Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marie-Laure de Noailles

Publié le par Perceval

marie laure de noailles marcoussisSon père est un banquier juif allemand. Ses seules distractions lui sont apportées par sa grand-mère maternelle, Laure de Chevigné, aristocrate originale, précédée, dans les salons parisiens, de la réputation du nom scandaleux de son arrière-grand-père, le marquis de Sade. L’élégance et la modernité de Laure de Chevigné fascinent Marcel Proust, qui en fait le modèle de sa duchesse de Guermantes, avant qu’elle ne séduise également Jean Cocteau, son voisin du 10, rue d’Anjou.Marie-Laure-et-Charles-de-Noailles--capture-du-film-Biceps-.jpg

Enfant, elle est l'amie de Jean Cocteau dont elle reste amoureuse toute sa vie.

Elle épouse à 21ans un Vicomte.

 

La vie du couple est un tourbillon. Le couple voyage, reçoit, s'intéresse au dernier cri de la mode et des arts, finance les créateurs, achète des tableaux à tour de bras.

Parmi ses préférés : Cocteau, Crevel, Dalí en particulier qu’elle a découvert grâce à l’ami  Faucigny-Lucinge, et les surréalistes en général.

Les plus grands artistes de son temps se succèdent pour portraiturer son physique de jeune femme du Moyen Age, avec son long visage, son teint de porcelaine, ses grands yeux et sa brillante chevelure de jais : Picasso, Bérard, Giacometti, Valentine Hugo, Balthus, Dora Maar, Cassandre, Dalí, Man Ray, Horst, Hoyningen-Huene.

Avec Charles, son vicomte, ils visitent les ateliers, commandent les œuvres et les présentent au cours de soirées mondaines et « libres ». Musique de Poulenc, bals costumés rivalisent dans des salons très intellectuels …

M L de Noailles et valentine Hugo 1924 Rehbinder

 

Elle est amoureuse de la nouveauté, de l'avant-garde et de la création. Elle accorde son soutien aux républicains espagnols en 1936, et s’excite des barricades en 68 : «Clément, à l'Odéon!» lance-t-elle en mai 68 à son chauffeur …

  Marie-Laure Noailles et Valentine Hugo en 1924


 

François-Marie Banier, ( çà ne vous dit rien .. ? ) - « Ce ravissant surdoué a la voix de Cocteau, l’allure de Rimbaud et la chevelure de Saint-Saëns », écrit de lui Marie-Laure de Noailles alors grand mécène et personnage de l’après-guerre, que Banier rencontre à l’âge de 15 ans. Elle en a 64.

 

Marie-Laure de Noailles et Valentine Hugo, 1924

 

Ils se voient matin, midi et soir pendant neuf ans. François-Marie goûte sa conversation et ses largesses. ( ! )

33_marie_laure_de_noailles-theredlist.jpg
Marie-Laure de Noailles, Jean Cocteau et George Auris, 1930

 

A suivre …

Commenter cet article