Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nellie Bly: la plus importante journaliste d'Amérique.

Publié le par Perceval

Nellie Bly est le pseudonyme de Elizabeth Cochrane ou Cochran. Elle est née aux Etats-Unis le 5 mai 1864.

Nellie_Bly-3.jpgElizabeth Cochran commence sa carrière en 1885 dans sa ville natale en Pennsylvanie en tant que journaliste pour la Dépêche de Pittsburgh. Elle y envoie une lettre de colère à l'éditeur en réponse à un article du journal intitulé «Le peu de bonnes choses que font les filles ». Le rédacteur en chef est tellement impressionné par son écriture qu'il lui offre un emploi.

Elle prend comme nom de plume " Nellie Bly " emprunté à une chanson populaire de Stephen Foster. Ses premiers articles, se portent sur les conditions de travail des jeunes filles à Pittsburgh, la vie des bidonvilles, et d'autres sujets similaires… Mais la pression Nellie-Bly--May-5--1864---January-27--1922-.jpgéditoriale l'a pousse à se cantonner aux "pages féminines" pour couvrir la mode, de la société, et le jardinage, le rôle habituel des femmes journalistes. Insatisfaite de ces fonctions, elle prend l'initiative de servir comme correspondante à l'étranger .En 1886-1887, elle se rend pendant plusieurs mois au Mexique, elle écrit sur la corruption officielle et la condition des pauvres. Ses articles critiquent fortement et irritent les autorités mexicaines et entrainent son expulsion du pays.

En 1887, Cochrane quitte Pittsburgh pour New York pour travailler avec Joseph Pulitzer au ”New York World. Un de ses premiers engagements lui permet  de se faire admettre à l'asile sur l’île Blackwell (maintenant Roosevelt) en feignant la folie. Son exposé sur les conditions de vie des patients, publiés dans le New York World et plus tard recueillis dans dix jours à une maison de fous (1887), précipitent une inspection de l’asile et permet d’apporter les améliorations nécessaires aux soins aux patients. Ses enquêtes journalistiques  l'amènent jusque dans des ateliers clandestins, des prisons, et dénoncent la corruption de la justice avec la pression lobbyiste …. Elle devient une journaliste renommée.

 

  tour-dumonde-80jours-J-Verne.jpg

Le 22 novembre 1889, une journaliste américaine de 25 ans rencontre l’écrivain Jules Verne à Amiens. Ce rendez-vous est programmé depuis plusieurs semaines déjà. La jeune femme a embarqué le 14 novembre à New York, à bord du paquebot Augusta Victoria, s’est arrêtée à Londres puis a débarqué à Calais.

Nellie bly 2

 

Le point culminant de la carrière de Nellie Bly au monde commence le 14 Novembre 1889, quand elle part de New York pour battre le record de Phileas Fogg, héros de roman de Jules Verne Le tour du monde en quatre-vingts jours. Le New York World en fait un véritable événement, avec des articles quotidiens et un concours … ( avec pour le gagnant : un voyage en Europe) . Il y avait près d'un million d'inscrits au concours. Nellie Bly parcourt le monde à bord de navires et de trains, en pousse-pousse, sur des chevaux ou des ânes…  Nellie-bly-4.jpgEnfin, de San Francisco à New York, le monde l'a transporte dans un « train spécial », est accueillie partout par des fanfares, des feux d'artifice…. Le temps officile de son tour du monde est de 72 jours 6 heures 11 minutes 14 secondes. Le livre de Nellie Bly:. Tour du monde en soixante-douze jours (1890) est un grand succès populaire, et Nellie Bly est une star...

 

Le voyage de la jeune journaliste se poursuit sans encombre et un mois après son départ, elle se trouve sur l’île de Ceylan, dans la ville de Colombo, attendant avec impatience le bateau qui doit la conduire à Hong Kong, puis à Tokyo…. A chacune de ses escales dans des grandes villes, elle câble à son journal, le « New York World » un récit pittoresque de ses dernières aventures. Les lecteurs attendent chaque nouvel épisode avec une impatience comparable à celle qui touche les amateurs de feuilletons à suspens, et, au fil des jours, sa célébrité grandit aux EtatsNellie-Bly.jpg-Unis.

Lorsqu’elle arrive enfin à New York, le 25 janvier 1890, elle a parcouru 40 070 kilomètres et largement remporté son pari puisqu’il ne lui a fallu « que » 72 jours, six heures et 11 minutes.

 

 

 

À 30 ans , elle épouse Robert Seaman ( 70 ans et millionnaire) en 1895, mais après sa mort, dix ans plus tard, elle poursuit les affaires et devient une des rares femmes chef d’entreprise jusqu'en 1914 … Elle subit des revers financiers et fait faillite. Elle retourne travailler au New York Journal en 1920.

 

Nellie Bly décide de réformer fondamentalement le fonctionnement de son usine de fabrication de tôles. Elle supprime la rémunération à la pièce et introduit un salaire journalier indépendant de la productivité, et elle dépense une bonne part de ses capitaux pour réaliser des investissements sociaux dans l’entreprise : centre de loisirs, bibliothèque, club de pêche… Toutes ces « loufoqueries » sociales ne sont guère appréciées par ses pairs. La nouvelle patronne n’est pas une très bonne gestionnaire et la situation financière de l’usine devient catastrophique.

 Nellie_Bly_later_years.jpg
 nellie-bly-stamp.jpg

Nous sommes en 1914 et le monde est sur le point de basculer dans le chaos. Lorsque le conflit éclate, Nellie Bly devient correspondante de guerre. Jusqu’en 1919, elle se rend sur de nombreux fronts et publie une longue série de reportages sur la vie des soldats et l’évolution du conflit.

 

Elle meurt d'une pneumonie à l'âge de 57 ans, le 27 Janvier, 1922. Le lendemain, Le Journal du soir lui rend hommage en déclarant Nellie Bly:   "La meilleure journaliste d'Amérique.".

 

Biblio: ( en Anglais )

- Ten Days in a Mad-house

- Nellie Bly's Book: Around the World in 72 Days

 


Commenter cet article

Anis 01/06/2012 21:09

vos articles sont des romans. J'apprends beaucoup de choses à chaque fois.

Perceval 02/06/2012 07:33



Merci ... des mini-nouvelles ( vraies )



iloucat 01/06/2012 07:59

CET article comme les precedents est fort interessant et donne vraiment envie d'en savoir toujours plus

Perceval 01/06/2012 08:43



merci de votre message... Je suis aussi très curieux de connaitre ces femmes qui ne craignent pas d'être elles-mêmes et "différentes" ... et passionnées.