Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'amour impossible de Manet pour Berthe Morisot -1/2-

Publié le par Perceval

Henri-FANTIN-LATOUR--Portrait-de-Manet-1867.JPG

de Henri FANTIN-LATOUR

 - Portrait de Manet - 1867

M. et Mme Morisot reçoivent et fréquentent les amis peintres de leurs enfants, ils connaissent et apprécient Fantin-Latour, Stevens, Degas. En 1860, Berthe Morisot ( 1841-1895) et sa soeur Edma commencent à travailler sous la direction de Corot. Ainsi, en 1864, Berthe et Edma participent pour la première fois au Salon avec des paysages. Durant ces trois années, Berthe Morisot expose au Salon des paysages, natures mortes et portraits.

En 1868, Fantin-Latour présenta, au Louvre, son ami Edouard Manet (1832-1883) à M. et Mme Morisot. Berthe l'avait déjà croisé en copiant des tableaux au Louvre.

« Je suis de votre avis, les demoiselles Morisot sont charmantes. C'est fâcheux qu'elles ne soient pas des hommes ; cependant elles pourraient, comme femmes, servir la cause de la peinture en épousant chacune un académicien... C'est leur demander bien du dévouement. En attendant, présentez-leur mes hommages. » Lettre du 26 août 1868 de Manet, à Fantin-Latour

Berthe_Morisot_Reading.jpg Berthe_Morisot_The_Harbor_at_Lorient.jpg
- Edma Morisot lisant - 
par Berthe Morisot (1867)
Vue du petit port de Lorient
1869, par Berthe Morisot

C'est le début d'une attirance mutuelle qui se manifeste chez elle par la constante recherche de l'assentiment de Manet et chez lui par le plaisir de sa présence et le besoin même de son approbation.

Manet est frappé par la physionomie de la jeune fille, son originalité : des yeux sombres, magnifiques, qui éclairent étrangement un visage aux traits énergiques. Le capricieux enroulement d'une chevelure brune fait ressortir encore davantage sa très grande pâleur. Une vie intérieure ardente se dégage d'elle et sa vivacité toute parisienne la rend très attirante.

Manet-le-balcon---avec-Berthe-Morisot-en-modele.jpgManet le balcon , avec Berthe Morisot assise en modèle, présenté au Salon de Paris de 1869.

Manet peut comprendre et apprécier le charme de cette hautaine et belle figure; il trouve en Berthe le type dont le caractère répond à son goût pour l'art espagnol. Il lui demande donc de poser pour le Balcon; ( tableau inspiré par Goya)

Manet renonce au modèle professionnel, et préfère s'inspirer de Berthe, elle devient son amie... Nous la retrouvons dans ses plus beaux portraits de femme, dans « le Repos », « Berthe Morisot au manchon » ...
Ailleurs, Berthe, la tête fièrement dressée, tient un éventail entre les doigts... Ainsi Manet devait exécuter plus de dix peintures, deux lithographies et une eau-forte, où Berthe Morisot était représentée tantôt de face, tantôt de profil, en chapeau ou nu-tête, en costumes variés, comportant parfois un certain négligé, souvent un grand raffinement dans l'élégance. La diversité de ces attitudes témoignent du plaisir éprouvé par Manet à reproduire ses moindres expressions farouches ou ardentes, mélancoliques ou pensives, et à traduire ainsi avec toute la finesse de son pinceau l'extrême mobilité de ce visage qui lui fournissait l'étude d'un type très différent de ceux qu'il avait traités jusqu'ici.

Manet--Le-Repos---1870-----Berthe-Morisot-est-au-repos-.jpg Edouard_Manet---Berthe_Morisot_au_Manchon-1969.jpg
Manet, Le Repos , 1870, 
Berthe Morisot, au repos
Édouard Manet - 1869
Berthe_Morisot_au_Manchon

Les familles Morisot et Manet se lient. Les Morisot assistent aux jeudis de Mme Auguste Manet où ils rencontrent Charles Baudelaire, Emile Zola; Edgar Degas, Alfred Stevens. Grâce à ce dernier Berthe rencontre Puvis de Chavannes.

Edouard Manet, s'est marié avec Suzanne Leenhoff (1830-1906), qu'il a rencontré en 1849 alors qu'elle était professeur de piano, il avait 17 ans. En 1852, nait Léon , fils "caché" d'Edouard et de Suzanne, qu'elle présente elle-même comme son petit frère ...! Dès 1860, ils vivent tous les trois aux Batignolles, et en 1863, il épouse "par devoir" Suzanne... En 1868, il rencontre Berthe Morisot.

 

Commenter cet article