Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Du Maurier », l'histoire d'une famille 1/3-

Publié le par Perceval

George-du-Maurier-8.jpg

       Punch 

George-du-Maurier-3.jpg

est un hebdomadaire satirique britannique publié entre 1841 et 1992, les gravures qui ont retenue mon attention sont de George Busson du Maurier (1834-1896), petit fils de Mary Anne Clarke (1776-1852 ) ; et le père de l'acteur Gerald du Maurier et le grand-père de Daphne du Maurier (1907-1989). Elle-même écrivit un livre sur la belle Mary Anne, origine d'un énorme scandale en 1809.

L'origine du nom « du Maurier », revient à Mathurin-Robert Busson (1749- 1811).

George-du-Maurier-4.jpgAprès le mariage de Mathurin Busson (1720-1780) (son père) avec Madeleine Labbé (1725-1795) sa mère, ils s'installent au lieu-dit le Maurier, à quelques pas de la verrerie et du château de Chérigny dans la Sarthe en France, où après avoir été souffleur de verre, il en devient le directeur.

Après sa mort, ses enfants épousent la cause révolutionnaire à l'exception de l'aîné, Mathurin-Robert Busson (1749-1811), qui émigre en Angleterre en 1789. Il fut d'abord maître verrier et graveur sur cristal et épouse en premières noces une fort jolie Parisienne qui lui apporte cent mille francs en dot.  Il prend la verrerie de Rougemont, dans le Loir-et-Cher. Il y fait de folles dépenses et mange la dot de sa femme en onze mois de temps. Mathurin-Robert monte ensuite un superbe magasin de cristaux Rue St Honoré à Paris.  C’est là qu’il perd sa femme qui meurt à la suite de ses couches. 

George-du-Maurier-5.jpgIl épouse en secondes noces Marie Bruère, en mai 1789. En septembre ou octobre de la même année, suivant l'exemple de certains de ses amis, il émigre en Angleterre, laissant ses enfants … S'il quitta son pays c'est moins par idéologie que du fait de sa situation financière très préoccupante qui risque de le conduire en prison … Mathurin-Robert pense plus aux plaisirs qu'au travail et il s'est lancé dans plusieurs entreprises hasardeuses qui se sont terminées en faillites.

En Angleterre, il fréquente le milieu des émigrés et décide de se faire appeler Busson du Maurier, prenant ainsi le nom du lieu-dit où il était né, à Chenu. Les six enfants de son deuxième mariage naissent tous en Angleterre.

George-du-Maurier-6.jpgEn 1802, profitant d'une trêve, il revient en France en laissant à Londres femme et enfants. Sur le bateau, il échange ses papiers contre ceux d'un passager décédé au cours de la traversée. Sa famille est donc avertie de son décès, alors qu'il est bien vivant et visite sa famille, en France. La guerre étant à nouveau déclarée entre la France et l'Angleterre, il ne peux retourner à Londres ni correspondre avec sa famille... ! Il fonde alors une maison d'éducation à Tours et c'est là qu'il meurt, en octobre 1811.

Mathurin-Robert, l'émigré, avait raconté à son entourage qu'il était le fils d'aristocrates angevins et qu'il possédait dans cette province un château. C'est ce que crurent ses descendants et notamment son petit-fils Georges du Maurier, le grand-père de Daphné qui publia en 1891, "Peter Ibbetson" un livre dont le héros est un fils d'aristocrates angevins, contraint à l'exil outre Manche, par la Révolution.

Mais, quand Daphné du Maurier voulut écrire "Les souffleurs de verre", elle s'est vite aperçu que cette version était fausse....

 George-du-Maurier-7.jpg

Commenter cet article