Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Shakespeare and Company" et Sylvia Beach.

Publié le par Perceval

Derrière la grande histoire de la ‘ très célèbre ‘  petite librairie « Shakespeare and Company » ( à Paris ), il y a une femme : Sylvia Beach.sylvia beach 0

Shakespeare and Company aujourd'hui

Encore aujourd’hui, c’est un lieu anachronique, d’un autre temps . situé rue de la Bûcherie, mais en vérité quai Montebello.

M. Whitman a repris la librairie en 1951. A 95 ans, c’est actuellement sa fille prénommée Sylvia Beach (!), qui gère le lieu. Là il reçut la « beat-generation », Allen Ginsberg et Gregory Corso …

La boutique est truffée d'originaux, manuscrits et tapuscrits signés à la main par Anaïs Nin, qui adorait l'endroit et en parle joliment dans son journal parisien… Henry Miller, Lawrence Durrell, Allen Ginsberg, William Burroughs, etc…l’ont fréquentée.  Il y a peu, Paul Auster y donnait une lecture.

Sylvia Beach sur le seuil de sa librairie (Paris, 1936) G F

La librairie a ouvert ses portes en 1913. Sylvia Beach et Adrienne Monnier ( son amante ), s’occupaient de l’intendance des « expatriés » ; elles leur prêtaient des livres, tenaient leur courrier, envoyaient leurs travaux aux petits magazines et, le plus spectaculaire, a été l’édition en France de « Ulysse » de James Joyce ( 1922 ) livre interdit aux Etats-Unis dont personne ne voulait s’occuper … !

 

Sylvia Beach et Joyce

Dans « une fête » Ernest Hemingway fournit un excellent compte rendu de ce qui se passait au « Shakespeare and Company ». Il offre également le portrait de cette femme de Princeton qui a rendu tout cela possible: «Sylvia avait le visage fortement sculpté, les yeux bruns qui étaient aussi vivants qu’un petit animal et gaie comme une jeune fille, des cheveux bruns ondulés  (…) . Elle avait de jolies jambes.. Elle aimait faire des blagues et conter les ragots. Je ne connaît personne de plus agréable qu’elle … »

Sylvia Beach et James Joyce ->

 

 

Ernest Hemingway inside Shakespeare and Company (1921)Tous les écrivains américains de passage à Paris venaient voir Sylvia Beach, elle connaissait particulièrement James Joyce, TS Eliot, Ezra Pound, Scott Fitzgerald et Hemingway… Elle fréquenta Gide, Claudel, Valéry, Henri Michaux, et Nabokov… avec la présence charismatique de Gertrude Stein.

 

<- Hemingway


Shakespeare and Company a été contraint de «disparaître» pendant l'occupation. En effet ; Sylvia a refusé de vendre à un officier allemand une copie de Finnegans Wake de James Joyce, il était furieux et l’a menacée de confisquer le «tout». Avec l'aide de ses amis, elle décrocha toutes les photos et les porta avec les livres dans les paniers à linge à un appartement vacant au troisième étage. Un menuisier a démonté toutes les étagères, tandis qu'un peintre faisait disparaître le nom de Shakespeare and Company.

En 1945, Sylvia Beach raconte : «  alors qu’il y avait encore beaucoup de tirs dans la rue de l'Odéon, plusieurs jeeps se sont arrêtées en face de la maison…. J'ai entendu une voix profonde appeler: "Sylvia" "! Sylvia" Et tout le monde dans la rue entendit le cri d’Adrienne : « C'est Hemingway! C'est Hemingway! " J'ai couru, (… ), il m’a prise dans ses bras et me balançait autour de lui, il m’embrassait alors que les gens dans la rue et aux fenêtres applaudissaient. »

James Joyce with Sylvia Beach at Shakespeare & Co Paris 192  sylvia beach 4
 James Joyce avec Sylvia Beach au Shakespeare & Co Paris 1920  Sylvia Beach.

 

« Shakespeare & company » de Sylvia Beach (Editeur : Mercure de France)

Scott Fitzgerald, mais aussi Gertrude Stein, James Joyce, Ezra Pound, Ernest Hemingway, Natalie Sarney, André Gide, Valery Larbaud, Léon-Paul Fargue, Paul Valéry, Sergueï Eisenstein, George Gershwin, Erik Satie... Écrivains anglo-saxons, auteurs français avides de découvrir la littérature d'avant-garde, cinéastes, musiciens... Dans Shakespeare and Company, Sylvia Beach (1887-1962) brosse une galerie de portraits éclectiques, drôles et tendres. Déjà célèbres ou encore inconnues, toutes ces personnalités fréquentèrent la librairie qu'elle tenait rue de l'Odéon. Mêlant faits marquants de l'histoire littéraire et anecdotes personnelles, conversations érudites et bons petits plats, celle qui fut l'intime d'Adrienne Monnier et l'éditrice d'Ulysse livre une chronique de la vie artistique foisonnante de l'entre-deux-guerres.

Commenter cet article

Anis 05/04/2012 23:25

C'est une enquête passionnante; peu de gens s'y intéressent, tout est focalisé sur l'actualité littéraire, et les femmes auteurs en plus intéressent encore moins. Vous faites donc un magnifique
travail et j'ai plus trouvé sur votre blog que sur tous les autres blogs que j'ai visités.

Perceval 06/04/2012 09:25



Il y a tant de choses intéressantes sur ce sujet, je pense en avoir pour un moment ...! :-)



Anis 05/04/2012 23:22

Oui c'est un livre de Sylvia Beach, "Shakespeare and Company", publié au Mercure de France en 1962 pour la traduction française.

Anis 03/04/2012 20:01

J'ai ce livre dans ma pile car je m'intéresse beaucoup à cette époque.

Perceval 04/04/2012 14:48



le livre de Sylvia Beach ...? Je ne l'ai pas lu. j'ai découvert cette femme dans " Les femmes de la rive gauche " de Shari Benstock... J'aurais envie de parler de Djuna Barnes, Hilda Doolittle,
Nancy Cunard,  et bien sûr Virginia Woolf ...