Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elisabeth 1ère - 2/4 -

Publié le par Perceval

elisabeth-1ere.jpgLe monde d'alors, est coupé en deux, entre la réforme protestante, et la Rome catholique.... Pour les catholiques, Elisabeth est une souveraine hérétique mais aussi illégitime. La rupture entre l'Anglettere et Rome a directement trait à sa naissance et sa mère. Sa demi-sœur Marie la catholique a tenté de ramener l'Angleterre dans le giron du pape at a même fait enfermer un temps Elisabeth dans la tour de Londres, parce qu'elle était protestante et soupçonnée de fomenter l'agitation.

 


Quand Elisabeth 1ère monte sur le trône, elle promet à son peuple la tolérance, et de défendre l'Eglise anglicane contre le « papisme ».

Mary, Queen of Scots after Nicholas Hilliard Marie en capti
Mary stuart, Queen_of_Scots_after_Nicholas_Hilliard Marie - en captivité, c. 1578

 

Pour les catholiques, Elisabeth est donc une usurpatrice. Pour eux, la véritable reine d’Angleterre est… Marie Stuart (1542-1587). En effet, la grand-mère de Marie Stuart, Marguerite Stuart qui épousa en 1503 Jacques IV, roi d’Ecosse, n’est autre que… la sœur aînée du roi Henri VIII !

 

1577, Alors qu’Élisabeth a 43 ans, elle reçoit – une nouvelle fois - une lettre passionnée d'un prétendant ; mais cette fois, l'homme a 22 ans et se nomme François de France.

Encore une fois, elle s'arrange pour échapper à  un mariage qui pourrait la priver du plein exercice de son autorité.

Belle et coquette... Elisabeth Ire fera de sa virginité supposée un atout politique et symbolique.


Portrait-d-Elisabeth-Ire-par-Quentin-Metsys-le-Jeune-vers-.jpg
Portrait d'Élisabeth Ire par Quentin Metsys le Jeune vers 1583. La reine tient un tamis symbole de virgnité

Poussé par ses ministres pour assurer la succession au trône d'Angleterre, elle profite de ces mariages en vue, pour négocier une politique étrangère... Elle refuse la main de Philippe II d'Espagne en 1559 et négocie pendant plusieurs années pour épouser son cousin Charles II d'Autriche-Styrie. En 1569, les relations avec les Habsbourgs se détériorent et Élisabeth Ire envisage – la proposition de Catherine de Médicis - d'épouser un prince français de la maison de Valois, Henri d'Anjou puis son frère François d'Anjou de 1572 à 1581...

L'alliance avec la France lui permettrait d'envisager une alliance contre l'Espagne...

Elisabeth-Ire-et-son-favori-Robert-Dudley-sur-deux-miniatu.png


 

 

 

 

 

Élisabeth Ire et son favori Robert Dudley sur deux miniatures de Nicholas Hilliard, vers 1575

 

Elisabeth a un favori, dont elle est amoureuse ( 1559): son ami d'enfance, Robert Dudley, il est marié, et son épouse est malade … Après sa mort, elle envisage de l'épouser, mais son entourage la décourage, craignant un soulèvement de la noblesse. Elle a d'autres amants, qu'elle choisit intelligemment et exigent d'eux la discrétion. Elle les couvre de cadeaux, et reste loyale en amitié... parmi eux, Robert Dudley ( Comte de Leicester), sans doute Walter Ralegh, pirate au service de Sa Majesté ; et même Francis Drake... sur le tard, le comte d'Essex de quarante ans son cadet.  

Isaac_Oliver--1556-1617--_I_Reduite.jpgIsaac Oliver (1556-1617)  Allégorie sur l'amour conjugal

Commenter cet article