Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élisabeth Sauvy ou Titaÿna, une héroïne des années 30. -1-

Publié le par Perceval

Elisabeth-Sauvy-Tisseyre-2.jpgÉlisabeth Sauvy-Tisseyre ( 1897-1966) , alias Titaÿna, était une journaliste française, reporter, dans la France des années 30.

Elle est alors l'une des femmes les plus célèbres de l'entre-deux-guerres. Elle est la coqueluche du Paris mondain, prototype de la garçonne, pionnière de l’aviation et du cinéma …

Elisabeth-Sauvy-Tisseyre-3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Née en Roussillon, elle a été bercée par les légendes catalanes - qui lui ont inspiré son surnom de Titaÿna - et par les souvenirs de son grand-père, officier au Mexique et en Indochine. Elle poursuit des études brillantes à Paris avec son frère Alfred, le futur grand démographe. Élisabeth veut être mathématicienne ou, pourquoi pas, théologienne ! Le mariage lui paraît la seule issue vers la liberté. Sa première union, un échec cuisant, lui fera dire : « Si vous comparez la vie à une route, j'ai l'impression au début de la mienne d'avoir mis le pied dans une flaque boueuse. »

Élisabeth mène la grande vie avec toute l'aristocratie internationale entre Paris et la Côte d'Azur. Un accident de voiture tragique lui ouvre les yeux sur sa véritable vocation : parcourir le monde et rendre compte de ses aventures en journaliste et romancière.

Albert-Kahn-avec-le-prince-et-la-princesse-Kitashirakawa-et.jpg

Albert Kahn avec le prince et la princesse Kitashirakawa et Elisabeth Sauvy. Cap Martin. 1923

Tour à tour, elle est dame de compagnie de la soeur de l'empereur du Japon, écrit plusieurs romans, se lance dans le grand reportage, se passionne pour l'aviation, visite la Chine et le Mexique, rencontre Mustapha, Kemal et Mussolini... 

Elisabeth-Sauvy-Tisseyre-5.jpgL’une de ses réalisations est la création de la revue Jazz, avec Carlo Rim, le 1er décembre 1928. Le fameux bimensuel est le rendez culturel de la nouvelle génération faisant une large part à la photographie. Elle fait appel aux plus belles plumes de l’époque : Mac Orlan, Soupault, Jean Prévost, Pagnol, Desnos, Morand… L’aventure du magazine dure moins de deux ans. C’est court, mais elle ne considère pas cette brièveté comme un échec car elle est persuadée que chez elle «la précipitation l’emportera toujours sur la réflexion». Elle a la bougeotte. En 1923, elle va à Prague. En 1928, Bagdad. 1930, Mexique. 1931, Chine. 1933, Sumatra. 1935, Tananarive. 1937, Santiago. .. On a recensé son passage sur le Tour de France 1935. Elle signe cet article : « Poésie du Tour. »

 

A suivre ....

Commenter cet article