Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Talleyrand au congrès de Vienne.

Publié le par Perceval

Talleyrand-vienne.jpgTalleyrand arrive à Vienne le 23 septembre 1814. Il s'installa à l'hôtel Kaunitz, aux salons magnifiques. Dorothée, femme d'Edmond de Talleyrand, doit tenir la maison de son oncle ( par alliance ..). Elle jouera le rôle ambassadrice de France. Elle a vingt et un ans. Depuis son mariage, elle s'est transformée ; élégante et spirituelle, elle devient promptement une des reines du congrès. Elle voue à son oncle, une admiration sans bornes. Il a pour elle un sentiment qui ressemble fort à la passion amoureuse.

congres-de-Vienne-Grande-parade-militaire-au-Prater--pour-c.jpg

La capitale d'Autriche est en fête. Une multitude d'étrangers de distinction,, l'ont littéralement envahie : souverains et leurs suites, délégations diplomatiques, haute noblesse internationale, aréopage de jolies femmes dont toutes ne sont pas des épouses légitimes, et parmi celles-ci il y a peu de modèles de vertu.

Une foule cosmopolite envahit les rues assez étroites ou la promenade du Prater, afin d'apercevoir les hôtes illustres de l’empereur François. Tous les soirs, les fenêtres des palis, groupés autour de la Hofburg, s'illuminent. Ce ne sont que festins d'apparat, bals, réceptions officielles ou privées, où se nouent des intrigues amoureuses. Un diplomate autrichien écrira plus tard : «  Lorsque je pense à cette époque à jamais révolue de la vie viennoise, deux violons retentissent à mes oreilles : le violon de Strauss et celui de Lanner. ».

balthasar_wigand_-_das_wasserglacis_in_wien.jpg

Après vingt ans de guerre, on respire enfin, on a envie de s'amuser ; c'est la meilleure façon de célébrer la paix, après laquelle on a si longtemps soupiré, d'oublier les deuils qui ont frappé indistinctement toutes les familles …

congres-de-Vienne-L-empereur-Francois--accompagne-de-so.jpg
Congres de Vienne L’empereur François, accompagné de son frère, l'archiduc Joseph, accueille, au pont de Thabor, le tsar Alexandre et le roi de Prusse Frédéric Guillaume III

Talleyrand se sent à l'aise dans cette atmosphère un peu folle. Cette frénésie de plaisirs n'offense point sa nature indulgente aux faiblesses humaines. Il tient table ouverte selon ses habitudes. On courre à ses réceptions. L'espèce de majesté qui se dégage de sa personne, de ses gestes, de ses paroles, la courtoisie de son accueil, fait oublier qu'il représente la nation vaincue et a naguère servi l'Ogre de Corse. L'élégance de Dorothée, la vivacité de son esprit attirent les visiteurs. Quand on la voit assise sur un canapé à côté de son oncle, on s'étonne un peu qu'elle occupe la place de Mme de Talleyrand. Mais celle-ci ne fut pas invitée. Il y a des murmures, mais discrets, et tant de rumeurs courent en ville … ! Ne dit-on pas que le tsar Alexandre dispute la duchesse de Sagan à Metternich ? Alexandre et Metternich ne comptent plus leurs succès féminins. Comme le dit le prince de Ligne, «  le tissu de la politique est tout brodé de galanterie... » 

Sources: Talleyrand de Georges Bordonove

 


Commenter cet article