Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vie des Dames Galantes -2/2-

Publié le par Perceval

Pierre-de-Bourdeille-Brantome.-Vies-des-dames-galantes-19.jpg Vies-des-dames-galantes---Edmond-Malassis-3-copie-1.jpg
   Pierre de Bourdeille Brantôme. 
Vies des dames galantes 1935 
Illustrateur: Edmond Malassis

Il commence à rédiger « Les Dames Galantes » autour des années 1580. Un premier volume traite des « Dames illustres ». Le livre est divisé en sept chapitres, que Brantôme nomme des discours

Vies-des-dames-galantes---Edmond-Malassis-4.jpg
 

Le premier «Discours», - « Sur les dames qui font l’amour et leurs maris cocus » - qui traite des relations conjugales et du cocuage, plaide la cause des femmes et justifie leur inconstance au nom de «ceste belle liberté françoise»; émaillé de nombreuses digressions concernant les maris (cruels ou complaisants), la virginité (perdue ou prétendue), les inclinations saphiques, les techniques érotiques, il fait l'apologie de l'amour physique et de la liberté sexuelle: «Il n'y a que la jouissance en amour et pour l'homme et pour la femme, pour ne regretter rien du temps passé.»

Le deuxième «Discours» - « Sur le sujet qui contente le plus en amour : le toucher, la vue ou la parole » -s'ouvre par un inventaire des beautés des dames et s'égare dans les particularités (réelles ou fantasmatiques) de leur physiologie avant d'évoquer le comportement amoureux de quelques grands personnages de l'Histoire, d'Alexandre à François Ier en passant par ce «marault» de Mahomet.

Vies-des-dames-galantes---Edmond-Malassis-10.jpg

Le troisième «Discours» - « Sur la beauté de la belle jambe et la vertu qu’elle a »- traite de l'érotisme de la jambe et du pied, mis en valeur par les nouvelles modes de la cour.

Vies-des-dames-galantes---Edmond-Malassis-18.jpg Vies-des-dames-galantes---Edmond-Malassis-57.jpg Vies-des-dames-galantes---Edmond-Malassis-29.jpg
     

Le quatrième «Discours», - « Sur l’amour des dames vieilles, et comme certaines l’aiment autant que les jeunes » - sur l'amour des dames mûres, atteste que ni l'âge ni la contenance ne permettent de préjuger des appétits amoureux.

La-vie-des-dames-galantes-Paul-Emile-Beca-12.jpg La-vie-des-dames-galantes-Paul-Emile-Beca-2.jpg La-vie-des-dames-galantes-Paul-Emile-Beca-4.jpg
   La vie des Dames Galantes 
Illustrée par Paul-Emile Béca
 


Le cinquième «Discours» - « Les belles et honnêtes dames aiment les hommes vaillants et les hommes braves aiment les femmes courageuses » - évoque les règles de l'amour courtois et la préférence des dames pour les hommes vaillants et hardis.

Vies-des-dames-galantes---Edmond-Malassis-31.jpg
 

Le sixième «Discours», - « Il ne faut jamais parler mal des dames, et la conséquence qui en vient » - déplore que, sous une apparence d'honnêteté, la calomnie, la médisance et parfois la brutalité règnent à la cour. Il rappelle l'attitude des rois de France depuis Louis XI, indulgente ou sévère, à l'égard des détracteurs du sexe féminin et des fauteurs de scandales. Si Henri II et Catherine de Médicis se sont efforcés d'imposer à leur entourage des moeurs polies, et respectueuses des dames, la discrétion, voire la dissimulation, demeurent indispensables en amour, car les dames «le veulent bien faire, mais non pas qu'on en parle».

Le septième et dernier «Discours» -« Sur les femmes mariées, les veuves et les filles, à savoir lesquelles sont le plus chaudes à l’amour »-

Vies-des-dames-galantes---Edmond-Malassis-6.jpg
 

passe en revue, dans une récapitulation générale, la diversité des tempéraments et des comportements des femmes selon qu'elles sont jeunes ou vieilles, filles, mariées ou veuves pour «sçavoir desquelles les unes sont plus chaudes à l'amour que les autres»; il apparaît que toutes ont reçu en partage la même sensualité, la même ingéniosité pour faire triompher leurs désirs, les reines et les princesses comme les autres: ici, dames illustres et dames galantes se confondent. La chasteté et la fidélité sont rarissimes, la recherche du plaisir est générale. A regret, le vieux courtisan met un terme à son enquête et prend congé de ses lectrices, véritables destinataires de son livre et objets de toutes ses pensées.



Sources, pour le résumé des discours : Robert Paul ( site, Arts et Lettres)  

 

Commenter cet article