Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des fêtes galantes, de Watteau à Verlaine: -1/3 -

Publié le par Perceval

C’est Antoine Watteau (1684-1721) qui fut le premier en France à s’intéresser au thème des fêtes galantes :

Jean-Antoine-Watteau--1684-1721--detail.jpg
détail de l'embarquement pour Cythere par Antoine Watteau

Des Fêtes galantes nous retenons : - des paysages, - des décors champêtres avec des jeux, de la musique, de la danse – dans lesquels les élégantes Parisiennes se transforment en bergères de fantaisie.Jean-Antoine-Watteau--1684-1721--detail-1.jpg

- une représentation d'un moment d'oisiveté sociale, réservée à l'aristocratie de l'époque, et associée à une notion de séduction. Le sentiment amoureux est mis en scène. Belles dames, danseurs ou bergers se distraient, se divertissent ou se prêtent à des confidences.

Ces moments sont à la fois légers par leurs échos érotiques et graves par l'atmosphère mystérieuse qui en émane...

Les caractéristiques de Watteau : le goût pour les beaux tissus, les corps en mouvement, le trouble amoureux omniprésent mais traité avec délicatesse, une nature inventée mais qui occupe beaucoup d'espace, des trouées lumineuses qui éclairent les personnages dont certains sont des musiciens ou des comédiens. 

*****

Sur ce thème, des peintres impriment leur style comme François Boucher (1703-1770), Jean-Baptiste Pater et enfin Jean-Baptiste Fragonard (1732-1806) qui fut le dernier grand peintre à s’intéresser à ce genre, un siècle et demi après Watteau. Ils adjoindront au genre leur vision très personnelle des plaisirs galants. Une élégance et un raffinement, propres à l’esprit rococo du siècle des Lumières.

Fragonard_-Le-jeu-de-la-main-chaude-jpg

Jean-Honoré Fragonard : Le jeu de la main chaude, vers 1775-1780

 Lors d’une journée ensoleillée, un couple d’amoureux assis sur un banc s’adonne aux plaisirs de la conversation, tandis qu’un groupe de jeune gens s’amuse au jeu de " la main chaude" . Un personnage à genoux ( en jaune ), la tête cachée dans la robe d'une femme, les mains derrière le dos doit reconnaître celui ou celle qui le touche.  Une jeune femme ( en vert ) tient une baguette pour taquiner le joueur aveuglé. Ce dernier tente de deviner qui l’a frappé et, s’il devine juste, il pourra alors échanger sa place avec un autre joueur. 

La nature, généreuse et sauvage, n’est pas celle des jardins, alors disciplinés à la française, mais c’est une végétation rêvée qui protège et sert d’écrin aux personnages.watteau_fragonard_fetes_galantes.jpg

 A suivre ....

      Sources: Magali Lesauvage, sur exponaute.com

 

Commenter cet article