Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Destin de femmes, et fascisme -1-

Publié le par Perceval

Au cours de périodes troublées, des destinées d'hommes et de femmes, prennent un tour particulier. Rencontres, choix politiques, religion ou sexe... : ce sont aussi des déterminismes qui vont entraîner l'une ou l'autre vers un « destin » …

Durant les cent ans passés, la proximité de ces destins m'interpellent. Ainsi, ces années qui annoncent et préparent les totalitarismes fascistes et communistes.

En Allemagne, la « république de Weimar », notamment entre 1918 et 1933, bouleverse l'émancipation des femmes, et le sort de beaucoup d'entre elles.

 

Cela commençait bien :

Clara-zetkin.jpg
Clara Zetkin, figure de proue du mouvement féministe allemand, est députée au Reichstag de 1920 à 1933 et préside même l'assemblée en qualité de doyenne. Entre 1919 et 1932, on compte au total 112 députées (soit entre 7 et 10 % des élus) et dans les années 1920 on relève entre 400 et 500 femmes élues au niveau local et national (notamment dans les parlements régionaux)

«  La Constitution de Weimar du 19 janvier 1919 (dont l’Assemblée constituante compte plusieurs femmes parmi ses députés, à l'instar de Gertrud Bäumer) proclame leurs droits de vote et d'éligibilité (articles 17 et 22), l'égalité des sexes en matière civique (art. 109), la non-discrimination des fonctionnaires de sexe féminin (art. 128), la protection de la maternité (art.19) et l'égalité des époux dans le mariage (art. 119). Elles sont ainsi les premières femmes d’un grand État européen à obtenir le droit de suffrage... » Wiki

 

 

Le NSDAP ne réserve aucune place pour les femmes dans ses rangs. Dès sa création, le Parti nazi affiche explicitement cette position par un choix délibéré : lors du tout premier rassemblement général des membres du NSDAP, début 1921, une résolution est votée prévoyant « qu’aucune femme ne peut être admise à la direction du Parti ni dans le comité administrateur »

 

Un article du Munchener Post, daté d’avril 1923, déclare que « les femmes sont éprises d’Hitler ». Le Führer est d’ailleurs le premier à reconnaître avoir « systématiquement adapté » ses discours « au goût des femmes qui, depuis le début, comptent parmi ses plus fervents admirateurs » (Albert Zoller.Hitler privat – Düsseldorf, 1949).

 

Magda-Goebbels-1933.jpgEn 1933, une journaliste anglaise du Daily Mail se rend à Heilingendamm pour y interviewer Magda Goebbels, la « Femme Allemande Idéale ». Frau Goebbels raconte à la journaliste que les descriptions anglaises de la situation de la femme en Allemagne sont grandement exagérées : « Les femmes Allemandes ont été exclues de trois professions : l’armée, comme partout dans le monde ; le gouvernement ; et la magistrature. Si la fille Allemande doit choisir entre mariage ou carrière, elle sera toujours encouragée à se marier, car c’est ce qu’il y a de mieux pour une femme » (cf. Vossische Zeitung, 6 juillet 1933 – Wiener Library Clipping Collection)

 

 <- photo: Magda Goebbels en 1933

Commenter cet article