Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mode, 1910-1914, -2-

Publié le par Perceval

La mode à la Belle Epoque (  ), c'est le luxe et l'extravagance ...

La profusion des tissus raffinés, les dentelles, les rubans, les perles, la recherche des détails poussée à l'extrème sont une source d'inspiration infinie.  Les "robes abat-jour" avec des cercles de fourrures flottant autour des hanches, les tenues mélangeant allègrement les styles antiques et orientaux, les chapeaux spectaculaires... L'inventivité de ces costumes est fascinante. Cette exubérence et cette audace ont finalement un aspect très moderne que l'on retrouve aujourd'hui sur certains défilés haute couture.

belle-epoque-L-actrice-Gertie-Miller-sur-la-scene-de-The-D.jpg belle-epoque-Paul-Poiret-dans-son-atelier.jpg

L'actrice Gertie Miller sur la scène de The Dancing Mistress - 1912

 Elle porte une robe de soirée taille empire, le nouveau style classique et fluide. Les longs gants blancs étaient les accessoires indispensables le soir.

Paul Poiret dans son atelier

On ressent une atmosphère de légèreté en regardant les photos du début du XXe siècle. La frivolité de la mode française traduit la prospérité que connait le pays depuis les années 1870. Avec les maisons de couture Doucet, Décroll, Worth, Paquin et Soeurs Callot, Paris est le centre de la mode du monde occidental, et se permet de créer une mode joyeuse, colorée et théâtrale.

Durant cette période, la mode évolue en libérant lentement le corps des femmes. Le couturier Paul Poiret délivre la femme du corset. Il ouvre son salon à Paris en 1903 et avec la maison Paquin, il introduit la ligne Empire. Il signe de sublimes robes fluides qui dessinent une nouvelle silhouette féminine. La taille est haute, sous la poitrine, et le tissu tombe au sol en un drapé souple. Les baleines disparaissent au profit d'un corset en tube plus élastique qui tient les hanches et libère la poitrine. Puis les costumes orientaux créés par Léon Bakst pour Cléopatre etSchéhérazade emportent la ville dans une vague d'exotisme. Inspiré par les tenues orientales et les couleurs du fauvisme, Poiret adopte un style théâtral hardi: tunique souple, pantalons bouffants, kimonos, turbans et longues plumes pour orner la chevelure.

belle-epoque-L-actrice-Ina-Claire---robe-abat-jour-de-Poire.jpg belle-epoque-L-actrice-Carol-McComas-en-robe-du-soir---1905.jpg

 L'actrice Ina Claire - robe "abat-jour" de Poiret

 

La fameuse robe "abat-jour" créée par Paul Poiret. Le cercle de fourrure flottant au niveau des hanches est soutenu par un fil métallique de façon à le maintenir écarté du corps. Ce cercle contraste avec la ligne souple et drapée de la robe taille empire.

L'actrice Carol McComas en robe du soir - 1905

 

Tenue typique de la femme élégante de l'époque, avec quantité de dentelles et de volants. Le corsage tombe droit, la taille est serrée dans un corset, la jupe est longue et évasée, ample et légèrement bouffante.

********

belle-epoque--L-actrice-Isabel-Jay.jpg belle-epoque-Robe-Fortuny.jpg

L'actrice Isabel Jay

 

Sa robe est typique de l'engouement de l'époque pour les brocarts et les broderies de type oriental. Des fleurs ou des rosettes de soie ponctuaient souvent la taille haute des robes de jour comme du soir.

Robe Fortuny

 

Ce plissé est typique du style "Fortuny". Il teignait ses soies avec des dégradés de couleurs, et employait des perles de verre de Murano pour lester de façon décorative les bordures et les manches. Ses créations sont inspirées de la Grèce antique et l'Orient.

*****

belle-epoque-Robe--de-visite--de-la-Belle-Epoque.jpg belle-epoque-L-actrice-Gaby-Deslys.jpg

Robe "de visite" de la Belle Epoque

 

On aperçoit les trois rangées de jupons portés pour maintenir la forme de la jupe. La journée d'une femme de la haute société est une succession d'habillages et de déshabillages, entre robe du jour, de visite, d'après-midi et du soir.

  L'actrice Gaby Deslys

 

Robe de ligne Directoire. La fluidité de la silhouette, dénuée de volants, de "frou-frou" ou de bordures compliquées contraste avec les robes du début des années 1900. La jupe tombe en ligne droite, et les autoirs de perles sont typiques de la mode de l'époque.

 

Sources: l'Atelier de couture de Constance.

Commenter cet article