Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le procès de la belle Phryné

Publié le par Perceval

Que se passe t-il donc..?

Quel est donc l'objet de tant d'émotions ...?

 

Gerome-Phryne-detail-4-copie-1.jpg Gerome-Phryne-detail-2.jpg Gerome-Phryne-detail-1.jpg
Gerome-Phryne-detail-5.jpg Gerome-Phryne-detail-6.jpg Gerome-Phryne-detail-3.jpg

Ces visages qui apparaissent dans un tableau célèbre du XIXème, sont ceux de magistrats surpris par la scène … Le peintre a sans doute imaginé les visages de bourgeois du XIXème qui – lors de chaque salon – se scandalisent de certaines scènes, mais se précipitent avec délectation devant l’œuvre...

Ici, les visages des juges, plutôt d'un certain âge, semblent subitement se ranimer. Il s'agit bien – vous l'aviez compris – d'une contemplation impudique, qui pourrait rappeler, si elle n'était pas involontaire, l’épisode biblique de « Suzanne et les vieillards ».

Il s'agit dans ce tableau de Gérôme ( 1824-1904) - non pas de Suzanne - mais de Phryné, une hétaïre ( courtisane ) du IVème siècle av J.C.

Praxitele---Aphrodite-de-Cnide-copie-1.jpg
Aphrodite de Cnide de Praxitèle ( 400 av. J.-C., mort avant 326 av. J.-C )

A la différence d'une prostituée, la courtisane a un nombre réduit d'amants, qu'elle choisit. Ils la couvrent de cadeaux pour s'attacher ses faveurs. Elle n'accepte pas d'argent normalement, mais si elle fait payer ses services elle exige alors des sommes extravagantes. Elle protège son corps des regards, car le fait qu'on ne puisse le voir fait sa valeur (exception étant faites de l'art : ce dernier peut être célébré par l'intermédiaire d'une statue, comme la statue d'Aphrodite de Praxitèle...)

Athénée écrit:

«  Il faut bien avouer que la splendeur de Phryné résidait dans ce qu’elle ne montrait pas. C’était impossible de la voir nue, car elle était toujours vêtue d'une tunique qui dissimulait les charmes de son corps ; de plus, elle n'allait jamais aux bains publics» Athénée de Naucratis : XIII : 59

Accusée d'impiété ( la raison de son procès n'est pas claire …) elle est jugée devant l'aréopage. Hypéride, l'orateur qui la défend, et accessoirement un de ses amants, convainc les héliastes de l'innocence de Phryné en arrachant le haut de sa tunique, dévoilant ainsi sa poitrine. Les héliastes virent dans la grande beauté de Phryné le signe d'une protection d'Aphrodite et eurent peur de fâcher cette divinité en mettant à mort une de ses servantes. Ils acquittèrent donc Phryné.

 

Plusieurs explications sont avancées pour expliquer les raisons de son procès :

- Accusée de meurtre par Euthias, ou plutôt :

- Organisatrice d'une confrérie religieuse vouée au culte du dieu thrace Isodaetes, elle est accusée par l'un de ses anciens amants d'introduire une divinité étrangère à Athènes et par là-même de corrompre les jeunes femmes. A moins qu'elle fut...

- Accusée d'obscénité, et jugée pour impiété car elle s’était baignée nue un jour de fête religieuse,

En effet, à la grande assemblée des Eleusines et aux fêtes de Poséidon, elle ôta son manteau devant tous les Grecs, laissa tomber ses longs cheveux et entra dans l'eau dans le plus simple appareil. Cette attitude surprit, en effet la splendeur de Phryné résidait dans ce qu’elle ne montrait pas.  

Cependant, quelle que soit la raison de son procès, La légende prétend que, subjugués par tant de beauté, les Héliastes virent en Phryné « l’auguste image de la maternité et de l’amour » et refusèrent de la condamner.

Aphrodite_Anadyomene_from_Pompeii_cropped.jpg

Aphrodite Anadyomène de Pompéi

Selon Athénée , l'idée d'Aphrodite émergeant de la mer a été inspiré par la courtisane Phryné , qui, pendant le temps des fêtes de la Eleusinieset Poseidonia , avait nagé nue dans la mer.

Selon Élien, les Grecs auraient dressé sur une colonne, à Delphes, une statue en or de Phryné. Athénée (170-223, grec d'Egypte ) précise qu'elle est l'œuvre de Praxitèle et qu'elle porte l'inscription « Phryné, fille d'Épiclès de Thespies ».

 

ZOLA n'apprécie pas la peinture de Gérôme, voici ce qu'il écrit dans :Nos peintres au Champ de Mars, in La situation, 1 juillet 1867

DAUMIER-Honore--1808-1879--VOYONS-.ADMIREZ-AU-MOINS-CE-CO.jpg« M. Gérome travaille pour tous les goûts. Il y a en lui une pointe de gaillardise qui réveille un peu ses toiles ternes et mornes. En outre, pour dissimuler le vide complet de son imagination, il s'est jeté dans l'antiquaille. Il dessine comme pas un les intérieurs classiques. Cela le pose en homme savant et sérieux. Comprenant peut-être qu'il ne pourra jamais prendre le titre de peintre, il tâche de mériter celui d'archéologue.
La peinture, ainsi envisagée, devient une sorte d'ébénisterie. Je m'imagine M. Gérome voulant faire un tableau, sa Phryné devant le tribunal*, par exemple. Il commence par reconstruire la salle ou l'hétaïre fut jugée ; ce n'est pas là un mince travail ; il lui faut consulter les anciens et prendre l'avis d'un architecte. Une fois la salle bâtie, il faut disposer le sujet. 

Honore-Daumier-PARIS.---EXPOSITION-DES-BEAUX-ARTS.--Dans-le.JPG

C'est ici qu'il est nécessaire d'empoigner le public. D'abord, l'artiste choisira le coup de théâtre historique, l'instant où l'avocat, pour défendre Phryné, se contente de lui arracher son vêtement. Ce corps de femme, posé gentiment, fera bien au milieu du tableau. Mais cela ne suffit pas, il faut aggraver en quelque sorte cette nudité en donnant à l'hétaïre un mouvement de pudeur, un geste de petite maîtresse moderne surprise en changeant de chemise.
Cela ne suffit pas encore ; le succès sera complet, si le dessinateur parvient à mettre sur les visages des juges des expressions variées d'admiration, d'étonnement, de concupiscence ; ces rangées de vieilles faces allumées par le désirs seront la pointe suprême du ragoût, les épices qui chatouilleront les palais les plus blasés. Dès lors l'œuvre est assaisonnée à point ; elle se vendra cinquante ou soixante mille francs, et les reproductions qu'on en fera inonderont Paris et la province, et serviront des rentes à l'auteur et à l'éditeur. 
»

*****

rideau baissé

Commenter cet article

Augustus 27/04/2014 11:30

Ce tableau fait la couverture du livre dont les médias ont beaucoup parlé : "La nudité pratiques et significations" - cf http://nudite.pratique.over-blog.com/

Anis 28/04/2013 10:27

Superbe mise en scène dans votre article !

Perceval 28/04/2013 10:51



Merci, :-) Ce sont les visages de ces nobles vieillards qui m'ont amusé ...