Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les sept visages de Marie-Madeleine, par Jacqueline Kelen. -1-

Publié le par Perceval

J-Kelen.jpg
Jacqueline Kelen

 

Myriam, Marie-Madeleine... appartient à présent, au mythe. Les apocryphes font d'elle une femme de connaissance et d'éveil, et la disciple préférée de Jésus. Femme multiple et dispersée en maintes images et dont les reliques mêmes se trouvent en plusieurs lieux ( de Vezelay, à Éphèse, en passant par la Sainte-Baume...).

Le texte ci-dessous est copié d'un ouvrage de Jacqueline Kelen: " Les sept visages de Marie-Madeleine" 2006- Editions du Relié

 

marie-madeleine-et-le-christ-bis.jpg

La toute belle 

Elle avance sur des terres d’excès et de faveur. Sans présomption particulière, mais avec le tort d’être belle, riche et parée, mais sans mari et d’être, comme on dit, née pour l’amour. Son attitude déplaît aux gens économes, aux pharisiens pointilleux, aux matrones enveloppées de voiles.


Martha-Mayer-Erlebacher-1.jpg
Marie-Madeleine vue par Martha Mayer Erlebacher

(…) Pour les uns c’est une exaltée, une possédée de tous les diables, pour d’autres une débauchée, en tout cas c’est une femme dangereuse qui ignore toute mesure et dont les gestes languissants, les cheveux magnifiques s’enroulant autour des hommes, les détournant du devoir religieux comme du travail nécessaire.

(…) Mais le véritable péché de Madeleine est un penchant irrésistible, celui de faire passer l’amour sur une terre avare…

(… )Si l’on revoit la scène bouleversante de la première rencontre sur laquelle tant de peintres et de poètes se sont attardés avec délectation, on peut se demander si la femme qui entre à vive allure au beau milieu d’un repas entre hommes et qui se précipite aux pieds de Jésus, l’enveloppant de toute la douceur du monde, pleure là, ses fautes ou bien défaille de bonheur à découvrir celui que son cœur espérait depuis toujours et dont la rumeur de la ville avait annoncé le passage.volet-droit-du-tryptique-de-labbaye-de-dielegem-le-ravissem.jpg

 

L’errance de Madeleine est le lot de chaque humain sur terre. Est-ce donc une erreur, un péché, ou bien le nécessaire chemin qui conduit au redressement de l’être et à l’éveil ? La pécheresse ployée aux pieds de Jésus lors de la première rencontre sera debout et face à lui lorsqu’il lui apparaîtra dans le Jardin de Pâques.

 

 

 

*****

mac3aetre-de-1518-jan-van-dornicke-tryptique-de-labbaye-de-.jpg

      L’ardente

Elle n’était pas conviée au festin mais d’elle-même, intrépide, elle est venue et d’un seul coup a tout donné, tout abandonné. Il ne l’avait pas appelée, comme il l’avait fait avec les disciples masculins, hélant l’un occupé à repriser son filet, l’autre penché sur ses livres de compte. Non, il ne l’avait pas appelée mais certainement il l’espérait..

Philippe-Lejeune-----le-Repas-chez-Simon---1950.jpg
Philippe Lejeune:   « le Repas chez Simon » 1950

( … )En l’homme venu de Nazareth la femme de Magdalena reconnaît le Messie et c’est elle-même qui l’oint. Le prophète hirsute qui criait dans le désert avait baptisé Jésus dans l’eau et elle, avec des gestes magnifiques, le baptise de baumes et de senteurs. Jésus est Fils de Dieu mais il fait alliance avec la Dame. Il accepte le rite et, plus encore, fait l’éloge de la prêtresse d’amour.

( … )Elle lève son visage vers lui et c’est un grand soleil qui sort des eaux, qui envahit la salle aux volets tirés. Une lumière passe sur la face des convives stupéfaits.

Konstantin-Kacev--1967--Uzbek-born-Macedonian-.jpg
Konstantin Kacev (1967, Uzbek-born Macedonian)

Plus tard, certains témoigneront que cette coquette passante hors du commun avait une chevelure d’or et tournoyait comme une comète autour de l’invité.

 

Marie de Magdalena, la porteuse de vase, serait ainsi la gardienne d’une nouvelle alliance d’amour passée avec Jésus. D’une façon plus générale, ce qui est clos ou tenu fermé – boîtes, coffres, livres, mais aussi noix, amandes, grenades – désigne les réalités intérieures, les secrets accessibles seulement à une conscience illuminée.

 

La très silencieuse

konstantin-kacev------------------7.jpg
Konstantin Kacev

 

 

A un immense amour seule convient la majesté du silence. C’est pourquoi elle se tait, la belle femme qui fait irruption pendant le banquet, et s’abandonne à son Dieu vivant. Elle ne dit rien, mais tout ce que son corps exprime par les larmes, les soupirs et les embrassements, est pur langage de l’Âme.

(… )

A partir de cet instant elle reste auprès de celui qui l’a accueillie. Avec lui elle va marcher sur les chemins de Palestine, pourvoyant avec d’autres femmes aux soins du groupe : cuire le pain, panser une blessure, mais à travers les gestes infâmes du quotidien faire passer la tendresse et la sollicitude.

( …) Marie de Béthanie qui se tient en silence, attentive, s’efface devant l’hôte : le renoncement à soi-même mène à la nudité intérieure, à la vacuité ou la « vacance » chère à la tradition monastique.

9489d0aa7dc87c193d998b0413f044c2.jpg

( … ) Si le prophète de Nazareth s’annonce comme le Verbe, Marie-Madeleine serait le silence.

 

Au sujet de Madeleine, les religieux parleront de conversion et de repentance, et cela les rassure puisque après Eve la fautive c’est encore une femme qui représente le péché. Mais il s’agit en fait d’un éveil de conscience et chaque individu en marche, homme ou femme de bonne volonté, se trouve concerné. 

( … ) La prostituée que chacun, homme ou femme, héberge en soi doit se dévêtir des habits trompeurs de l’existence afin de retrouver l’Essence, afin de se souvenir de son origine, de l’Amour Primordial.

Commenter cet article