Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Juliette Récamier -1-

Publié le par Perceval

Je ne sais trop que penser, de ce qu'il semble être de la part de Juliette de Récamier, une stratégie d'image. Femme de goût, elle semblait naturel de se faire admirer, et combattait toute réputation sulfureuse, pour préférer celle de la muse. Elle inspira les personnages d'Antigone de Ballanche, ou de Léonie de Chateaubriand ( par exemple )… mais refuse de se reconnaître dans certains portraits trop idéalisés, trop grecs … ( Juliette qui devient Béatrice, sous le ciseau de Canova, Juliette en Sapho ( Fragonard ), David ...etc)

Nombre de soupirants ont d'ailleurs, été très sensibles à l'ambivalence d'une personnalité qui allie » le double enchantement de la vierge et de l'amante » ( Chateaubriand)

Aussi, «  l'image de Juliette de Récamier » est sans doute le principal sujet (et le plus intéressant) , concernant cette femme.

 

Juliette Récamier (1777-1849) , aussi intelligente que belle, est l'une des femmes les plus célèbres du Consulat et de l'Empire. Elle éblouit, elle séduisit, elle enchanta, tout en restant inaccessible aux plus flatteuses conquêtes.

salon de juliette de Récamier

Femme d'esprit, son salon réunit des proches, parmi lesquels René, vicomte de Chateaubriand, son seul véritable amour; Germaine de Staël, sa meilleure amie (qui lui gardait une chambre particulière à Coppet);

GERARD-Corinne-.jpg

François Gérard (1770-1837)

 Corinne au cap Misène, 1819-1821

Le tableau a été commandé en 1818 par le prince Auguste de Prusse et par Juliette Récamier, pour rendre hommage à leur amie Madame de Staël qui venait de mourir. Auguste et Juliette demandent au peintre d'illustrer un épisode d'un livre de Madame de Staël, Corinne ou l'Italie.

C'était le roman dont ils se sentaient le plus proche : le livre a été publié en 1807, l'année où ils se sont rencontrés. De plus, l'amour impossible entre les deux héros, Corinne et Oswald, leur rappelait sans doute leur propre histoire.

Une fois le tableau terminé, Auguste de Prusse l'offrit à Juliette Récamier qui l'installa chez elle à l'Abbaye-aux-Bois, en souvenir de leur histoire d'amour.

André Marie Ampère et son fils Jean-Jacques, celui-ci éternel amoureux de l’hôtesse; Bertrand Barrère de Vieuzac, le maréchal Masséna, Eugène de Beauharnais, Claire Kersaint, duchesse de Duras; le célèbre dandy anglais George Brian Brummell, Adolphe Thiers, Eugène de Beauharnais, Louis-René, prince et cardinal de Rohan; Bernadotte, futur roi de Suède; lady Georgiana, duchesse de Devonshire; le général Moreau, Paul de Noailles qu’elle fit entrer à l’Académie; Chrétien de Lamoignon de Malesherbe, Louis David et François, baron Gérard, peintres; Élisa Bonaparte, Lucien Bonaparte; la comtesse de Boigne, Astolphe Louis Léonor, marquis de Custine; Joseph Fouché, duc d’Otrante; Isabelle Madeleine de Chastenay Lanty, née La Guiche; Étienne Denis, baron puis duc de Pasquier, chancelier de France; Jean-François de La Harpe, Jérôme Lefrançois de Lalande, astronome; Charles Forbes, comte de Montalembert; la poétesse Marceline Desbordes-Valmore, Prosper Mérimée, Auguste Viesse Marmont, duc de Raguse; Charles-Augustin Sainte-Beuve, Sir Humphrey et Lady Davy, Charles Fox, Wilhelm, baron von Humboldt; le duc d’Hamilton, Delphine Gay, François-Joseph Talma, la comédienne Rachel (Élizabeth Rachel Félix), Pierre-Simon Ballanche, Benjamin Constant, Alphonse de Lamartine, Félicité de Lamennais, François Arago, Honoré de Balzac, Victor Hugo, Eugène Delacroix, Alexis de Tocqueville, Alfred de Musset, Henri Beyle, dit Stendhal et Mme de Genlis.

*****

Portrait-de-Juliette-recamier.jpg

Firmin Massot (1766-1849) "Portrait de Juliette Récamier" (c. 1807) musée des Beaux-Arts de Lyon (Rhône, France)

 

Juliette était était la fille unique d'une « famille élargie » très singulière, cultivée et habile dans les affaires, enracinée à Lyon. Tous les membres de cette tribu était soudée autour de Juliette, et de son « secret » : sa mère marie Julie Bernard, son père putatif Jean Bernard, son père probable le banquier Jacques Rose Récamier, auxquels se joignirent Paul David un cousin, et le théosophe lyonnais Ballanche, attiré dans l'orbite de Juliette en 1812.

Tous respectèrent en la jeune fille un naturel moral digne de la Julie de Rousseau.

La décision que prirent sa mère et ses pères, en 1793 - en vue d'assurer son avenir matériel au cas où la 'famille', entachée de royalisme , serait victime de la terreur -fut de la marier, à 15 ans, au banquier Récamier ( 42 ans) , son père probable. Cette décision fut la pierre angulaire de toute son existence. Ce mariage endogamique, mais non incestueux, resta évidemment blanc. Son mari continua de mener sa vie privée hors de son foyer mais il lui donna son nom, sa fortune et sa protection. 

Commenter cet article