Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Congrès de Vienne et les femmes. -1-

Publié le par Perceval

peinture-libertine.jpgC'est en suivant Talleyrand le long de sa carrière politique, que l'on se dit, qu'il n'est pas possible d'imaginer l'homme sans s’intéresser à sa relation avec les femmes. Il ne fait pas exception, et les mœurs de cette époque « tourmentée » sont propices à un certain libertinage que n'exclut pas un romantisme naissant ( au contraire )... Ce libertinage est sans doute - encore pour plus très longtemps - le bénéfice d'un héritage de l'ancien régime... Avant que la bourgeoisie n'impose sa rigidité et son efficacité matérialiste, l'aristocratie finissante - encore majoritaire dans les cours régnantes – vit à plein régime et en toute maturité, des relations passionnées et libres entre hommes et femmes. Et, il me semble, dans une relative égalité. Les mariages de grande noblesse, sont arrangés ; et permettent à chacun de s'autoriser une vie sentimentale variée qu'offrent les péripéties politiques et internationales.

merveilleuses.jpg

Le Congrès de Vienne ( 1814-15) va représenter le sommet de cet état de fait, et sans doute aussi, le passage de la gloire et du luxe aristocratique, à la sage gestion du capital bourgeois.

berlin-biedermeier-moebel.jpg biedermeier_dame.jpg
 Mobilier: Berlin - mode biedermeier De Jean Auguste Dominique Ingres 
"Madame Marcotte de Sainte-Marie" 1826
Mode Restauration 

A Vienne, la période qui suivra le Congrès est appelée le « Biedermeier », elle s'étend de 1815 (Congrès de Vienne) à 1848 (Révolution de Mars 1848)

La bourgeoisie va cultiver la vie privée et familiale à un point inégalé jusque-là. Les marques extérieures de prospérité passent au second plan, derrière le bonheur domestique entre quatre murs, dans ce qui devient un lieu de retraite. Des vertus bourgeoises comme le zèle, la probité, la fidélité, le sens du devoir, la modestie, sont élevés au rang de principes universels.

LEurope napoléonienne en 1811LEurope napoléonienne en 1811

Le 30 mai 1814 le traité de Paris avait ramené les frontières de la France aux limites d’avant la Révolution.

 Le 1er novembre 1814 s’ouvrait à Vienne un nouveau Congrès pour décider du sort du reste de l’Europe. Il réunissait les représentants de l’Autriche, de la Prusse, de la Russie et de la Grande-Bretagne. Les plus petits États n’eurent pas le droit de s’exprimer. Wellington et Castelreagh représentaient la Grande-Bretagne, le tsar Alexandre 1er la Russie, Metternich l’Autriche et Hardenburgh la Prusse. Les Français étaient officiellement privés de parole, ce qui n’empêcha pas Talleyrand de “tirer les ficelles“ en coulisses.

Map congress of vienna-frCarte du Congrès de Vienne

 « Le Congrès ne marche pas, il danse » ( Le Prince de Ligne) : Les réunions diplomatiques avaient lieu dans un tourbillon de bals, de concerts, d’opéras…

Le-Congres-s-amuse---Gravure-de-Forceval--XIXe-s.--Paris.gifLe Congrès s’amuse  (Gravure de Forceval, XIXe s., Paris, BNF)

 Le traité fut signé le 9 juin 1815.

Commenter cet article