Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portraits mondains - Pauline de Metternich - Franz Xavier Winterhalter, 1860

Publié le par Perceval

Princess-Pauline-von-Metternich-par-Winterhalter-Franz.jpg

 Franz Xavier Winterhalter, Princesse Pauline de Metternich, 1860.

Pauline Sandor-Metternich, est l'épouse du prince Richard de Matternich, ambassadeur de l'empereur autrichien à Paris de 1860 à 1871. 

Pauline, qui dès son adolescence montra un caractère affirmé et qu’elle afficha bientôt en tombant amoureuse de son oncle Richard. À coups de dispenses religieuses, on les maria. Ils ne semblent pas s’être inquiétés d’une consanguinité qui, à leur chagrin, ne leur donna que des filles....

Sa vivacité, l'originalité de son caractère, ses manières et ses mots d'esprit redoutés lui valurent l'amitié de l'impératrice Eugénie... Elle fut le promoteur des œuvres musicales du compositeur Richard Wagner...

PAULINE_DE_METTERNICH.jpgLa Princesse Pauline de Metternich, est donc, une femme érudite, drôle, avec un franc parler qui dénote dans le milieu ou elle évolue. Jamais méchante, toujours juste. Elle se dit pas jolie «  Je ne suis pas jolie, je suis pire... », elle ne présente pas une beauté excessive mais elle  compense par son caractère enjoué et facile. Grâce à son amitié pour le couturier Worth, elle devient la femme la plus élégante du moment. 

 Elle a donc pris l'habitude de noter les anecdoctes, les détails de la vie à la cour impériale de Napoléon III et surtout la tendre amitié qu'elle entretient avec l'impératrice Eugénie.  Tout est noté, les rencontres avec les princes et les princesses de la cour, les écrivains, les compositeurs (elle a une réeelle affection pour Wagner). Erudite et avide d'apprendre, elle organisa des salons littéraires qui ont eu un réel succès.  Tout est noté, les scandales, comment faire évoluer le protocole à la cours... Pauline n'a pas son pareil pour rire des défauts de ses contemporaines.  Le souvenir d'un voyage sur la Mouette, bateau impérial reste dans les mémoires et surtout comment ces dames n'arrivaient pas à supporter les voyages en train pour aller à Compiègne ou Fontainebleau... ( Souvenirs 1859-1871)

 

Commenter cet article

Anis 13/10/2012 13:46

Un personnage que je ne connaissais pas du tout mais ton blog est une mine d'or et on y apprend beaucoup.

Perceval 15/10/2012 17:10



Pour moi aussi, ce qui est passionnant c'est d'aller de découverte en découverte ... :-)