Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marie de Régnier et Pierre Louÿs -5-

Publié le par Perceval

Houville--Gerard-d---marie-de-Regnier.png
Houville (Gérard d'): nom d'auteur de Marie de Regnier

Les voilà tous deux pris dans les tourments d’une passion enflammée, néanmoins interrompue par le voyage de Pierre Louÿs au Caire. Pendant l’absence de son amant, Marie de Régnier se donne à Jean de Tinan, jeune écrivain talentueux et ami de Pierre Louÿs. Tout en lui précisant qu’il ne peut en aucune manière s’agir d’une relation sérieuse et durable. Marie, découvrant alors qu’elle est enceinte de Pierre, congédie Jean qui sombre dans le chagrin. De retour d’Égypte, Pierre Louÿs apprend qu’il va être père alors même qu’il avait pris la décision de rompre sa relation avec Marie. Le petit Pierre de Régnier, surnommé Tigre, vient au monde le 8 septembre 1898. Les Régnier et Pierre Louÿs se rendent à Amsterdam pour y voir l’exposition Rembrandt. Marie et Pierre reprennent leur relation amoureuse, secouée par de nouvelles aventures.

 


tampons_formules_blanc-confidentiel.jpg
Marie, photos de Pierre Louÿs

 

 

Ce 29 novembre 1898 est «l'Apogée » de la liaison avec Marie de Régnier, dans leur garçonnière de la rue Théodule-Ribot. Les paroles échangées sont retranscrites le soir même, c’est la genèse du Pervigilium Mortis.

Le déclin s'annonce avec les retrouvailles de Pierre Louÿs avec Zohra d’une part, ses fiançailles manquées avec Germaine Dethomas d’autre part. Dans le même temps, Louise de Heredia s’éprend de l’amant de sa sœur, cette dernière suggérant à Pierre de l’épouser. Le mariage (1899), qui a lieu à Saint-Philippe-du-Roule, se révèle très vite être un échec. Marie et Pierre se retrouvent. Mais leur passion s’éteint progressivement et leur relation prend fin en 1903.

Suzanne-Derval-et-Liane-de-Pougy.jpg 

En 1902, Marie de Régnier se lie à Georgie Raoul-Duval dont on retrouve les traits, sous la plume de Colette et de Willy, dans le personnage de Rezi, dans Claudine en ménage. L’année suivante, en 1903, Marie de Régnier publie L’Inconstante, roman autobiographique qu’elle signe sous le pseudonyme masculin de Gérard d’Houville. En 1905, elle publie son second roman, L’Esclave, dédié à Georgie Raoul-Duval, avec qui elle vient de rompre. Marie de Régnier perd son père (José-Maria de Heredia meurt le 2 octobre 1905).marie-de-Regnier-page-femina.jpg



Au printemps 1906, Marie de Régnier se lie avec le romancier et poète Jean-Louis Vaudoyer, liaison chaotique qui durera jusqu’en 1910. En 1908, elle publie Le Temps d’aimer, qui retrace sa relation amoureuse avec Vaudoyer. L’année suivante, elle est nommée membre du jury du prix littéraire de « La Vie heureuse », ancêtre du prix « Femina ». La rupture avec Vaudoyer entraîne Marie de Régnier dans une nouvelle liaison amoureuse. Elle devient la maîtresse d’un homme de théâtre, Henry Bernstein. Henri de Régnier songe alors pour la première fois au suicide. En février 1911, Henri de Régnier est élu à l’Académie française. En juin 1914 paraît sous le nom de Gérard d’Houville Le Séducteur, inspiré à Marie de Régnier par les origines cubaines de sa famille. En juin 1918, Marie de Régnier est récompensée pour l’ensemble de son œuvre par le prix de littérature de l’Académie française. Elle est la première femme à être honorée de ce prix.

Jose-Maria-de-Heredia-et-la-femme-de-Henri-de-Regnier-3.jpg Marie-de-Regnier-en-Hollande.jpg
Marie de Régnier à Arcachon Marie de Régnier en Hollande

Régnier put, au fil du temps, s'être senti dupé... Sa fortune personnelle, fut de grand secours à une belle famille minée par les soucis d’argent, alors que l’intrigant et sulfureux Louÿs - toujours fauché – était préféré par la belle. Mme-de-Regnier.jpgEt, tandis qu'elle se refusait à lui, son mari ; Marie multiplia dès lors les amants, du pervers raffiné Louÿs dont les photos donnent une idée de la beauté de Marie, au brutal Henry Bernstein (détesté par Régnier), en passant par le timide Jean de Tinan, le séducteur mûr D’Annunzio, le volage Jean-Louis Vaudoyer mais aussi la saphique Georgie Raoul-Duval amante de Colette, et aussi Binet-Valmer, Edmond Jaloux, Emile Henriot, Paul Drouot et quelques autres dont le transi Auguste Gilbert de Voisins qui finit par épouser Louise après son divorce d’avec Pierre Louÿs…

Pour autant l’immense amour de Régnier envers son épouse ne se démentira jamais. L’auteur de La Peur de l’amour fut constamment digne dans la souffrance sauf lors de l’épisode Bernstein qui faillit le conduire au suicide.

marie-de-Regnier-photogr-par-Pierre-Louys-2.jpg marie-de-heredia.jpg
Marie de Régnier photographiée par Pierre Louÿs Marie à Venise 


Sources : Marie de Régnier de Robert Fleury, chez Plon 1990

Commenter cet article