Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

De Maurois à Proust, en passant par Simone de Cavaillet

Publié le par Perceval

André Maurois nous ouvre les portes d’un imaginaire selon Marcel Proust. Pour ce faire, il va jusqu’à épouser l’un des personnages de «  la Recherche … » !…André Maurois, by Philip Alexius de László, 1934

Ainsi, d’écrivains en personnage de fiction ; nous nous mêlons à ce petit monde bourgeois , gentiment décadent …

Son ouvrage "A la recherche de Marcel Proust" ( d’André Maurois donc ) est Dédicacée à Madame Gérard Mante-Proust et publiée en 1949. Pour cette recherche-là, « André Maurois a bénéficié des papiers personnels de Madame Mante-Proust pour se plonger au cœur du roman et de l'analyse qu'il allait entreprendre. Lui-même n'a garde d'oublier le monde qui était définitivement devenu le sien depuis qu'il avait épousé en secondes noces Simone de Caillavet, fille de Jeanne Pouquet, souvenir d'une des "Jeunes filles en fleurs". Très tôt, Maurois se laisse infuser par Proust. 

simone caillavet mauroisSous le couvert de la découpe, du commentaire et du récit relayés par les citations, il murmure sa propre vie, sa sensibilité d'écrivain, son monde littéraire, ses affres et ses doutes masqués car marqués par sa discrétion élégante. »

Simone de Cavaillet Maurois  -->

« Maurois a fait son entrée dans le monde de Proust comme celui-ci fit la sienne chez les Caillavet. Soif de relations mondaines 

Simone de Caillevet Mauroiset intellectuelles; excitations passagères si follement spirituelles…: le faubourg Saint Germain aime sa propre élégance jusqu'au moment de l'affaire Dreyfus où les membres d'une même famille en viennent à se déchirer. Anti-dreyfusarde notoire, Jeanne Pouquet, épouse Caillavet et mère de Simone, sera indirectement responsable de la mise sous le boisseau d'André Maurois au moment de la seconde guerre mondiale. Lui qui quitta une France séduite par Vichy; qui s'exila aux Etats-Unis avec son épouse; qui s'impliqua dans radio Londres, se vit injurier comme collabo: l'affaire Dreyfus, où sa belle-mère prit le parti du mensonge, l'amena dans un sas générateur d'erreurs. »

Extrait d’un article de Claire Bondy, Séfarad.org

M-et-Me-Andre-Maurois-dans-leur-chateau-d-Essendieras.jpgM. et Me Andre Maurois dans leur chateau d'Essendieras

Voir les commentaires

Jacqueline Marval

Publié le par Perceval

jacqueline marvalJacqueline Marval, née Marie-Joséphine Vallet, naît à Quaix près de Grenoble en 1866, issue d'une famille d'enseignants. Nommée institutrice à un poste de remplaçante, sa directrice dit d’elle : "Mais, ma petite, le Bon Dieu a dû vous fabriquer en l’air !".

Séparée de son mari en 1891, elle gagne sa vie comme giletière. Très vite la peinture s’impose à elle.

En 1894, elle rencontre le peintre François-Joseph Girot et s'installe avec lui à Paris.

François-Joseph Girot prit à 27 ans l'habit de bénédictin à l'abbaye d'En Calcat à Dourgne (Tarn). Il est ordonné prêtre le 21 juin 1907. Il fut mortellement blessé le 7 mai 1916 à Dugny

 

  Autoportraitjacqueline marval autoportrait

 

 

L'année suivante, elle fait la connaissance d'un autre peintre, élève de Gustave Moreau, Jules Flandrin.

Jules Flandrin autoportrait

  Elle quitte Girot et emménage chez Flandrin rue Campagne-Première, dans le quartier du Montparnasse. Cette liaison décide de sa vocation de peintre.

 

Jules Flandrin ( autoportrait )


Jacqueline marval peinte par Flandrin

Jacqueline Marval peinte par Jules Flandrin

 

 

 

 

 

En 1901 elle participe au Salon des Indépendants. C’est le début d’une belle carrière.

 

 

 

 

 

van Dongen, 1925

Elle proteste contre le retrait du Salon d'automne, du tableau de Kees Van Dongen « Nu au pigeon ». Elle se lie d'amitié avec ce dernier et installe son atelier près du sien.

 

 


Odalisques, de Jacqueline Marval:

 

jacqueline marval odalisque demoiselles

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1932 à Paris, elle meurt pourtant dans la plus grande pauvreté à l’hôpital Bichat, dans la même chambre que Paul Verlaine

( sources:  Wiki.  ...)

 

 

 

 

 

voyage-au-pays-de-Jacqueline-MARVAL-montage-realise-par-SUZ

Voir les commentaires

Alain Fournier et Pauline Benda ( Madame Simone )

Publié le par Perceval

Pauline Benda madame simone

A partir de 1910 , Alain-Fournier, s'attache et termine l’ écriture du Grand Meaulnes.

En 1912 , il quitte la rédaction de Paris-Journal, devient le secrétaire de Claude Casimir -Perier avant d’entamer avec la femme de ce dernier - la célèbre actrice madame Simone, de son vrai nom Pauline Benda - une liaison orageuse.

 

Fin juillet 1913 , huit ans après la première entrevue , grâce à l’entremise de Jeanne de Quiévrecourt, sa sœur , Alain-Fournier rencontre une dernière fois Yvonne de Vaugrigneuse, désormais mère de deux enfants. ... et poursuit ses amours avec Pauline. le livre est publié la même année.

 

Henry Caro-Delvaille - Portrait de Madame Simone

- Pauline Benda dite Madame Simone (1877 - 1985) -

Voir les commentaires

Prévert et ses amours.

Publié le par Perceval

En 1935, la vie commune avec Simone Dienne prend fin, elle deviendra la femme de Louis Chevance, le monteur de "l’Affaire est dans le sac" réalisé par Pierre Prévert en 1932.

 

J Prevert 1A la fin de l’automne, après avoir vécu à l’hôtel Acropole boulevard Saint-Germain près de la Rhumerie martiniquaise, Jacques Prévert s’installe avec Jacqueline Laurent au 7e étage de l’hôtel Montana, 28 rue Saint-Benoit, collé au café de Flore.

 

 

En 1943, il vit désormais avec Janine Loris (née Tricotet), l’ancienne femme de Fabien Loris, l’un des comédiens du Groupe Octobre qui joue dans les enfants du Paradis.

 

 

 

Prévert écrit ce qui peut être perçu comme un bon résumé de sa vie amoureuse :

 

« Aimez-vous maintenant

Et ne faites pas semblant aimez-vous tout de suite.

Et quand l’heure sonnera quittez-vous bons amants

Et puis retrouvez-vous si le cœur vous le dit

Bons amis pour longtemps

Très longtemps dans la vie. »

 

 

Voyages

Prevert-et-jacqueline-Laurent.jpg

 Moi aussi
comme les peintres

j'ai mes modèles 

Un jour
et c'est déjà hier
sur la plate-forme de l'autobus
je regardais les femmes
qui descendaient la rue d'Amsterdam
Soudain à travers la vitre du bus
j'en découvris une
que je n'avais pas vue monter
Assise et seule elle semblait sourire
A l'instant même elle me plut énormément
mais au même instant
je m'aperçus que c'était la mienne
J'étais content.
 

 

Jacques Prévert ("Histoires" - Gallimard, 1963 )

Voir les commentaires

Proust et Jeanne Pouquet

Publié le par Perceval

Léontine Lippmann (1844-1910), par son mariage Madame Arman, dite Madame Arman de Caillavet, amante et égérie d’Anatole France ( 1844 1924 )…

MADAME ARMAN DE CAILLAVET (1855-1910) —, née Léontine Lippmann, d'une intelligence supérieure, belle-soeur d'Alexandre Dumas…

Vers 1878, au 12, Avenue Hoche, près de l'actuelle place Charles de Gaulle, elle reçut dans son salon, le gratin parisien, l'élite de la société intellectuelle française dont plusieurs dreyfusards. Son mari, l'homme de lettres, Gaston Arman de Caillavet veillait à la qualité gastronomique des réceptions.

 Léontine Lippmann 1884-1910

Elle a un fils : Gaston Arman de Caillavet ( 1869 1915 ): 

caillavet2Marcel Proust, dont il était proche, emprunte certains de ses traits de caractère et des faits de sa vie, pour son personnage de Robert de Saint-Loup de La Recherche. Il fait sa connaissance à la fin de son service militaire en 1889 et Proust croit tomber amoureux de la fiancée de Gaston, Jeanne Pouquet (1874 1962 ), dont il s'inspire pour le personnage de Gilberte de La Recherche.

 

Gaston se marie avec Jeanne Pouquet en mai 1893. Proust refusera d'être garçon d'honneur. Anatole France et Madame Arman de Caillavet accompagnèrent les jeunes époux pendant leur voyage de noces en Italie. Proust leur rendit visite des années plus tard dans leur appartement du 40 rue de Courcelles et s'intéressa à leur petite fille Simone , Il reporte sur la fille son affection pour la mère, rêvant à la destinée d'une fille de Saint-Loup et de Gilberte.

De cet amour de jeunesse, il fera la mademoiselle de Saint-Loup d’À la recherche du temps perdu, tandis que Jeanne Pouquet, la mère, lui inspirera le personnage de Gilberte Swann.

 simone caillavet maurois Jeanne Simone de Caillavet est une femme de lettres et mannequin française, née en 1894 et morte en 1968 à l'âge de 74 ans.

 

En 1910, Proust écrit à Simone : « Vous me feriez très plaisir si vous me donniez votre photographie. Je penserai à vous même sans photographie, mais ma mémoire fatiguée par les stupéfiants a de telles défaillances que les photographies me sont bien précieuses. Marcel Proust aux pieds de Jeanne Pouquet en 1892 - CopieJe les garde comme renfort et ne les regarde pas trop pour ne pas épuiser leur vertu. »

 Il finit par obtenir aussi la photographie de la mère, ainsi que celle, fameuse, prise au tennis du Boulevard Bineau et sur laquelle il joue de la guitare avec une raquette

 

Gaston Arman de Caillavet mourut d'une maladie qu'il avait contractée pendant l'été 1914. Sa famille et Proust en furent accablés. Jeanne Arman de Caillavet rendit visite à l'écrivain au 102 boulevard Haussmann en voiles de deuil et Proust ne pouvait retenir ses larmes : « Marcel, je vous fais beaucoup de peine, laissez-moi partir ! » s'écria-t-elle à la fin. Jeanne se remaria plus tard avec son cousin, Maurice Pouquet.

Voir les commentaires

Voir et entendre " Madame Simone "

Publié le par Perceval

Grâce au site de l'INA: ... Nous pouvons entendre et voir "Madame Simone"...! Elle évoque les grands personnages qu'elle a cotoyé:

 

************* 

Archives du XXème siècle - 25/03/1977 - 58min30s

Entretiens filmes en juillet 1971 ; madame Simone, née Pauline BENDA, évoque son enfance, ses débuts au théâtre et parle de nombreuses personnalités du théâtre, de la politique, des lettres qu'elle a connues : Le BARGY, H. BERNSTEIN, REJANE, A. ANTOINE, J. BENDA, L. BLUM, L. DAUDET, A. de NOAILLES, COCTEAU, M. BARRES, D'ANNUNZIO, E. DUSE, PROUST, PEGUY, ALAIN FOURNIER...

Voir les commentaires

Journée de " La Femme "

Publié le par Perceval

Le 8 mars, est indiqué comme «  Journée de la femme ». Ce sera pour moi, l’occasion de lancer ce blog en l’honneur de ce mystère que représente pour l’homme que je suis : « La Femme ». Il est bien difficile d’expliquer en quelques mots, l’objet de cette Quête ; et il m’apparaît que le plus facile, c’est encore d’égrener les rencontres féminines qui ont nourri le génie d’artistes… Quelques lignes illustrées de photos, et vous allez tout comprendre …

Suivez les liens, ou «  Cherchez La Femme », avec moi …

Je remonte jusqu’à mon adolescence, pour commencer cette aventure. Il suffit de prononcer son nom : «  Yvonne de Galais » …  Pour que je me retrouve tel un personnage de roman…

Le grand Maulnes Brigitte Fossey 2

Une nuit, lors d'une fête étrange dans un domaine perdu des bois de Sologne, Augustin Meaulnes est ébloui par la beauté d'Yvonne de Galais dont il tombe éperdument amoureux.

Le grand Maulnes Brigitte Fossey

 

 

 

« Yvonne de Galais, nous avons reconnu
Glissant près des étangs votre princière image,
Et votre grâce claire, et votre oeil ingénu.

Vous avez eu de nous le plus parfait hommage
Qui naît d’un coeur viril aux soirs du désir pur,
Aux soirs des voeux profonds pour un calme voyage. »  

 

Pierre-Henri SIMON, Recours au poème.

Voir les commentaires