Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elissa et Augustin - le saint -.

Publié le par Perceval

Elissa a vécu une quinzaine d’années avec celui qui deviendra saint Augustin. Puis, elle a été répudiée par 'homme qu'elle aimait...

Dame_Carthage-MNC-.jpg
dame Carthage

Il écrit que son coeur saigne, qu'il souffre terriblement de cette séparation. Sa compagne lui jure : «Il n'y aura pas d'autre homme que toi ».

Nous sommes à Carthage au Vème siècle, et l'homme aimé y vient prêcher.

Augustinus est devenu un évêque rigoureux, redoutable polémiste et rhéteur incertain, un homme prisonnier de ses habitudes (sexuelles notamment), plein de contradictions, de faiblesses et un penseur prodigieux, perpétuellement en quête : « Même solidement ancré dans la foi et dans l’Église, il continue à s’interroger comme s’il n’était jamais assuré de ce qu’il a établi. Il lui faut sans cesse questionner, se questionner et s’apostropher, se vilipender, interpeller Dieu, repartir à la poursuite de ce qu’il croyait avoir trouvé. Jamais de répit… cette fièvre dans le rythme de ses phrases, un flux, des remous d’angoisse parfois, à vous donner le vertige, et ça rebondit, tumulte de cris, de prières, d’invocations et de fustigations. »

Elissa est restée fidèle au manichéisme partagé autrefois avec lui.

austin-et-Sainte_Monique.jpg
Augustin et Monique ( sa mère )

La Carthaginoise Elissa n’a pas encore dix-huit ans quand elle a croisé le chemin de ce garçon du même âge, natif de la cité montagneuse de Thagaste. Leur fils Adeodatus est né peu de temps après. Ils ont vécu quinze ans ensemble, en Afrique puis en Italie. Ils ont partagé aussi une même croyance, celle que le monde est régi par deux forces antagoniques, la lumière et l’ombre.

Puis, c'est la séparation : à Milan, le brillant rhéteur Augustinus s’est alors cherché une épouse davantage en rapport avec son statut de jeune intellectuel à fort potentiel. Elissa est revenue dans sa ville de naissance.

Elissa travaille maintenant comme potière, elle s’est liée d’amitié avec un couple dont le mari, Silvanus consigne sur des parchemins les discours des rhéteurs et des prédicateurs. Et bientôt va recopier et mettre au propre les écrits de l’évêque. Il reste alors à Elissa et Augustinus trente-deux ans à vivre.

Elissa peut lire chaque jour chez Silvanus des passages des Confessions dans lesquels sa présence se donne à lire entre les lignes. Il y a également la vie racontée d’Augustinus à l’épreuve de son regard critique. Ainsi, elle vit avec lui : les empoignades théologiques, la menace grandissante des Barbares, les silences et les non-dits, le passé métamorphosé mais toujours présent dans le propos d’Augustinus jusqu’à sa mort en 430, immédiatement suivie de celle d’Elissa.

ruines-de-Carthage.jpg

Cette version édifiante de la destinée de la compagne abandonnée, n'est pas historique. Claude Pujade-Renaud l'a inventée, dans la veine romanesque.pujade-renaud_livre.jpg

« Dans la Rome antique, le statut de concubine n'était ni dévalorisé ni méprisé, même s'il ne donnait aucun statut socio-économique. Les enfants appartenaient au père. J'ai voulu incarner la vie d'une femme larguée à 30 ans, séparée non seulement de son homme mais aussi de son fils : une épreuve atroce, un deuil impossible. J'ai eu envie que cette femme se maintienne vivante. Elle pétrit la terre à l'atelier de poterie, humble et modeste travail créatif ». Cl P-R

Claude Pujade-Renaud s'interroge sur les manigances du pouvoir temporel et spirituel. Elle « signe ici un magnifique portrait de femme - un itinéraire sensible et sensuel, quotidien et spirituel - tout en respectant la trajectoire d'Augustin et son évolution telles que rapportées dans les travaux des exégètes. » La Vie

Commenter cet article

Anis 27/01/2013 18:05

Claude PR sait faire revivre ces destins de femmes hors du commun. La pensée augustinienne est très importante en philosophie et j'ai dû pas mal plancher. Parfois en le lisant, on regrette qu'il
ait corseté sa pensée dans le dogme catholique car il a écrit de magnifiques pages sur le temps notamment. Et on devine derrière ce qu'il écrit, tout ce qu'il aurait pu être.

Perceval 28/01/2013 11:55



Oui, c'est vrai ...


Je lis à présent:' Le désert de la grâce' de Cl P-R, à propos du jansénisme... Il est curieux et intéressant de comprendre comment les jansénistes aient pu s'inspirer d'Augustin! Augustin a en
effet sa responsabilité quant au "péché originel" rattaché au "péché de chair" ...!