Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Inessa, femme de la révolution.

Publié le par Perceval

Ines est née à Paris en 1874; arrivée encore enfant en Russie, elle est élevée près de Moscou par sa tante.Inessa armand et Alexandre

Belle femme aux yeux verts, elle épouse Alexander Armand, en 1893. Après avoir eu quatre enfants, elle est tombe amoureuse de son beau-frère Vladimir. Elle est de plus en plus attirée par le marxisme et la politique révolutionnaire, dans laquelle Vladimir, 11 ans plus jeune qu'elle, est bien versé. Elle est membre du parti bolchevik en 1904.

Vladimir utilise l'appartement familial à Moscou pour organiser des réunions d'étudiants radicaux, conduisant à des raids par la police tsariste.

Inessa, son mari et son frère (devenu son amant) , continuent leur vie sans briser la famille. Son mari est toujours resté un ami fidèle, l’aidant à plusieurs reprises lors de ses péripéties politiques (payer la caution quand elle a été emprisonnée, l'aider lors de ses évasions quand elle a dû franchir les frontières illégalement,  s'occuper des enfants quand elle était en déplacement à l'exil ou la prison ... ) et fait en sorte que la maison Pushkino soit toujours disponible pour elle comme un havre de paix. …


Elle est banninessa armandie dans l'extrême nord, pendant deux ans. Là elle souffre de conditions difficiles, le paludisme et elle est témoin des violences physiques de détenus par les Cosaques


Inessa Armand réussit à s'échapper en Pologne. Son amant est en France pour un traitement contre la tuberculose. Il meurt dans ses bras après un voyage désespéré d’Inessa …

A Paris qu'elle commence à travailler en étroite collaboration avec Lénine.

Elle avait obtenu, à Bruxelles, une licence en droit en un temps record, puis elle était revenue à Paris, trouvant avec deux de ses enfants un logement proche de celui de Lénine, à côté du parc Montsouris. Ilitch vivait là avec sa femme, Nadia Kroupskaïa, et sa belle-mère. Inès jouait pour eux du piano, surtout Beethoven. Nadia était séduite. Son mari, qui maîtrisait mal le français, avait de plus en plus souvent besoin de cette camarade polyglotte. Quand les bolcheviques avaient ouvert à Longjumeau une Ecole ouvrière, Inès y donnait des cours, avec Lénine, Gricha Zinoviev et Lev Kamenev. Et quand Paul Lafargue s’était suicidé à Paris avec sa femme Laura, la fille de Karl Marx, c’est Inès Armand qui avait traduit fin novembre au Père- Lachaise l’oraison funèbre que Lénine avait écrite en russe.

 

Inès Armand et Vladimir lénine

 

Elle est sa porte-parole lors de la conférence - qui se réunit à Bruxelles le 16 et 17 juillet 1914 - pour la réunification du POSDR, arbitrée par le BSI. Elle y défend que l’unité est possible dans un parti social-démocrate, entre l’aile révolutionnaire et réformiste, comme dans d’autres partis occidentaux.

Dans les cafés de la Porte d’Orléans, où les sympathisants du parti avaient leurs habitudes, on commençait à jaser: «La petite Française d’Ilitch…» C’était une belle femme, de cinq ans sa cadette, toujours soigneusement habillée. Elle ramenait ses abondants cheveux auburn sous des chapeaux qui faisaient se retourner les hommes. Elle y plantait parfois une plume rouge. Lénine n’avait pas résisté. Elle voyait d’autres hommes, revenait. Il disait en plaisantant que, lui aussi, était infidèle: «Je suis toujours amoureux de Marx et Engels!»

Nadia avait proposé de s’effacer.


Elle rejoint Lénine dans son fameux «wagon plombé» qui les ramène à la Russie en Avril 1917 et joue un rôle de premier plan dans la lutte pour se maintenir au pouvoir soviétique immédiatement après la révolution.

Kroupskaia-1903

Nadia Kroupskaïa étant au plus mal, Lénine veut l’emmener en Suisse, dans la montagne pour mieux respirer. Il choisit d’être désormais fidèle à sa compagne des premiers jours, qui ne l’a jamais trahi. Il ne veux plus de ce ménage à trois plein de risques, parce que la révolution, dit-il, ne se fait pas dans des draps froissés.

 

Le surmenage et les dures conditions de la période de guerre civile ont fait des ravages sur la santé de Inessa. Malgré les efforts constants de Lénine pour l'aider à retrouver ses forces, elle succombe au choléra et meurt en 1920, âgé seulement de 46ans.

 


A des moments clés, elle sut prendre des décisions qui vont être des tournants dans sa vie. Elle a suivi son coeur ainsi que sa conscience politique, et ne voit pas de conflit entre les deux. Elle a refusé d'être intimidée ou prise au piège de la "moralité" du mariage bourgeois ou des prisons du tsar...


Elle nous laisse: d' ARMAND Inessa, Articles, discours et lettres, Moscou, Édition de la littérature politique, 1975 ;

 

Source: Alain Campiotti Le Temps SA

Commenter cet article

Anis 25/03/2012 00:28

C'est vraiment passionnant. (D'ailleurs ce blog est absolument passionnant). Vous m'avez donné très envie de lire ces lettres.