Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le regard de l'homme sur la déesse nue

Publié le par Perceval

Après la lecture 'déprimante' du livre de Nancy Huston, j'ai besoin d'un autre regard et, seul celui d'une femme pourra permettre l'équilibre. Il s'agit en effet de réfléchir aux conséquences du regard de l'homme, sur la femme nue...

Jacques Blanchard - Venus and the Three Graces Surprised by
Jacques Blanchard - Venus et les trois Graces surprises par un mortel: détail.

Jacqueline Kelen, avec ce recueil « La déesse nue » me permet de faire un pas vers ce « mystère »... En effet, le mystère «  ou l'invisible qui fredonne une fine musique à travers le visible », ne peut être approché que par le mythe ( le conte ) ou le silence. Et, «  à qui se penche sur l'origine, à qui cherche la source de vie, la femme heureuse et nue en son bain offre la plus juste image. Là est la scène primordiale, dont apparemment l'homme est exclu – d'où sa curiosité, son envie de la capter. Le corps nu de la femme, à la fois ouvert et secret, ombreux et ruisselant, est dans son élément en se trempant dans l'eau vive et insaisissable des rivières, des lacs, des océans. La nudité abyssale de la femme épouse l'insondable de l'eau » J Kelen.

 

 

HENNER-Jean-Jacques-Nymphe-surprise-au-bain-1.jpg

« Lorsqu'une femme se dévêt et, libre, se baigne aux fontaines ou dans les flots marins, il y a toujours un homme caché pour la surprendre... Cette étrange scène, qui met aux prises le regard masculin et la beauté dévoilée, le désir et l'interdit, la grâce et la cruauté, se trouve présente dans les mythes et les contes du monde entier : histoires graves ou féeriques, récits initiatiques où le voyeur reçoit châtiment et illumination. »

 

HENNER-Jean-Jacques-Nymphe-surprise-au-bain.jpg

 HENNER Jean-Jacques:  Nymphe surprise au bain

« Les plus anciens textes de l'humanité ( Sumer, Égypte ..) évoquent le thème étrange d'un homme qui surprend une jeune femme, divine le plus souvent, alors que seule elle se baigne … Pour ceux qui ont inventé et transmis ces mythes et ces fables, pour quelques hommes encore de nos jours, une femme nue est tout sauf une femme à prendre : c'est une femme interdite, inaccessible, sans nul doute une fée ou une déesse... aussi l'homme est-il cloué à chaque fois par l'étrange beauté de ce corps, sidéré par une nudité offerte en même temps qu'intouchable. » J. K.

Peter Paul Rubens détail

Et, si un profane veut s'en emparer, le châtiment qui s'ensuit est terrible, le prix du sacrilège ne saurait être fixé parla loi humaine … !

 En tous cas, le regard est en cause, le regard avide ou imprudent... ces histoires sont aussi des histoire de l’œil.... Le mystère est indissociable du désir... « Sur un plan profane, on peut penser que le 'chasseur' convoite la femme, veut en capturer l'image ou le corps parce que c'est défendu. Mais plus profondément, sur un plan mystique ou initiatique, l'homme éveillé ne peut désirer que ce qui est inappropriable, insaisissable. Et c'est ce désir qui survit au désir, ce désir désiré ( le long désir des troubadours ), qui peut rendre l'homme immortel et l'amour infini. » J Kelen.

Commenter cet article