Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Isabelle Eberhardt, et la vie nomade

Publié le par Perceval

« Il est des heures à part, des instants très mystérieusement privilégiés, où certaines contrées nous révèlent, en une intuition subite, leur âme, en quelque sorte leur essence propre, où nous en concevons une vision juste, unique et que des mois d’étude patiente ne sauraient plus ni compléter, ni même modifier. » « C’était l’heure élue, l’heure merveilleuse au pays d’Afrique, quand le grand soleil de feu va disparaître enfin, laissant reposer la terre dans l’ombre bleue de la nuit. » « Comme toujours en route, dans le désert, je sens un grand calme descendre en mon âme. Je ne regrette rien, je ne désire rien, je suis heureuse. »

                                                       Isabelle Eberhardt, Au pays des sables

 

Isabelle Eberhardt est née en 1877 à Genève . Elle a vécu une enfance marginale et libertaire.
    
A 20 ans... Fascinée par l'Islam et le désert, elle décide de se convertir et d’adopter une vie errante. Elle devient donc un étonnant témoin de la réalité algérienne au temps de la colonisation.

 



 
       
.

 Pendant une grande partie de son existence, Isabelle Eberhardt mène une vie de nomade en Afrique du Nord (sur la côte algérienne d’Oran, dans le Sahara, au sud-ouest du Maroc et à l’est de la Tunisie). Elle se familiarise avec les mœurs et les dialectes des régions qu’elle parcourt et est l’une des premières femmes du 20e  siècles à voyager seule. Elle prend plusieurs identités comme celle de Mahmoud Saadi. Convertie à l’Islam, c'est déguisée en homme bédouin (les Bédouins sont  des nomades de culture arabe vivant dans des régions désertiques du Moyen-Orient), drapée dans les plis de son burnous (manteau en laine long avec une capuche pointue et sans manches), le crâne rasé coiffé d’un haut turban, qu'Isabelle Eberhardt va parcourir les « routes » d’Afrique du nord.

isabelle-eberhardt-22.jpg

Dans les tribus, elle est reçue en tant que "taleb", c'est-à-dire étudiant,  "demandeur de savoir " ou "voyageur en quête de sens"

 Se faisant passer pour un homme, elle peut entrer dans tous les lieux où les femmes ne sont pas admises, ce qui facilite aussi son travail de journaliste.  Elle se marie avec Slimène  Ehnni, jeune soldat indigène de l'armée française en Afrique du Nord, ce qui provoque un scandale. Sa vie peu conventionnelle fait que les colons français  se mettent à la surveiller.
        
Elle collabore aussi avec le  journal  Akhbar et est envoyée à Ain-Sefra comme reporter de guerre pendant les troubles près de la frontière marocaine.

En 1904, âgée de 27 ans, elle trouva la mort dans l’inondation d’Ain-Sefra.
 isabelle-eberhardt-portrait-3.jpg


Commenter cet article