Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du côté de Jacques Emile Blanche -1/2-

Publié le par Perceval

jacques_emile_blanche.jpg

« Jacques Blanche était tellement lui-même « du côté de chez Swann » que, sortant d'un chapitre du livre, je croyais entrer, rue du Docteur Blanche, dans une suite vivante de l'oeuvre, comme lorsque les acteurs quittent soudain la scène et courent en farandole à travers l'orchestre. » François Mauriac.

 

Le fils du Docteur Blanche, n'est pas un artiste maudit. Il serait plutôt qualifié d'artiste mondain …

Ce que Mauriac admire chez Jacques Emile Blanche (1861-1942), c'est le talent de

Etude-pour-le-portrait-de-Mauriac-copie-1.png
Travail d'étude pour un portrait de F Mauriac

« créer autour de lui une atmosphère qui fut celle de son époque et que ses toiles ont fixée. » Blanche est donc un témoin irremplaçable.

«  Rien ne peut faire que nous n'ayons recours à lui qui a fixé les visages illustres ou charmants de la fin du dernier siècle et de la première moitié de celui-ci, les visages, mais aussi les paysages, les plages, les jardins normands, les maisons que la guette a détruites. C'est un peintre qui a des souvenirs à faire revivre, une histoire à raconter. » F. Mauriac

 

Proust ( 1871-1922) écrit à Louis Robert «  Mon livre est un portrait ». Blanche, que Proust appelle dans l'intimité « mon peintre » ( lettre de Proust à JE Blanche 1892) n'est pas en peinture ce que ce dernier est en littérature, mais son œuvre a souvent les traits du tableau proustien...

Jacques-Emile-BLANCHE-Colette--1905.jpg
Jacques-Emile-BLANCHE - Colette, 1905

«  J. E. Blanche peint les roses bouffantes, ruchées, que madame Swann fixait à son corsage. » Colette, Comoedia 1942 ( article )

 

Le dimanche après-midi, cet homme curieux, comme on le surnomme reçoit dans son « atelier-salon d'Auteuil » au décor chinois, la crème des arts et des lettres, écrivains, musiciens, ge,s du monde. « On y entendait de la musique, où l'on se livrait à l'art bien français de la conversation ». N'oublions pas que Blanche a publié une trentaine d’ouvrages, romans, mémoires, essais …

Blanche est portraitiste par goût des autres. C'est en paigant son portrait que Blanche se lie avec Proust. Dans cet entre deux siècles, Blanche fréquente les mêmes salons que ses modèles : un soir chez les Baignères ou chez Mme Arman, un après-midi chez Mme Strauss, inspiratrice d'Oriane de Guermantes, ou chez Mme de Saint-Marceaux, modèle de Mme Verdurin, une matinée chez les Bonnières …

Expo-Salon-blanche.jpg
 

Proust et Blanche se retrouvent dans un de ces salons à l'époque du service militaire de Marcel, après avoir fait connaissance vers 1885 à Auteuil.

L'affaire Dreyfus, sépare les deux amis... Ils se retrouvent en 1913, au crépuscule de cette époque que leurs œuvres se sont attachées à comprendre et à transmettre. Blanche se souvient de la scène et : « d'une pélisse de fourrure enveloppant un spectre barbu qui se glissa parmi les stalles d'orchestre et vint s'asseoir près de moi. Dans l'entracte, il me joua une scène de jalousie, de reproches, mystères à la Montesquiou – lequel nous observait d'une loge. » J E Blanche 1923

 

« Il s’accroupissait aux pieds d'une belle dame, levait vers elle son charmant visage rasé de la veille, aussi galant et cérémonieux avec une Odette Swann, qu'avec une Oriane de Guermantes, ou qu'avec la tenancière d'un buen retiro des Champs-Élysées. » J E Blanche.

Ce tableau est exposé en 1893 au Champ-de-Mars. Proust a adoré ce portrait, qu'il transporta toute sa vie, d'un appartement à l'autre.

Expo_Blanche-8.jpg Expo_Blanche-7.jpg
Expo_Blanche-6.jpg Expo_Blanche-3.jpeg

Sources : Expo. Fondation Pierre Bergé

Voir aussi:

Jacques-emile blanche et désirée manfred

Jacques-Emile Blanche et Désirée Manfred

(...) aujourd’hui dans les plus prestigieux du monde ! (1) Ce patronyme très « byronien » a été choisi par la mère de Désirée… Sans doute s'appelait-elle…

Commenter cet article