Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les sœurs Nesle « favorites » du Roi Louis XV -2/2-

Publié le par Perceval

Pauline-Felicite-de-Mailly-Nesle--comtesse-de-Vintimille-.jpg
Pauline Félicité de Mailly-Nesle, comtesse de Vintimille (1712-1741), maîtresse de Louis XV - elle épouse en 1739 Jean-Baptiste, comte de Vintimille (1720-1777)

Pauline rencontre Louis XV en 1739. Louis tombe alors fou amoureux de la jeune femme mais se refuse d’en faire sa maîtresse tant que celle-ci n’est pas mariée. Le 28 septembre 1739, Pauline épouse Jean Baptiste Félix de Vintimille, marquis de Luc,  à qui le roi verse une somme d’argent considérable pour qu’il se retire bien loin de sa nouvelle épouse (le mariage ne fut jamais consommé). Bien vite, il apparaît que la comtesse de Vintimille est enceinte du monarque, au grand regret de la reine. Alors qu’elle arrive au terme de sa grossesse, Pauline est soudain victime de fortes fièvres et l’on craint pour sa santé ainsi que pour la vie de l’enfant qu’elle porte. Elle accouche le 2 septembre 1741 d’un fils prénommé Charles-Emmanuel et titré comte de Vintimille (qui décède en 1814). Beaucoup le surnomment  "le demi-Louis" en raison de sa grande ressemblance avec son père le roi. L’enfant survit donc mais la mère est de plus en plus faible. Pauline de Vintimille rend l’âme le 9 septembre dans d’atroces souffrances. Le roi reste cloîtré dans sa chambre durant trois jours après la mort de Pauline, allant jusqu'à demander que l'on fasse un moulage du visage de sa bien aimée....

Diane-Adelaide-de-Mailly--duchesse-de-Lauraguais.jpg
Diane Adélaïde de Mailly, duchesse de Lauraguais

Diane Adélaïde, est la troisième sœur de la grande famille Nesle. Très intelligente, Diane côtoie d'abord le monde sous le nom de Mademoiselle de Montcarvrel.  Après la mort de la comtesse de Vintimille en septembre 1741, le roi réclame sa présence à la cour, avec peut-être la secrète intention  d'en faire sa maîtresse. Devant le "défilé" des soeurs Nesle, certains courtisans s'interrogent  sur le caractère de Louis XV et l'on se demande  si "choisir une famille entière, est-ce être infidèle ou constant ?"

A la fin de l’année 1741, Mademoiselle de Montcavrel arrive à Versailles alors que Louis XV s’est de nouveau rapproché de sa sœur aînée Louise. Le 19 janvier 1742, Diane épouse Louis de Brancas, duc de Lauraguais. Mais cette même année elle doit fuir la cour précipitamment car de mauvaises langues prétendent que Louis XV a déclaré coucher entre les deux sœurs. Pour éviter un scandale,  la duchesse de Lauraguais quitte la cour de Versailles. Si elle admet qu'elle fut la maîtresse de Louis XV, sa faveur est demeurée bien éphémère.

Hortense-de-Flavacourt--impossible-maitresse-de-Louis-XV.jpg
Hortense de Flavacourt, impossible maîtresse de Louis XV

Et, ce n'est pas terminé … ! Hortense Félicité – qui a épousé François de Fouilleuse, marquise de Flavacourt, le 21 janvier 1739 - évite le lit du roi bien que ce dernier tente de la faire venir à Versailles après le départ de sa soeur  Diane. Le duc de Richelieu est mandaté à plusieurs reprises auprès de la jeune femme qui ne cède pas aux avances du monarque. Il faut dire que Louis XV ne trouve pas un mari très coopérant en la personne du marquis de Flavacourt qui aurait menacé Hortense de la tuer si elle devenait "putain comme ses soeurs".  De plus, à l'inverse de ses soeurs, la jeune femme est connue de tous pour sa  grande vertu et sa profonde pitié, qui l'ont peut-être aidé à résister aux avances du roi.  La duchesse de Flavacourt demeure ainsi la seule des cinq sœurs à ne pas recevoir la faveur du roi.

Portrait-de-Nattier-en-1740--en-point-du-jour----Marie-Anne.jpg

Portrait de Nattier en 1740 'en point du jour' - Marie-Anne_de_Mailly-Nesle

Enfin, dernière des cinq sœurs Nesle, Marie-Anne a épousé en 1734 le marquis Jean Baptiste de La Tournelle alors qu’elle venait d’avoir dix-sept ans. En 1740 son époux meurt prématurément, et lui laisse une grande fortune en héritage. Bientôt, la marquise se tourne vers sa sœur aînée Louise qui vit à la cour. Celle-ci la fait entrer au service de la reine en 1742 en tant que dame du palais.

Marie-Anne quoique veuve, a un amant, Monsieur le comte puis duc d’Agenois, neveu du duc de Richelieu, qu’elle aime à la folie. Richelieu connaissant le goût de son maître pour les jeunes et belles femmes, veut faire à tout prix séparer Marie-Anne de son neveu. 

La jeune femme, d’une très grande beauté, se fait bien vite remarquer par Louis XV mais affirme ne pas chercher à devenir sa maîtresse. Pourtant, lorsque le roi la courtise en novembre 1742, Marie-Anne accepte de devenir sa favorite s'il consent à renvoyer, sa soeur Louise de Mailly, et à la faire duchesse.

Sources : http://www.histoire-et-secrets.com/ le site d'Anaïs Geeraert, historienne.

Commenter cet article