Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La femme convoitée, et l'amour courtois.

Publié le par Perceval

N'oublions pas qu'au moment où l'on idéalise « l'amour courtois » :


"Pour la grande masse des chevaliers, l'amour courtois ne fut alors, quand ils en eurent connaissance, qu'une attitude mal comprise ; ils étaient encore, et pour longtemps, de purs soudards, incultes, incapables de réprimer leurs appétits, aux  réflexes religieux élémentaires - parfois, dans les provinces les moins pénétrées, d'une redoutable sauvagerie, pillards vêtus de peaux de renards, tueurs de moines, détrousseurs de marchands, et ravisseurs de filles."
G. Duby et R. Mandrou, Histoire de la civilisation française, A. Colin, 1958.

"Pour eux, la femme est d'abord un objet. Les hommes la donnent, la prennent, la jettent. Elle fait partie de leur avoir, de leurs biens meubles. Ou bien, pour affirmer leur propre gloire, ils l'exposent à leurs côtés, pompeusement parée, comme l'une des plus belles pièces de leur trésor, ou bien ils la cachent au plus profond de leur demeure et, s'il est besoin de l'en extraire, ils la dissimulent sous les rideaux de la litière, sous le voile, sous le manteau, car il importe de la dérober à la vue d'autres hommes qui pourraient bien vouloir s'en emparer.".
Georges Duby, Dames au XIIème siècle, Gallimard, 1995.

Aussi, fallait-il bien que sous l'impulsion de femmes comme Aliénor d'Aquitaine ( 1122-1204) ou Marie de France ( sa fille ) (1) , une autre vision de la chevalerie soit proposée. C'est la tache demandée à Chrétien de Troyes, par Marie de Champagne (1174-1204) ( et fille de Marie de France ) : Au début de « Lancelot ou le chevalier de la charrette » écrit : «  puisque ma dame de Champagne veut que j'entreprenne un roman, je l’entreprendrai très volontiers ». Marie participe à l’épanouissement du lyrisme courtois en langue d'oïl …

  • (1) Marie de France ( 1145-1198) participa à la cour lettrée d’Aliénor d'Aquitaine à Poitiers (1170-1173) et tint elle-même une cour brillante et protégea ou encouragea plusieurs écrivains, dont Chrétien de Troyes, Gace Brulé, Gautier d'Arras, Guyot de Provins, Huon d'Oisy, Geoffroi de Villehardouin.

 

Lancelot embrassant Guenièvre

L'amour glorifié par le mythe , devient au XIIe siècle, une contre-proposition à ce que la religion préconisait alors … La Quête du Graal à l'origine, ou Tristan, blessé, s'embarquant sur une nef sans gouvernail, ni voile, à la recherche du baume qui le délivrera du mal dont il souffre, illustre le départ mystique, l'abandon à l'aventure surnaturelle.
L'Église romaine condamne, alors, l'amour courtois comme une hérésie … St Bernard lui-même relit le Cantique des cantiques et oppose à la fin'amor, la mystique de l'Amour divin ( 1129 ).

Les 'prolongations' christianisée des romans du Graal, corrigeront les excès de l'amour courtois, sauf peut-être l'amour de Lancelot pour Guenièvre : trop connu... !

Commenter cet article