Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La femme au temps de Thérèse Desqueyroux -1-

Publié le par Perceval

Prisonnière des conventions de son époque (les années 20) et de sa classe (la bourgeoisie de province). Qu'est-ce qui conduit Thérèse Desqueyroux  à empoisonner son mari ?

- La peur de passer à côté de sa vie, le rejet du conformisme mortifère de la bourgeoisie provinciale, la révolte de la femme tapie derrière l'épouse ...?

*****

C'est le temps des années folles … Entre la première guerre mondiale et la crise de 29.

Dans une France exsangue, ou sur 10 hommes partis au combat, 2 sont morts et 4 sont revenus invalides, la jeunesse se voit chargée de reconstruire et certains rêvent d'une société nouvelle...

Paris-1920.jpg
b4uuqg.jpg

Les années folles, c'est aussi les temps modernes, avec l'apparition des nouvelles techniques de communication et de reproduction : la TSF, le téléphone, l'offset, le bélinographe pour transmettre à distance des photographies.

Repas-19-.jpg
Sortie-d-usine--19-.jpg

Aux champs, dans les usines, dans les hôpitaux, les femmes ont répondu massivement aux besoins de la guerre et ont remplacé ainsi leurs hommes. A la paix retrouvée, elles ont pris goût à l'indépendance... S'il n'est pas encore question des 35 heures et des RTT, pour les ouvriers et les employés ; la bourgeoisie, elle, veut profiter de la vie et de « la Belle Epoque ». Avec l'essor de l'automobile, le nouvel aéroport international de Berck, les nouvelles lignes de train, les plages attirent une clientèle parisienne qui s'adonne aux plaisirs des bains de mer, des casinos et des grands hôtels.

Three_Women_at_desk_c._1920-30-35.JPG Bains-annees-vingt.jpg

Le genre "garçonne" s'illustre bien ci-dessus avec la masculinisation de la tenue vestimentaire : les sous-vêtements superflus sont supprimés, les jupes se raccourcissent aux genoux, les bas de coton noir sont laissés au profit des bas de soie roses.

la-garconne.jpg « La Garçonne » paru en 1922, a eu un très grand succès au moment de sa sortie, il s'est vendu à 1million d'exemplaires entre 1922 et 1929 et a suscité de nombreux débats au sujet de la nouvelle féminité décrite par l'auteur. 

 Le roman décrit la parabole de la jeune Monique Lerbier, son parcours d'affranchissement des conventions bourgeoises, sa libération sexuelle qui passe par la relation avec une femme, la déchéance entre des relations sans lendemain et la drogue, le retour final à un ordre hétérosexuel et enfin au mariage.

Bien que le thème ne surprenne pas spécialement aujourd'hui, il était considéré à l'époque comme choquant. Malgré la conclusion moralisante, c'est la sexualité de l'héroïne de Margueritte qui provoque les réactions les plus scandalisées et devient le centre d'un débat concernant la jeune femme française. L'auteur est en effet critiqué à la fois par les conservateurs, qui l'accusent de pornographie, et par des groupes féministes, inquiétés par la conduite sexuellement libérée de l'héroïne du roman. A la suite du scandale causé, Victor Margueritte se vit retirer la légion d'honneur...

Annees-20-la-garconne-2.jpg

 


Commenter cet article