Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Promenade en compagnie de Barbara Monacelli

Publié le par Perceval

barbara-Monacelli-Italia.jpgBarbara Monacelli, artiste peintre italienne:

Henri Miller (1891-1980): La ville... PARIS

Barbara-Monacelli-Silences-in-Paris-5.jpgL’Europe devient pour lui synonyme de liberté de pensée, morale et politique. Avec sa femme June, Miller débarque une première fois à Paris en 1928. Quatre ans auparavant, il a épousé June et décidé de n’être qu’écrivain. 
Ils logent d’abord à l’hôtel de Paris, 24 rue Bonaparte, pendant environ un mois, puis entreprennent un périple de six mois en Europe. Barbara-Monacelli-Silences-in-Paris-3.jpg
Ils reviennent ensuite à Paris, où ils séjournent en particulier à l’hôtel des Ecoles, avant de… parcourir la France à vélo. En janvier 1929, ils regagnent New-York. Le 4 mars 1930, poussé dehors par June, il débarque à Paris pour de bon, seul et, comme depuis longtemps, sans le sou. Il choisit Paris pour devenir un vrai écrivain. Il ne vient pas chercher les éditeurs, mais l’inspiration, les rencontres et la vie dont Rimbaud a parlé (Miller traduira plus tard en anglais Une saison en enfer). 
Barbara-Monacelli-Silences-in-Paris-2.jpgL’hôtel Saint-Germain-des-prés, 36 rue Bonaparte, l’accueille, puis un hôtel rue du Maine, l’hôtel Central, la rue, les amis… Le Dôme, la Coupole, le Wepler place Clichy et d’autres cafés le voient habiter en terrasse, où il écrit pendant des heures (parvenant à vivoter de ses articles), ou rencontre les prostituées et observe les passants.Barbara-Monacelli-Silences-in-Paris.jpg Il ne fréquente ni la librairie Shakespeare and Co ni Adrienne Monnier rue de l’Odéon. Miller, autodidacte de l’écriture, veut écrire ce qui n’est pas dans les livres. En 1931, il fait la connaissance d’Anaïs Nin à Louveciennes. Son ami Michael Fraenkel l’héberge Villa Seurat, près de Montparnasse. Miller écrit beaucoup, entre dix et quinze pages chaque jour. Il a commencé Tropique du Cancer. Il se promène beaucoup aussi, et perfectionne son français pour lire Breton, Giono, Céline et Cendrars, qu’il rencontrera en 1934 après la publication du Tropique (Cendrars est le premier à saluer publiquement sa sortie).

( http://www.terresdecrivains.com )

 

**********

Barbara-Monacelli-Hollywood-calls-Paris.jpg Barbara-Monacelli-_Tropic-of-Capricorn-June.jpg

 

 


Commenter cet article