Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La beauté de la Vénus de Milo

Publié le par Perceval

Si l'on cherche à l'origine :" la beauté ", elle se présente comme une énigme. La beauté est mystérieuse... N'est-elle qu'apparente ? Se montre t-elle avec éclat? Nous comprenons vite que le véritable secret est dissimulé... D'où peut-être ce trouble que suscite en nous la beauté... et je parle là de la beauté d'une œuvre d'art, bien sûr.

La beauté est de l'ordre du symbolique, parce que l’œuvre fait signe vers quelque chose d'autre que ce qu'elle est...

Venus-de-Milo-4.jpg Venus de Milo 3
La statue est généralement attribuée à Alexandros d'Antioche (sur la base d'une inscription portée sur ce qui a peut-être été son piédestal original). La Vénus de Milo a été découverte accidentellement en 1820 par un paysan grec nommé Yourgos sur l'île égéenne de Melos dans une caverne souterraine près des ruines d'un théâtre antique. Yourgos a gardé la sculpture pendant un certain temps dans sa grange, mais finalement elle a été découverte par les autorités turques et confisquée. L'ambassadeur français en Turquie, le marquis de Rivière, acquiert cette statue monumentale en marbre, de plus de 2 mètres de hauteur, et l'offre au roi Louis XVIII. Quand elle a été découverte, la sculpture a été gravement endommagée et brisée en deux parties. On aurait trouvé le long de la statue un piédestal, un morceau d'un bras supérieur gauche et une main gauche tenant une pomme. Il n'est pas évident que ces fragments aient appartenu à la statue et ils ont depuis été perdus. Il a été de créer des modèles pour remplacer les bras manquants. Des bras qui tiennent des pommes, des lampes, des vêtements et des miroirs ont été ainsi proposés ainsi que des armes …  Malgré ces efforts, il fut décidé de laisser la statue dans l'état où elle a été trouvée.  La Vénus de Milo, d'époque hellénistique exprime la parfaite nostalgie de l’unité qui caractérise le classicisme ; tout est réuni autour le l’axe central, ondulations subtile sur les points d’inflexion – sexe-nombril-cou) ; corrélation avec la section d’or ; humain/divin ; quête de la beauté autour d’une déesse dédiée ; tendance à la réunion des caractéristique masculines et féminines ; nudité et dévoilement discret ; dimensions de subtile monumentalité ( légèrement plus grand que l’échelle humaine) etc….

 

Même si cette nudité ne fait pas passer le spectateur de la contemplation à l'excitation séductrice; il s'en dégage une certaine sensualité. Le drap, qui dégage ses hanches et se love autour de ses jambes dont il dessine le mouvement. Le marbre légèrement ocré et non poli qui figure le vêtement ne semble là que pour servir d’écrin au marbre poli, chaleureux, qui sort de sa gangue et dessine le velouté de la peau nue et sculpte les formes pleines de la femme adulte dans toute la splendeur de sa féminité.aphrodite-dite-venus-de-milo--detail--marbre-de-paros--h-jpg

Vue de face, sa sensualité s’appuie sur la douceur des lignes obliques qui suivent la logique anatomique de sa pose. Oblique de la jambe gauche en premier plan qui suggère la marche sur un plan plus élevé et déhanche le bassin dont l’oblique part en sens inverse. La taille marquée, mais non artificiellement affinée, est le point de départ du buste à nouveau en sens inverse qui place la ligne des épaules dans une oblique parallèle à celle des hanches. Le port de tête, souverain, parfaitement vertical, donne son équilibre à la suite magistrale de ces courbes qui s’enchaînent pour nous restituer l’élégante sensualité de cette déesse.

L’extraordinaire rendu du moelleux de la chair, travaillé en profondeur, dessine le modelé sur les clavicules, creuse l’attache du cou sur le buste, sépare le galbe des seins, suggère les muscles abdominaux autour du nombril. Il laisse deviner l’os de la hanche sous la chair qui l’enrobe et donne envie d’y poser délicatement la main. Sans plus. 


A cette chair en mouvement, s'oppose une visage « impersonnel », harmonieux mais anonyme et sans émotion... peut-être est-ce là l'une des limites de l'art antique ?

Les-Femen-manifestent-au-Louvre-2-copie-1.jpgAujourd'hui, la Vénus de Milo,  fait des émules et porte bien certains messages: ici,  en réaction contre le viol d'une femme e=par des policiers en Tunisie...

 

 

Commenter cet article