Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La femme, devant le petit garçon.

Publié le par Perceval

Sans expliciter beaucoup plus ; j'ai d'abord été frappé par l'une de ces illustrations, qui m'a reporté à des émois d'enfant ou d'adolescent … Enfant invisible, qui - cantonné dans sa posture de voyeur – croise des femmes, des jeunes filles sans pudeur ...

 Mike Cockrill  Mike Cockrill Oh, Little Boy de berger
 Mike cockrill Red Rocket 2009  Mike Cockrill 2

Illustrations de Mike Cockrill

Devant le regard d'un petit garçon, il y a toujours - un jour - une femme ; ou, beaucoup plus curieusement une petite fille qui joue à la femme … 

Balthus GoldenDays

Ensuite, ce souvenir ; a besoin de la prose d'un Proust, pour donner beaucoup plus de profondeur et de présence ( avec un décor, des personnages, un monde …) à ce qui n'est qu'une émotion ….

Enfant-lisant

 

 

 

 

 

 

 

«Les Jeunes filles en fleurs » :

« Un instant après (…) je quittai [ Françoise] pour retourner auprès de Gilberte. Je l'aperçus tout de suite, sur une chaise, derrière le massif de lauriers. C'était pour ne pas être vue de ses amies : on jouait à cache-cache. J'allai m'asseoir à côté d'elle. Elle avait une toque plate qui descendait assez bas sur ses yeux leur donnant ce même regard «en dessous», rêveur et fourbe que je lui avais vu la première fois à Combray. 

( …) Tenez, ajouta-t-elle, ne me laissez pas votre lettre, il faut rejoindre les autres puisqu'ils ne m'ont pas trouvée. » (…) Car m'approchant de Gilberte qui, renversée sur sa chaise, me disait de prendre la lettre et ne me la tendait pas, je me sentis si attiré par son corps que je lui dis :

– Voyons, empêchez-moi de l'attraper nous allons voir qui sera le plus fort.

A gauche Marcel Proust et son frère, Robert. Marcel seraA gauche:  Marcel Proust et son frère, Robert.  A droite  Marcel Proust, en canotier, en compagnie d’Antoinette Faure

Elle la mit dans son dos, je passai mes mains derrière son cou, en soulevant les nattes de ses cheveux qu'elle portait sur les épaules, soit que ce fût encore de son âge, soit que sa mère voulût la faire paraître plus longtemps enfant, afin de se rajeunir elle-même; nous luttions, arc-boutés. Je tâchais de l'attirer, elle résistait ; ses pommettes enflammées par l'effort étaient rouges et rondes comme des cerises ; elle riait comme si je l'eusse chatouillée ; je la tenais serrée entre mes jambes comme un arbuste après lequel j'aurais voulu grimper ...

(…)  ; aussitôt je pris la lettre. Alors, Gilberte me dit avec bonté :

– Vous savez, si vous voulez, nous pouvons lutter encore un peu.

Peut-être avait-elle obscurément senti que mon jeu avait un autre objet que celui que j'avais avoué, mais n'avait-elle pas su remarquer que je l'avais atteint. Et moi qui craignais qu'elle s'en fût aperçue (et un certain mouvement rétractile et contenu de pudeur offensée qu'elle eut un instant après, me donna à penser que je n'avais pas eu tort de le craindre), j'acceptai de lutter encore, de peur qu'elle pût croire que je ne m'étais proposé d'autre but que celui après quoi je n'avais plus envie que de rester tranquille auprès d'elle. »

 

Commenter cet article