Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roger Jourdain (1845-1918)

Publié le par Perceval

Roger_Joseph_Jourdain_French_France_Paintings_Scenes_Art_Pr.jpg

Roger Jourdain (1845-1918) formé à l’École des Beaux-Arts de Paris, reste fidèle à l’Eure bordant la manufacture familiale. Aquarelliste émérite, l’élément liquide constitue le fil rouge de son œuvre. Ainsi, la nostalgie de la rivière de son enfance le poursuit tant sur les bords de Seine de Bougival qu’à l’aplomb des falaises de Villerville (Calvados), deux de ses endroits de prédilection pour planter son chevalet.  Entre 1860 et 1870, il suit un enseignement très académique mais voyage également en Espagne où il copie le peintre Vélasquez, et devient un fervent admirateur de Manet, qui fait alors scandale.

Il possède un sens inné des mises en espaces dynamiques et des cadrages audacieux, façon Edgar Degas. 

Roger Jourdain fréquente un grand nombre d’artistes : peintres classiques comme lui (Ernest - Ange Duez, John Singer Sargent), écrivains (Marcel Proust, Colette), mais surtout musiciens d’avant-garde (Gabriel Fauré, Claude Debussy), rencontrés dans le célèbre salon musical de sa demi-sœur, Marguerite de St-Marceaux. Installé dans la Plaine Monceau, il mène une vie mondaine avec sa femme, la belle Henriette, qui devient le modèle de nombreux peintres... jusqu’à s’attirer les foudres de la rumeur parisienne.

Roger-Jourdain-sous_les_pommiers_1887-copie-1.jpg

Sous les Pommiers (1887): Roger Jourdain . Ce portrait en plein air représente Henriette, allongée sous les pommiers de Villerville

La mort de ses deux enfants brise cependant l’harmonie dont témoignaient alors ses toiles. Jourdain s’éteint à Paris en 1918.

Jourdain révèle tout son talent dans la peinture de genre, décrivant plus particulièrement les moments d’intimité et de loisirs de la bourgeoisie de son époque : déjeuners d’enfants, parties de canotage sur la Seine, promenades sur les côtes Normandes...

jourdain-roger-joseph-la-lectrice.jpg Jourdain un Nuage
La lectrice Nuage 

Commenter cet article