérou.

Simone meurt en 1968, un an après son mari. ( Source Wikipedia )

Voir les commentaires

Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole

Publié le par Perceval

Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole

Adara Sánchez Anguiano est une illustratrice née à Séville en 1987. Après avoir vécu à Barcelone, elle est revenue dans sa ville natale...

 

 

Dans ses illustrations, elle explore l'expressivité du corps humain dans des poses parfois forcées. Elle capte la forme et le mouvement, par la simple expression de la ligne du dessin

Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole
Adara Sánchez Anguiano, illustratrice espagnole

Voir les commentaires

3 novembre 1874 : Naissance de Lucie Delarue-Mardrus -2/2-

Publié le par Perceval

Lucie-Delarue-Mardrus--nee-a-Honfleur-le-3-novembre-1874-.jpg
Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945 )

On dit que Lucie voulait épouser Philippe Pétain... ! Ses parents n'ont pas voulu... Reconnaissons qu'elle eut une meilleure idée, en 1900 de se marier avec Jean-Charles Mardrus un orientaliste célèbre qui traduit les Mille et une nuits et qui l'appelle "Princesse amande" ( et, ce n'est pas du fait de ses yeux ...)

C'est grâce à lui, qu'elle devient aussi célèbre que Colette. Beaucoup de romans de Lucie paraissent sous la forme de feuilleton dans des revues avant d'être publiés sous forme de livres, et - dans les deux premières décennies du 20e siècle - elle jouit d'une grande popularité.

Lucie-Delarue-Mardrus-5.jpg
 


Femme excentrique, elle assume ses désirs lesbiens. Au moment de son mariage Lucie avait déjà eu l'expérience de cet attachement passionné qu'elle a pour les femmes, en particulier avec Impéria Heredia (  Luisa Despaigne - la femme du poète José-Maria de Heredia) qu'elle aime depuis trois ans.

Son mari introduit Lucie dans la société littéraire français et elle y rencontre d'autres écrivaines lesbiennes tels que Renée Vivien, qui admire la poésie de Lucie, et Natalie Barney, de qui elle tombe passionnément amoureuse. Mais, cette passion n'est pas partagée. Elle marque donc une nette préférence pour les femmes et multiplie les conquêtes de ces amazones hardies qui défient les préjugés bourgeois et affichent leur sexualité.

Entre 1902 et 1905, Lucie Delarue écrit des poèmes qui retracent sa liaison avec Natalie Clifford Barney. Cette dernière les fera éditer en 1951 aux éditions Les Isles dans un recueil intitulé 'Nos secrètes amours'.

Lucie-Delarue-Mardrus-photo-dans-la-Pavillon-de-la-Reine.jpegLucie Delarue Mardrus,

photo dans la Pavillon de la Reine

Lucie-Delarue-Mardrus-4.JPG
natalie-clifford-barney-copie-1.jpg
Natalie Clifford Barney

Joseph-Charles-Mardrus.gif

Joseph-Charles Mardrus


En 1914, Mardrus est mobilisé  comme Médecin, Lucie reste à Honfleur.

Après quinze années de mariage, elle divorce de son mari. Lui a rencontré une jeune brodeuse, Gabrielle Bralant, elle a 16 ans, lui 45... Lucie, elle, ne quitte plus Suzy, la femme du mondain docteur Doyen : cette relation suscite de nombreux commérages … Ensuite, elle a une longue liaison avec Valentine Ovize (Chattie), qu'elle emmène partout avec elle, au gré de ses conférences (1917 et 1920). Obsédée par la mort, Lucie écrit l'un de ses meilleurs romans « L'Ex-voto »...

Lucie-Delarue-Mardrus-1906.jpg Lucie-Delarue-Mardrus-2.jpeg
   

A cette époque elle emménage au 17 bis quai Voltaire à Paris, où elle vit de 1915 à 1936. Elle passera les trois dernières années de sa vie à Château-Gontier où elle se retire en 1942.

Lucien-Levy-Dhurmer----Lucie-Delarue-Mardrus.jpg

de Lucien Lévy-Dhurmer -  

Lucie Delarue-Mardrus

Elle est prise de passion pour une violoniste américaine et devient l'amante de la chanteuse juive d'opéra Germaine de Castro qu'elle rencontre en 1932, alors qu'elle a 58 ans. Durant les années 1930 elles sont l'objet de persécutions antisémites...

Paradoxalement, elle éprouve également une passion pour … Ste Thérése de Lisieux . !

Dans son œuvre abondante, le meilleur peut côtoyer le pire. Il semblerait qu'après avoir écrit "pour le plaisir" elle doit le faire – après sa séparation - pour subvenir à ses besoins. Une oeuvre sans contenu essentiel et qui révèle une nature ardente, parfois mutine, une adhésion réelle et profonde avec la vie dans sa sensualité première. Aujourd'hui, sa prose peut paraître sans relief et perdre beaucoup de son attrait.

Livres-Lucie-Delarue-M.jpg

 

 

 

 

Faisant de longues balades sur Alfreda ,sa jument , puis écrivant et tisonnant le soir venu au coin de l’âtre, la Poétesse vit ses dernières années seule ,oubliée ! Elle meurt le 26 avril 1945 à 70 ans . Jean-Charles Mardrus meurt en 1949.

En France, elle est surtout connue pour son poème : "L'odeur de mon pays était dans une pomme», que l'on apprend à l'école... Ses écrits expriment son amour des voyages et de sa Normandie. « L'Ex-voto  (1932), par exemple, décrit la vie et le milieu des pêcheurs de Honfleur en ce début du vingtième siècle.

 

L'Odeur de mon pays...

Lucie-Delarue-Mardrus-6.jpg
 

L'odeur de mon pays était dans une pomme.
Je l'ai mordue avec les yeux fermés du somme,
Pour me croire debout dans un herbage vert.
L'herbe haute sentait le soleil et la mer,
L'ombre des peupliers y allongeaient des raies,
Et j'entendais le bruit des oiseaux, plein les haies, 
Se mêler au retour des vagues de midi...

Combien de fois, ainsi, l'automne rousse et verte
Me vit-elle, au milieu du soleil et, debout,
Manger, les yeux fermés, la pomme rebondie
De tes prés, copieuse et forte Normandie ?...
Ah! je ne guérirai jamais de mon pays!
N'est-il pas la douceur des feuillages cueillis
Dans la fraîcheur, la paix et toute l'innocence?

Et qui donc a jamais guéri de son enfance ?...

Lucie DELARUE-MARDRUS, Ferveur (1902

Voir les commentaires

Andrea Kowch, beauté et folie dans le quotidien

Publié le par Perceval

Andrea-Kowch-23.jpg

J'aime le trouble que crée, souvent, le réalisme en peinture... La précision du travail d' Andrea Kowch, est net et mystérieux, un secret semble se cacher quelque part ... La vie simple de l'amérique rurale semble déceler quelque folie ... Il y a de la mauvaise humeur dans ces scènes champêtres, il y a du vent, et soufle un certain esprit ....

Andrea-Kowch-01.jpg

Un air de famille, entre ces femmes... Elles tentent de faire bouger les choses autour de cette ferme... Elle essaient .... malgré le chaos provoqué par les corbeaux ou les chiens ... Pourtant, elles continuent de vaquer à leurs occupations, comme si tout était normal...

Andrea-Kowch-02.jpg

Andrea Kowch est titulaire d'un baccalauréat du College for Creative Studies dans son Michigan natal. Andrea-Kowch-00.jpgEn grande partie autodidacte et influencée par le travail des maîtres américains et des grands maîtres de la Renaissance, Kowch peint d'une manière contrôlée avec une attention particulière au symbolisme et à l’atmosphère. Le côté allégorique de son travail vise à établir des parallèles entre l'expérience humaine et le monde naturel. Le paysage américain, solitaire et désolé, reflète l'âme humaine, en symbolisant toutes les choses puissantes, fragiles, et éternelles. Kowch a reçu de nombreux honneurs et a exposé au Capitol Hill, à la Corcoran Gallery of Art, à la Diane von Furstenberg Gallery, et au Margulies Collection, entre autres. Son travail fait partie d’importantes collections, tant aux États-Unis qu’au Canada.

Andrea-Kowch-the_cape_fb.jpg

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>