Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Giovanni Boldini et ses modèles... -2-

Publié le par Perceval

onsuelo-Vanderbilt--1876-1964---Duchess-of-Marlborough--a.jpg

Portrait de Consuelo Vanderbilt, Duchesse de Malborough avec son fils Ivor Spencer-Churchill. Huile sur toile, 1906.

Consuelo Vanderbilt (1877-1964), Duchesse de Malborough. Du mariage avec le Duc, elle aura deux fils John Spencer Churchill (1897-1972) et Ivor Spencer Churchill (1898-1956) qui est représenté sur le tableau. Après son divorce, elle épouse l'aviateur Louis-Jacques Balsan (1869-1956) en 1921. Elle vivra en France, ayant une grande activité philanthropique, jusqu'à la mort de son mari. Elle finira ses jours aux Etats-Unis.

*****

Gladys-Deacon-as-painted-by-Boldini.jpg

Portrait de Gladys Deacon. Huile sur toile 1905-1908.

A l'âge de 14 ans, Gladys Deacon rencontre à Blenheim Palace, Charles Spencer-Churchill, 9ème Duc de Malborough (1871-1934) qui a alors 24 ans. Elle en tombe amoureuse et décide qu'elle l'épousera.

Le Duc est mariée depuis 1895 avec Consuelo Vanderbilt... Dans les années 1900, Gladys Deacon est considérée comme une des plus belles femmes de son époque... De nombreux prétendants se pressent pour avoir sa main mais ils sont tous repoussés au nom de son amour pour le Duc de Malborough.

Elle devient la maîtresse du Duc (enfin une de ses maîtresses !). Celui-ci divorce en 1920 de Consuelo Vanderbilt et épouse Gladys Deacon en 1921. L'union sera catastrophique ... ( Nous en reparlerons ...)

Boldini l'a peinte alors qu'elle était au sommet de sa beauté et que ses yeux d'un bleu profond et son intelligence aiguë fascinaient toute la haute société européenne.

*****

La comtesse Gabrielle de Rasty, maitresse de Boldini, va l'introduire auprès de tous ceux qui comptent dans la capitale et qui sont fiers de lui commander leur portrait, et, plus tard, ceux de leurs épouses.

Boldini a laissé de nombreux portraits de la comtesse Gabrielle de Rasty, dont l'ardeur montre l'importance de sa passion amoureuse et qui traduisent une évidente complicité entre eux. La belle était mariée (Boldini a même portraituré son époux) et nombre de ses représentations sont officielles, c'est à dire susceptibles d'être vues de tous. Mais entre les deux, la liaison est torride au point que le peintre loue à sa dulcinée une garçonnière, au 24 de la rue Trudaine, pour y passer de longs moments, voire, une année, des vacances, avec elle.

La comtesse de Rasty couchée - 1880 (pastel) Collection privée

Il en reste des œuvres nettement moins "avouables" comme ce pastel aux accents intimes et érotiques, où, dans la claire lumière d'une journée d'été, la comtesse s’alanguit sans pudeur, dévoilant au peintre ses charmes les plus secrets. Dans cette scène privée, la femme, esquissant un sourire comblé, semble prête à s'étirer, avec une douce langueur. Leur liaison, commencée en 1874, durera de nombreuses années, avec diverses fortunes Boldini, étant, nous le savons, un "homme à femmes" ! 

Commenter cet article